La Bible Édition Collector

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

Pour célébrer les 2 000 ans de sa sortie officielle, « La Bible » va pour la première fois être disponible en édition collector avec de nombreux contenus inédits et pas mal de bonus. À cette occasion, nous vous proposons en exclusivité un tour d’horizon de tout ce que vous pourrez y découvrir.

L’œuvre

BCEcouv.png

À l’instar du Kâma-Sûtra, des albums de Tintin et du plan du métro, « La Bible » est l’un des rares ouvrages qui soient parvenus à traverser les générations trouvant à chaque fois de nouveaux lecteurs. Les nombreuses analyses réalisées par les sociologues, critiques littéraires et même les philosophes se rejoignent toutes sur les mêmes éléments pour expliquer ce succès phénoménal.

En premier lieu, l'imaginaire démesuré contenu dans l’œuvre ne permet de la rattacher à aucune période ou à aucun lieu. « La Bible » est totalement intemporelle - hors du temps - et les situations sont tellement incongrues qu’elles ne peuvent pas être considérées comme un reflet de la réalité. Aussi, qu’on la lise au Moyen-âge en haut d’un donjon ou à notre époque dans une cave d’HLM, elle offre au lecteur la même sensation de dépaysement total qui lui permet d’oublier sa vie pendant quelques heures.

Le constat est le même pour ce qui est des personnages. Dieu n’a clairement jamais cherché à puiser l’inspiration dans son quotidien ou, comme on pourrait le dire sommairement, créer les protagonistes à son image. Même si on peut imaginer que les êtres qui peuplent les nombreuses pages de « La Bible » sont faits de chair et de sang, on ne peut décemment pas les associer à la race humaine du fait de trop nombreuses exagérations. Dans le premier tome notamment, Dieu invente des personnages qui vont vivre plusieurs centaines d’années ou qui sont dotés de pouvoirs surnaturels consistant pour les uns à écarter les eaux de la Mer Rouge et pour les autres à se transformer en statue de sel. Les noms même des personnages sont empreints de l’imaginaire de l’Auteur. Abraham, Mathusalem, Noé... personne ne porte de nom de famille, on se croirait dans la télé réalité !

Dans le second tome, « Nouveau Testament », Dieu semble s'être recentré sur Son sujet. Ça ne part plus dans tous les sens et on sent que l’Auteur a gagné en maturité, ce que certains critiques expliquent par la naissance de Son fils dont pourtant personne ne connaît la date précise. En tout cas les personnages sont un peu plus « plausibles ». À part le héros central de ce tome II. Le fameux Jésus Christ qui a fait couler beaucoup d’encre. Le principe de base utilisé par Dieu pour ce personnage est toujours construit sur le même canevas : Jésus se trouve dans une situation inconfortable ou doit faire face à un dilemme, et comme par hasard on découvre qu’il a un superpouvoir pour résoudre le problème. Besoin de poissons ? Allez hop, il fait apparaître plein de poissons… Du pain ? Du vin pour une noce ? Pas de souci, y a qu’à demander ! L’Auteur va même très loin puisqu’à un moment, Jésus parvient à ressusciter un gars d’entre les morts ; plusieurs critiques ont jugé que Dieu était allé ici un peu loin dans l’exagération et surtout dans la facilité scénaristique.

Il s’en est d’ailleurs sans doute rendu compte Lui-même puisqu’au lieu de faire vivre Son héros 500 ou 1 000 ans comme ceux du premier tome, Il décide de le laisser mourir contre toute attente à 33 ans, laissant le lecteur un peu sur sa faim. Sachant toutefois qu’en tant qu’écrivain rompu aux usages commerciaux, Dieu s’est laissé une belle opportunité de continuer sa saga en finissant le second tome avec la promesse que Jésus reviendrait un jour ou l’autre. Il n’en fallait pas plus pour déclencher l’hystérie des fans qui espèrent toujours un troisième tome à ces aventures rocambolesques. Ce que pourtant Dieu dément dans l’interview exclusive ci-dessous mais il faudrait être bien naïf pour prendre pour argent comptant la parole de Dieu, le roi de la fiction.


Entretien avec un auteur

BCEitv2.jpg

« Je ne dois rien à personne »

Totalement retiré du monde peu de temps après avoir publié la Bible, Dieu est toujours resté très secret. Beaucoup de critiques lui ont reproché de n’être que l’Auteur d’un seul livre alors qu’on misait beaucoup sur Lui étant donné l’imagination créatrice débordante dont Il avait fait la preuve dans ce qui reste encore à ce jour Son seul ouvrage. Pour la toute première fois et pour accompagner la sortie évènement de l’Édition Collector de « La Bible », Il a bien voulu nous accorder un entretien exclusif pour lever le voile sur une partie de Sa vie et de Son œuvre.

sencyclopédie : Qu’avez-Vous fait ces 2000 dernières années ?
Dieu : Pas grand-chose en réalité. Je sais que ça va sans doute décevoir une partie de mon public mais après le succès de Mon bouquin, J’ai eu une espèce de sentiment d’achèvement et Je ne me sentais ni l’envie ni le courage d’aller plus loin. Les droits d’auteur M’ont permis de vivre sur Mon petit nuage pendant toutes ces années et Je n’ai jamais eu besoin de travailler ou de m’occuper de quoi que ce soit pour vivre. Je sais que ce n’est pas très politiquement correct de dire ça à une époque où beaucoup de gens souffrent et vivent dans la plus totale pauvreté mais Je pense que Je ne dois rien à personne.
sencyclopédie : Pourtant beaucoup de Vos adeptes espèrent encore une suite à « La Bible ». Faut-il encore leur donner des raisons de croire en Vous ?
Dieu : Franchement non. Toute cette agitation autour de Mon bouquin, J’en profite mais Je ne la comprends pas. En fin de compte, tout ça pour Moi c’est du passé. Quand J’ai commencé il y a à peu près 6 000 ans à créer mon œuvre, le ciel, la Terre et tout ça, c’est surtout parce que Je me sentais seul. Au fil du temps c’est un peu comme si les personnages que J’avais créés avaient décidé de vivre leur propre existence indépendamment de ce que J’avais imaginé pour eux. Je suppose que c’est difficile à comprendre vu de l’extérieur mais aujourd’hui, c’est comme si Ma création M’avait totalement échappé.
BCEitv1.jpg

« Les gens qui pensent que Je prépare un troisième tome à La Bible se trompent complètement »

sencyclopédie : Vous êtes tout de même conscient que pour beaucoup de personnes, l’annonce de la fin de « La Bible » est synonyme d’apocalypse ?
Dieu : Je m’en tape. Après Moi le déluge.
sencyclopédie : Très bien. Revenons à l’œuvre proprement dite. Vous n’avez jamais voulu préciser si Votre livre était à caractère purement fictionnel ou s’il y avait une part d’autobiographie. Qu’en est-il vraiment ?
Dieu : Je ne connais pas un auteur qui ne mette pas un peu du sien dans ses livres. Même le premier tome, « Ancien Testament », possède une part de Moi. C’est parfois assez diffus et ça n’apparaît souvent qu’en filigrane mais Je suis bien présent à chaque page et même à chaque ligne. D’ailleurs J’ai laissé quelques indices ici et là pour indiquer au lecteur Ma présence.
sencyclopédie : Ça c’est un scoop ! Quels indices ?
Dieu : Par exemple, le seul personnage qui apparaît tout le long de l’intrigue s’appelle Dieu.
sencyclopédie : Et dans le « Nouveau Testament », ces histoires de relation Père-Fils ambiguës, sont-elles en partie fondées sur Votre vie ?
Dieu : Je ne veux pas parler de ma vie privée. Tout ce que je peux dire, c’est que Mon fils n’a aucun rapport avec celui que J’ai pu décrire dans le tome II. Qui voudrait d’un hippie mythomane anorexique comme fils, Je vous le demande ? Ce personnage n'a pas l'esprit saint, un peu de sérieux Je vous prie.
sencyclopédie : Est-ce qu’il serait possible de parler à Votre fils ? Son point de vue sur Votre œuvre doit être passionnant !
Dieu : Écoutez, d'après ce que Je sais il doit revenir un jour ou l'autre mais Je ne sais pas exactement quand.
sencyclopédie : Tant pis. On a reproché le caractère parfois obscur de Votre bouquin avec de nombreux passages sujets à des interprétations très diverses. Ce manque de clarté était-il dans Vos intentions dès le début du processus de création ou s’est-il imposé au fil de l’histoire ?
BCEitv3.jpg

« Je n'ai jamais pris soin de vérifier la cohérence de mes histoires. Franchement, ça ne m'intéresse pas. »

Dieu : Comme vous le verrez en parcourant l’édition collector, « La Bible » a connu maintes modifications et reprises au fil du temps. Et étant de nature assez fainéante, Je n’ai jamais vraiment pris la peine de la relire pour en vérifier la cohérence. Ça explique sans doute que certains passages voire la majorité du texte soit sans queue ni tête.
sencyclopédie : Malgré cette incohérence – ou grâce à elle si ça se trouve - Vous êtes souvent considéré comme l’un des apôtres de l’heroic fantasy et de la science-fiction. À quel point pensez-Vous que La Bible ait influencé des auteurs plus modernes tels que Tolkien ou J.K. Rowling ?
Dieu : Je me refuse à faire des comparaisons mais il est vrai qu’Harry Potter, Gandalf et Jésus Christ sont assez proches en tant que personnages lunaires refusant la réalité et se réfugiant dans des comportements ésotériques à base de magie. Mais ça ne M’intéresse pas plus que ça. Je laisse ce genre d’analyses à ceux qui n’ont vraiment que ça à faire.
BCEitv5.jpg

« Je n'ai aucun pouvoir sur les gens. La seule chose que Je suis capable de faire, c'est de changer la couleur de mes lunettes et de ma veste super méga vite. »

sencyclopédie : À ce propos on ne compte plus les ouvrages qui ont été consacrés à « La Bible », les uns se contredisant avec les autres. Quel regard portez-vous à la fois sur les exégètes et sur les détracteurs de Votre œuvre ?
Dieu : Au départ ça m’amusait de voir le monde entier s’entredéchirer pour savoir si telle ou telle histoire que J’avais pu écrire devait être prise pour argent comptant ou pas. Mais c’est parfois allé trop loin et ça M’a lassé. Désormais je ne M’en préoccupe plus.
sencyclopédie : Dernière question : Vous avez aussi eu à subir les affres du plagiat avec un gros manque à gagner à la clé. Pourquoi ne Vous êtes-Vous jamais prononcé sur le sujet ?
Dieu : Je ne veux pas me faire l’avocat du diable mais ça ne Me surprend pas que certains aient cherché à se faire de l’argent sur Mon dos. Tous les hommes ont des défauts, à commencer par Moi, et la cupidité n’est pas le moindre.
sencyclopédie : Eh bien merci beaucoup pour votre temps Dieu.
Dieu : De rien. Et surtout pensez à votre obole avant de partir.


BCEitv4.jpg

Après l'interview, Dieu (à gauche avec le béret) a bu le verre de l'amitié avec notre journaliste (à droite avec le béret)

Scènes coupées

Malgré sa longueur, le nombre de personnages et de saynètes qu’elle contient, « La Bible » aurait pu être encore plus volumineuse. En nous laissant pour la première fois fouiller dans ses archives, Dieu nous a en effet permis de trouver des ébauches de textes qui auraient pu trouver une place dans l'œuvre globale. Certains offrent même des explications sur quelques pans de l’histoire restés longtemps flous voire carrément imbitables. À tel point qu’on se demande pourquoi l'auteur n’a pas décidé de les publier dans la toute première édition. À sa décharge, on dira que Dieu est une sorte de disciple du culte du mystère.

Avertissement au lecteur

Les scènes coupées de « La Bible » que nous vous livrons ici pour la première fois sont publiées telles quelles, brutes de fonderie. Ceux qui connaissent le texte par cœur ne devront donc pas s’étonner que certains noms de personnages ou de lieux soient différents de ceux cités dans le texte originel. N’étant pas liées entre elles, nous avons décidé de vous les livrer dans l'ordre dans lequel elles auraient pu apparaître dans le livre de Dieu. Pour en faciliter la lecture et les remettre dans le contexte, nous les avons tout de même précédées d’un petit texte introductif ainsi qu’avec les éventuelles notes indicatives écrites de la main même de Dieu.

Les enfants d’Adam et Ève

  • Contexte
BCEtatiana.jpg

« Alors Dieu présenta Tatiana à Adam. Et Adam vit qu'elle était bonne. » Genèse, Livre 5, psaume 28

À peine chassés du Paradis Terrestre, Adam et Ève engendrent deux enfants Caïn et Abel. Deux garçons pour être précis. Or, dans les chapitres suivants, Dieu embraye tout de suite sur l’histoire de Noé et compagnie. Adam et Ève ayant été les premiers habitants de la Terre, on se demande donc bien comment ils ont pu assurer une descendance à l’humanité en ayant deux fils... Le chapitre inédit suivant nous en dit plus :


Genèse – Livre 5 – Psaume 28
« Sacrée descendance »



Adam s’adressa à Dieu. « Tu m’as créé à ton image ce qui est bien, mais Tu[1] as créé ma femme à l’image de ta concierge, ce qui est chiant ». « Dieu de miséricorde, trouve-moi une autre femme parce que là j’en ai vraiment ras la feuille de vigne ». Et Dieu, Qui voulait rester Peinard[2], fit à Adam le don d’une autre femme. « Adam, voilà Tatiana[3], prends-la autant que tu veux et engendre la multitude ».



Notes de Dieu

  1. Penser à garder l’idée de la majuscule quand on fait référence à Moi, ça fait classe
  2. Pas trop abuser de la majuscule non plus
  3. Fait un peu trop nom de pute, penser à changer

Noé et le déluge

  • Contexte

Après une Nième engueulade avec les hommes, Dieu décide d’en finir une fois pour toutes en les noyant sous un déluge de pluie pendant 40 jours et 40 nuits. Mais il se rend compte que s’il fait ça, il n’a plus rien et son histoire s’arrête. Dans « La Bible » telle qu’on la connaît, il confie donc à Noé le soin de sauver sa famille et un couple de chaque espèce animale vivante en fabricant une arche monumentale. Une idée simple sur le papier mais pas si facile à mettre en œuvre :

Genèse – Livre 6 – Psaume 1
« Négociation »



Dieu se montra à Noé et lui parla ainsi. « Pour la dernière fois Noé, tu vas me construire ce putain de bateau de merde et tu vas m’embarquer tout ce petit monde fissa ». « Mais Seigneur, je n’y connais rien du tout ni en navigation ni encore moins en charpenterie[1]. Je ne sais même pas si ce mot existe. Je suis un pauvre bédouin, j’ai même jamais vu la mer ». « Qu’importe misérable créature, débrouille-toi où tu subiras toi aussi les ravages de Ma colère ». « Ok mais c’est payé combien ? Et puis tu as pensé à la suite ? Quand je vais me retrouver tout seul avec ma femme et mes gosses, qui c’est qui va assurer la descendance de l’humanité ? ». Dieu réfléchit et se dit que l’objection de Noé n’était pas dénuée de fondement. Aussi lui répondit-il : « Noé, voilà Svetlana, prends-la autant que tu veux et engendre la multitude[2] ».



Notes de Dieu

  1. Idée à potentiel : penser à faire un personnage charpentier ou éventuellement fils de charpentier dans un prochain chapitre
  2. Attention, risque de répétition

Moïse et les plaies d’Égypte

  • Contexte
BCEramses.jpg

« La Pharaon Ramsès était malin comme un singe mais il avait vraiment un goût de chiotte pour les fringues. » in. Exode, Livre 2, Psaume 3

Esclaves du Pharaon d’Égypte, les Hébreux s’en remettent à Moïse pour les libérer de leurs chaînes et les guider vers la Terre Promise. Mais Ramsès ne veut rien entendre et Moïse est obligé d’employer les grands moyens en faisant subir à l’Égypte et ses habitants de terribles catastrophes. Mais avant les pluies de grenouilles, les invasions de sauterelles ou la mort des troupeaux, Dieu avait eu une autre idée qu’Il n’a toutefois pas retenue comme on le voit dans le dialogue suivant.


Exode – Livre 2 – Psaume 3
« Quelle plaie »



Moïse : Pharaon, si tu ne libères pas mon peuple, la colère de Dieu s’abattra sur toi et les tiens
Ramsès : Cause toujours, tu m’intéresses.
Moïse : Très bien. Prépare-toi alors à subir la première plaie d’Égypte
Ramsès : Une minute… Si tu dis que c’est la première, c’est qu’il y en aura d’autres. Et s’il y en a d’autres, c’est que je n’aurai pas cédé.
Moïse : Je comprends rien. Où veux-tu en venir ?
Ramsès : Réfléchis deux secondes. À partir du moment où il y en aura une deuxième et que je n’aurais pas cédé, je ne vois pas l’intérêt de faire subir à mon peuple cette plaie puisqu’elle aura été inefficace. C’est du temps et de l’énergie gaspillés pour rien du tout.
Moïse : Très bien, puisque tu ne veux faire ton malin, je vais déclencher sur toi la colère de Dieu directement avec la deuxième plaie d’Égypte. Là tu vas être bien attrapé.
Ramsès : La seconde ou la deuxième ?
Moïse : Ça change quoi ?!
Ramsès : La deuxième sous-entend qu’il y en aura une troisième alors que la seconde implique que ça va s’arrêter là. C’est de la grammaire basique.[1]
Moïse : Mais j’en sais rien moi ! Ça dépend de toi justement que ça s’arrête ou pas !
Ramsès : Bon ok, envoie, on verra bien.



Notes de Dieu

  1. Vérifier si c’est valable avec des hiéroglyphes

Coup de théâtre

  • Contexte

Très romancée et assez verbeuse, « La Bible » laisse assez peu la place au suspense. Il existe toutefois un moment fort où toutes les tensions semblent exploser tel un ressort, c’est la fameuse scène où Jésus Christ, en proie au doute, rencontre Dieu en personne. Même ceux qui n’ont jamais lu le livre connaissent cet épisode qui pourtant était présenté d’une manière radicalement différente sur les brouillons que nous avons lus.

BCElasercross.png

Nouveau Testament – Livre 7
« Révélation »



Dieu : Tu ne peux pas t’échapper. Ne m’oblige pas à te détruire. Jésus, tu ne réalises pas encore ton importance. Tu commences tout juste à découvrir ton pouvoir. Rejoins-Moi et Je complèterai ton entraînement.
Jésus : Jamais je ne Vous rejoindrai !
Dieu : Si seulement tu connaissais le pouvoir du côté obscur de la Foi. Pierre ne t’a jamais dit ce qui était arrivé à ton père.
Jésus : Il m’en a dit assez ! Il m’a dit que Vous l’avez tué !
Dieu : Non, Je suis ton père, Jésus.[1].
Jésus : Non ! Non ! Ce n’est pas vrai ! C’est impossible !
Dieu : Écoute ton cœur, tu sais que c’est vrai
Jésus : Nooooooooooooon ! Nooooooooooooooon !



Notes de Dieu

  1. Très bon !

Le lecteur cultivé aura par ailleurs noté que cette scène pourtant inédite aura été pompée presque intégralement par Shakespeare dans Hamlet.

Le bêtisier de « La Bible »

Les scènes que tout le monde connaît issues de « La Bible » n’ont pas toutes été écrites du premier jet. Témoins ces quelques extraits retrouvées dans les archives de Dieu et que nous avons le bonheur de pouvoir vous faire partager. On a aujourd’hui du mal à imaginer ce qu’aurait donné le texte si Dieu les avait laissés en l'état.

BCEjesus.png

Next !

BCEabraham.jpg

Dieu : Bon cette fois pas de blague : tu comptes jusqu'à 3 dans ta tête avant de planter le couteau.

Abraham fut mis au défi par Dieu. Pour Lui prouver sa foi, il devrait sacrifier son fils. Abraham n'hésita pas un instant. Dès qu'il reçut l'ordre de Dieu, il prit un couteau et le planta dans le cœur de Jacob, son aîné qui mourut aussitôt.

Dieu : Eh mais attends, t'es con ou quoi ? On te dit de tuer ton fils et boom tu le plantes aussi sec. Non mais Je pensais que tu allais quand même hésiter un peu et que J'aurais tout le temps d'intervenir. C'était un test nom de Moi, un test tu saisis ? Bon on va la refaire mais cette fois tu Me laisses le temps d'arrêter ta main avant de trucider ton autre fils. Isaac ! Viens voir ton papa s'il te plait ! Il a un truc à te demander.

Les cheveux en quatre

Samson, se réveillant « Oh mais Dalila, traîtresse, qu’as-tu fait ? Pourquoi tu m’as rasé les poils des couilles ? »

DTC

L'archange Gabriel dit à Marie : « Tu enfanteras le fils de Dieu et tu resteras vierge et tu seras honorée pour ton immaculée conception et tu seras bénie entre toutes les saintes. Tu seras la mère de notre Seigneur et tu seras notre mère à tous. Ta virginité sera notre sanctuaire. » Et Marie répondit « Ok mais est-ce que j’ai quand même droit à la sodomie ? »


10 et 10

BCEmoise.jpg

Moïse : C'est pas ma faute ! Ce con de Dieu a gravé les tables en chinois !

Et devant le peuple d’Israël, Moïse brandit les tablettes que Dieu lui avait confiées sur le mont Sinaï. Et il parla à son peuple ébahi. « Voici les Tables de la Loi sur laquelle sont gravées les 10 plaies d’Égypte... Euh non merde, je voulais dire les 10 commandements. Y a rien à faire ça rentre pas. »

Ça marche pas

Jésus dit à l'infirme : « Lève-toi et marche ! ». Et l'infirme répondit : « Et ça t'amuse ? »

Clouer le bec

Crucifié pour libérer les hommes du péché, Jésus sentit que ça le grattait sous le bras gauche et apprit ce qu’était la vraie souffrance.

Péchés

Marie-Ange Nardi : En sept briques : Gourmandise
Laurent Broomhead : Concombre
Marie-Ange Nardi : Luxure
Laurent Broomhead : Martine Aubry
Marie-Ange Nardi : Avarice
Laurent Broomhead : Jambe
Marie-Ange Nardi : Orgueil
Laurent Broomhead : Quoi ?
Marie-Ange Nardi : Paresse
Laurent Broomhead : Pyramide
Marie-Ange Nardi : Envie
Laurent Broomhead : Mort
Marie-Ange Nardi : Colère
Laurent Broomhead : Oui

Reportage : BibleCon, la Convention des Adorateurs de la Bible

Au fil des années, « La Bible » a engendré un véritable culte autour d’elle. Parfois même avec excès, certains aficionados allant même jusqu’à suivre à la lettre les textes voire carrément célébrer les héros du texte. Ce n’est évidemment pas la seule œuvre dans ce cas. Des écrits tels que les Comics de Marvel, le Seigneur des Anneaux ou même des films comme La Guerre des Étoiles ont également leurs adeptes. Mais « La Bible » est sans doute celle qui connaît le plus de ferveur, les fidèles se réunissant parfois toutes les semaines dans des sortes de messes païennes.

À l’occasion de la sortie de l’édition collector de l’ouvrage de Dieu, nous sommes allés faire un reportage photo complet à BibleCon, la Convention Mondiale Annuelle des Adorateurs de la Bible qui s’est tenue cette année en plein cœur de Rome en Italie. Un vrai festival de Cosplay biblique !

BCEbenoit.jpg

Benoît X (il a préféré conserver l'anonymat) de Dresde est l'un des fans de la première heure de Dieu et de son œuvre littéraire. « Oui, c'est sûr, c'est une passion qui me coûte cher ne serait-ce qu'en déguisement mais rien de tel que l'authenticité quand on veut jouer le jeu à fond. »

BCEcroix.jpg

Les adeptes vont parfois jusqu'à reconstituer des scènes entières de « La Bible » comme ici dans les rues de Rome où est interprété avec plus ou moins de vraisemblance l'épisode dit du « Chemin de Croix », un des derniers chapitres du bouquin.

BCEsoeurs.jpg

Beaucoup de clubs se sont cristallisés sur les fondements de « La Bible ». Pendant les conventions d'adeptes, ils sont reconnaissables à leurs couleurs que les détracteurs assimilent parfois à de véritables uniformes. Ici le club dit des « Sœurs de l'Apocalypse ».

BCElanparty.jpg

Toujours bon-enfant, les réunions Cosplay liées à « La Bible » sont aussi l'occasion de s'amuser comme ici au cours de la plus grande Lan Party organisée lors de BibleCon 2011. Hélas, on avait oublié les tables et les ordinateurs.

BCEklan.jpg

Dans les années 60, de nombreuses conventions bibliques se sont déroulées dans les états du sud des USA, avec le faste et la grandiloquence propres aux américains.

BCEguerre.jpg

Depuis plusieurs années, un paint-ball géant est organisé à la frontière Israëlo-palestienne au nom de « La Bible ».

Le mot de la fin

Eh bien Ma foi Je pense avoir fait un beau tour du sujet. Si avec ça vous n'avez pas envie de vous précipiter pour acheter l'édition collector de « La Bible », Je ne sais pas ce qu'il vous faut. Par contre, Je vous demande d'être très vigilant. Le succès appelant la méfiance, « La Bible » a été souvent copiée, plagiée, exploitée et même adaptée au cinéma. Ne vous faites pas avoir. Il n'existe qu'une seule édition collector officielle de « La Bible », ne tombez surtout pas dans les mailles de ceux qui vont essayer de vous faire croire autre chose. Doutez, doutez... il en restera toujours quelque chose.


Icône religion.svg  Portail de l'Irreligion

Qu'avez-vous pensé de La Bible Édition Collector ?
 
1673
 
403
 
47
 
16
 
19
 
68
 
44
 

Ce sondage a été créé le 21 juin 2011 12:31 et 2270 personnes ont déjà voté.


PtitMonkee.jpg Article cradopoulo ma kif kif maousse costo
Cet article a sa place au soleil du Top 10 des articles de 2011.
Bestof v1.png
Meilleurde.jpg
Cet article a été élu dans le Best Of de la Désencyclopédie !
Partage sur...
Autres langues
wikia