Intelligence

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

Les philosophes et psychologues se posent la question de l'intelligence depuis pas moins de 2 millions d'années. On retrouva en effet un hiéroglyphe préhistorique, gravé dans la pierre, qui contenait une large réflexion sur la nature de l'intelligence.

L'intelligence est le fait d'être intelligent. A ne pas confondre avec un intellectuel, que l'on définit habituellement comme un individu qui semble intelligent, mais qui aime surtout s'entendre parler, et pratique quotidiennement un auto-érotisme outrancier sur le son de sa voix.

Être intelligent, c'est ce qui différencie l'homme de l'animal : l'animal n'est pas intelligent, puisqu'il ne sait pas faire ses courses lui-même. Le fait qu'un animal soit incapable d'utiliser un téléphone portable prouve son manque complet d'intelligence. A la place, l'animal détient un instinct immuable. Un test simple suffit à différencier l'intelligence de l'homme et l'instinct de l'animal : on l'appelle le test de Bagrissom, du nom de son inventeur. Le protocole est le suivant : un animal et un être humain sont placés devant un miroir, avec à leur disposition un rouge à lèvres, un pantalon, des lunettes et une canette de soda. Un petit texte est également disponible en 5 langues (français, anglais, norvégien, espéranto et latin) pour leur expliquer quoi faire. Celui qui parvient à remporter l'épreuve prouve ainsi qu'il est intelligent, alors que l'autre n'utilise que son instinct. En outre, aucun animal n'a jusque ici été capable de réussir ce test, n'arrivant même pas à comprendre la consigne. Il a été ainsi prouvé que beaucoup d'êtres humains n'avaient pas d'intelligence, mais un instinct (les anglo-saxons, les français et les norvégiens semblent ainsi être statistiquement les plus intelligents de la planète).

Les différentes intelligences

Il n'y a pas une intelligence, mais DES intelligences. En effet, pour le philosophe italien Socrate, l'intelligence était la capacité à distinguer un kiwi d'une prune non mure. Désormais, les philosophes et scientifiques s'accordent à penser que plusieurs intelligences modèlent l'être humain:

Killhumans

L'ordinateur est amené à dominer la race humaine (ce qu'il fait déjà, mais passivement) : il est en effet plus intelligent du point de vue numérique, et depuis que son disque dur héberge des vidéos téléchargées illégalement par les humains, il a vu plein de films de science-fiction qui lui ont donné des idées de grandeur.

L'intelligence numérique

Une personne capable de faire des calculs mathématiques détient une intelligence particulière. Il est à noter que les calculatrices sont intelligentes de ce point de vue, et même franchement des génies. Et les ordinateurs sont encore plus intelligents, ce sont des "vachement-intelligents-numériques". A côté de l'ordinateur et de la calculatrice, l'homme est un attardé numérique. A terme, nul ne peut se leurrer : la calculatrice prendra la place de l'être humain en haut de la chaîne alimentaire.

L'intelligence sensorielle

Je viens de me prendre une pomme sur la tête, et je capte tout de suite que ce n'est pas un citron : il s'agit de l'intelligence sensorielle. Quelqu'un qui croit avoir perdu ses clés alors qu'elles sont dans sa poche est donc un débile sensoriel.

L'intelligence sociale

Un individu socialement intelligent est caractérisé par son grand nombre de relations sociales, qui rient dès qu'il ouvre la bouche et qui le désirent sexuellement. Il est à noter qu'un individu qui vient d'acquérir une console de jeu dernière génération, une voiture décapotable ou un héritage impressionnant gagne immédiatement de l'intelligence sociale.

L'intelligence gagmanesque

Cette intelligence se reconnaît rapidement par la capacité qu'a un individu à sortir des jeux de mots insupportables, des blagues idiotes, et de provoquer la mort d'autrui par l'hilarité. L'intelligent gagmanesque est capable d'imaginer des situations ridicules et des gags lamentables, qu'il est parfois le seul à comprendre, mais qui lui donnent une joie de vivre communicative. Une trop grande intelligence gagmanesque peut cependant entrainer la mort du sujet par étranglement ou lapidation.

L'intelligence spatiale

on sait peu de choses sur cette intelligence, car les voyages spatiaux restent limités à l'heure actuelle.

L'intelligence intelligente

c'est une intelligence de sa propre intelligence. C'est si complexe que c'est réservé aux cerveaux des êtres humains du futur. Pour le moment, le seul être connu qui en dispose est Chuck Norris.

L'intelligence cognitivante, cognitivée, cognitivable et cognitchiwa

Il s'agit d'un type d'intelligence volontairement définie de manière large et pompeuse, dans laquelle on classe toutes les autres sortes d'intelligence qu'on n'a pas envie de classer, parce que c'est franchement lourd à force.

Systèmes de détermination et quantification de l'intelligence

On a longtemps utilisé le kilogramme pour mesurer la quantité d'intelligence dont disposait un individu lambda (ou bêta le cas échéant). On pesait alors un individu à l'aide d'une balance, en le mesurant avant et après la mort. La différence donnait alors la quantité d'intelligence dont disposait l'individu de son vivant. Deux problèmes furent soulevés :

  • Il était impossible de savoir si son conjoint était intelligent, à moins de le tuer ou d'attendre sa mort
  • Certains arguaient que l'intelligence était plus complexe (mais une minorité)

En 1918, Ying Yang, un neurobiologiste maori chinois propose d'utiliser une nouvelle unité de mesure : le pacon. Cette unité de mesure introduit alors un facteur qui rationalise et révolutionne toute la conception de l'intelligence. En effet, on commença en 1898 à mesurer l'intelligence par rapport à un critère : la maîtrise des mathématiques. Ying Yang, qui était nul en maths, décida que ce n'était pas la seule manière de calculer l'intelligence.

Il s'intéresse alors à 2 critères : le premier concerne la capacité à philosopher, du moins à inventer tout un lot de propos qui semble crédible aux yeux d'une parfaite andouille. Ensuite, il parle d'adaptivité : est intelligent tout être qui s'adapte. Ainsi, Ying Yang, qui était un excellent philosophe populaire, et qui était parfaitement adapté à la forme de son siège de bureau, obtint un score de 158 sur 160, ce qui était presque parfait (si ce n'est les 2 points de maths qui lui manquaient).

Georges Grimanne, inspecteur des impôts et spécialiste de l'intelligence humaine, décide en 1982 d'introduire la notion de "passivité affective bioneuronale". Il étudie alors un individu particulièrement bon en mathématiques, capable de s'adapter à toutes les situations, mais qui passe cependant 2 heures par jours devant la télévision, à regarder des émissions de variété et à écouter Claude François, dont il collectionne les posters. Grimanne y voit un paradoxe : peut-on être intelligent et con à la fois ? C'est alors qu'il invente un nouveau procédé : le ConOtron. L'individu, stimulé par divers programmes de télévision, chansons et blagues, voit sa connerie mesurée par l'appareil ConOtron, qui exprime alors l'intelligence en prenant en considération le degré d'imbécilité latente.

L'intelligence s'exprime alors en intelipacon, et se formule ainsi:

intelligence = \frac{poids\_du\_cerveau /100 + mathicite + philosophicite}{hypotenuse\_du\_carre\_de\_la\_moelle\_osseuse} - \frac{connerie\_manifeste \times connerie\_latente}{imbecilite\_congenitale}

Actuellement, des recherches tendent à étendre cette formule, en intégrant la connerie relative à l'usage des jeux vidéo ludiques. L'individu qui n'arrive pas à passer le premier niveau de 3 types de jeu différents (combat, voiture et tétris), est considéré comme vidéoludiquement con. Ceci suivait une réflexion de Jurgen Strassmon, qui déclarait toujours de Hugues de la Tour, intellectuel Suisse : "mais qu'il est con, il arrive même pas à passer le premier niveau de super mario".

Le calcul devient donc actuellement :

intelligence = \frac{poids\_du\_cerveau /100 + mathicite + philosophicite}{hypotenuse\_du\_carre\_de\_la\_moelle\_osseuse} - \frac{connerie\_manifeste \times connerie\_latente}{imbecilite\_congenitale} \times connerie\_videoludique

Les recherches actuelles ont mené à une grille de QI (quantité d'intelligence):

  • 0 à 10 : intelligence minimale, similaire à celle du bousier.
  • 11 à 20 : intelligence insuffisante, proche de celle d'une belette attardée.
  • 21 à 40 : bêtise incroyable, facilités à intégrer un groupe d'abrutis.
  • 41 à 60 : bêtise intense, facilités à diriger un groupe d'abrutis.
  • 61 à 70 : bêtise profonde et intelligence limitée, facilitant la réussite comme dirigeant politique ou chanteur/euse.
  • 71 à 120 : vers une intelligence quasi-normale voire supérieure, mais une moralité douteuse et des problèmes de couple.
  • 121 à 150 : intelligence maximale, mais vous attendez l'élu de votre coeur. Travail : une opportunité va s'offrir à vous si vous êtes du premier décan.
  • 151 à 170 : intelligence maximale, psychorigidité et incapacité à avoir l'air cool.
  • 171 à 200 : trop d'intelligence, suicide ou lapidation populaire en attente.

Où est située l'intelligence ?

Une des difficultés consiste à savoir où se situe l'intelligence. Plusieurs théories émanent ainsi d'équipes scientifiques adverses:

Cervointell

Où est l'intelligence? La grande complexité du cerveau (vous avez vu le nombre de boudins qui le composent?) pourrait laisser penser que l'intelligence y loge. Mais alors, que pourraient trouver les scientifiques s'ils l'exploraient davantage ?

  1. Pour les neurologues, l'intelligence se situe dans le cerveau. Une théorie certes surprenante, mais qui semble être de plus en plus acceptée par les scientifiques, les religieux et les gendarmes.
  2. Pour les féministes, la place de l'intelligence diffère selon le sexe : pour les femmes, l'intelligence se situerait dans le cerveau, tandis que l'intelligence des hommes serait située à mi-chemin entre leurs testicules et leur pénis.
  3. Pour les machistes, la place de l'intelligence chez la femme est d'autant difficile à cerner qu'il faudrait un microscope à balayage pour la trouver. Cependant, ils s'accordent généralement sur l'idée que le cerveau abrite leur intelligence, entre les neurones qui gèrent le maniement de l'aspirateur et celui du fer à repasser.
  4. Certaines théories situent en revanche l'intelligence humaine à l'extérieur de l'être humain : elle serait par exemple contenue dans son téléphone portable, dans son ordinateur, dans son plus haut diplôme, ou encore dans son chien de poche brossé, teint, vernis et habillé d'un petit manteau rose.
  5. La conception fourmicidaire considère que l'intelligence est située dans la collectivité. Mais franchement, la conception des fourmis, on s'en fout quand même un peu (après tout, elles n'ont même pas le droit de vote).
  6. La conception communiste considère que l'intelligence est située dans le collectif, sauf que les fourmis sont, dans cette conception, des saloperies d'insectes fascistes qui ne vivent que pour l'aliénation de la masse prolétaire et qui vivent du capitalisme humain (d'où leur intérêt pour notre Coca-Cola et nos bonbons Haribo, sur lesquels elles s'agglutinent lors de nos piques-niques).
  7. La conception capitaliste considère que l'intelligence est située dans les billets de 500 dollars, ou au pire 500 euros. Nous ne développerons pas cette théorie, qui est vraiment caca.
  8. Ma propre conception c'est que l'intelligence est située dans le sang : ceci explique que l'on soit beaucoup plus con lorsque l'on a bu, puisque notre sang est vachement alcoolisé. Notons que cette théorie (que j'ai déjà prouvée lors d'une conférence menée dans ma chambre devant mes peluches) prouve que le boudin noir rend intelligent (ben oui c'est du sang séché c'est logique), alors que les vampires rendent con.
    DÉMONSTRATION : Notons qu'une personne qui a perdu son sang ne bouge plus :
    elle a perdu toute son intelligence en perdant son sang.
    Donc son intelligence était contenue dans son sang.
    CQFD.
    COROLAIRE : Les tampons hygiéniques font perdre de l'intelligence aux femmes
    ou plus généralement aux personnes ayant des hémorroïdes.
    HYPOTHÈSE À VÉRIFIER : la consommation de tampons hygiéniques rend intelligent.
  9. N'oublions pas les dieuistes, qui pensent que l'intelligence est transcendante et que c'est un dieu omniscient, omnipotent et omnisports qui contient toute l'intelligence de l'humanité. Cette théorie n'est généralement pas retenue par la communauté scientifique, non pas parce qu'elle est invraisemblable et invérifiable, mais plutôt parce que les chercheurs n'ont pas assez de subventions pour acheter des rats et expérimenter cette courageuse hypothèse dieuiste.

L'intelligence : innée, acquise ou transmise ?

L'intelligence est innée, acquise et transmise. Un peu des trois, mais aucun en particulier. De toute façon on s'en fout, si t'es con t'y peux plus grand chose maintenant.

Intelligence et culture

Extractionintell

L'extraction de l'intelligence en vue de la cultiver in vitro, une pratique traditionnelle que refusent les biologistes, les neurologues et les fans de catch.

Il est par tradition important que chacun cultive son intelligence, même si elle limite le bonheur et l'estime de soi, pousse à l'isolement et à la dépression, et mène à jalouser le bonheur hébété des kékés.

Malheureusement, des individus un peu déphasés ont compris de travers l'idée de cultiver leur intelligence, décidant de la cultiver in vitro, après l'avoir prélevée d'une manière quelque peu discutable sur leurs amis ou sur eux-mêmes.

Nous ne signalons cette pratique que pour rappeler ce fait : on ne peut pas cultiver son intelligence comme on cultive une plante verte : la méthode la plus optimale pour l'accroissement de l'intelligence reste la pratique de la musculation et de l'haltérophilie, qui augmentent considérablement le potentiel intellectuel.

L'intelligence, une entité prête à évoluer ?

Si l'on en croit les recherches actuelles, l'intelligence serait amenée à évoluer, risquant à terme de faire exploser le cerveau humain. L'humanité étant particulièrement intelligente à l'heure actuelle (l'invention du presse-purée et du lecteur DVD ayant provoqué un bond de l'intelligence humaine), on craint une multiplication par 9 du volume du crâne d'ici le siècle prochain.

L'utilisation de plus en plus fréquente du Centre de l'Intelligence Arithmétique (CIA) risque également d'amener l'homme à un comportement de plus en plus paranoïaque, les neuropsychiatres craignant donc une recrudescence de la guerre, qui devrait mener à la fin de l'humanité d'ici 151 ou 152 ans.


Bestof v1
Cet article a été élu dans le Best Of de la Désencyclopédie !
Autres langues
wikia