L'expérience du fonctionnaire de Schrödinger

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

L'expérience du fonctionnaire de Schrödinger fut imaginée en 2010 par l'homme politique Nicolas Sarkozy, afin de mettre en évidence certaines lacunes supposées de la politique française, et particulièrement de résoudre le problème de la dette publique.

La politique est relativement difficile à concevoir car sa mise en oeuvre repose sur des amplitudes de probabilité (fonctions d'opinion publique). Ces fonctions d'opinion publique peuvent se trouver en combinaison linéaire, donnant lieu à des « états superposés ». Cependant, lors d'une opération dite de "coupe dans les budgets de l'Etat" l'objet quantique sera trouvé dans un état déterminé ; la fonction d'opinion publique donne les probabilités de trouver ou non la population dans la rue.

C'est pour faire apparaître la difficulté de couper dans le budget de l'Etat et pour poser de manière frappante le problème, que Sarkozy a imaginé cette expérience de pensée.


[modifier] "L'expérience"

Nicolas Sarkozy a imaginé une expérience dans laquelle un fonctionnaire est enfermé dans une boîte fermée avec un dispositif qui le tue dès qu'il détecte la désintégration d'un atome d'un corps radioactif. Sarkozy proposait de l'acide cyanhydrique, qui peut être enfermé sous forme liquide dans un flacon sous pression et se vaporiser, devenant un gaz mortel, une fois le flacon brisé.

Si les probabilités indiquent qu'une désintégration a une chance sur deux d'avoir eu lieu au bout d'un an, la mécanique quantique indique que, tant que l'observation n'est pas faite, l'atome est simultanément dans deux états (intact/désintégré). Or le mécanisme imaginé par Nicolas Sarkozy lie l'état du fonctionnaire (mort ou vivant) à l'état des particules radioactives, de sorte que celui-ci serait simultanément dans deux états (l'état mort et l'état vivant), jusqu'à ce que l'ouverture de la boîte (l'observation) déclenche le choix entre les deux états. Du coup, on ne peut absolument pas dire si le fonctionnaire est mort ou non avant la fin de l'expérience ; par extension, l'opinion publique ne peut pas se décider.

[modifier] Les enjeux expérimentaux

Les enjeux expérimentaux sont nombreux.

[modifier] Les enjeux théoriques

Cette expérience permet de prouver une théorie de Sarkozy relative à l'extrême difficulté de mener l'action politique. Cette théorie s'énonce très simplement :

"Tous peuvent dire non, personne peut dire oui ! Celui qui a le plus petit pouvoir peut empêcher de faire une plus petite chose, mais celui qui a le plus grand pouvoir ne peut pas permettre de faire une petite chose. Le pouvoir de dire non, en fait, n'existe p... existe et le pouvoir de dire oui, non. Parce que chaque pouvoir équilibre l'autre dans un pouvoir de paralysie quasi-générale".

En effet, dans le cadre de cette expérience, si le fonctionnaire était mort de façon assurée, il ne serait nécessairement plus employé par l'Etat, ne couterait donc rien ; les tenants de l'orthodoxie budgétaire seraient assurés de vivre dans le meilleur des mondes tandis que les autres fonctionnaires, outrés, diraient non, et donc ils pourraient "empêcher de faire une petite chose". A contrario, si le fonctionnaire pouvait être considéré de façon certaine comme vivant, ce sont les tenants de l'orthodoxie budgétaire qui s'opposerait, empêchant de "faire une petite chose" (sic).

Dans les deux cas donc, l'opinion publique prend un état déterminé, et le chaos règne. En revanche, en situation expérimentale, le fonctionnaire est à la fois mort et vivant. Aussi, ni les fonctionnaires ni les libéraux ne peuvent se plaindre, l'opinion publique n'est donc pas affectée, et personne n'est dans la rue.

[modifier] Les enjeux pratiques

Cette solution, bien qu'expérimentale, pourrait très bien avoir une portée pratique. Démonstration :

[modifier] A petite échelle

Soit un fonctionnaire de catégorie B dans une boite fermée pendant un an.

Si le fonctionnaire est enfermée dans la boite, il ne travaille pas. Toute travail mérite salaire. A contrario, l'absence de travail ne mérite aucun salaire. Aussi, le fonctionnaire enfermé ne mérite aucun salaire, bien qu'il garde son statut de fonctionnaire. De ce fait, ni les ultra libéraux, qui refusent de payer les fonctionnaires, ni les fonctionnaires, qui refusent qu'on leur retire l'un des leurs, ne peuvent se plaindre.

L'économie réalisée est donc de 15 000 € par an en moyenne et personne ne peut se plaindre.

[modifier] A grande échelle

Soit 1 million de fonctionnaires de différentes catégories dans des boites fermées pendant un an.

Suivant le même raisonnement

L'économie réalisé est de 15 000 000 000 € par an en moyenne et personne ne peut se plaindre

L'expérience du fonctionnaire de Schrödinger, bien que cruelle, pourrait donc régler une fois pour toute le problème de la dette publique sans jeter l'ensemble de la population dans la rue.


La mécanique quantique c'est fastoche grâce à Erwin Schrödinger

Erwin-Schrodinger.jpg

Shoah de SchrödingerÉquation de SchrödingerChat de SchrödingerChat de Schrödinger côté chatErwin SchrödingerL'expérience du fonctionnaire de SchrödingerPingouin de SchrödingerSchrödinger de SchrödingerSIDA de SchrödingerDésinformation:Vague de froid en Russie : Les descendants d'Erwin Schrödinger portent plainteThéorie des cordons


Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
Partage sur...
wikia