Illittérature:La vraie histoire de l'homme : De la genèse à nos jours

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

[modifier] La genèse

Le premier homme au jardin d'Eden vivait comme un petit singe. Pour garder son équilibre, il marchait à 4 pattes car c'était plus pratique. Il vivait dans la jungle, et dialoguait avec les animaux, il copiait leurs comportements, car loin d'être con, il avait compris que les bêtes qui l'entouraient étaient en paix avec leurs vies. Il se roulait dans les bonnes herbes pour faire sa toilette. Il mangeait ce qui lui tombait sous la main. D'abord il flairait, puis goûtait, n'hésitant pas à dégueuler, si son corps n'appréciait pas ce qu'il venait d'ingurgiter. Mais surtout, il apprenait à reconnaître ce qui était bon ou non. Il découvrit un jour des petites baies au jus très pâteux. Ses baies avait commencé à fermenter, et contenaient donc naturellement de l'alcool. Il y pris goût. Le soir, il se tapait des délires en se branlant dans les graines de cette plante, et avec toutes sortes d'autres choses. Mais il s'ennuyait un peu. Un matin, il découvrit une rose, tellement belle, qu'il en oublia de regarder autour de lui. La rose le coupa à l'index de la main gauche. Il retenut la leçon, mais but quand même la rosée qui s'était écoulée à l'intérieur de la fleur. Il découvrit le feu par hasard en trouvant un briquet. Comme il était habitué à tout recevoir de la nature, il ne se posa même pas la question de savoir d'où provenait l'instrument. Il le trouva fort pratique. Il fit brûler toutes sortes de choses, pour se réchauffer et pour se shooter. C'est à ce moment là qu'il commença à marcher sur 2 pattes, car il croyait connaître à présent un peu mieux la nature. C'est aussi à ce moment, qu'il commença à préférer le beau temps à la pluie. Il domestiqua les animaux et les plantes, pour qu'il le servent mieux. Il se fabriqua des habits avec leur peau. Il se fabriqua un lit avec leurs poils les plus doux. Il se fabriqua un paillasson avec leurs crins les plus durs. Le soir, il se réchauffait, et devint frileux. Le soir, pour déterminer quel effet pouvait avoir les petites particules de fumée sur son organisme, il s'amusa à enflammer tout ce qui lui tombait sous la main. Il se mis à aimer les mauvaises herbes, et devint shaman. Il découvrit l'électricité statique en se grattant le crâne. Il resta quand même un peu con, un jour il se fabriqua une lampe à pétrole, mais ne prit pas garde qu'il y avait un trou dans le fond de son invention. Pour se souvenir de ces choses utiles et importantes, il prit l'habitude de noter se qui lui passait par la tête dans le sable avec un bâton. Comme cela ne marchait pas des masses, il choisit quelques jours plus tard la pierre. Mais surtout il utilisa le ciel, en inventant des histoires autour des formes qui reliaient les étoiles. A la fin de sa vie, il adopta une troisième patte artificielle. Bien pratique cette patte, elle lui permettait de sonder le sol avant d'y mettre les pieds. Il recommença à permettre aux animaux et aux plantes de s'élever, car il pensait ne plus en avoir besoin. En revanche il commença à domestiquer ses semblables pour qu'ils le servent au mieux. Il tremblait beaucoup, car il avait peur à présent de la nature, mais ce n'était pas grave, car il avait son cher petit chez lui, avec sa lampe à pétrole, avec ses esclaves pour le servir, et avec tout ce qui lui semblait utile.

[modifier] L'histoire

L'homme à trois pattes et son mal de dos, se mit à avoir la bougeotte, car la jungle africaine où il vivait ne lui plaisait plus des masses, bref c'était plus son trip. Il marcha dans toutes les directions, vers le sud, l'est, l'ouest et le nord, il trouva la mer. La mer s'ouvrit pour lui, lui permettant d'accéder au Moyen-Orient. Il s'installa partout où la vie lui semblait propice, en particulier dans la vallée du Nil, et en Mésopotamie, et plus au nord en Assyrie, trois régions formant le croissant fertile. L'homme et les pays commençaient à se spécialiser. l'Égypte se perfectionna dans les sciences humaines, ou plus vulgairement la propagande. En Mésopotamie, on s'appliqua plutôt aux sciences exactes, on s'intéressa, en particulier, aux mathématiques et à toutes ses applications. La Mésopotamie devint notamment la championne de l'électricité et du génie civil. En Assyrie, où la vie était légèrement moins propice, on s'acharna à percer les mystères de la biologie, de la chirurgie, des manipulations génétiques et surtout de la magie. Le troc se pratiquait grandement à l'époque, ainsi, l'Égypte put construire des pyramides. Au centre de ce vivier de connaissance, se trouvait la Terre Sainte, et en particulier une ville, Jérusalem. Pour y avoir droit, il fallait sacrifier une génération d'homme, afin de n'en tirer que le meilleur, pour créer un peuple grâce à la génétique naturelle, la sélection dura 40 ans, les moins bons furent abattus. Les meilleurs des esclaves devinrent le peuple élu de Dieu. Le moins mauvais de l'humanité s'établit ainsi en Israël. Plaque tournante au cœur du croissant fertile, le peuple de Dieu s'adonna au commerce, et devint malheureusement très vite corrompu. Là-bas, un homme comprit que pour extraire le moins pire de l'homme il fallait changer les choses. Il utilisa au mieux les connaissances de ses anciens, pour guérir, endoctriner et réchauffer les hommes. Il comprit que la science n'était pas la clé du bonheur, et il la brida. Il comprit que le commerce n'était pas la clé du donneur, il le brida. Il comprit que l'homme ne devait recevoir de commandement d'aucun autre homme, il se proclama fils de Dieu. Toute l'Histoire pourrait être ainsi revue. Mais ce n'était pas l'intérêt de certains. Il n'y a que 12 hommes au paradis et ils voulaient y rester. Malheureusement, ce type n'a pas toujours été écouté, et encore moins pris au pied de la lettre, et les hommes se sont souvenus de tout le savoir de leurs anciens.

[modifier] La fin du monde antique

Il y eu plusieurs grandes guerres dans le croissant fertile, à chaque glorieux massacre, une vague d'émigration voyait le jour. Les hommes purent ainsi coloniser toute la planète, et les premiers empires coloniaux se formèrent. La Chine se rebella la première, mais trop loin de tout on l'oublia. La Grèce ne faisait de mal à personne, car elle avait dans son ventre plusieurs épines difficiles à digérer. Rome, en fille modèle, fit mieux que papa et maman réunis. Le monde civilisé, devait maintenant soit être Romain, soit se faire tout petit. En bonne élève, Rome comprit que l'envahisseur pour bien réussir son coup, devait assimiler le vaincu. Pour cela, le système de l'Olympe était une géniale invention. Le Dieu de Rome, Zeus, restait le chef des Dieux, mais tous les autres Dieux étaient les bienvenus pour se battre à ses côtés et raconter ses histoires aux enfants. Ne vous imaginez pas que le monde était beau à l'époque, c'était un monde de bâtards, les enfants naissaient esclaves, prostitués et quand ils avaient de la chance, on les abandonnait au bon vouloir des Dieux. Tout cela pour dire que le Christ était comme une petite bille métallique dans un engrenage bien rodé. Il a bien réussi à foutre sa merde. Dorénavant après la conquête un pays, les Dieux n'ont plus le droit de faire copain-copain. Le Christ à tellement foutu sa merde que Rome éclata. Mais malin, pour asseoir sa domination, le Christ conserva une partie des réseaux existants. Ce n'est pas par hasard que toutes les routes mènent à Rome, et que le Vatican ne se trouve pas très loin. La machine presque parfaite, fonctionna pendant environ 1000 ans. A ce moment, la poule aux œufs d'or mourut d'indigestion, et les écrits du monde antique se propagèrent à nouveau, et le souvenir de beaucoup de sagesse fut redécouvert. La sonnerie cassée, tous les enfants de la cour de récréation purent jouer à tous les jeux interdits. La colonisation revint au goût du jour.


[modifier] La révolution

De petits enfants bien sages, les nouveaux royaumes devinrent puissances coloniales. Tout en riant sous cape, ils continuèrent à donner à manger à la bête malade, la gardant dans un coin pour se faire peur et surtout pour maintenir les petites gens dans l'obscurantisme. Ils embarquèrent leurs déchets humains pour le nouveau monde, leur trouvant ainsi enfin une utilité. Comme leurs arrières grands parents en Israël, ils devinrent des petits cochons bien gras. Une fois le ménage effectué, ils pensaient être en paix pour des siècles, l'histoire leurs a prouvé le contraire. Ce qu'ils n'avaient pas prévu arriva, les idées circulant, certains intellectuels prirent goût aux lumières des philosophes. Pensant aider leurs congénères, ils mirent le feu à la poudre entreposée dans un coin de la caverne. Les petites gens qui entre deux famines ne vivaient pas trop mal, se retrouvèrent obligés de faire un pari : les royalistes ou les républicains ? Défendre sa famille ou partir piller le clergé et la noblesse ? La vie sous la première république digne de ce nom s'avéra bien pire que sous la monarchie, on prétendit bien sûr le contraire. Mais passons sur ce point de détail, dans cette hydre fermentait les idéaux chiés par Voltaire et compagnie, alors ça valait le coup. Après massacres sur massacres dans les castes dirigeantes et les sociétés secrètes, Napoléon fut accueilli en sauveur. Quelle bonne idée que de sauver la République et de la reprendre par la guerre. Allons faire un tour chez nos voisins européens. Par la mer, rien à faire, l'Angleterre reste inviolable. Par la terre, c'est le pied, l'Italie courbe l'échine et le Vatican dans la foulée. Napoléon, partit même en mission archéologique jusqu'en Egypte. Puis une fois son devoir accompli, il fut jeté à la poubelle. Pendant ce temps, les anglais trop gourmands se cassèrent une dent en Amérique. Une nouvelle nation au funeste destin émergea.

[modifier] Le présent

La rivalité entre les empires coloniaux accéléra l'emballement de la machine à découverte scientifique. Les hommes pensèrent alors que grâce à la science ils allaient devenir les égaux des Dieux, ils modernisèrent la société pour le meilleur et surtout pour le pire. Les érudits réussirent le tour de force de surpasser leurs ainés en puissance, tout en régressant en sagesse. L'Allemagne jalouse pour n'avoir que très peu de colonies attisa un vent de haine sur toute l'Europe. En Russie, germent des Idées merveilleuses qui apportèrent la joie et le bonheur à tout un peuple. Pendant ce temps aux États-Unis, une fois le massacre des peuples autochtones terminé proprement, la ruée vers l'or noir commence. Mettant en pratique leur devise « Faire un commerce comme si l'on faisait la guerre et faire la guerre comme si l'on faisait du commerce. », les étasuniens offrirent gratuitement de l'alcool et des tissus infestés aux sauvages, en apportant ainsi modernité, paix et prospérité aux peuples sous développés. La suite fort réjouissante. Pendant que les imbéciles d'européens poussèrent le vice jusqu'à organiser leur propre massacre, les étasuniens et les russes tel des vautours, s'engraissèrent avec la carcasse vide de l'Europe, et mirent toute leur énergie à créer une ossature pour l'humanité : Des unions de nations autour d'idéaux se forment, donnant naissance à beaucoup de bonnes choses, ainsi, l'Asie devient une manufacture géante, l'Afrique est lassé consciemment à l'abandon et sert de vivier au bonheur des peuples. La télévision sert à instruire les masses. Les ordinateurs s'insèrent peu à peu partout pour réfléchir à notre place. Le suicide dans les pays riches est désormais la première cause de mortalité, les hommes sont heureux et ne manquent de rien. La lutte pour le contrôle de la planète peut donc reprendre, mais cette fois les armes sont d'un genre nouveau. Le foutage de gueule bas sont plein : Des organisations non-gouvernementales véreuses, des multinationales surpuissantes, de l'argent à ne plus savoir qu'en faire parfaitement absorbé par la croissance mondiale et le gonflement de bulle spéculatives, le chômage maintenu artificiellement haut. Heureusement que tout cela existe car sinon ça ne serait pas marrant. Et pourtant en filigrane de toute cette merde, se profilent les signes annonciateurs d'un grand événement : Les voyants sont à l'orange, ils passeront bientôt au rouge, donnant ainsi aux hommes une cause commune pour se battre : L'écologie ! Le vrai messie pourra enfin venir et dire simplement : Dieu est de retour sur Terre ! Et la planète parlera en son nom : inondations, tempêtes, sécheresses... Les ordinateurs deviendront fous également une fois affecté par le virus divin, tout sera bon pour obliger les hommes à se calmer. Ainsi les hommes à la fin du prochain siècle seront réunis sous le joug d'un gouvernement mondial assisté par un ordinateur, la plus belle invention de l'homme...

J'ai hâte de voir ça...

Qu'avez-vous pensé de l'article "La vraie hisoire de l'homme : de la gènese à nos jours" ?
 
7
 
2
 
5
 
2
 
8
 
1
 

Ce sondage a été créé le octobre 6, 2007 22:36 et 25 personnes ont déjà voté.


Guillotine2.png  Portayl de l'Histoyre


Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
Partage sur...
wikia