L'homme est un loup pour l'homme

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

Le proverbe « l’homme est un loup pour l’homme », s’il est vrai, est lourd de conséquences : je suis un homme, et tous ceux qui pour moi sont des hommes ne sont pas des hommes puisque l’homme est un loup pour l’homme.

Or pour moi-même, il est clair que je suis un homme et non un loup, alors je ne suis pas un homme puisque l’homme est un loup pour l’homme, et donc la certitude que j’ai de mon identité est erronée.

De plus, si je suis réellement un homme, alors je dois être un loup pour moi-même et je ne peux pas faire la différence entre un loup et un homme, or je sais que j’en suis parfaitement capable, donc je ne suis pas réellement un homme, j’en ai juste la certitude mais c’est une illusion.

Si j’ai raison en ayant formulé ce proverbe, je ne peux pas être un homme, et il est donc parfaitement normal que pour moi les hommes sont des hommes et non des loups, ce qui ne contredirait la première implication du proverbe que si j’étais vraiment un homme, les hommes ne sont hommes que pour celui qui n’est pas un homme.

Je ne me suis pas trompé sur l’identité des hommes, mais bel et bien sur la mienne. Si chaque homme fait la même découverte, il découvrira qu’il n’est pas un homme, et comme les hommes ne sont des hommes que pour celui qui n’est pas un homme, chaque homme saura qu’il n’est pas un homme, et pourtant considérera ses semblables comme des hommes. Aucun homme ne croira plus qu’il fait partie de l’humanité. L’humanité, quant à elle, disparaîtra.

Celui qui découvre cette vérité peut en être bouleversé : «Mais on ne peut nier le fait qu’il y a de vrais loups, qui sont à la fois loups en eux-mêmes et loups pour l’homme!"

Il s’ensuit qu’il y a deux types de loups, pour l’homme : les vrais loups et les hommes qui sont des loups pour les hommes. Si je me trouve face à un loup, comment saurai-je s’il s’agit d’un loup ou d’un homme ?

Si je me vois dans un miroir ou dans un lac, je devrais voir un loup, puisque on m’a toujours appris que j’étais un homme. Or je ne vois pas un loup, mais bien un homme ! Je sais très bien faire la différence entre un loup et un homme, grâce à ce que j’ai appris, mais je commence à comprendre que la différence n’est, somme toute, qu’un artifice que les hommes se sont inventés pour se hhr qu’ils étaient des loups les uns pour les autres.

En fait, j’en ai bien peur, le Grand Méchant Loup est sans doute un homme abominable qu’on a préféré faire passer pour un loup, afin de dissimuler la honte qu’il représente pour le genre humain. Le loup du chaperon rouge est un cannibale, celui de Tex Avery est un proxénète, le vieux loup de mer est un homme qui a peur de vieillir et qui fait vieillir le loup à sa place, les loups du Gévaudan sont des SDF qu’on a parqués là.

De là il est facile de conclure : les hommes sont tous des loups pour les hommes, moi qui suis un homme je dois sûrement être un loup et je ne m’en étais pas rendu compte, et les hommes que je côtoie ne sont pas des hommes, mais des loups. Mais dans ce cas, le loup n’est-il pas un homme pour le loup ? C’est sûrement vrai, car moi qui suis un loup j’ai toujours cru que j’étais un homme, à moins que ce proverbe ne veuille me faire croire que je suis un loup. Si c’est le cas, alors je suis bien un homme et non un loup, et les hommes que je côtoie sont bien des hommes et non des loups.

Rugnat-BigBadWolf.gif Le loup a dit :
AOOOOOOOOOUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUHHHHHHHH




Logolangue.png  Portail des langues  •  MjPsy.png  Portail des problèmes psychiques


Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
Partage sur...
wikia