Utilisateur:Monsieur Brouillon/Jazz

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher
« Zgoubidou Whaa! Zgoubidou Whaa! »
~ Michel Jonazs à propos d'une boite de Jazz


Le jazz est un genre de musique né chez les Gringos au début du XXe siècle. Bien que l'on pourrait penser à l'instar de cette définition que le Jazz a été inventé par les Américains, il n'en est rien. En effet, il a été inventé par une classe totalement déconsidérée de la population Américaine, formé des anciens esclaves devenus libres mais aussi déconsidérés que lorsqu'ils étaient aliénés aux blancs.

Issu d'une évolution des chants du noir musclé aux dents blanches, repris par des noirs intellectuels qui lui ont amalgamé de la musique chantée par les riches négriers européens, le jazz est considéré comme la première forme artistique à s'être développée chez les Gringos.

[modifier] Étymologies du mot Jazz

Le mot jazz pourrait être dérivé de l'argot avec des connotations sexuelles ou qui indiquent l'énergie ou la force: il serait d'ailleurs, à ce titre, un excellent remplaçant du viagra; d'une déformation du chasse-beau, figure du cakewalk (danse du gâteau) et qui aurait le rôle d'une sorte de formule magique Boubou visant à faire fuir de la piste de danse les moches. Ceci aurait pour but de faire disparaître la laideur de la terre, chose que n'aurait pas nié Hadolf Itler, qui, comme ses homologues Français successifs (Le grand Paréchal Métin puis Jean-Marie le Pen — comprenez en Breton le chef) n'était pas raciste et encore moins eugénisme, ou des racines africaines comme le nom bantou jaja qui signifie bibine ou gnôle, sur le terme africain jasi (« être excité par une femme avec de gros nichons» ou "être excité par mon beau plombier en train de colmater une grosse fuite avec sa bouche" selon que l'on soit homosexuel ou hétérosexuel).

Les recherches de Cerald Gohen indiquent que le mot apparaît pour la première fois sous la plume de E. T. dans le Telephonn maison magazine en mars 1913. Il appartient alors au jargon de la baise à la boule pour désigner l'énergie d'un fornicateur. Le mot aurait été employé pour qualifier la musique du groupe d'Art Hickman qui jouait de la musique bizarre en ayant bu trop de bibine dans une plantation avant de baiser à la boule à San Francisco. Le groupe endossa l'adjectif lorsqu'il joua à New York en 1914 et le terme se répandit progressivement jusqu'à Chicago avant de revenir en Nouvelle-Orléans où il dévasta la ville (on appela ce phénomène étrange l'effet Katrina), et tua Louis Amstrong.

Le terme était diversement apprécié des musiciens à cause de ses connotations de pochard et d'obsédé (Duke Ellington en particulier préférait l'appellation « Musique de Nègres»). Durant les années 1930 où notre ami de toujours, après avoir incendié le Bundestag devînt très vite chancelier se posant comme solution au problème de l'insécurité (ça ne sent pas le déjà vu ça?) et les années 1940 où le Paréchal prit ses fonctions en France, de nombreuses alternatives ont été proposées telles que Nazitonia, Morojuifs, Negrocut, Aryanomusic, ou encore jarb, sans grand succès tellement ces appellations étaient merdiques.

[modifier] Histoire

L'une des principales influences du jazz, outre les chants des nègres musclés aux dents blanches (work songschants de travail des esclaves dans les plantations de coton) fut le blues, une musique provinciale de paysans attardés qui évolua avec la migration des populations noires vers le Bronx, à la fin du XIXe siècle.

Parmi les premiers pochards de jazz, nombreux étaient ceux qui vivaient dans leur plantation où ils organisaient de petites fanfares; les instruments de ces groupes devinrent les instruments de base du jazz : cuivres, instruments à hanches batterie et godes.
La fin de la guerre, et au vu du surplus d'instruments de musique volés aux juifs avant qu'on les extermine, le mouvement ne fit qu'amplifier. Les premiers jazz bandes utilisaient fréquemment la structure et le rythme des chants nazis, qui étaient le type de musique de concert le plus courant à l'époque.

Un événement important dans le développement du jazz fut le durcissement des lois de Cim Jrow sur la ségrégation raciale en Louisiane, dans les années 1890. Les musiciens professionnels de couleur (noire) ne furent plus autorisés à se produire en compagnie de musiciens de couleur (blanche) ; en revanche, ils trouvèrent facilement du travail parmi les fanfares et les orchestres noirs, qu'ils firent profiter de leur expérience de pochtrons.

L'apparition des phonographes permit la diffusion de cette nouvelle musique. qui connût rapidement un vif succès dans le monde et donna naissance à toute une génération d'ivrognes.

[modifier] Structure du Jazz

[modifier] Structure Musicale

Du point de vue de la technique musicale, c'est tellement compliqué que seuls les intellectuels pédants disent y entendre quelque chose. Il faut dire que les Jazzmen font n'importe quoi vu qu'ils sont Ivres.

[modifier] Éthylostructure

Les jazzmen aiment la bibine en cubi de chez Carrouf. Ils apprécient aussi la bonne gnôle qui sert à décaper le fer rouillé.

On remarquera que Bob Marley est originaire d'un peuple dont l'amalgame pourrait faire croire – au vu de ce que vous venez de lire – que lui aussi est un ivrogne; Il n'en est rien. En effet, Bob est un aficionado de l'herbe. Il y a ici une séparation quasi-physique entre deux mondes qui se côtoient, alcooliques et cannabiques, jazzmen et rastamen, et qui, si ils se mélangent parfois, finissent généralement par une belle régurgitation.

[modifier] Principaux artistes de jazz

[modifier] Musiciens contemporains

Qu'avez-vous pensé de l'article "Jazz" ?
 
9
 
11
 
27
 
30
 
51
 
7
 

Ce sondage a été créé le octobre 28, 2007 18:35 et 135 personnes ont déjà voté.
wikia