Kouign Aman

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

Afin de protéger leurs plantations de menhirs, les Bretons tentèrent de miner leur champs avec des bouses de vaches pour résister aux hordes de touristes qui envahissent leur pays à la saisons des faibles pluies. Malheureusement, ce fut un cuisant échec : Les bouses ne sèchent pas entre deux averses et, pire, elles disparaissent très vite sous l'effet de l'érosion combinée du vent, la pluie et des semelles. Ils tentèrent alors de créer des bouses synthétiques plus résistantes en cuisant une mixture à bases de beurre (70%) et de sucre (29%). Ce fut aussi un échec, car ça ne fait fuir que les top modèles et autres femmes qui pensent que la peau se porte très près des os. Depuis, les Bretons se consolent en les vendant aux touristes.

[modifier] Préparation

La préparation est très simple : Mélanger du beurre avec du sucre, un peu de farine (ou n'importe quoi d'autre, c'est selon l'humeur). Mettre le tout dans un plat et le cuire façon "dinde au whisky" (cf [1]).

[modifier] Dégustation

Le kouign aman se mange tiède et de préférence à jeun afin d'éviter toute complication.

[modifier] Précaution d'emploi

Attention, un kouign aman frais est à manipuler avec précaution. Il peut être plus collant que le pétrole que les bretons jettent sur leurs côtes pour piéger les dahus marins (sorte de dahu ayant les deux pattes d'un même coté palmées, adaptation au milieu d'après Darwin).

[modifier] Paradoxe du Kouign Amann et théorie de la matière grasse restreinte

Très tôt, les scientifiques les plus illustres décidèrent de se pencher sur le cas du Kouign Amann. En effet, certains témoignages troublants faisaient état de prises de poids plus importantes que la masse de gâteau effectivement ingérée. Ce fut en 1905, juste après avoir publié sa théorie de la relativité restreinte, qu'Einstein décida de s'atteler à ce vaste sujet. Il ressortit de ses travaux (malheureusement inachevés parce que le vendredi il avait piscine) que le Kouign Amann présentait une concentration de beurre tout à fait aberrante, soit plus de 150% du poids total.

Une découverte qui fit dire à son auteur :

« Zarma, c'est quoi se binz ?!!? »
~ Albert Einstein (traduit de l'ancien sanskrit)

Ce phénomène de concentration anormale reste, à ce jour, encore inexpliqué.

Cependant, Einstein établit une théorie reposant sur la coexistence pacifique de matière et d'antimatière de beurre qui, une fois ingérées, produisent une formidable libération de calories.

Il se murmure également dans les milieux autorisés par un mot de leurs parents que les travaux menés sur le Kouign Amann ont conduit à la recherche sur la matière noire et sur les lubrifiants pour préservatifs.

[modifier] Hymne au Kouign Aman

Les travaux de Yvon Gentillet, Professeur ès langues à l'INSA de Rouen et président de l'ALPE de l'INSA Rouen, ont permis de mettre à jour il y a peu, grâce à la découverte d'un exemplaire tapuscrit -sans doute édité à compte d'auteur, car ne mentionnant ni date ni lieu de parution- chez un particulier de Plougonvelin (Finistère), les oeuvres d'un auteur breton jusqu'ici inconnu, Dan ar Braz. Ce barde qui vécut probablement à la fin du 19e sexe, fut à la fois paysan breton, beurre et barde. Les éditions de ses oeuvres qui ont commencé sous la direction de Yvon Gentillet aux presses de l'ALPE de l'INSA Rouen contiennent (tome XXIII, Rouen, 2006) cet hymne au Kouign Aman que nous reproduisons ici.

Ecrit en vers approximatifs, il est typique du style bas-breton de la fin du 19e, alternant rimes émasculées et effeminées de fort belle manière. La traduction est dûe à Johann Hübsch et l'on notera la présence de notes en marge du manuscrit (ici entre parenthèses), sans doute de la main de l'auteur lui-même. Le texte fait par ailleurs référence à une photo maintenant perdue. Avis de aux amateurs de cherche au trésor! Enfin le nom de mogwaï semble être celui d'une famille de boulanger de la région de Plonévez-Porzay


Or donc, en allant du côté

de Plonevez-Porzay,

ou plutôt m'en revenant

de la pointe de Dinan,

mon estomac affamé

s'est mis à penser:

"Dis, tes amis les Perdutril,

-auxquels tu devrais passer coup de fil, (ben oui mais t'as pas le nouveau numéro...)

pour prendre de leur nouvelles

cela fait longtemps que tu ne sais

ce qui leur arrive de belle-,

navet-il à Plonevez-Porzay, (c'est bon les navets)

de bons amis

gastronomiques et beurrés

dans un boui-boui?"


Et m'est revenu le goût

du cwigniamane divin

et plus doux que le vin

qu'ensemble nous mangious.


J'arrête mon fier destrier,

vais au crédit patates

pour des sous retirer,

-quelle rimes, vous m'épatâtes-,

et rend visite épique,

à 18h30 précises,

je vous le dis sans remise,

aux mogwaï hypnotiques,

extraterrestres créatures,

qui, dans leurs mixxxtures

exquises et salées,

ont la solution trouvée

pour ne se transformer

en d'affreux gremlins

qui ne vous font pas d'câlins,

si d'aventure

de la nourriture

vous aviser deleur donner,

une fois la minuit passé.


Las, las, trois fois hélas,

à cette heure tardive

-où les lamas passent

dans leur vol majestueux

dans nos bretons cieux

émerveillant nos yeux

de leurs couleurs chatoyantes,

filant vers la jolie Mante

en région parisienne,

car l'apéritif chez Cécilia

(à la tienne Etienne)

point n'attendra,

elle est libre maintenant

d'inviter dans son appartement

qui elle veut

quand elle veut-

las, las, las, las, las, las, las, las, trois fois hélas, (c'est pour faire un alexandrin)

à cette heure tardive,

disais-je donc, avant que les lamas ne passent,

ni pain ni endive,

ni croissant ni meuringue,

ni couiniamande,

rien ne me vendent,

car dans leur magasingue,

ne restait rien de rien,

pour calmer ma faim.


M'en suis alors allé,

vraiment frustré,

faire mes courses du soir,

et trouver à boire,

pour noyer mon chagrin,

dans un verre de vin.

Or moi qui croyait,

que point la modernité,

n'avait pu progresser,

entre Quimper et Locronan,

où d'irréductibles bretonnants,

s'excriment à manger bio,

à acheter chez leurs paysans,

sinon c'est pleins de sales trucs, oh!

-car l'adage ne dit-il pas,

si c'est la fin du monde entier,

va à La Lorette, ne t'embête pas,

là-bas ils sont de 40 ans retardés- (cela vaut pour pas mal de coins, en fait)

quelle ne fut pas ma surprise,

de voir au lointain un bleu néon,

des pompes à essences,

des voitures et un camion,

qui? que vois-je? que? quoi?

-je vous assure, croyez-moi!-

un super-U à Plogonnec,

vraiment du plus ultra, c'est le nec! (voyez la photo, incrédules!)

Et c'est avec stupéfaction,

mais aussi satisfaction,

que j'y ai tout trouvé,

pour faire mon risotto, (aux légumes)

et du pinard et même yavé

-Dieu, qu'il était beau!-

un kouimiamiam,

artisaname,

qui maintenanque

régale mon estomanque!

[modifier] Autres répulsifs à touriste

Qu'avez-vous pensé de l'article "Kouign Aman" ?
 
29
 
43
 
15
 
5
 
11
 
4
 

Ce sondage a été créé le décembre 7, 2007 17:25 et 107 personnes ont déjà voté.


Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
Partage sur...
wikia