Utilisateur:Monsieur Brouillon/La Grande Bibliothèque de Montréal

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher
« Vous, au Québec, vous vous y connaissez en boîtes géantes d'aluminium... »
~ Sacha Guitry à propos de la Grande Bibliothèque de Montréal

Cette bibliothèque est très simple à décrire: c'est un amassis de livres que la plupart d'entre nous ne liront jamais car ils n'ont pas de temps à perdre à lire. pfffff... bin mieu Internet...

La Grande Bibliothèque est également une usine de piratage d'albums.

D'ailleurs, elle a coûté très cher au payeur de taxes et tombe déja en morceaux. La salle de BD par temps climatisé est rempli de jeunes, et l'hiver, de gens qui puent.


[modifier] Historique

La Grande Bibliothèque a été édifiée sous le règne de Jean Charest dans le pseudo-but de concentrer le savoir du Québec. Or, IL N'EN EST RIEN!!! La Grande Bibliothèque est en fait un complot organisé par le gouvernement pour donner une raison aux bibliothèques de la Beauce de ne plus exister, et ainsi de placer les Beaucerons dans une situation encore plus paysanne qu'elle ne l'est déjà.

Également, en concentrant une quantité folle de livres dans un même endroit sécurisé par des murs peu engageants de couleur vert piscine, la Grande Bibliothèque se propose d'isoler les fléaux intellectuels de la population de Montréal.

Sa construction constituait en fait, aussi, une occasion pour le gouvernement québécois de se débarasser d'un dangereux surplus budgétaire qui menaçait à tout moment d'aller dans le financement compliqué des centres pour personnes âgées de la province. Seulement, comme n'importe quel plan gouvernemental, elle finit par coûter assez cher pour occasionner un déficit budgétaire, auquel ses dirigeants se sont voués à remédier en transformant secrètement la Grande Bibliothèque en entreprise lucrative semi-légale.

[modifier] Aspect général

Le gouvernement québécois, en commandant la Grande Bibliothèque, voulait probablement que le simple mortel passant à côté se sente rapetisser par le génie qui semble en émaner. Or, la réaction finale après la construction tient plutôt d'un choc, d'une sorte de sentiment qui vient vous prendre les tripes et qui, justement, vous fait rapetisser, plus particulièrement au niveau du sens du bon goût. Enfin bon, pour une explication on ne peut plus claire, regardez cette photo :

Grandebibliotheque

En effet, lorsqu'on voit cet édifice, l'on sent en soi un sentiment particulier, proche du "Kossé çâ?"

La Grande Bibliothèque, comme il a été expliqué dans l'historique, est également une sorte de véritable "coffre de protection", par sa fonction et surtout sa forme générale, pour les livres trop intelligents qu'elle renferme. D'ailleurs, pendant sa construction, on a discuté de remplacer une des façades au vert pipi de viellard malade la caractérisant pour une immense banderole indiquant :

GRANDE BIBLIOTHÈQUE DE MONTRÉAL ÉCARTEZ-VOUS OU VOUS ALLEZ VOUS EMMERDER.

À l'intérieur, ceux qui ont daigné entrer peuvent sentir un certain soulagement par rapport à la vision extérieure qu'ils avaient eue. Ainsi donc l'on peut admirer la Grande Bibliothèque à sa guise en prenant l'ascenseur vitré de façon incessante, ou encore en allant dégager les bancs de la section pour enfants des marmots qui y déversent leur morve de façon à s'y asseoir, mais attention : TOUT CECI N'EST QU'UNE ILLUSION, comme il sera démontré dans la prochaine section.

[modifier] La Grande Bibliothèque, une PME en soi

Lorsque le visiteur moyen est introduit dans la Grande Bibliothèque de Montral, il doit passer devant des appareils spécialement conçus à grands frais, appelés détecteurs de trucs de valeur. Ils vont détecter sur vous le moindre objet qui coûte au-delà de 11.99 dollars canadiens et, lors de cette trouvaille, faire carillonner grossièrement leur sirène. Ceci avertira les gardes de sécurité obèses postés à l'entrée, qui viendront prendre sur vous tout ce que les détecteurs de trucs de valeur ont détecté pour ensuite les placer en vente à la boutique de souvenirs de la Grande Bibliothèque, à un prix équivalent à environ dix fois le prix original.

Ainsi, il n'est pas rare de voir, éparpillés sur les étagères de la boutique, différents objets parmi lesquels des montres, des vêtements, des paires de lunettes,et même des Playstation 3, tous à un prix variant entre 120 et quelques millions de dollars. Si vous y allez, assurez-vous de profiter des rabais de 1% en vigueur tous les jours de pleine lune.

Consulter les livres de la grande Bibliothèque est quasiment impossible sans s'y être inscrit au préalable, car des préposées sont engagées spécialement pour aller harasser de questions les non-abonnés qui lisent les livres de la Grande Bibliothèque, ces questions portant sur leur niveau de satisfaction par rapport à la bibliothèque.

[modifier] Voir aussi


Qu'avez-vous pensé de l'article "La Grande Bibliothèque de Montréal" ?
 
2
 
0
 
2
 
14
 
43
 
5
 

Ce sondage a été créé le juillet 28, 2007 16:12 et 66 personnes ont déjà voté.


Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
Partage sur...
FANDOM