Ibrahima Bakayoko

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

Aussi improbable que la sélection de Franck Jurietti en équipe de France, Ibrahima Bakayoko est un joueur de football professionnel qui a été capitaine de la sélection des Éléphants de Côte d'Ivoire, oui celle où joue actuellement Dédé Drogba. Il est à noter que depuis le début de sa carrière en 1920, Ibrahima Bakayoko est toujours âgé de 25 ans.


[modifier] Petit Ibrahima deviendra gland

Dés sa naissance, on sut que quelque chose de grand s'était passé. En effet, le petit Ibrahima est né avec deux pieds gauches aussi carrés l'un que l'autre (ce qui donna une forte inspiration aux créateurs de Nono le Robot).

Tout petit à l'école, il se distinguait par sa forte capacité à étudier. Il arrivait à rondement mener un calcul de bout en bout pour réussir à trouver un résultat totalement à côté de la plaque. Par exemple, il se retrouva avec la formule E=MxCxC pour aboutir à E=M6 pour le plus grand bonheur de Mac Lesggy.

Tout cela l'amena en échec scolaire. C'est alors qu'il décida, en regardant un match de rugby où figurait Thierry Lacroix, de se mettre au football. C'est ce jour que commença la Bakamania ...

[modifier] Sa carrière

  • Stade d'Abidjan

Il commença donc sa carrière au Stade d'Abidjan, où ses frappes enroulées en touche firent un malheur, le public n'ayant jamais ramené autant de ballons chez lui après les matches. Et c'est là qu'un beau jour, lors d'un match contre l'ASEC Abidjan, Roger Milla découvrit la pépite.

Roger travaillait alors pour le club de Montpellier, en tant que recruteur en Afrique. Une lumière l'éclaira lors d'une énième frappe en touche de Baka après avoir éliminé le gardien de but. Montpellier était justement à la recherche d'un ailier pour faire rater des buts à Fabien Lefèvre et Fabrice Divert. Il imagina donc de recruter Bakayoko pour le mettre sur le côté droit de l'attaque pailladine.

Mais son imagination ne s'arrêta pas en si bon chemin. Il eut la bonne idée de placer des buts derrière chaque poteau de corner, et demanda à Ibrahima de les viser, ce qui permit d'augmenter la précision des centres. Dès lors, Ibrahima Bakayoko signa à Montpellier.


Le club où Ibrahima se révéla aux yeux du monde entier. Le club où il connut à la fois le début et la fin de sa carrière.

L'histoire de Montpellier est marquée par cet attaquant hors du commun qui se distingua notamment par un coup du chapeau en moins de 15 minutes à Lille, terre si souvent hostile pour les Montpellierains. Le président Nicollin en fit son idole, lui qui aime tant les poubelles.

Ses performances hors du commun (diminution par 5 de la population des mouettes à Palavas-les-Flots et par 7 des pigeons sur la Place de la Comédie) ont attiré l'attention d'Everton, cité anglaise envahie par les corbeaux. Il est donc transféré au cours de la saison 98-99, années marquées par le retour des mouettes mais pas pour longtemps...

De ces années à La Paillade, Bakayoko aura laissé de nombreux souvenirs et une marque de fabrique apparemment indélébile : l'attaquant à la montpelliéraine. De cette race on peut citer les successeurs Toifilou Maoulida, Habib Bamogo ou plus récemment Jérôme Lafourcade. Bref, des attaquants bidons qui font une belle saison (c'est-à-dire qu'ils ratent moins de buts que les autres) et sont transférés ensuite pour remplir les caisses de Loulou Nicollin et vider celles du club acheteur.

On se doit d'ailleurs de saluer les performances du président Nicollin, qui est le seul au monde à avoir pu vendre Bakayoko, Bamogo, Dos Santos et Laurent Robert à un bon prix.


  • Everton

Dans la ville des stars (entre autres Beattles et Kevin Keegan), "Baka" envoya valdinguer quelques ballons dans cette galaxie d'étoiles. Curieusement, ce fut lui qui inaugura les transferts à sensation vers le championnat anglais, étant suivi quelques années plus tard par Bernard Mendy ou Lilian Laslandes.

A la fin de la saison, bourré d'ambition, il refusa un contrat pour travailler dans les docks de Liverpool, jugeant qu'il y a plus d'oiseaux marins à Marseille qu'en Angleterre.


Une ville et un club à la taille du talent de ce joueur, même s'il n'a jamais réussi à dégommer la Bonne Mère sur les centres de Pascal Nouma ou de Alen Skoro. Il devint un symbole du club en étant le joueur le plus ancien de l'effectif lors de sa dernière saison, une preuve de son engagement total pour ce club qui restera comme celui de la confirmation.

Il y vivra plusieurs années de très haut niveau, avec parfois une cinquantaine d'oiseaux abattus au cours du même match. Chacune de ses interventions faisait jaillir le même cri des supporters  : "Wôaaa l'ankuléééé !".

Voici Baka dans ses œuvres : Baka.gif THE Baka's Style Certains disent que ce soir-là, il aurait touché la lune...

Il finit deux fois meilleur buteur du club en 2001-2002 et 2002-2003 avec 8 buts, ce qui reste à ce jour l'une des plus belles histoires du football avec les 2 buts de Thuram contre la Croatie.

Il restera encore longtemps dans les mémoires marseillaises ; une belle video en son hommage se trouve sur le site http://omediatheque.free.fr et les expressions "Baka-But"(marquer un but avec sa jambe, son dos, 'fin pas faire exprès) "t'es pas un peu Baka toi ?" (Quand un joueur de foot se met à decimer la population des pigeons, ou celle des mouettes) sont restées.

Dans cette catégorie de joueurs, on peut aisément citer la moitié de ceux du FC Nantes qui s'est mis au BaKa's Style, par l'arrivée d'Aurélien Capoue, grand admirateur de Bakayoko...

Mais c'est sans doute le 24 mai 2003, que Baka est réellement entré dans l'histoire du club: Seul face au cage, il réussit l'exploit d'envoyer la balle à 54,12m de haut, en touche.

[modifier] Aujourd'hui

Le cauchemar des gabians (comme on le surnomme à Marseille) se promène de clubs en clubs, en quête de nouvelles espèces d'oiseaux à ajouter à son palmarès. Pampelune, Istres, Livourne, Messine, autant de villes qui peuvent remercier "Baka" d'avoir éclairci leur cieux de tous ces volatiles. L'Humanité toute entière peut remercier Ibrahima d'avoir empêché la prolifération de la grippe aviaire. Devrait normalement recevoir le prix Nobel de médecine 2009 pour l'éradication de la grippe aviaire partout ou il est passé avec des méthodes écologiques et peu couteuse. En outre, et eu égard sa carrière exceptionnelle (qui continue toujours d'ailleurs) le site des Cahiers du Football a décidé à l'UNANIMITE des lecteurs, de lui décerner le ballon de plomb d'honneur.

Tacle.png
Comediadellarte.png


Tout sur le monde du Ballon Rond !
Équipes & Joueurs Tout sur votre club préféré, vos joueurs préférés, et les autres dans le portail football.
Compétitions Coupe du Monde de Football : en 2054, par exemple - Coupe des Coupes
Stades Parc des Princes - Stade Gerland - Stade Vélodrome
Le reste FIFA - Footballeur - Arbitre - Supporter - Footix - Mercatix - Dans les coulisses d'un match de foot - Dix commandements du football
On refait le match ! (sans Eugène Saccomano, ouf !) France Telecom - Dans les coulisses d'un match de foot - Captain Tsubasa - Pierre Ménès - Hors-jeu
Qu'avez-vous pensé de l'article "Ibrahima Bakayoko" ?
 
162
 
238
 
36
 
20
 
15
 
10
 

Ce sondage a été créé le juin 13, 2007 08:41 et 481 personnes ont déjà voté.


Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
Partage sur...
wikia