Léon Trotsky

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher
« Trotsky-zofrèn lol XD C maren ta comprit lol ?  »
~ Un Kevin à propos d'un gars dont il a entendu le nom en cours d'histoire


Léon Trotsky (ou Trotski ; en stalinien: Le gros bâtard) de son vrai nom Tovarich Léon, est une légende du free-ride soviétique.

Il naquit en 38 avant Octobre Rouge à Thonon-Les-Bains (Grand port français), il se tue accidentellement lors d'une démonstration au Mexique en l'An 23 après Octobre Rouge. Voir plus bas.

[modifier] Biographie

Léon naquit dans une famille monoparentale au chômage (sa mère s'étant enfuie avec un célèbre pirate du Lac Léman quelques mois auparavant). Son père, un pizzaïolo viré pour emploi fictif reforme le fameux "Gang des Cotos" avec quelques acolytes du goulot... il fut abattu en 24 après R.O par le redoutable milicien de la National Soviet Corporation (NSC) en faisant du ski .Il faut noter que les mots de Staline lorsque celui ci apprit la mort de son rival furent : " Mais comment avez vous fait pour trouver une montagne enneigée au mexique?".

[modifier] Le Foyer, les narcoleptiques, l'athéïsme et la glisse

À la mort de son père Léon fut placé en foyer, serviable, attentionné et excellent élève, il fut un enfant modèle. Très croyant il passa le plus clair de son temps à l'église et pourtant... inexplicablement Léon contracta une maladie infantile, le socialisme sous une forme extrêmement aiguë (que l'on appelle vulgairement le communisme), les premiers symptômes sont comme souvent, la débauche, la médiocrité scolaire et intellectuelle, la vulgarité et l'addiction aux drogues dures. C'est à cette période qu'il connut le drame le plus marquant de sa vie. Il fut renvoyé de son collège pour activité révolutionnaire : En effet, il avait mit une pâte à mâcher goût vodka dans une serrure. C'est pendant cette période sans activités qu'il va écrire ses plus grandes oeuvres : "La rotation permanente", "Staline, je ne le connais pas encore, mais je lui fais pas confiance" et le grand " L'alpinisme pour les nuls ou l'art d'utiliser son piolet"...

Ses amis, de grotesques hippies rmistes l'amenèrent un jour à bord de leur charrette dans un affreux périple à la con qui les mènera, après une halte dans un château squatté par des paysans nihilistes, aux profondeurs d'une prison provinciale pour viol collectif indirect sur la personne de Dieu.

Déclarés coupables du viol de l'actionnaire principal de la Bible, le groupe est condamné à mort par double pendaison, pourtant Léon s'en échappa grâce à un trou portable. (Une évasion qui pour certains nazis est orchestré par les forces occultes en la personne du complot judéo-franc maçonnique). C'est là qu'il prit le pseudonyme de Trotsky, lu dans un livre d'histoire parlant de son "lui" futur, trouvé dans la faille spacio-temporelle du trou portable.

Fugitif Léon trouve refuge dans les Montagnes russes de l'oural.

[modifier] A l'aube d'Octobre Rouge, l'incroyable invention

Pour se fournir en came, il apprit à se servir d’un piolet, non seulement pour racketter les bourgeois, mais aussi pour se déplacer rapidement dans la neige. (Bizarrement, Trotsky détestait l'alpinisme, surtout quand il en fait avec les copains mexicains de Staline, on ne sait pourquoi.) Durant les quelques années qui précèderont Octobre Rouge, Léon sera l'auteur de remarquables inventions qui aujourd'hui encore font partie de notre quotidien:

- Les escaliers impairs (3, 5, 7 marches...etc) cette grande création qui fascine toujours avait originellement pour but d'empêcher l'ascension des escaliers deux marches par deux marches en terminant par un nombre pair d'enjambées, le grimpeur devait indubitablement terminer sa série par une marche normale ou bien un saut de trois marches.

- Scratcher en croix (bien que le brevet est contesté) serait une des inombrables conceptions du personnage. Grand signe d'esthétisme sans frontières.

Mais la plus fascinante de toutes reste encore l'invention des Skis. C'est dans un état pourtant normal de 2 grammes de sang dans l'alcool que Léon arrache deux vieilles planches et les fixe à ses pieds sans but précis. La légende dit qu'une magnifique bergère vierge courait nue dans la neige quand Léon s'élança à sa poursuite sans se rendre compte que les planches étaient toujours attachées à ses pieds il glissa si vite qu'il alla percuter la bergère et il se marièrent. C'est également Trotsky qui impose la limite d'un ski par jambe, au delà le risque d'accident mortel étant trop important. Et effectivement, c'est bien connu, Trotsky tue le ski.

[modifier] La fin

Quand le piolet eut commencé à en avoir marre, il se retourna contre son maître, accompagné de son marteau, qui du même coup l’a perdu (son maître).

Et c’est ainsi, en mémoire de son copain de CP, que Karlheinz Stockhausen créa le célèbre opéra chanté par la Callas, le Marteau sans maître.

C’est aussi ainsi que le piolet fut ajouté aux armes communistes et anarchistes. Autre élément notable du palmarès des armes "rouges",la faucille, tantôt utilisée en tant que frisbee ( sport dangereux en URSS ), tantôt utilisé comme pic a glace par les alpinistes voulant planter le drapeau rouge au sommet des montagnes de chaque pays.


Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
wikia