John Coltrane

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

John Coltrane (parfois surnommé « Trane ») est un saxophoniste de jazz, compositeur et chef de formation américain, autiste, Saint né à Hamlet en Caroline du Nord le 23 septembre 1926 et mort à Long Island, État de New York, le 17 juillet 1967. Il est le possesseur originel du Saintxophone, un instrument légendaire multicolore, prétendument imprégné de l'âme de John Coltrane.


[modifier] Biographie

[modifier] Naissance et enfance

John Coltrane est né d'une paysanne new-yorkaise, dans la grange, avec les boeufs et la cochonaille. Les rois-mages lui ont offert chacun un cadeau ; un saxophone, un sachet de poudre, et une collection de livres sur les religions. Ces trois éléments fondèrent les jalons de sa vie à venir. Le petit Coltrane attend l'âge de 3 ans avant de se décider à marcher. Il est de nature plutôt calme et discrète, très pensif, ailleurs. Dans l'autobiographie de plus de 4000 pages qu'elle écrira plus tard, Jozelda Coltrane (sa mère), lorsqu'elle fait référence aux premières années de son fils dira même qu'il "avait toujours le regard lointain, comme si, quelque part, il avait connu son destin."[1] En 1930, il enregistre son premier album, dans lequel il joue du saxophone seul ; Saxophone Born.

[modifier] Adolescence

En grandissant, John se découvre une absence de motivation pour l'école. Cependant, il considère d'aller faire ses études à Bâle, pour entrer à L'école Normale Supérieur d'Africologie, option Musique Nègre, mais il n'y parviendra jamais, son dossier scolaire étant entaché d'actes de délinquance provoqués par la consommation d'une partie des stupéfiants donnés par les rois-mages. A cette époque, son quotidien, c'est saxophone et poubelles en feu, saxophone et voitures volées, saxophone et vols à l'étalage, saxophone et la chambre des secrets, saxophone à la plage. Tout cela sur le temps scolaire.

Ce temps qu'il n'a pas consacré à apprendre les inepties comme le Théorème de Pythagore, ou la Grammaire Française, il l'a en partie consacré au saxophone.

Ainsi, dès l'âge de 15 ans, il devient saxophoniste dans l'orchestre de Duke Ellington, qui, en hommage à cette nouvelle venue, enregistre l'album "Take the A Train" Train étant évidemment une référence au surnom de John Coltrane "Trane". Le Duke a une influence positive sur John le jeune jazzman, et lui fait comprendre qu'il devrait cesser de faire n'importe quoi. Ce dernier se concentre alors sur la musique, et commence à se ranger, oubliant les petits sachets de poudre offert par les rois-mages.

[modifier] Rencontre avec Miles Davis, Gloire et Drogue

Miles Davis, trompettiste fraîchement sorti de l'Ecole Normale Supérieure d'Africologie, option Déontologie, repère John Coltrane lors d'un concert donné par l'orchestre de Duke Ellington à New York, dans le bar miteux Le Carnegie Hall. C'est après être allé aux toilettes et avoir vomi dans sa trompette en visionnant une croûte d'Arnold Schoenberg qu'il décide qu'il fera tout pour monter son propre orchestre. Il attend la fin du concert pour enlever John Coltrane et l'enrôler de force. C'est donc sans pouvoir dire au revoir à sa ville natale que John Coltrane s'embarque dans l'aventure qui fera de lui un vrai homme. Miles Davis met John dans sa poche en lui donnant la quasi totalité des chorus. Ayant montré cela comme une faveur, Miles se met à exiger de Coltrane qu'il travaille avec plus d'acharnement et l'incite, sans être tout à fait direct, à se droguer pour parvenir à un niveau de performance plus élevé.

C'est donc au prix de sa santé physique et mentale que John Coltrane s'élève au niveau des plus grands jazzmen de l'histoire. Mais cette situation le mine, il sent que quelque chose ne va pas ; il commence à devenir irascible et ajoute l'alcool à la drogue. Il devient imbuvable et ses performances commencent à se dégrader. Miles Davis, manipulateur pervers narcissique décide, alors que c'est de sa faute, de virer John Coltrane pour le remplacer par Sonny Rollins.

N'ayant pas d'autre choix, "Trane" rentre chez sa mère et retrouve son village natal de New York.

[modifier] Rencontre avec Dieu

Déprimé, et couvert de honte, il passe ses journées dans sa chambre, à pleurer. Il s'habille en noir et commence à écouter du Visual Kei. Dans son autobiographie, sa mère raconte : Il ne voulait plus manger, il ne jouait plus de son instrument. Toute discussion était close...Je voyais bien qu'il allait très mal, mais j'ai préféré le laisser vivre ce qu'il devait vivre...son destin n'était pas encore arrivé à son terme. Il m'en a voulu. Mon petit John, si impassible d'ordinaire, était devenu une vraie machine à geindre.''"[2]

L'ennui le gagna peu à peu, et il se lassa du Visual Kei. Il n'y avait rien à faire au village. Un beau jour, quelque chose arriva :Les pleurs avaient cessé, mais il avait développé une amertume qui m'irritait au plus haut point. "De toute façon, tu peux pas me comprendre!", qu'il disait...Un jour, cela a dégénéré, il m'a lancé ma soupe au visage, et je n'ai eu d'autre choix que de le gifler. Je crois que c'est là qu'il a compris que j'étais là, et que je n'étais pas indifférente à son sort...Il a beaucoup pleuré ce jour là, mais cette fois-ci c'était des larmes de soulagement. Le soulagement d'avoir une mère qui nous aime.''"[3]

Le lendemain de cet événement, John alla aider sa mère à la ferme. Ce fût pour lui le début de la guérison. Evidemment, il n'avait pas accès à de la drogue, et le manque le faisait retomber dans des humeurs exécrables, mais il avait retrouvé une vie normale. Un jour, il fallût faire du tri dans le grenier ; John trouva avec émotion sa collection de livres religieux. Au début c'était plus une nostalgie simple des objets de l'enfance, mais il finit par se plonger dans leur lecture. Aussitôt les tâches de la ferme réglées, il allait s'enfermer dans sa chambre, mais je ne m'inquiétais pas ; manifestement il allait de mieux en mieux. Je sentais que ses lectures le passionnaient.''"[4]

Un soir, il alla en forêt, et je ne le vis pas pendant trois jours. J'étais morte d'inquiétude ! Personne ne l'avait vu au village, et, comme il n'avait pas d'amis, il n'avait pu partager ses projets avec personne. Jusqu'à ce jour...dans le ciel de New-York, une lumière éclatante. Au centre, mon fils. Mon John.''"[5]

S'ensuivit sa période musicale la plus profonde, la plus autiste. Le message de dieu directement transmis par le saxophone.

Il sort un album glorifiant la puissance fécondatrice de Dieu "I Love Sperm", parfois censuré en "A Love Supreme"., en 1964. Et il entame alors une tournée-pèlerinage mondiale.

Lors d'un de ses concerts, le 17 Juillet 1967 il s'unifia tellement avec le Cosmos qu'il disparut dans un éclat multicolore. Son saxophone devint mutlicolore lui aussi ; les spécialistes considèrent que c'est l'âme de John Coltrane qui imprègne l'instrument. Malheureusement, personne ne sait où se trouve le Saintxophone.

[modifier] Musique

...

[modifier] Références

  1. Une vie d'Aventures de Jozelda Coltrane
  2. Une vie d'Aventures de Jozelda Coltrane
  3. Une vie d'Aventures de Jozelda Coltrane
  4. Une vie d'Aventures de Jozelda Coltrane
  5. Une vie d'Aventures de Jozelda Coltrane


Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
Partage sur...
wikia