Je suis une légende

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

Je suis une légende est un film de science-fiction de 2007 avec un acteur américain et un berger allemand.

[modifier] Synopsis

[modifier] Alain Haffilofe

Alain Haffilofe est un des personnages les plus célèbres. C'est le monstre Klark numéro 23. Ce célèbre acteur a écrit le morceau "Pancake, je t'aime cake". Alain Haffilofe a déjà reçu + de 7 oscars dans sa vie. Ce personnage au nom bizarre est une pure invention d'un trou du cul. Signé l'illustre inconnu

En 2009, l'humanité est confrontée à une pandémie majeure (non pauvres incultes, une pandémie n'est pas une invasion de pandas mais une crise sanitaire de première importance) (et non ! une crise sanitaire n’a rien à voir avec des toilettes bouchées, hein, je vous vois venir).

Personne ne trouve de traitement à ce mal mystérieux, pas même le Dr. House qui, suite à un diagnostic tardif (ce n'était pas un lupus ou une sarkoïdose), ne parvient pas à redresser la barre : l'espèce humaine est condamnée à une lente mais sûre agonie. Y compris Michel Denisot.

Voilà donc l'humanité transformée en une race mutante assoiffée de sang ! Seule subsiste une personne normale dans ce monde apocalyptique, Robert Neville, qui tente par tous les moyens de trouver un traitement. Il télécharge donc illégalement en DivX - pour tenter un diagnostic différentiel - les différentes saisons de Urgences, du Dr House et de Grey's anatomy (mais là c'était juste pour mater la superbe paire de seins d’Izzy Stevens). Il télécharge aussi R.I.S : Police Scientifique mais il se rend rapidement compte de son erreur : c'est une série de merde de TF1 avec de mauvais acteurs.

[modifier] Un road movie métaphysique

C’est alors que Robert Neville prend conscience d'une chose : pourquoi ne pas profiter un peu du fait d'être seul sur Terre ? Il entreprend donc un long voyage initiatique durant lequel il accomplira des choses formidables : se baigner dans le jacuzzi de Snoop Dogg, fouiller dans le tiroir des petites culottes (sales) de Scarlett Johansson, aller chanter sur le plateau de la Star Ac', etc., etc.

La fin du film est subtilement teintée de noir. Entreprenant sans cesse des voyages en s’aidant de cartes Michelin périmées, sans même une nana pour lui dire qu'il s'est planté de route (non mais ! on leur demande jamais rien et elles viennent nous faire chier !) Robert Neville sombre peu à peu dans la folie et se prend finalement pour un panneau de départementale.

[modifier] Anecdotes sur le plateau de tournage

[modifier] Rôle de Robert Neville

C'était Georges Abitbol qui était pressenti à la base pour le rôle de Robert Neville. Mais quelqu'un ayant trop de classe ne peut pas laisser l'humanité s'éteindre comme ça. Il lui donne du feu.

[modifier] Absence de Chuck Norris

Je suis une légende ne montre pas ce qu'il est advenu de Chuck Norris. Devant la déception éprouvée par de nombreux fans, Je suis une légende 2, en cours de tournage, montrera que la maladie, c'était Chuck Norris (et encore, il avait la grippe)

[modifier] Look des contaminés

Si vous regardez bien les contaminés pendant le film, ils portent tous des jeans slims et écoutent Justice. Seuls leurs cheveux gras ont disparus mais ils n'en demeurent pas moins effrayants et surtout particulièrement cons.


Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
Partage sur...
wikia