L'étrange cas de précognition de Johnny Smith

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher
Deadzone.jpg

Ce film de David Kronenberg, adapté d'un livre de Stephen King, relate l'étrange cas d'un homme doué de précognition. Johnny Smith, enfant de treize ans ordinaire, accompagne son amoureuse à une fête foraine. Il s'embrouille avec les forains, en prétendant qu'il a gagné un gorille en peluche au tir à la carabine.

Johnny Smith : File-moi le gorille, j’t’ai dit !
Un forain : Tes morts, sale bâtard.
Johnny Smith, lui tirant son dernier plomb de carabine dans les dents : Voleur !

Mais cette joyeuse soirée se termine mal: après avoir raccompagné son amie Sarah, Johnny est victime d'un accident et court tout nu dans les bois, poursuivi par les forains. Il se réfugie sous un grand arbre et est frappé par la foudre. Ce regrettable accident le laisse dans le coma. Il ne s'en réveillera, contre toute attente, que vingt-deux ans plus tard. À son réveil, tout a changé, comme le dit lui-même Johnny dans le monologue qui ouvre le film :

« J’avais une vie parfaite jusqu’à ce que je me retrouve dans le coma pendant vingt-deux ans. Quand je me suis réveillé, j’ai découvert que ma fiancée était mariée à un autre homme. Mon fils ignore qui je suis. Mon père est interné dans un hôpital psychiatrique. Tout a changé, y compris moi. Un seul contact, une seule pensée et je vois des choses, des choses qui se sont passées, des choses qui vont se passer. Vous devriez voir ce que je vois ! »

Johnny est donc devenu un médium, une sorte de mutant précognitif. Les médecins attribueront par la suite ses visions à une « zone morte » (dead zone[1]) précédemment inutilisée de son cerveau, qui essaierait de compenser les dommages cérébraux survenus lors de son accident. Avec l'aide de Bruce Tara-Kitano, son para-psychologue devenu son ami, Johnny va mettre ses capacités hors du commun au service de la résolution d'affaires gouvernementales.

Question.png
Saviez-vous que...
le « O » de Dead Zone est purement fascinant. En effet, il est censé représenter l’anus de John Smith, grand adepte de stimulation prostatique manuelle.

[modifier] Les premières visions

L’histoire se situe dans la ville fictive de Middlesex, en Virginie pendant la campagne présidentielle de 1988. John rencontre une charmante jeune fille, qui n'est autre que Sarah, mais il ne le sait pas encore. Cet événement est à la base de l’intrigue du film, car il entraîne l’altération de l’espace et du temps de ce monde.
Deadzone2.jpg

John Smith

Ce qui suit dévoile des moments clés de l’intrigue.

John Smith va faire ses courses à ED. Il croise une jeune fille fort attirante en tenue légère et décide de l'aborder subtilement.

Johnny Smith : Hè mad'moiselle... Hè mad'moiselle... Regarde moi quand je te parle ! T'es trop charmante, j'te paie une glace à la menthe ?

La jeune fille l'ignore et presse le pas.

Johnny Smith : Lesbienne ! Frigide !

Arrivé à ED, il achète un concombre et une motte de beurre. En rentrant chez lui, il recroise la jeune fille et est prit de violentes crises de spasmes. Des bribes de visions inquiétantes lui apparaissent. Il distingue clairement un concombre en train de crever l'œil de la charmante créature, le sang dégoulinant sur son visage horrifié.

Oeil-vision.JPG

L'inquiétante vision de John Smith.

À peine remis de sa vision, John Smith voit le concombre dans son sac s'agiter dans tous les sens, comme doté d'une volonté propre et belliqueuse, prêt à sauter sur son innocente victime. Notre héros s'en saisit vigoureusement, et, n'écoutant que son courage, se rue sur la jeune fille, la main en avant, dans l'espoir de parer toute autre attaque de concombre.
Chris walken.gif

John Smith s'enlise dans un paradoxe temporel et fait une crise d'épilepsie.


SCHPLACH !

La charmante jeune fille : Il m'a crevé un œil ce taré !
John Smith, comprenant à peine la situation : Hein, quoi ? Waah comme c'est paradoxal là.
La charmante jeune fille : Ça fait trop mal !
John Smith, laissant trainer une main baladeuse à tout hasard : Ouais mais c'est l'intention qui compte. À la base je voulais te sauver. Alors, on baise ?
La charmante jeune fille, s'enfuyant à toutes jambes : Espèce de psychopathe ! Au secours ! Au secours !
John Smith, dépité : Putain mais qu'est-ce qu'il faut faire pour serrer une meuf ?!






[modifier] Johnny passe à la télé !


Nuvola apps important.png
Faites attention !
Vous pouvez vous aussi provoquer des paradoxes temporels en assassinant votre grand-père ou en forniquant avec votre mère avant votre naissance.

À peine remis de ce traumatisant paradoxe, John Smith décide de passer à la télévision mexicaine, dans le Gran Show Del Señor Presidente, une émission très regardée. Au milieu de son témoignage, un spectateur du public, Pedrito, utilise son art de la rhétorique pour mettre en doute ses déclarations en se fondant sur des faits scientifiquement avérés. John Smith lui demande de s'approcher. Soudain, alors qu'ils se tiennent la main, John fait de troublantes révélations sur la vie de Pedrito, et sur son avenir. Pedrito, désarçonné, s'efforce de garder le sourire. Johnny Smith remercie El Señor Presidente de l'avoir invité.

John Smith : Mucho Gusto, señor Presidente.

El Señor Presidente : Mucho Gusto, señor Smith...[2]

Pedrito.jpg

El Señor Presidente et Pedrito, désormais conscient de son avenir. John en profite pour voler son portefeuille car il savait que personne ne le regarderait à ce moment-là.

[modifier] La recherche des origines de son pouvoir précognitif

Plus tard, John a une nouvelle vision. Il s'agit de son père, sur le point de lui faire des confidences sur le mystérieux pouvoir qui est désormais le sien.

Papa Smith, dans sa cellule capitonnée

Johnny se rend à l'hôpital psychiatrique pour personnes âgées où est interné son père. Il le retrouve dans la grande salle communale capitonnée, en train de jouer au bridge.

John Smith : Salut Papa, c'est moi.
Papa Smith : Johnny ! Tiens comme c'est ton huitième anniversaire, je t'offre ce beau stylo.
John Smith : Merci Papa. T'avais pas un truc à me dire à propos du fait que je sois devenu médium récemment ?
Papa Smith : Si ! Attends moi ici, je vais chercher les échographies de ta mère.

Quelques minutes plus tard...

Papa Smith : Hè mais qu'est-ce que tu fais avec le stylo que je viens de te donner !? Sale pervers !
John Smith : Mais non...heu...c'est pas ce que tu crois...
Papa Smith, dans sa cellule capitonnée

John se fait jeter de l'hôpital par deux videurs samoans. Dans la rue, il est tout de suite récupéré par des agents secrets qui lui mettent un sac sur le tête et le chargent dans le coffre d'une grosse limousine noire.

[modifier] La rencontre avec Bruce

Johnny se réveille dans un lit d'hôpital, en compagnie de Bruce Tara-Kitano.

Bruce Tara-Kitano : Je suis le célèbre parapsychologue Bruce Tara-Kitano, directeur du Centre de Recherche sur les Mutations Parapsychiques de Berkeley et actuellement, je travaille pour le gouvernement. Et vous semblez posséder un don de voyance, monsieur Smith.
John Smith : Exactement. Comment m'avez vous trouvé ?
Bruce Tara-Kitano : Nos chercheurs du CRMP sont partis du principe qu'une personne douée de prémonition serait plus apte à éviter les grandes catastrophes historiques que les autres humains. Nous avons donc rempli ce petit tableau qui nous a menés droit jusqu'à vous.
Nombre de fois présent sur les lieux d'une catastrophe, ou génocide :
Citoyen Lambda Chuck Norris King Kong Adolf Hitler John Smith
Deluge,Terre,-1237 av JC 9 Milliards 1 0 0 0
Holocauste, Europe,1945 6300002 0 0 1 0
Tsunami, Thailande,26Decembre2004 216 858 1 0 0 0
Attentats,USA, 11Septembre2001 2 823 1 1 0 0
John Smith : Vous m'avez vraiment retrouvé comme ça ?
Bruce Tara-Kitano : On allait le faire quand vous êtes passé à la télé. Bon, racontez moi votre histoire.
John Smith : J'avais une vie parfaite...(bla bla bla)... Vous devriez voir ce que je vois !
Johnetbruce.jpg

John et Bruce se rencontent.


John Smith : Alors d'accord.
Bruce Tara-Kitano : En outre vous êtes aussi atteint de désordres du comportement fréquents chez les voyants: le syndrôme de Cassandre et le syndrôme de Peter Pan.
John Smith : Merde ! Comme Michael Jackson ?
Bruce Tara-Kitano : Tout à fait. Sauf que vous êtes un enfant de treize ans dans un homme de trente-cinq ans et non le contraire.
John Smith : Pourquoi mes prédictions ne se réalisent pas toujours ? Comment puis-je influencer le cours du temps ?


Lasagne.jpg

L'espace-temps,dans une vue de coupe transversale.


John Smith : Bah...non. Pas vraiment.
Bruce Tara-Kitano : Je vais vous faire un petit dessin sur la nappe de la table. Je peux vous emprunter votre stylo ?
John Smith : Allez-y.
NAPPE DEJ.JPG





John Smith : Je comprends mieux, tout s'explique. Et c'est quoi les petits cercles, là ?
Bruce Tara-Kitano : La théorie implique qu'un gros mexicain fasse subir les tourments traditionnels[3]à un plus petit mexicain, en ce moment même, à Tijuana... 厚脸皮[4]!
John Smith : Je t'avais prévenu que ça allait arriver, Pedrito.
Bruce Tara-Kitano, suçant son stylo d'un air rêveur : Il a un drôle de goût votre stylo.



[modifier] La mission

Bruce Tara-Kitano, sortant dans la rue : Bon on va vous filer une mission facile pour commencer parce que vous avez l'air un peu lent.
John Smith : Où sommes-nous ?
Bank dees.jpg

Le New York Stock Exchange.

Bruce Tara-Kitano : À New York, dans Wall Street plus précisément. Nous nous dirigeons vers la bourse de New York, faites attention à ne pas marcher sur un clochard en montant les escaliers et ne leur donnez rien, sinon on en aura dix sur le dos en une seconde. Il paraît que certains d'entre eux sont devenus cannibales il y a quelques temps. Bon c'est vrai que le bâtiment est légèrement délabré, il y a des fissures et ça pue un peu la pisse en ce moment, mais vous allez nous remettre tout ça en ordre, pas vrai ?
John Smith : Je vais faire le ménage ici ? Je pourrai avoir un badge avec mon prénom écrit dessus ?
Bruce Tara-Kitano : Non, en fait notre système économique s’est enfoncé dans un marasme sans fond, dont nous ne sommes pas près de le sortir par nos propres moyens. Mais tu vas nous faire des prédictions sur les prochains cours de la bourse et autres actions politiques à entreprendre pour redresser la situation en un temps record.

Ils s'approchent d'une longue table rectangulaire où un conseil d'experts du gouvernement est réuni pour sortir la nation de l'impasse économique, surplombant une marée humaine de traders en transe.

un économiste inconnu : La situation appelle une taxation renforcée des bénéfices des sociétés. Ainsi nous avons tendance à favoriser un contrôle des prix et des salaires.
Un autre économiste inconnu : Il faudra encourager l'épargne populaire.
Un autre économiste inconnu : Il nous faut plus d'argent pour les armements.
Jojo.jpg

Le maléfique sénateur H.

Le maléfique sénateur H. : Silence tout le monde. Nous recevons aujourd'hui un grand médium, Mr. Smith, qui va nous révéler comment en finir avec cette récession économique. Quels sont vos supports de prédiction, Mr. Smith ? Art divinatoire des arcanes du Tarot ? Marc de café ? Ou lisez-vous simplement l'avenir dans les viscères d'un jeune animal ?
John Smith : J'ai pas vraiment de support. Je vois des trucs dans ma tête et c'est le futur.
Le maléfique sénateur H., à part : Ce maroufle n'entends rien de ce qui est de l'art de la voyance ! Il n'a même pas de support. On aura tout vu... Je vais me prêter à son jeu pour mieux tirer la situation à mon avantage. Johnny Smith ignore totalement que moi aussi je connais le futur car je pratique la méditation teutonne avec la lance de Longinius que m'a légué mon grand-père.
Un économiste inconnu : Que proposez-vous à propos de l'inflation ?
Un autre économiste inconnu, lointain cousin de Johnny : Comment comptez-vous enrayer la dépression ?

Johnny Smith, qui n'en a aucune idée, décide d'utiliser une technique divinatoire post-impérialiste romaine éprouvée, et raconte n'importe quoi.

John Smith : Et bien...heu... Si les gens sont dépressifs, hé ben...on a qu'à mettre des médicaments dans l'air qu'ils respirent ! Genre du speed...

Les conseillers délibèrent sur la proposition pendant quelques minutes.

Les traders en délire acclament Johnny Smith et le portent en triomphe à travers Wall Street. Johnny revient à la table en slamant.

Le maléfique sénateur H. : Bande d'idiots ! Nous voulons calmer les gens ! Pas les exciter ! Vous vous êtes laissés entraîner dans une folie par cet escogriffe, ce mécréant fourbe et avide, cet enculé de gredin! Avec ses nouvelles mesures, nos rues grouilleront de citoyens qui cavaleront partout en dépensant tout leur argent comme des malades et c'est exactement le contraire de ce que nous voulons.
John Smith, à part : Je ne sais pas de qui il parle, mais ce pauvre homme s'en prend plein la gueule. Je n'aimerais pas être à sa place.
Soudain, Johnny a une nouvelle vision terrifiante dans laquelle il décapite le sénateur H. avec une hâche.
Vision2.jpg
Sous l'emprise de la vision, John se met à tituber dans la salle, puis ses membres semblent pris de convulsions et une boule de plastique luisante de matière fécale s'échappe de la jambe de son pantalon pour aller rouler sur le sol du NYSE.

Benjamin Franklin est dépassé par la tournure que prennent les évènements.

Un dollar.jpg
Le maléfique sénateur H. : Ce faquin immonde ! Cette raclure de bidet syphilitique ? C'est bien cette charogne nauséabonde que vous avez suivis dans la fange. Heureusement, à l'heure actuelle, des avions déversent 3339984758920 tonnes de tranquilisants dans les réserves d'eau du pays.
John Smith, à part : Personne n'a rien remarqué. Il est toujours en train d'insulter l'autre bouffon.

Soudain, John réalise que c'est de lui que parle le sénateur et lui coupe la moitié supérieure du crâne avec une hâche d'incendie. Il finit par s'enfuir en sautant par une fenêtre. La carrière du sénateur s'arrêta quelques mois plus tard, bien qu'il affirma n'avoir jamais changé d'idéologie politique.

Gore6.jpg

Le maléfique sénateur H. après l'incident, à son dernier meeting politique en plein air.

[modifier] Épilogue

Aujourd'hui, presque vingt ans plus tard, nous avons retrouvé John Smith, devenu Sultan de la Connaissance Suprême et médium de renom, Serviteur de l'Oeil mystique, consulté sur rendez-vous par des millions de personnes. John Smith accepte une interview et nous reçoit dans son Palais, en Inde.
Sultan.jpg

Le Sultan de la Connaissance Suprême et Serviteur de l'Oeil Mystique, Johnny Smith.

 : On dirait que ça s'est pas mal arrangé pour vous. Vous n'êtes plus recherché pour meurtre en ce moment ?

John Smith : Je le suis, mais on ne m'attrapera jamais. À présent, le futur n'a plus de secret pour moi, je connais ses moindres détails.

 : Pourquoi ?

John Smith : Et bien, voyez-vous, à l'époque des faits qui sont décrits dans le film, la théorie de Bruce sur mon fœtus siamo-intra-crânial était en partie inexacte. En réalité, le fœtus était Atau matahari bersinar tidak pernah[5], héhé.

 : Ce qui signifie littéralement : « Là où le soleil ne brille jamais »...

John Smith : En effet, ce précieux fœtus était accolé à la paroie externe de mon excroissance prostatique. Ce n'est que lorsque je le stimulais d'une manière ou d'une autre que celui-ci m'envoyait des visions précognitives. J'ai remédié à cet inconvénient en me le faisant enlever, puis greffer dans le lobe gauche de mon cerveau, et depuis je suis en contact directement avec la portion de l'avenir que je souhaite connaitre ou modifier. Je suis le plus grand médium vivant de la planète! Tenez, prenez ma carte.

 : Je peux vous poser une question d'ordre personnel, sur mon futur ?

John Smith : Oui. C'est cent mille roupies.

 : Quand est-ce que je vais mourir ? Et puis aussi est-ce que je vais me taper ma mère et tuer mon père ?

John Smith : Le 3 avril 2012 et non. Ça fait trois cents milles roupies.

 : J'ai que cent trente mille roupies.

John Smith : Bon, file-moi tes pompes et ton passeport. Ton portefeuille. Tes clopes. Aller, aller, on se dépêche! Et puis envoie ton futal aussi, je pourrai le mettre pour faire du jardinage. Mouais, ça ira comme ça. Ma garde rapprochée va te raccompagner dehors. Je passerai te voir le premier de chaque mois pour tes prochains paiements.

Parade.jpg

UNE...DEUX...UNE...DEUX...

[modifier] Produits dérivés

Johnnymask.gif

[modifier] Notes

  1. I know speak in english
  2. Yo puedo habla español tambien.
  3. Dirty Sanchez
  4. 厚皮脸厚 !
  5. I know Parlemen India !


Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
Partage sur...
wikia