L'art de pourrir la vie de son colocataire

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

Vous avez entre 20 et 30 ans et vous avez opté pour la collocation parce que vous être trop pauvre pour faire autrement.

Vous avez signé un contrat et vous n’êtes pas assez musclé pour abuser de vos forces afin de le faire dégager (le colocataire, pas le contrat bien sûr) ?

Pas de panique, nous sommes là pour vous aider à régler les détails de cette situation délicate.

[modifier] Comment pourrir la vie de son colocataire, jusqu'à qu'il craque, qu'il lèche les ampoules et qu'il court en levant les bras et en les agitant vers le ciel...

Comme vous n’avez pas le droit de virer votre colocataire, comme la discussion est impossible, comme en plus vous avez peur de lui, vous devrez donc vous conduire en bonne vieille fourbasse des familles, gardez-bien à l'esprit que quand on ne peut pas user de la force il reste une arme bien plus redoutable encore, cette arme c'est le stratagème et son utilisation tant "sournoise" que rusée.

[modifier] Phase N°1 : observation du Problème

Afin de mieux comprendre l’individu récalcitrant, vous devrez l’observer discrètement pendant au moins deux semaines. Tenez un carnet dans lequel vous noterez jour après jour, ses horaires de présence dans l’appartement, les endroits où il a l’habitude de se poster, ses activités favorites ainsi que ses habitudes alimentaires. Durant ces quinze jours vous prendrez soin de ne pas vous disputer ni de vous battre avec Le Problème afin d’endormir sa méfiance.

Gardez en tête que Le Problème est un con à l’égo surdimensionné et qu’il a du mal à comprendre à quel point votre haine a grandi à son égard ; si vous vous y prenez bien, il ne se doutera donc de rien.

En tout cas pas de suite...

[modifier] Phase n°2 : passage à l’acte

Le Problème n’a pas conscience d’en être un, et comme tout parasite, il se trouve très bien là où il est. Le but sera donc de lui donner envie de partir de lui-même (ou en tout cas de lui pourrir la vie). Nous avons élaboré plusieurs techniques à cet effet et, dans notre générosité sans failles, nous avons décidé de vous les communiquer.

[modifier] Technique neumbeur ouane (dite « du psychopathe »)

Nuvola apps important.png
Faites attention !
Cette technique n'est pas sponsorisée par la SPA.

Jusque là vous aviez peur du Problème pour diverses raisons : il est plus grand que vous, il est plus fort, il aime se battre et il a fait de la prison ; nous l’avons compris, il vous surpasse physiquement parlant.

Mais, vous ne vous faîtes aucun doute sur le sujet, vous le surpassez intellectuellement. En réalité même un poney le surpasse intellectuellement. Bref, puisque vous ne l’impressionnez pas physiquement, vous devrez l’effrayer d’une autre manière. Et quoi de plus simple pour vous que de vous transformer en un psychopathe légèrement angoissant ?

[modifier] La bonne tartine énergétique

Prenez l’habitude de venir prendre votre petit déjeuner en compagnie du Problème quelques jours avant le passage à l’acte. Celui-ci feindra de lire FHM pour ne pas avoir à vous parler ; mais peu importe, en réalité et vous le savez très bien, il vous observe du coin de l’œil.

La veille du jour J, vous aurez pris soin d’aller dans une animalerie spécialisée en N.A.C et vous y aurez acheté un gros rat (ils sont destinés aux serpents).

Le lendemain matin, attrapez le gros rat, un coton imbibé d’éther et tuez Ratus en lui faisant respirer le coton.

Blue girl-1.png
La nana aux cheveux bleus dit :
N’ayez pas de scrupule, il vaut mieux que Ratus meure comme ça que déchiqueté par les crocs du boa constrictor auquel il était initialement destiné.



Mettez Ratus dans un récipient adapté et installez vous avec devant Le Problème. Sortez délicatement le rat mort de sa boîte, attrapez-le par la tête, tranchez-lui la gorge et feignez de boire son sang…

Bon, là je vous vois venir « oh mais c’est dégueulasse, je peux pas faire ça gna-gna-gna... » Je me contenterai donc de vous rappeler que vous avez déjà éventré divers rongeurs en cours de bio au lycée et qu’à l’époque vous faisiez le malin devant vos copains.

Donc sortez vous un peu les doigts du cul, bordel ! Il faut ce qu’il faut et vous serez bientôt débarrassé du Problème (et pour compenser vous achèterez alors un rat que vous traiterez comme un prince jusqu’à qu’il meure d’une tumeur dans d’atroces souffrances, comme tous les rats domestiqués de la terre…)

Bref, barbouillez vous la tronche de sang de rat en prenant un air extasié (mais toujours sans regarder ni faire attention aux protestations du Problème). Puis prenez une tranche de pain, posez-y le corps du rat et appuyez un peu dessus avec le plat du couteau, comme si vous alliez vous préparer une bonne tartine de rat.

Levez-vous et feignez de manger la tartine de rat en vous dirigeant vers votre chambre. (Attention ! Pas la peine de manger le rat entier !) Vous pouvez le jeter à la poubelle, l'essentiel est que vous gardiez la queue pour la faire dépasser de votre bouche lorsque vous reviendrez dans la cuisine où vous ferez en sorte de croiser votre Problème... avant d’aller vomir discrètement.

Si Le Problème vous fait un commentaire au sujet de votre petit déjeuner, proposez lui de goûter : « c’est plein de vitamines le rat, tu savais pas ? »

[modifier] Votre ami idéal

Quelques jours plus tard, trouvez une boucherie chevaline,prenez un bon steak de 500 gramme, prétendez être un artiste et demandez au boucher de vous donner (ou de vous vendre) un crâne de cheval chaud. Mettez lui un bonnet sur la tête et le soir venu, regardez la télé dans le salon en attendant Le Problème. Vous tiendrez le crâne de cheval dans vos bras comme un gentil nourrisson.

Lorsque Le Problème arrive enfin, montrez-lui le crâne en prenant un air attendri : « Je l’ai appelé Félix comme mon père. Et c’est mon ami maintenant. »

Bercez délicatement le crâne en lui murmurant des choses inaudibles toute la soirée…

Attention ! Si jamais Le Problème semble se prendre d'affection pour Félix, il faut agir rapidement : un soir, accusez Félix d'un délit mineur (comme par exemple laisser son linge dans le lavabo), grondez-le un peu, et le lendemain, placez les restes de Félix (que vous aurez réduit en miettes dans la nuit) bien en évidence dans l'appart. Si jamais Le Problème pose des questions, répondez d'un air détaché : "Oh, ce doit être un accident,flûte traversière".

[modifier] Les suppôts de Satan

Une autre fois fabriquez du faux sang (sirop de glucose + ketchup), remplissez-en plusieurs verres transparents et posez-les sur votre partie de l’étagère dans le frigo. Ne répondez qu'évasivement si on vous pose des questions sur le sujet.

Blue girl-1.png
La nana aux cheveux bleus dit :
N'oubliez pas ! Continuez de vous balader régulièrement dans l’appartement avec Félix et murmurez-lui des choses inaudibles lorsque vous croisez Le Problème.



Laissez traîner des faux tracts dans tout l’appartement. « Rejoignez les amis de Satan et éliminons ensemble toute tentative de suprématie de l’église catholique sur le diable !!!!! » Une fois que vous êtes sûr qu'il en a vu un, posez alors des questions innocentes au Problème : « tu as été baptisé ? » « Aaaaah ? alors tu es catholique... »

Ne vous départez jamais du sourire hypocrite et pervers que vous aurez pris soin de travailler.

Quand l’hiver arrive, et lors d’une absence du Problème, invitez plusieurs potes au courant de la situation. Allez dans sa chambre, calfeutrez portes et fenêtre, chauffez la chambre au maximum et attendez que de la buée se forme sur les vitres. Écrivez alors bien distinctement dans la buée :

« Meurs ! Meurs ! Meurs ! Meurs ! Meurs ! Meurs ! Meurs ! Meurs ! Crevard ! Nique ta reum ! Va suc** des bites en enfer ! »


Baissez le chauffage, ouvrez la fenêtre pour faire disparaître la buée et sortez de la chambre. La prochaine fois que de la buée se formera sur ses fenêtres il pourra y lire votre message et risque de trouver la situation légèrement angoissante.

Si vous vous réveillez pour aller pisser la nuit, profitez-en pour aiguiser un couteau dans votre chambre. La plupart des gens se sentent quelque peu tendus au bruit d’une lame qu’on aiguise dans la chambre voisine, en pleine nuit… (Gniiik gniiik gniiik...)

Dans la journée et en présence du Problème, passez et recevez plusieurs appels à vos complices.

— Allo ? Ouais c’est moi. Ça y est c’est fait.
— Quelqu’un t’as vu ?
— Ben non chuis pas con, j’ai fait gaffe.
— Tu l’as mis où ?
— Là où on avait dit.
— T’as eu du mal ou bien…
— Non c’était rapide.
— OK, tu sais ce que t’as à faire maintenant ?
— Ouais-ouais.
— Je compte sur toi. A plus.

Regardez Le Problème en fronçant les sourcils pendant l’appel et tournez-lui le dos pour faire comme si vous cherchiez à être discret.

Vous pouvez également laisser maladroitement traîner des traces de vos activités récentes : un devis de pompes funèbres (si vous pouvez faire correspondre la taille du Problème avec celle du caveau, c'est un plus), un bon de location d'une tronçonneuse, une recherche Google sur la composition chimique de l'injection létale...

Ici je laisse place à votre imagination. Si le Problème est un trouillard, et que vous vous y prenez bien, il finira par prendre peur et ne renouvèlera pas son bail.

[modifier] Technique neumbeur tou (dite « de la nuisance olfactive »)

Le Problème aime cet appart malgré vous. Mais en sera-t-il de même si sa chambre devient irrespirable ?

[modifier] La technique du rideau hanté

Munissez vous d’une boite de maquereau au naturel, faites tremper les maquereaux dans de l’eau pour éliminer le maximum de gras et séchez-les bien dans du papier absorbant. Défaîtes quelques points les ourlets des rideaux de la chambre du Problème, insérez-y les maquereaux et refermez les ourlets.

Le maquereau n’aime généralement pas la chaleur d’une chambre et finit par se faire sentir. Le Problème est con, il cherchera indéfiniment la source de l’odeur sans jamais la trouver.

[modifier] Méthodes complémentaires

Si Le Problème a une armoire ou un placard dans sa chambre, glissez-y derrière un maroille ou un munster. Investissez dans un brumisateur, brumisez les vêtements du problème régulièrement afin que ceux-ci exhalent en permanence une bonne vieille odeur de moisi malgré les lessives successives. Frottez l’intérieur de ses chaussures et chaussons avec une gousse d’ail. Récoltez les insectes morts dans les halogènes de vos connaissances et mettez-les sur une ampoule (une en hauteur si possible) de la chambre du Problème. Découpez des petits bouts de steack cru et scotchez-les sur le haut des tiroirs d’un meuble de sa chambre. Démontez la grille de ventilation et laissez y un oeuf cuit. Enfin, laissez le temps faire son oeuvre…

[modifier] Technique neumber Sseuri (dite de « l’appartement piégé »)

Ou l’art de pourrir la vie de quelqu’un anonymement et de toutes les manières possibles.

Occupez vous des pièces les uns après les autres, jour après jour si le temps vous manque ou si Le Problème est trop souvent présent. Munissez-vous d'abord d’un kit de seringue (en vente dans des distributeurs ou à la pharmacie).

[modifier] Le frigo

Commençons par le frigo.

A l’aide de la seringue, percez de manière invisible (sur un bord si possible) les opercules des yaourts et autres desserts du Problème et injectez-y du sel fin (ou du poivre moulu dans les aliments de couleurs foncées).

Crachez dans toute boisson à votre portée (surtout si vous avez une rhino, une gastro ou le trycodozome).

Percez un trou dans chacune des coquilles de ses œufs.

[modifier] Les placards

Dans les placards. Si des paquets de brioches ou de gâteaux sont ouverts, brumisez-les et refermez-les bien.

Régulièrement, calez une grosse boîte de conserve en équilibre sur la porte d’un de ses placards en hauteur et refermez-le.

Dévissez les boîtes qui ont un couvercle mais faites en sorte qu’elles aient l’air suffisamment fermées pour que Le Problème les saisisse par le couvercle sans se méfier.

[modifier] La salle de bains

Injectez du citron dans son gel (ça pique). Injectez de l’huile de foie de morue dans son dentifrice. Mettez un peu de piment de Cayenne sur toutes substances pouvant entrer en contact avec ses muqueuses. Graissez sa brosse a cheveux avec un peu d’huile.

Douchez-vous en premier et dévissez suffisamment le pommeau de la douche pour qu’il se barre dès que la pression augmente un peu.

Pissez systématiquement sur la cuvette ou mieux sur le sol. Laissez toujours la cuvette relevée.

Si vous savez à quelle heure le problème a besoin de la salle de bain, prenez un malin plaisir à vous faire une épilation totale à cette heure précise.

[modifier] Sa chambre

De temps en temps dégondez la porte de sa chambre et reposez-la sur un seul gond. Lorsque les platanes fleurissent et produisent des espèces de boules poilues, cueillez-en quelques unes et mettez un peu de ces poils dans son lit. Pétez quelques lattes de son lit et recollez-les avec un tout petit point de colle. Dévissez les ampoules régulièrement. Le Problème est très con, il y a de fortes chances qu’il change les ampoules systématiquement en pensant qu’elles sont grillées.

Frottez le sol avec de la wax à des endroits de passages (mais tentez de vous en souvenir histoire de ne pas vous péter la gueule comme un gros con).

[modifier] Une victime rêvée : son ordinateur

Si Le Problème a un ordinateur dans sa chambre et qu’il le laisse allumé en permanence c’est un bonus pour vous !

Quand il sort le soir, haussez le volume au maximum et mettez quelque chose devant les enceintes pour qu’il ne voit pas qu’elles sont allumées. Avec un peu de chance « LA BASE DE DONNEE VA ETRE MISE A JOUR !!!!!!! » en plein milieu de la nuit. Vous risquez d’oublier et d’avoir une crise cardiaque par la même occasion mais ça en valait la peine.

Supprimez quelques fichiers au hasard dans les dossiers des diverses applications qu’il utilise régulièrement. Avec un peu de chance il y en a bien une ou deux que ça fera planter.

Faites en sorte de relever son mot de passe et son login sur Wow, connectez vous en son absence, parlez sur le canal 1 (dans une capitale si possible), s’il est hordeux hurlez-y « L’Alliance vaincra, les Morts-vivants et les Trolls sont des suceurs de bites d’Elfes de la nuit ! » S’il est dans l’Alliance, faîtes de même mais hurlez : « Vive la Horde, les Draneis et les Gnomes se font enculer par les Taurens dans les ruelles d’Hurlevent. »

Ce jour là sortez et faîtes en sorte de ne revenir à l’appartement qu’après lui. S’il se prend un ban vous aurez un alibi : « t’es con ou quoi, j’étais pas là ce jour là, je suis arrivé après toi, en plus j’y comprend que dalle à ton jeu de merde alors comment tu veux que je m’en serve à ta place ».

N'hésitez pas a faire dans le détail et à désactiver le controle des chiffres(Verr Num). Ca fait toujours chier d'avoir a retaper le numéro de cartes bancaire pour faire des commandes sur le net.

Toujours sur son PC (si il est sous window$). Prenez soin de faire une photo de l'écran (touche [imp ecr]) et de mettre cette image en fond d'écran. il ne vous reste plus qu'a déplacer des dossiers, et à mettre la barre de tâche en haut ou à gauche, en mode "je me cache toute seule". Pour un effet optimal, click droit sur le bureau -> ne pas afficher les icônes.

Utilisez son adresse mail pour vous inscrire sur divers sites de cul, sur Auféminin et sur l’Internaute (qui aiment tant spammer). Connectez vous sur son adresse MSN, changez la question qu’on doit lui poser s’il oublie son mot de passe, puis changez son mot de passe. S’il possède des CD et des DVD, piochez parmi ses préférés, imbibez un coton-tige de dissolvant acétoné et passez le sur la bande juste autour du trou du milieu.

Enfin, faites preuve d’un peu d’imagination, complétez cette liste en utilisant les repérages que vous aurez fait en ce qui le concerne et surtout n’oubliez pas :


UN BON COLOCATAIRE EST UN COLOCATAIRE MORT.


On peut encore faire quelque chose de cet article. Vous pouvez suivre les conseils du chirurgien sur la page de vote.
Partage sur...
wikia