La Dame blanche

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

L’incident survînt alors que je roulais tranquillement sur une petite route de campagne, dans la région de Rouen. Je me rendais à L... pour y effectuer une visite chez mon ami P..., afin de lui remettre un paquet précieux. Dans ces situations, il m’est préférable de prendre la voiture car mon ami P. vit dans un lieu reculé. Il y possède une vaste résidence dans laquelle nous aimons deviser joyeusement et plaisanter de choses et d’autres, ainsi qu’un large domaine propice à la détente, où les ombres de grands aulnes permettent de cheminer en respirant un air pur revigorant.

La nuit me surprit aux environs de la ville de C... peu après m’être arrêté pour y effectuer le plein de carburant de mon véhicule. J’aime beaucoup mon ami P... mais je tolère difficilement le caractère rude et indélicat des habitants de sa région. Alors que je tentais de m’entretenir avec le pompiste de la station-service, en lui demandant s’il avait du beau temps, il me tança, et après m’avoir vilainement toisé, me tînt cette étrange réplique : « Vous n’êtes pas du coin, l’ami. De bien méchantes choses arrivent aux étrangers par ici… ».

Mon pouls s’emballa aux paroles de ce rustre. Je réglai la facture d’essence puis remontai dans mon véhicule en maudissant tous les pompistes de la Terre ; cela est dû à au caractère impérieux de ma nature excessive. Enfant, j’avais bien souvent été soigné au laudanum et au bromure, ce sont parfois des choses qui laissent des cicatrices, dit-on.

La route

DBL1.jpg

La route de nuit est parfois dangereuse.

Rouler de nuit est fatigant pour les yeux, aussi j’adopte généralement une conduite souple et détendue de manière à rester vigilant. Seuls les feux de route restent allumés sur ces petites voies de campagne où l’on ne croise que rarement la présence humaine ; il est bien plus courant d’y voir détaler des petits lapins vers les talus, éblouis par les lumières des rares automobiles.

Je conduisais calmement en m’assoupissant de temps à autre, et la radio réglée sur une station de musique classique peinait à me tenir totalement éveillé. A mesure de l’heure tardive approchante, je sentais presque les crispations de la fatigue étendre sur moi leur pénible emprise. Diverses pensées se chamaillaient dans mon esprit « Allons Guy, sois bien éveillé, pense à ton ami P... qui sera bien heureux de te voir » ou encore « Oublie les méchantes paroles de cet affreux pompiste, Guy, il ne va rien t’arriver d’horrible, ce sont des histoires de bonnes femmes que l’on raconte par ici. »

Il est vrai que la région de L... est réputée pour être un lieu à l’écart du monde moderne, un endroit propice aux légendes les plus sinistres qui mêlaient les croyances locales aux superstitions religieuses d’un autre temps. La sorcellerie, les rebouteux et autres calembredaines continuaient d’effrayer les naïfs habitants de cette contrée. Moi-même, de nature rationnelle, je prêtais cependant foi à certaines expériences de spiritisme et de magnétisme auxquelles j’avais assisté.

Ma cousine, Mademoiselle de M..., m’ayant une fois entraîné malgré moi dans l’une de ses improbables soirées mondaines à Paris, avait été la victime d’une étrange manœuvre surnaturelle. Alors que la soirée arrivait à sa fin (nous étions reçus par le comte de J... et Madame C...) un individu aborda le thème du magnétisme.

— Balivernes ! s’écria le comte de J... Qui peut croire à ces fadaises ?

Silencieux, j’observai néanmoins avec une grande attention la scène qui a suivi.

— Eh bien cher comte, je suis moi-même un magnétiseur, déclara un petit homme avec une barbichette. Je vous le prouverai volontiers si quelqu’un accepte de se prêter à une expérience. Je vous rassure sur le champ, des années de pratique m’ont permis d’affiner mon talent au point de n’être dangereux pour personne.

L’assistance frétillait d’impatience, les femmes surtout, bien évidemment. Ma charmante cousine releva le défi de l’inconnu et accepta de se prêter à son étrange manège. Assise sur une chaise, elle se laissa magnétiser par le farfelu personnage.

Il endormit peu à peu sa conscience en utilisant des techniques qui, je le pense, s’apparenteraient à de l’hypnose. Une fois méditative, il commença à lui poser des questions.

— Vous êtes bien Mademoiselle de M... ?
— C’est exact, répondit ma cousine avec une voix ensommeillée.
— Parfait. Eh bien Mademoiselle de M..., j’affirme que vous avez des pouvoirs de télépathie, est-ce le cas ?
— Non je ne le pense guère.
— Pourtant, nous allons deviner ensemble quelques détails sur votre cousin, Monsieur Guy.

L’assistance s’étant tournée vers moi, je tâchai de ne pas défaillir et souriais largement.

— Je ne suis nullement le complice de ces insolites compères ! dis-je avec humour, ce qui détendit l’atmosphère.

Le magnétiseur se tourna alors vers ma cousine.

— Mademoiselle de M..., pouvez-vous nous dire ce que contient le portefeuille de Monsieur Guy ?
— Tout à fait. Il contient la somme de cent soixante dix euros, ainsi que deux photos. L’une d’elles représente sa mère, l’autre est un cliché de son ami P. Il contient également différentes cartes de crédit : Cofinoga, Finaref, Cofidis, Cetelem et Carrefour. Il contient de plus un ticket de métro, un préservatif, un mouchoir, un jeton de caddie et pour finir une carte de fidélité du kébab Chez Ali Kébaba Le Prince du Kébab, Palais du Kébab, Meilleur Kébab du Quartier du Marais.

Je défaillis immédiatement, car tout cela était exact.

— C’est incroyable ! m’écriai-je.

L’assistance était soufflée. Seul le comte de J. maintenait son scepticisme.

— Laissez-moi rire ! Il ne s’agit que d’une duperie ! Il y a une complicité évidente.

Le petit homme regarda gravement le comte.

— N’insultez pas les forces mystérieuses que vous ne connaissez pas. Vous ne vous rendez pas compte à quel point cela vous dépasse.
— Et vous, pauvre iconoclaste, n’insultez pas mon intelligence ! J’ignore d’ailleurs qui vous a invité en ma demeure, mais à titre personnel je ne côtoie pas les aliénés. Il me faudra davantage de preuves pour être convaincu, charlatan.

Le petit homme sembla sincèrement blessé par ces paroles, il toussotta puis il se tourna vers ma cousine.

— Mademoiselle de M..., auriez-vous la bonté de prédire au comte de J. son avenir immédiat ? Ainsi il comprendra à quel point le magnétisme est vrai, et important.

Elle s’éxécuta.

— Très bien. D’abord, monsieur le comte de J. perdra un œil en décapsulant une cannette de bière. Deux minutes après, le téléphone sonnera : il s’agira d’un appel de la police qui aura retrouvé les cadavres de ses cinq fils abattus par des romanichels lors d’un sanglant braquage de poules sur les terres familiales. La nouvelle le secouera tellement qu’il fera une attaque et sera condamné à vivre le restant de ses jours dans un fauteuil, totalement paralysé, aveugle et sourd, mais toujours conscient.
— Absurde ! rugit le comte de J...

Et comme pour contredire cette funeste prédiction, il décapsula une cannette de bière : la capsule lui creva l’œil immédiatement. L’assistance terrifiée fuit la soirée en un tournemain, au moment même où le téléphone sonna pour annoncer le décès des cinq fils. Le magnétiseur rendit à ma cousine sa conscience habituelle tandis que l’on évacuait le comte à l’hôpital de Z..., suite à son attaque.

— Que s’est-il passé ? me demanda ma cousine.

Je lui racontai l’épisode sur le chemin du retour, tandis que nous rentrions pédestrement vers son appartement. Elle n’en revînt pas et se désola du malheur qui accablait le pauvre comte de J... Curieusement, peu après avoir rendu connaissance à ma cousine, le magnétiseur avait disparu rapidement. Je doute que ce convive fût invité à une quelconque mondanité suite à cet incident.

Quoi qu’il en soit, j’ai depuis cette histoire une ouverture d’esprit bien plus large concernant le surnaturel. Cela pesé, les histoires de fantômes de la région de L... ne m’avaient jamais empêché de dormir jusqu’à présent.

La rencontre

La fatigue gagnait du terrain, mais je refusais de me reposer, ne serait-ce que pour quelques minutes, en faisant une sieste sur une aire de repos. Je craignais bien trop les voleurs de voitures et les marginaux qui officient dans ce type d’endroits, et même à l’écart du monde, on ne sait jamais quelle mésaventure peut se produire.

DBL2.jpg

Une auto-stoppeuse me tiendra éveillé plus certainement que la radio...

Soudain, une forme blanche apparut au détour d’un virage, alors que la route traversait la forêt domaniale de R... Je ralentis pour constater avec surprise qu’il s’agissait d’une jeune femme, curieusement vêtue d’une robe de mariée. Cette étonnante apparition me fit arrêter le véhicule. La créature, vraisemblablement innocente comme l’agneau qui vient de naître, était de plus d’une incroyable beauté. Je crus comprendre qu’elle avait été victime de quelque péripétie malheureuse, car je ne comprenais pas pourquoi elle se tenait au bord de la route, dans sa robe d’une blancheur immaculée.

D’ailleurs, dès que le contact de mon auto fût éteint, elle se précipita à ma portière.

— Monsieur, oh monsieur ! Aidez-moi s’il-vous-plaît ! Prenez-moi avec vous !

Elle semblait comme terrorisée et son insistance ne tarda pas à me convaincre. De toutes manières, quel goujat aurais-je été de la laisser ainsi telle une pauvre âme à arpenter une route éloignée de tout.

— Montez donc madame, je vous en prie. Ne restez pas seule dans ces lieux.

La jeune femme ne se le fît pas dire plusieurs fois. Cela se comprenait, nous étions en novembre et un froid humide prédisait un hiver rigoureux.

— Quel froid monsieur ! Quel froid ! s’exclama-t-elle.

En parfait homme civilisé, je tendis à l’inconnue mon propre imperméable qu’elle enfila immédiatement. Elle sembla heureuse et moi-même je fûs satisfait de ma propre bienveillance.

— Oh merci monsieur merci ! Pouvez-vous me déposer à L... ? S’il-vous-plaît monsieur, s’il-vous-plaît !
— Mais bien sûr chère amie, c’est aussi ma destination. Allons, en route !

J’étais secrètement satisfait d’avoir une auto-stoppeuse dans la voiture, car je pensais que sa compagnie me tiendrait inévitablement plus éveillé que le son de la radio. Le trajet passerait plus vite, je ne doutais pas que la jeune mariée allait d’un instant à l’autre dévoiler l’objet insolite de sa présence en ces lieux. S’agissait-il d’une incroyable histoire de mariage annulé au dernier moment, ou d’un drame romantique d’une toute autre nature ?

— Eh bien madame, comment vous appelez-vous ? dis-je pour engager la conversation.
— Je m’appelle Jeannette monsieur.
— Je suis Guy. Enchanté !

Elle ne répondit pas. D’un seul coup, toute son énergie et sa vivacité avaient été remplacées par une étrange atonie, car Jeannette ne parlait plus ni même ne me regardait. Elle se contentait de fixer la route en remuant les lèvres, comme si elle attendait quelque chose.

— Et donc Jeannette, que faites-vous dehors par une heure et un temps pareil ? Votre voiture est tombée en panne ?
— Oui.

Elle n’en dit pas plus. Je trouvais cela agaçant, parce qu’après tout j’étais bien gentil de la prendre en stop ! Je me disciplinai soudain car mon esprit me souffla : « Allons Guy, ne vois-tu pas que cette jeune femme vient d’être victime d’une traumatisante expérience ! Laisse-lui donc le temps de se remettre et n’agis pas pour des motifs égoïstes. »

Par la suite, nous roulâmes et nul ne parla. La jeune mariée ne montrait aucun signe de loquacité, et cela me rappela une anecdote qui était arrivée à mon grand-père pendant la guerre.

Positionné à S... et G... en Afrique du Nord, son bataillon était victime d’un bien étrange mal. En effet, et selon les autochtones, le bataillon que dirigeait mon grand-père, alors colonel, avait été maudit par des forces démoniaques. Celles-ci ne s’en prenaient qu’aux soldats qui avaient une fâcheuse tendance à parler à tort et à travers : les ivrognes, les impétueux, les impertinents.

La malédiction en elle-même était d’autant plus étrange que le mal agissait comme un coup de tonnerre. On entendait soudain un roulement de tambour, lointain, mais qui se rapprochait petit à petit : ta-ta-ta, ta-ta-ta, ta-ta-ta… Et soudain, lors d’un ultime roulement, un homme s’effondrait mort.

Nul n’a pu prouver quoi que ce soit, mais par la suite, mon grand-père fût l’un des hommes les plus mutiques que j’ai connu. Jamais il ne parlait pour ne rien dire, il restait là, silencieux, toujours à observer avec bienveillance. Cela dit, il avait un cancer de la langue.

Ce n’était pas le cas de ma compagne de route, qui resplendissait la santé : une belle mariée brune à la peau diaphane. Son mari devait être bien heureux, mais elle semblait de plus en plus préoccupée. Je remarquai sur la route un panneau annonçant un virage dangereux et diminuai ma vitesse.

— Regardez bien ce panneau, dit-elle.

Je m’y appliquai sans rien déceler de particulier. Un virage dangereux, il y en a partout, pardi ! Pendant que je m’attachai à décrypter la route, elle enleva mon imperméable et le mit sur la banquette arrière, probablement réchauffée par l’habitacle de l’automobile.

— Ne vous inquiétez pas Jeannette, je conduis prudemment, dis-je pour la rassurer

En effet, son inquiétude allait croissante à l’approche du virage annoncé. Je sentais sa fébrilité augmenter, et j’avoue que son anxiété se communiquait petit à petit. Elle ne tenait plus en place et commençait à gesticuler en marmonnant « Le virage ! Le maudit virage ! ».

J’étais moi-même de plus en plus inquiet, les poils de mes bras se hérissaient et plus je regardais Jeannette, plus elle m’effrayait. Tout à coup, elle tourna vers moi son visage, lequel, à mon grand effroi, n’avait plus rien d’humain : on aurait dit l’horrible faciès d’une morte-vivante à la peau terreuse et aux yeux exorbités, qui se déforma dans un horrible rictus de terreur :

— ATTENTION AU VIRAGE !!! OUAAAAARRGGGG !!!
DBL3.jpg

ATTENTION AU VIRAGE !!! OUAAAAARRGGGG !!!

Épouvanté, je freinai brutalement, anéanti par cette horrible vision morbide ! S’agissait-il d’un spectre malfaisant ? Je hurlai ma peur et pire encore lorsque je constatai que le siège occupé par Jeannette était désormais vide. Une sinistre odeur de mort flottait dans le véhicule. Quant au virage, il n’avait rien de spécial, mis à part qu’il était effectivement dangereux et que l’absence de glissière de sécurité pouvait emmener un conducteur maladroit directement dans un ravin.

Il me fallut une trentaine de minutes pour reprendre peu à peu mes esprits. L’apparition odieuse restant imprimée dans mon esprit me pétrifiait d’angoisse. Je repris le volant, apeuré, et je conduis avec une lenteur infinie jusque chez mon ami P...

La Dame Blanche

Tardivement, j’arrivai sur le domaine de mon ami P... qui m’accueillit à bras ouverts. Il manifesta une vive émotion lorsqu’il prit compte de mon état, car fébrile, je frissonnais de panique et n’étais pas capable de parler.

P... sut immédiatement me détendre par sa gentillesse et sa tendresse, et ensuite nous nous installâmes dans son salon, en buvant un excellent cognac au coin d’un feu de cheminée. C’est alors que je lui racontais mon histoire. Je lui faisais confiance, je savais qu’il ne me prendrait pas pour un fou. Cependant, j’avais du mal à aller au bout de cette aventure, tant elle semblait absurde.

Mon ami écouta l’anecdote effroyable avec un vif intérêt. Pas une seconde il ne se moqua de moi, et pour finir il me prit les mains.

— Sois rassuré Guy, tu n’es pas le seul à avoir vécu cette mésaventure.
— Comment ! m’écriai-je.

C’est alors que P... me montra un vieil exemplaire de sa collection de journaux. Un article narrait un drame funeste : une jeune femme de la région de L... Jeannette B... se rendait en automobile à son mariage lorsque le conducteur du véhicule, ivre, avait manqué un virage et envoyé la voiture dans un ravin. Seule Jeannette B... était morte dans l’incident.

— Incroyable… Un spectre donc…
— Elle ne te voulait pas de mal, Guy, elle souhaitait seulement te protéger.
— Probablement… Tu dis que d’autres ont vécu cette expérience ?
— Effectivement. Peu après le décès de cette jeune femme, des rumeurs ont commencé à se faire entendre, sur la présence dans les environs d’une mystérieuse auto-stoppeuse fantôme, une dame blanche comme on les appelle par ici. Les gens de la maréchaussée sont habitués à ces histoires, et bien souvent, cette « dame blanche » apparaît aux étrangers. J’aurais dû t’en parler plus tôt, mais je ne croyais pas à cette histoire. Pas jusqu’à maintenant en tous cas.

Malgré leur aspect fantastique, les explications de P... me calmèrent. Au moins, je ne reverrais plus jamais cette horrible et malheureuse âme damnée. « Quel cauchemar ! » pensai-je.

Je me rappelai soudain l’objet de ma visite à P... Je devais lui remettre un coffret de bijoux de famille d’une valeur inestimable, qui était dans la boîte à gants de ma voiture. Je pris donc temporairement congé de lui pour retourner vers mon véhicule, lequel m’inspirait toujours de l’effroi.

Cependant, l’angoisse m’envahit de nouveau. Car en ouvrant la boîte à gants, je me rendis compte que celle ci était vide…

— Mon Dieu non, pas ça ! Mon Dieu ! Est-il un Dieu ? Oh quelle horreur !

J’ouvris les poches de mon imperméable pour vérifier si j’avais encore mes moyens de paiement, mon téléphone mobile, mon argent… : elles ne contenaient plus rien, à l’exception d’une petite carte de visite.





DameBlanche.JPG

AH LA VOLEUSE LA SAL... LA PU.. SALOPERIE DE PUT... DE BOR... DE M.... !!! AH LA P... !!!



































LA P... !!!


Qu'avez-vous pensé de La_Dame_blanche ?
 
158
 
76
 
6
 
8
 
18
 
13
 
28
 

Ce sondage a été créé le juillet 19, 2010 19:15 et 307 personnes ont déjà voté.


Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
Partage sur...
wikia