Iisme

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

Les croyances Iistes sont des polythéismes illuminés, pour eux Divinités inaccessibles. Il faut donc croire en des sortes de prophètes infaillibles et infinis, intermédiaires entre Hommes et Dieux, les demi-dieux i, ou I pour les fanatiques. Les demi-dieux i sont une sorte de héros sous forme de lettre : juges infaillibles du bien et du mal. Pour ces personnes, il faut suivre i pour atteindre notre sentiment moral. Le mouvement Iiste débute en 1969 avec la révolution Erectus en Mongolivie où tout révolutionnaire devait se tenir debout comme I. C’est à cette époque qu’apparaît le Johnny, un homo erectus particulièrement droit.

[modifier] Démonstration de l’existence de I, et de son infinité

[modifier] I = demi dieux, sous réserve d’existence de dieux

On pose dieux = dieux (égalité triviale)

dieux = d*i*e*u*x = i~(deux) = 2i

Donc i = \frac{dieux}{2} = demi~dieux

[modifier] Infinité de I

\lim_{\rightarrow +\infty} dieux= +\infty car les dieux sont des êtres infiniment infinis


\lim_{\rightarrow +\infty} i = \lim_{\rightarrow +\infty} \frac{dieux}{2} = \lim_{\rightarrow +\infty} dieux * \lim_{\rightarrow +\infty} \frac{1}{2}


½ est une constante donc \lim_{\rightarrow +\infty} \frac{1}{2} = \frac{1}{2}.


Comme \lim_{\rightarrow +\infty} dieux =+\infty, \lim_{\rightarrow +\infty} i =+\infty


[modifier] Grandes étapes du mouvement

[modifier] Coup d’état des polythéistes mongolivides et maintien du système

  • 1967 : Le PM² (Parti Mongol Mathématicien) expose sa thèse Iiste et gagne en popularité dans le pays, tant la démonstration est convaincante.
  • 1968 : Élection du Premier Gourou du Parti par élection à doigt de pied levé (tradition mongolivienne): Petitebitus, ou G (comme Grand Gourou suprême).
  • 1969 : Coup d’état du parti, renversement du Parti des Heureux Pêcheurs Autistes (pHPa, ou papier acido-basique à pression). Instauration du I code (prononcer « Aye code » : contrôle des médias) et de la langue Iiste : G ne peut plus s’exprimer qu’en Siemens, comme tout membre du parti.

Révolution d’Erectus ou minute de l’Homme Droit : Minute de silence où tous les mongoliens durent rester plantés comme des piquets. Invention de l’expression : « avoir un i dans le cul ». Or la femme de I se nomme Bala, que nous associons à I dans l’expression : « avoir un BalaI dans le cul », aujourd’hui très populaire.

  • 1970, 13 Janvier : G est assassiné par son ministre des bouffonneries tragiques, Vairs, qui prendra le titre de Gourou suprême premier ou G1 (Beaucoup l’appelleront G1 Vairs)
  • 14 Janvier : G1 Vairs est retrouvé mort, un haricot enfoncé dans le nez. On nomme à la place G2, alias Pierre (G2 Pierre ah ah ah).
  • 1971 : G2 Pierre meurt lapidé pour détournement de fonds. Son successeur décide sur un coup de tête de ne pas suivre la suite numérique et de passer directement à 8 : on l’appellera jusqu’à sa mort G8.
  • 1975 : G8 obtient la totalité du pouvoir en liquidant la totalité de ses ministres. G8 a le monopole des richesses du pays.
  • 2005 : Mort de G8, mais pas de descendance, car tout lien avec G8 a été liquidé ou envoyé au Mongolgag, sorte de grande prison du rire où les détenus deviennent fous à lier : les membres du PM² lancent alors un grand concours de culture G pour déterminer le gourou suprême. Le pouvoir est finalement donné à un paysan analphabète du nom de Yves Remaurre.


[modifier] Expansion du mouvement

Par l’envoi de missionnaires Iistes, la religion s’étend sur toute l’Asie : elle comprend 10^-99% de la population asiatique et provoque surtout railleries et violence : le pratiquant Iiste devient vite le souffre-douleur de la population. En effet, et cela est démontré sans hésitation possible par le théorème du coup d’air, l’Iisme interdit le plaisir. Dans le mot organisme, on voit bien que le « ni » coupe l’orgasme et empêche la plénitude de s’accomplir : c’est pour cela qu’on reproche souvent aux Iistes leur trop grande rigueur envers le plaisir. Les Iistes sont souvent attaqués par leurs bourreaux préférés, les méchants nombres complexes. En effet, i² = -1 représente un des nombres complexes qui cause le plus de morts parmi les Iistes. Le taux de mortalité Iiste reste considérablement élevé, avec un nombre de morts par minute donné par la relation i²=-1. (en morts.minute-1). Le massacre le plus connu est la nuit de la Saint-Barthélèm I, où les adulateurs de Saint-Barthélèm massacrèrent les Iistes à coup de figues molles.

Aujourd’hui, les Iistes morts continuent de se réincarner en animaux, selon leurs traditions : pIe, colIbrI, JohnnI, et même, dans certains cas extrêmes, drosophIles. Il est d’ailleurs facile de reconnaître un pratiquant Iiste grâce à ses habitudes, que nous vous donnons ci-dessous.


[modifier] Pratiques, vie sociale et conscience morale

[modifier] Pratiques

Le Iiste voue un culte à son dieu, I, selon les règles suivantes :

  • Dur lever à 7h du matin pour aller pisser sans en mettre partout avec son pénis droit comme un I.
  • À 7h30, prière au dieu I, le remerciant d’avoir inventé la ligne droite, qui est le chemin le plus court pour éviter d’être en retard au bureau et de se faire virer.
  • Dès 8h, le Iiste travaille, tel un paisible citoyen. Il calcule les angles droits d’une pièce ovale, vérifie des théorèmes mathématiques improbables tels le théorème de Johnny, qui stipule que si un polynôme est croissant, il n’est pas pain au chocolat.
  • À midi, pause-déjeuner. Le Iiste mange un sandwich et boit de la caféine, seule boisson autorisée par la patronne de la Confrérie Représentative Et Totalement Iiste Népérienne (CRETIN), une certaine Mme Marie, dont nous tairons le nom pour respecter son anonymat, en ne précisant pas qu’elle s’appelle Nicole (ni glu).
  • L’après-midi, après le bureau, le Iiste s’entraîne avec sa barre de fer à tout faire qu’il est obligé de posséder pour vouer un culte à I, et qu’il a achetée sur eBay au prix cassé de sa tirelire.
  • Le soir, il rentre chez lui en marchant raide comme un piquet, s’installe devant sa télé pour regarder le lancer de javelot ou un colloque avec Johnny, et autres conneries du genre, comme tout le monde ou presque.
  • La nuit, le Iiste fait une prière à son Dieu en le remerciant d’être encore en vIe, lui donne un peu d’argent qu’il envoie par Microsoft MonI, et s’endort dans son lIt, toujours aussi raide.

À noter : Le Iiste vit en célibataire, il n’a pas de femme car cela est interdit par I : toutes les femmes sont communes au Dieu. De plus, il est allergique à tout ce qui a rapport, de près ou de loin, avec une courbe. Le meilleur moyen pour tuer un Iiste est donc de le balancer dans une tornade, et partir en courant ensuite, si vous courez vite. En clair et même pas en codé, le Iiste est métro (ou trolley selon les points de vue). Le scientifique émérite G.RiencomprI a ainsi pu déclarer ces quelques phrases :

« Une courbe est une droite presque droite »

« Un cercle est un ovale presque rond » (avant de tomber dans un coma profond)

« J’en ai marre I! » (après quelques doses de caféine alcoolisées à la dose latérale).

[modifier] Vie sociale

La vie sociale du Iiste ne possède pas de caractère aléatoire, en ce sens où elle est régie par des théorèmes que les plus éminents scientifiques n’ont pas réussi à démontrer mais qui constituent une connerie comme une autre, après tout.

Théorème de Vanhulle-Stelroy : « Gérard Depardieu est un anti-Iiste » Soit légalité... pardon, l’égalité :


Dieux = i(Deux) démontrée plus haut. Alors


\frac{Dieux}{Deux} = i et \frac{deux}{Dieux} = \frac{1}{i}


Diviser deux par dieux revient à l’inverse de i, donc Gérard Depardieu est anti-Iiste.

Théorème de Rourou : « Le Iiste est diploïde ». Si i=1, ce qui est le cas pour l’homme, alors Dieux = Deux. Si Dieux = Deux, et que le Iiste croit en I, alors Dieux croît et Deux est constante. Dieux est donc infini, et le caryotype du Iiste peut s’écrire sous le forme (Deux)i = 2i. Le Iiste est donc un individu diploïde. Bon, je m’octroie une pause, je vais prendre mon thé au rème…

[modifier] Conscience morale

I est juge infaillible du bien et du mal. On trouve donc dans I une vérité absolue qui fait de lui une véritable règle morale de conduite et de jugement.

Angestration : théorème de Morelle

Dieux = i(Deux)

Or Dieu est par définition un être absolu. Deux étant une constante, elle ne peut être absolue, donc i est absolu. Le Iiste suit donc la voie du I, il n’entend plus que sa voix et n’agit pas pour un bien universel mais pour son propre bien (dans le sens où il n’est pas sale).


Ceci est d’ailleurs démontré de manière indubitable par le théorème de Martin, qui stipule que

Si Dieux > i alors f(Dieux) > f(i) et Erreur math (erreur lexicale): f(Dieux) = i²


On pose Erreur math (erreur lexicale): f(Dieux) + 1 = i² + 1


Alors Erreur math (erreur lexicale): f(Dieux) = i²


Et voilà ! Conclusion : Le Iisme a de beaux jours devant lui, d’autant plus que les théorèmes qui tendent à le soutenir sont de plus en plus nombreux. Le cycle haploïde dans lequel se trouve le monde moderne ne changera rien : le Iisme tend à devenir une religion de plus en plus pratiquée au fur et à mesure que le QI mondial moyen est en baisse.


Icône religion.svg  Portail de l'Irreligion  •  691px-Pi-CM.svg.png  Portail des Sciences sérieuses

Qu'avez-vous pensé de l'article "Iisme" ?
 
11
 
6
 
0
 
1
 
1
 
3
 

Ce sondage a été créé le novembre 15, 2007 19:42 et 22 personnes ont déjà voté.


Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
Partage sur...
Autres langues
wikia