Jean Sarkozy (né John Charclozy)

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher


Bon à rien de fils-à-papa faisant polémique en raison du fait qu'il est pauvre, stupide mais formidablement culotté, John Charclozy est décrit par ses amis comme étant quelqu’un d'éblouissant par son phare de scoot', de supérieur en raison de ses échasses glandaises, d'intelligent quand il se tait et même carrément génial quand il est baillonné, la tête dans une cuvette de vécé pour dames. Les grands journalistes français le considèrent comme leur futur maître et dieu, mais voilà, un ennemi mortel fait obstacle à son génie : son cerveau.


Cette certifiée véritable biographie concoctée en toute liberté a l’ambition de rétablir la vérité fausse qui est vrai, c'est la télé qui l'a dit. L'auteur de l'autre bio comique intitulée "Jean Sarkozy" en toute franchise et qu'au départ nous parodions dans notre ignorance, s'avère d'un univers parallèle au notre. Car cette version est sérieuse et sourcée, digne du grand Nicolas Demeuré ou d'un édito de Prada, ce célèbre magazine des couturiers soviétiques en toile de jute. Nous eûmes un long échange verbeux et inutile avec notre collègue plus comique que journaliste d'investigation et campâmes tout deux sur nos positions, moi dans mon camp de dépenaillé anti-tout, lui dans son camp de boy-scout. D'où le plus chouette est encore, cher lecteurs, d'avoir DEUX articles séparés sur notre impertinent djeun de Nouilli-sur-Senne. L'un, ici même, scientifique, rigoureux, ennuyeux à mourir comme un rapport du plénum du PC chinois, l'autre super romancé de déconnade follement poilantes et bien peu vraie.

Les querelles entre chercheurs rivaux appartiennent certes à l'Histoire. Mais bon, faut pas trop en faire des tartines. On est là pour bosser gratos, anonymes, dans un cul-de-basse-fosse, pour notre Désencyclopédie vénérée.


[modifier] Né de sa mère et de son père

John Charclozy sorti du vagin de sa mère un automne 1986 pourave, qui ne venait pas après un bel été, à l'hôpital qui se fout de la Charité. Don Giacomo Chirac venait de s'emparer du trône de France. Son père, Chikungunia Charclozy, un bacille immigré de deuxième division, travaille alors depuis 19 ans en tant que vendeur de choux-fleurs en plastique près des cimetières à bretons. Sa mère, Marie-Dominique, surnommée MD parce qu'elle s'enfilait dix cachetons par jour de cette drogue, n'était qu'une malheureuse servante d'auberge espagnole. Elle arrondissait ses fins de mois en mettant les têtes au carré, paradoxe, sous l'effet impulsif de ladite substance. Chikungunia, qui francisa son nom en Nicolas, car il était français de souche bactérienne, couva de ses bras protecteurs le tendre poussin et le protégea du fisc, des journalistes, de la télé, de l'or et l'ivoire, du pouvoir et de la justice, tous maux frappant les pauvres comme nous le savons. C'est à tord qu'on orthographie son nom Nicolas Sarkozy, afin de le confondre avec le tristement célèbre délinquant nain en col blanc multirécidiviste dont le déplorable exemple pour la jeunesse dorée est une incitation à buter des Roms, des chômeurs ou des fonctionnaires.

John Charclozy s'éleva vers son destin exceptionnel, jusqu'à 1 mètre 82, ce qui déjà donne le vertige.

[modifier] Le scandale deux-couloirs plus WC

La famille Charclozy vit depuis 1981 dans un petit deux-couloirs plus WC au beau milieu de la cité Zola-Ziva à Lille. Cette soupente fait polémique, une première dans la longue litanie qu'aura à supporter l'infortuné John. Il s’agit en effet d’un BHLM beaucoup trop spacieux pour un humble vendeur de choux-fleurs en plastique de la Cé Jeté (CGT en ancien français). Charclozy aura profité de leur vaste réseau d’influence pour se voir attribuer ce luxueux taudis. Une accusation qu'une lettre retrouvée par un confrère aux archives de la mairie de Lille semble confirmer. Nous l'avons traduite, il nous le pardonnera, en ch'ti belge :

"À Pierre Mauroy une fois, bourre-maistre de Lille

Lille, le 16 mars 1974

Cher votre majesté une fois,

Par cette missive je vous demande, siou plaît, que ma femme et moi on profite d'un BHLM dans la tessi Zola-Ziva parce qu’il commence à faire l’hiver froid dans notre caravane Mazeratti.

Très respectueusement une fois,

Nicolas Charclozy"


Un 'nan' plus tard, on retrouve les Charclozy bien au froid dans leur BHLM, serrés comme des Somaliens morts noyés dans leur fosse commune. Que John Charclozy ne fut pas né n'y change rien, il en a profité après et il y a là un délit de jouissance. Son daron a la réputation de profiter des passe-droite de ses riches amis clodos de la CGT. Ainsi, en 1983, à peine élu délégué syndical des vendeurs de choux-fleurs en plastique, il va fêter son succès, SEUL, au bar-tabac-PMU « Le Fou Quête », avenue des Champs-Enlisés en plein cœur de Crayon-les-Mines. Et quelques mois plus tard, ils OSENT partir en vacances sur une péniche prêtée gratos par un certain Bollossé, patron boulanger-blanchisseur à Déthune durant un long périple de 10 m, vu que les amarres ils avaient oubliés de les larguer. Ajoutez à cela l’acquisition d’une horloge à coucou luxembourgeoise, ostensiblement placée dans leur placard-salon Ikea et vous saisirez pourquoi les rebelles à son divin paternel le surnomment en chuchotant « le délégué tic-tac ». D'ailleurs Nicolas en aura plus de tics que de tact.

On reproche en fait plus à cette époque les abus de son géniteur n'ayant eut que pour modèle ce père dévoyé, puisque la mère elle, fut absente, préférant être morte dans un cimetière que de s'occuper du fiston.

[modifier] Une scolarité épastrouillante

La scolarité de John Charclozy rend dubitative quant à son génie, notamment les petits coups de pouce dans les yeux que son père fit à la directrice pour hâter sa progression. Ainsi il entre en petite maternelle à 3 ans et comme par miracle, gravit un à un les échelons du cursus de l’Éducation Nationale. En trois ans, il passe successivement dans les classes de Moyenne Section et Grande Section pour atteindre dès 1992 le Cours Préparatoire de l’école primaire ! Rien ne semble devoir arrêter son épopée. Il ne lui faudra que cinq ans de plus pour atteindre le second cycle au collège. Dans les cahutes de la barre BHLM, on musarde sur cette évolution si accélérée. Nous avons d’ailleurs interrogé madame Lara Croft, directrice de l’école René-Cotiti-Grominet, l'établissement lié à cette histoire plutôt incrédibaule :

« Wesh, vous êtes vraiment doué pour me remuer le pussycat, vous autres ! Ces histoires sont vieilles comme Mathusalem ! Alors je vais tout vous avouer sous la torture médiatique. Je me souviens que de trop du petit John. Tous les jours son père le déposait à 5 heures du mat' comme une merde de sa charrette à bras à choux-fleurs en plastique en disant : 'débrouilles-toi pour savoir compter, je veux savoir combien je vends de choux-fleurs afin de devenir un grand patron des légumes'. Mais il n’a jamais fait pression sur moi pour faire sauter une classe en arrière à son fils, car il le trouvait super nul. Non, nous avons maintenu son retriplement à chaque degré, comme n'importe quel COTOREP non favorisé. Jean est tout simplement un pauvre et c’est par son travail et son courage dans le surplace sans reculade qu’il est arrivé, presque par miracle, ô doux Yésou donc je suis, en 6ème dès l’âge de 15 ans ! »

Derrière ces mots sirupeux, madame Lara Croft éclipse l’énorme scandale qui secoua les pellicules du cuir chevelu des élèves de CE2 attaqués par la pollution des usines délocalisées où John a baguenaudé tout durant 1994. Décidé à se présenter comme délégué de clash il fut élu avec 3 % des suffrages, cassant la gueule à ses contradicteurs, grâce aux gros bras du syndicat de son paternel. John a toutefois préféré ne pas réitérer son coup d'éclat permanent en CM1, faisant élire un certain boche, Friedrich Lefebvre, considéré par tous comme son pitbull à cheveux longs. Comme acolytes il avait Pernaud Jean-Pierre et Ricard Claude Néant, ses sinistres bras droit et extrême-droit.

[modifier] Une stagnation extraordinaire

En arrivant au collège René-Guy Roux, John ne bénéficie plus des avantages du macrocosme pauvre lillois. Il retriple sa 6e et redouble sa 5e de façon tout à fait normale comme n'importe quel pauvre. Il ne dépassera jamais la 5ème car à présent il à l'âge d'être con, c'est à dire qu'il est majeur avec du poil de sboub au menton. Que dire des matières où John excelle ? Nous avons déniché un bulletin scolaire trimestriel :

Note de l'inspecteur d'académie : L'élève John S*** est appliqué en pinçace de tétons, branlette verbale, agitation sur un pied, pliage de papier, racket de champomy.

Histoire-Géographie : en raconte de belle sur sa géographie, disant qu'à ses pôles il y a deux trous de balle où s'engouffre les océans de sueurs qu'il déploie pour écrire une ligne.

Sciences Naturelles : d'un naturel stoïque quand il dissèque ses petites camarades Roms.

Foutebaule : préfère le pernot aux pénots, c'est un bon défenseur, surtout de son pré carré mais un piètre attaquant : il faut toujours qu'il aille chercher son père quand il cherche à marquer.

Français : parle la langue châtiée et précieuse de sa banlieue, dont nous ne comprenons traître mot.

Mathématique : connaît bien ses cônes mais sait pas y sphère pour calculer les airs d'une tête au carré.

Anglais : fait son hooligan, bois comme un irlandais, tacle comme un gallois et trafique du whisky écossais au lieu de répondre aux questions du professeur.

Mécanique : bon soudeur, il trouve toujours de la ferraille pour joindre les deux bouts quand il est en rade, mais avec l'électricité il gégène un peu ses camarades par ses fantasques théories du courant alternatif qu'on pourrait tirer des centrales à humains.

Travaux ménagers : enfile des perles et compte les moutons, enfin s'il savait compter, car cette dernière dissipation ne dure que le temps de parvenir à 33.

Education religieuse : croit tout ce qu'on lui dit du moment que c'est son Père Eternel, mais ne souffre pas qu'on lui parle de Dieu, pour lui c'est un rival à abattre !

Conclusion du conseil des profs : élève attentionné à sa petite personne, il est propre pour un pauvre, mais qui oubli son rang en se croyant plus intelligent que ses maîtres, qui eux ont la chance d'avoir un vrai SMIC.

Et ce mot de la directrice : Dois redoubler son premier trimestre

La date et la classe sont illisibles cause qu'une tâche de café, superposée à une tâche de vin et un trou de cigarette ont destroyé cette partie du document.

[modifier] Népote ta mère

Le 11 septembre 2007 est un jour profitable à John, il est dépucelé grâce aux mains cagneuses d'une gorillesse, qui a aussitôt mangée ces insectes qui le faisaient tant souffrir. John, qui s'abime dans le baccarat et la roulette thaïlandaise s’inscrit par défaut dans une école privée de financement, Hypokhâllergénique, où il brillera par ses absences pour maladies de peau. Le 21 mars 2008 il ouvre une porte dorée, avance le pied gauche, puis le droit, s'accroupit pour s'asseoir dans une chaise qu'il saisit tout de go : ça y est, il sait se débrouiller seul : il vient d'accomplir son premier effort ! Désireux de devenir patron et pour jouir de son idée géniale aussitôt il la fait breveter : marcher, apporter une chaise, se pencher, s'asseoir, mais quel génie ! Pourquoi diable personne n'y avait songé avant ?

Trois ans plus tard, John a son premier taf de winneur-enculeur-de-smicard, apprenti colleur de timbres chez un gros magnat de la frime et de la guenille, Paul Emploi-Ahennepéheu, là même où se trouve son père qui avec sa bande de népotes l'a pistonné. Son père commence alors à délirer sec, prenant Charla Brunichon, ajusteuse en corde vocale, pour une chanteuse d'opérette, tandis que lui se croit fils du roi Giacomo Chirac ! Un jour, Nicolas fusionne son corps dur avec le corps mou de la belle et déclare à John qu'elle est sa mère, bien qu'il fut déjà né depuis plus de vingt ans. Mais comme il est obéissant, il a réintégré sa vie foetale et attendu qu'on lui permit une nouvelle épiphanie.

Sic transit intestinal Gloria Lasso écrivit alors un poète du Figarrot, avant de s'étrangler d'émotion.

[modifier] Le grand Brain-Washing

Grâce aux relations conjugale de son papa, il sera tenu de vite renaître une seconde fois, comme une maison Phenix. Devant cet étonnant rebirth, il est devenu la coqueluche des médias à sensation, avant de filer le cancer à un éditorialiste barbu. Par un coup de piston, suppléant à l'art du pet que John sut constamment magner, il est embauché à Total-Recall en 2012, une entreprise fabriquant des faux-souvenirs de droite aux gens de gauche. Déjà il commence à croire qu'il est fils du roi des Francs, millionnaire et surdouébile mental.

[modifier] Jeune et déjà maître de son glandage

Devenu de droite, la famille Charclozy décide d'aller, dans l'intervalle, dans les Haut-de-Senne pour péter plus haut que les poissons, qui comme chacun l'a deviné, sont tous de sales gauchistes. Rapidement, il rencontre Jessica Samaritaine, vendeuse de prêt-à-glander, ambitieuse chômeuse et unique héritière de Danielle Toscan du Plantage, monteuse, surtout monteuse, d'un cinéma ambulant et de Sophinet Samaritaine, comice troupier agricole du Poitou-Charentes. Sa future beau-mère lui tint alors ce langage : « Tu dois voir gland, tu dois voir chaud, tu dois changer de slip ! ».

Habillé propre, comme toute personne de droite droite dans ses bottes, John se propulse d'un pet bien fort, après avoir mangé un kilo de chamalows chimiques, au sommet de la plus haute tour de La Défonse, dominant Paris, dominant la France, dominant le Monde, riant en lui-même de sa réussite qu'il ne devait qu'aux fondements de sa nouvelle doctrine. On pouvait alors le voir en 2014 dans une publicité pour nouilles sur France O, jouant un curé rastaman chantant 'l'EPAD, l'EPAD, oui mais des Panzani'.

Un jour qu'il se fit chourave son scooter avec ses sandwichs à la beuh, son herbe était si bonne que les chiens policiers retrouvèrent le coupable rien qu'en suivant la trace odoriférante !

Comme ce jeune homme bien sous tout immeuble de rapport est naturellement à la mode, puisque de droite, il s'est teint en aryen blond afin de devenir, il le souhaite, dit, clâme et brâme dans l'Aberration, Modes et Travaux et autres puissants titres de presse à papier, ministricule de la fureur Marine Ta Peine. Pour cela il aura à apprendre quelques savantes matières à l'ENA, l'Ecole des Neuneus en Anatomie, comme le krav maga, le licenciement, la soupe au sang humain, la baisse des charges patronales, l'oeil poché, l'évasion fiscale et l'épaule en charpie. Entré par la porte de service en octobre 2014 il en ressort par la fenêtre en juin 2017. Une fois devenu une bonne brute patronale, Marine Ta Peine en brunit d'émotion. La reich-frau le remarque néanmoins qu'au bout de trois ans, lors d'une réception au camp de TF1-Struthoff en compagnie de son père Nicolas, qu'elle épouse, trompe avec un certain Karl L. et nomme 1er Cocu. Un mois plus tard, le 17 juin 2020, John Charclozy rentre dans le même gouvernement que son père, après que tout deux, on s'en souvient, aient entrés dans Charla Brunichon.

[modifier] Secrétin d'Etat au redressement productif des glandeurs couchés

John est désigné à 8h47. A 8h52 il ouvre la bouche pour sortir un son. Dit "Yes!" en serrant le poing contre la poitrine d'airain, le coude replié contre son aine, l'autre main posée sur un guéridon Louis XVII, écartant les doigts pour tenir la masse de son puissant corps. A 8h54 l'effort l'ayant complètement épuisé, il décide de démissionner et de faire valoir ses droits à la retraite anticipée. Il manque de s'effondrer sur le sol tant il s'est surmené durant son long mandat de deux minutes. A 8h56 sa démission est acceptée, mais il faudra attendre 8h57 pour qu'il la signe. Il est immédiatement payé 3267 SMIC et conserve son pot de vin de fonction, son cerveau de fonction et ses pailles de fonction. Son oeuvre est si considérable que des livres entiers n'en finiront pas en cinq ou six siècles d'épuiser la matière.

[modifier] Interview de John Charclozy (18 juin 2020)

Alors qu'il urine sur un clochard trisomique nous l'avons interrogé pour Signal, la revue des cadres sympa de la wehrmacht, en ce 3 Balkany an XVI de Charclozy :

Signal : "John ce n'est pas dangereux de venir dans le guetto des cons de pauvres ?"

John : "J'aime les pauvres utiles, ceux qui aimablement vous proposent d'être roue, autoroute, boue ou flaque d'eau : c'est un vrai confort que de rouler dessus. Celui-là est mon urinoir vivant."

Signal : "Qu'allez vous faire, maintenant que vous avez trente quatre ans ?"

John : "Herr larbin, vous vous moquez, je ne sais pas compter, comment le saurais-je ?"

Signal : "Pardon votre blondeur aryenne, je voulais dire maintenant que vous êtes un bel homme d'âge mur et glandeur super-professionnel"

John : "J'ai envie de tuer le temps, ce salaud qui fait mourir les génies ! Voyez-vous la chasse à court-sinon-je-te-bute ne m'amuse plus, d'autant que papa a presque enfermé tous les sous-hommes dans les camps de travail Bouygues. Je pense devenir coffre-fort, sous-pape ou trader, mais roi des Glands me suffira, du moment qu'il y a Ken, Santa Klaus Barbie et du champomy'".

Signal : "Nous vous souhaitons une bonne journée votre glandeur"

John : "Souvenons-nous que deux gaulles n'est point priapisme, vive l'UMPochard ! A bas le PQS et les mangeurs de soupe au choux !"

[modifier] L'âge mur

On dit d'un fruit mûr qu'il est prêt de tout pourrir. John n'est pas de cet embranchement et d'une toute autre trempe, celle de l'acier délocalisé en Inde, celle du coltan, un métal si rare et cheros qu'on ne le voit presque pas à la télé. Bref le 25 décembre 2021, à l'heure où les petites vieilles au sac à main sont promenées dehors pour leurs besoins, John a soudain une révélation, alors qu'il rangeait son scooter dans le yatch paternel, derrière le guéridon Louis XVII, chouré durant son passage au gouvernement. Par le hublot situé en face de lui il vit une lumière se lever, c'était le soleil, et crû que Dieu l'appela puis, s'approchant en proie à la transe mystique nord-coréenne, aperçu le reflet de son visage et tomba à genoux :

Dieu que tu es beau dieu ! Tu n'est pas gay au moins, ni barbu comme un communiste, parle et je t'obéirais, qu'attends-tu de moi ?

Son reflet, perplexe n'eut d'autre ressource que de répondre avec solemnité : Mais je suis toi voyons

Et John eut la révélation de sa vie : Tu veux dire que JE suis Dieu ?

Ecoute je vais pas te contrarier, j'aime pas le trollage de reflet, alors moi, je me barre

Mais Saigneur, quel est ma mission ?

Sois toi-même mec, soit ce que tu es VRAIMENT

[modifier] L'Elu

Aussitôt, après un moment de longue perplexité, le yatch commença à fondre devant lui, comme un polaroïd compromettant prit entre potes bourrés, puis ce fut bientôt toute la réalité de la matrice. Il se retrouva dans un espace tout noir, devant Claude Gluon, une particule élémentaire du monde virtuel dans lequel croyaient vivre les hommes. "L'homme africain n'est jamais rentré dans le noir", puis il ajouta, "seul un super glandu comme toi, blanc comme un cachet d'aspirine à force de faire son geek devant son ordi pouvait être un jour l'Elu, car tu es l'Elu, précisément à l'élection présidentielle du 25 mreffee 8763 car nous sommes en 8763. Entre ici Jean Moulin, ton peuple t'attend".

Une porte de coffre de banque suisse apparu comme par magie dans le néant où ils semblaient tout deux flotter, qui s'ouvrit comme dans Star Treck après que le code fut prononcé par Claude Néant, avatar de lui-même, lui le maître de la matrice. Déjà les clameurs de millions de couillons et couillonnes se faisaient entendre au loin, au-delà du rêve le plus fou, au-delà de tout ce que John alias Jean aurait pu imaginer. Mais ceci est une autre histoire, vu que nous sommes encore en 2013, et encore ...

[modifier] Dixit

"Scoot toujours, toi t'as qu'un tas de ferraille"

"Madame, j'aimerais mieux vous payer en liquide, afin que nulle trâce ne resta pour les impôts, sans quoi, je serais dans de beaux draps"

"Je travaillerais quand le soleil aura séché mes cheveux"

"Nan mais je rêve ! c'est quoi ce taf de merde ? où est la piscine ? le bar à cocktails et la Testa Rossa de fonction pour chercher les gommes-crayons ?"

"You're talking to me ?"

"Papa, t'as pas 1000 euros, j'ai voudrais acheter un carambar"

"Tu monte pas sur mon yatch, avec ton double SMIC tu me fous la honte"



Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
Partage sur...
wikia