Hors-jeu

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher
« Putain mais merde y avait pas hors-jeu là bordel à queue de putain de sa race d’arbitre à la con de sa mère »
HJopen.jpg

Enfin après des années de lutte, les inégalités entre les hommes et les femmes ont disparu. Les hommes, fiers archétypes de la mutation sociétale volontariste, font désormais le ménage et la vaisselle, s’occupent des devoirs des enfants, font les courses six fois par jour, achètent des Tupperware© à prix d’or en buvant du jus de Nespresso clooneysque, sont incapables de lire une carte etc… Les femmes, également soucieuses de se rapprocher du reste de l’humanité, rotent, pètent, boivent de la bière et matent le cul de la voisine en espérant un jour se la faire en douce entre deux étages. N’étaient le nombre de couilles permettant encore de se prononcer à tâtons sur le genre d’une personne, il serait impossible de faire la différence entre un mâle et une femelle. Enfin pas tout à fait. Face à un individu sexuellement non identifié, il reste une méthode infaillible pour savoir si vous devez l’appeler monsieur ou connasse. Il suffit de lui poser la seule question différenciant les deux genres : « Qu’est-ce qu’un hors-jeu ?  »

Eh oui mesdames, vous aurez beau faire, beau dire, le hors-jeu est une loi sportive qu’il vous est structurellement incapable d’appréhender. Pour faire un amalgame, je dirai que vous êtes incapables d'en comprendre les règles comme nous sommes incapables de vous prendre le con pendant vos règles.

Blue girl-1.png
La nana aux cheveux bleus dit :
La classe.



Mais la sencyclopédie, ne reculant devant aucun obstacle, fait fi de cette incapacité grégaire des femmes à la compréhension du hors-jeu et vous livre ce guide qui abolira les dernières frontières de l’inégalité entre le sexe faible et les femmes.

La malédiction du hors-jeu

Avant d’entrer dans le vif du sujet, je veux ici souligner que cet article ne va pas se faire sans risque. Plus terrifiantes que celles qui ont pu toucher les explorateurs de la pyramide de Ramsès II, les découvreurs du corps d’Ötzi et les avants-centres du PSG, la malédiction du hors-jeu est sans aucun doute la plus abominable qui soit. Depuis 1866 que les règles du hors-jeu ont été établies dans le football telles qu’elles sont connues aujourd’hui, cette malédiction a fait et continue de faire des ravages terribles chez les journalistes sportifs dont des dizaines sont morts prématurément en essayant vainement d’expliquer la règle du hors-jeu à des femmes. Et si vous n’êtes pas convaincus, un rappel historique des faits devrait vous faire changer d’avis plus vite que de slip le soir d’un espoir de dépucelage.

Dominique Duvauchelle, 1952-1982 (30 ans déjà)

Peu d’entre nous sont suffisamment hypermnésiques pour se souvenir de Dominique Duvauchelle. Sémillant journaliste fraîchement émoulu de l'école, le jeune Dominique comme on l'appelait alors faisait ses classes au sein de la prestigieuse équipe de Stade 2 aux côtés de Robert Chapatte et Roger Couderc, piliers incontournables des sports audiovisuels en général et du bar situé à l’angle de la rue d’Antenne 2[1] et du cimetière en particulier. Stade 2 avait – et a toujours je crois car j’ai arrêté de regarder depuis que c’est programmé en même temps que D&Co – la particularité de ne strictement jamais parler de football. Haltérophilie, biathlon, pentathlon moderne, fléchettes, lancer de nain… tous ces beaux sports bannis des heures et des chaînes de grande écoute avaient droit de cité lors d’un rendez-vous aussi hebdomadaire que dominical où le football était tabou ; quelques résultats d’équipes de division d’honneur régionale obtenaient parfois le droit d’outrepasser cette tradition via des panonceaux aux couleurs improbables et à la typographie chancelante mais aucune image, aucun résumé, aucun commentaire, aucune analyse ni aucune interview traitant du ballon rond n’était tolérés.

Puis Dominique Duvauchelle arriva. Du haut de ses 20 ans et des poussières (poussières dans lesquelles il retournera peu après comme la Bible le prédit adroitement), il croquait la vie à pleines dents et jugea ringarde la pratique de cette omerta footballistique au sein d’une émission consacrée au sport. Sans en faire part à ses pairs, il décida de tourner clandestinement un reportage sur le football et, conscient des lacunes du public féminin de Stade 2 en la matière, décida de traiter dans ce reportage des règles du hors-jeu, passeport obligatoire pour la compréhension intrinsèque de ce sport. Hélas, à peine avait-il terminé le montage de son reportage que…

HJduvauchelle.png

Ironie du sort et du sport, pour rendre hommage à Dominique, l’équipe de Stade 2 décida d’embaucher sa femme Brigitte (ou Béatrice je ne sais plus) pour le remplacer[2]. Or, non seulement cette dernière ne comprenait bien évidemment pas les règles du hors-jeu, mais elle n’entravait rien non plus à n’importe quelle règle d’aucun sport vu que ça faisait des années qu’elle faisait la bonniche pour son mec et que le sport ça la gonflait carrément. Du coup tout le monde se foutait de sa gueule et le nom de Duvauchelle fut banni à jamais du microcosme sportif. À une exception près toutefois : doté d’un cynisme à toute épreuve, le maire de Créteil décida en 1983 de baptiser « Stade Dominique Duvauchelle » l’enceinte municipale de sa ville dédiée au football. Marrant mais un peu salaud quand même.

Jean Mamère, 1951-1991 (plus de 20 ans déjà)

HJjeanmamere.jpg

Et encore, là il est maquillé

Le cas de Jean Mamère est encore plus pitoyable mais du coup encore plus rigolo. Il n’a en effet pas subi la malédiction de l’explication du hors-jeu aux femmes, il s’en est servi. Petit, contrefait et disgracieux (cf élément à charge ci-contre), Jean Mamère n’avait strictement rien pour lui. Manquant totalement de confiance et d’ambition en raison de son physique repoussant accompagné en outre d’une voix de chèvre asthmatique sous Tranxène, c’est tout naturellement qu’il échoua aux services des sports d’Antenne 2, lieu ayant historiquement toujours servi de dépotoir à journalistes. Il fut en cela aidé et pistonné par son frère Noël, à l’époque présentateur vedette du journal de la 2[3]. Ne sachant trop quoi en faire, le patron d’Antenne 2 de l’époque dont je préfère taire le nom pour une simple question d’ignorance, lui confia la présentation d’une émission parlant de sport et étant diffusée le samedi subtilement baptisée « Samedi Sport ».

Aucune image d’archives n’étant disponible, on ne connait pas la nature du contenu de l’émission qui perdura ainsi 4 ans. Puis en 1995, le frère de Jean, Noël Mamère en personne, décida d’arrêter de s’occuper des émissions télévisées pour aller s’occuper des émissions de carbone. De honte d’avoir un frère à la fois écolo et moustachu, Jean perdit la raison et décida de consacrer une édition entière de « Samedi Sport » à expliquer la règle du hors-jeu aux femmes, connaissant pourtant le risque qu’il encourait. Deux jours avant la diffusion il mourut d’un cancer foudroyant dont on peut raisonnablement penser qu’il s’agit en réalité d’un suicide.

Patrick Knaff, 1958-2006 (c'est qui déjà ?)

HJknaff.jpg

La famille de Patrick Knaff ayant refusé que soit publiée une photo de lui dans cet article, je vous offre un petit interlude avec la jolie photo d'un flamant rose.

Tout le monde a oublié Patrick Knaff et je ne vais pas trop m’emmerder non plus à lui consacrer un gros chapitre. On dira simplement que le rôle de la malédiction de l’explication du hors-jeu aux femmes dans sa vie (et surtout dans sa mort) s’est déroulé en deux étapes. Dans sa jeunesse d’abord, alors même que regardant la finale de la Coupe du Monde 1974 opposant l’Allemagne aux Pays-Bas, sa copine que le hasard des pérégrinations ménagères fit passer devant la télé à ce moment précis lui demande innocemment : « Mais c’est quoi un hors-jeu ? » Au lieu de partir dans la cuisine chercher une bière en foutant au passage à sa gonzesse une torgnole pour « conduite immorale », il tenta un début d’explication. Puis la peur étant plus forte, il se ravisa et décida de fuir l’appartement sur sa mobylette. Il eut alors un terrible accident après lequel il dut être amputé d’une jambe.

Il continua sa vie à cloche-pied et finit cahin-cahin comme il se doit aux services de sports d’Antenne 2. Rassuré de se retrouver dans un environnement où il n’aurait plus jamais à parler football, il se crut tiré d’affaire mais on n’échappe pas impunément à la malédiction. En 2006 et après des années de négociation, France 2 parvint à arracher à prix d’or les droits de diffusion des 32e de finale de la Coupe de France mais dut en contrepartie couvrir l’ensemble des 32 matches se déroulant à ce stade de la compétition. Après avoir raclé les fonds de tiroir et rappelé les journalistes sportifs réservistes à la retraite, Daniel Bilalian, le patron des sports de la chaîne obligea Patrick Knaff à se rendre dans le Haut-Rhin pour commenter le derby opposant le FC Saint-Louis Neuweg (Division d’Honneur) au Sports Réunis Colmar (CFA2). Il était pour cela flanqué d’une consultante, Bernadette Pantin, dont l’histoire n’a retenu que les notes de frais.

Cette dernière n’y connaissant strictement rien en football crut bon de demander à Patrick Knaff pourquoi deux des joueurs couraient seulement le long des lignes et pourquoi on leur donnait jamais le ballon malgré le fait qu’ils agitaient en permanence un drapeau montrant leur volonté à participer au jeu eux aussi. Ainsi pris de court face aux impitoyables caméras qui sans réponse auraient jugé Patrick Knaff incompétent, ce dernier fut obligé de tenter un début d’explication de la règle du hors-jeu à sa partenaire. Il mourut dans l’instant d’une embolie pulmonaire. Une histoire d’autant plus triste qu’on se rendit compte un peu tard que le stade du FC Saint-Louis Neuweg (Division d’Honneur) ne disposant pas de l’électricité, les caméras n’étaient pas branchées.

Thierry Gilardi, 1958-2008 (quatre ans seulement ? Perso j'aurais dit plus)

Si les trois exemples précédents sont méconnus des jeunes générations, le cas de Thierry Gilardi est beaucoup plus célèbre. Très au fait de l’histoire du football, Thierry Gilardi connaissait parfaitement les tenants et les aboutissants de la malédiction de l’explication de la règle du hors-jeu aux femmes. Mais courageux comme un adolescent entrant dans un sex-shop en plein jour, il décida que, lui vivant, rien ni personne ne l’empêcherait d’expliquer la règle du hors-jeu à des femmes. Téméraire mais pas stupide, Thierry Gilardi échafauda un plan sophistiqué pour mettre en œuvre son projet. L’idée de base, géniale, était d’expliquer la règle du hors-jeu sur Canal+, une chaîne cryptée. Ainsi donc la malédiction, quasiment centenaire et donc pas du tout au fait des nouvelles technologies, ne serait pas au courant de ce projet et Thierry Gilardi serait sauf.

HJcrypte.jpg

« kzzzz… krrrrr… qwzzzyyyzz… kjzzzkxxkj……krrrrzzz…. wriiiixxzt…. Kzzzztt… prtstttttkkkrrsskk…. Kjzzzkxxkj… krrrrr… »
~ Thierry Gilardi expliquant les règles du hors-jeu sur Canal+ en 1989

Le plan fonctionna à merveille, avec un léger bémol toutefois. Des études Audimat faites a posteriori des années plus tard ont montré que si la malédiction ne s’est pas appliquée à Thierry Gilardi, c’est tout simple parce qu’aucune femme ne regardait Canal+ le samedi soir car la chaîne ne diffusait que du foot et du porno et à cette époque, les femmes ne s’intéressaient ni à l’un ni à l’autre.

Mais Thierry Gilardi ne le sut jamais. Pensant – à tort – être parvenu à déjouer et donc vaincre la malédiction, il fut auréolé de gloire et profita alors du plus haut degré de promotion qu’un journaliste sportif puisse espérer, devenant commentateur officiel des matchs de l’équipe de France et le Ligue des Champions sur TF1 en remplacement de Thierry Roland. Hélas, son bonheur fut de courte durée. Pensant être protégé ad vitam aeternam, il s’enhardit et un jour fatal de 2008, il décida d’expliquer pour la première fois sur TF1 la règle du hors-jeu à des femmes lors du huitième de finale retour de la Ligue des Champions opposant l’Olympique Lyonnais à Manchester United. Ce fut son dernier coup d’éclat. Tapie dans l’ombre comme Bernard, la malédiction n’attendait que ce moment propice pour se manifester à nouveau et frappa Thierry Gilardi en plein cœur, ce dernier s’arrêtant net.

HJgilardi1.jpg

Allez mon petit Luis, je crois que c'est le moment d'expliquer à nos téléspectatrices de TF1 une bonne fois pour toute la règle du hors-jeu...

HJgilardi2.jpg

Olivier Rey, 1955-2012 (2 semaines déjà)

Olivier Rey n’ayant jamais parlé du hors-jeu, il n’a malgré son décès prématuré et son statut de journaliste sportif strictement rien à faire dans cet article mais comme je trouve qu’il a une tête vraiment ridicule je vous offre quand même sa photo, c’est cadeau.

HJrey.jpg

RIP et LOL

Objections !

HJrolland.jpg

La voilà, la France qui gagne gagnait.

J’entends déjà les esprits cartésiens réagir vertement à ma thèse démontrant par l’exemple l’existence avérée de la malédiction de l’explication des règles du hors-jeu aux femmes. Oui, je les entends dire du haut de leur mépris « Mais c’est n’importe quoi cet article, s’il y avait une telle malédiction comment expliquer la longévité d’un commentateur footballistique tel que Thierry Roland. » Eh bien mesdames et messieurs, c’est très simple. Si comme moi vous aviez pris la peine d’écouter tous les commentaires de Thierry Roland depuis 40 ans qu’il nous les assène sous toutes les chaines hertziennes analogiques et numériques, vous auriez remarqué que jamais, pas une seule fois, il ne s’est risqué à expliquer aux femmes ni à personne d’autre d’ailleurs ces règles. Moins parce que ça lui fait peur que parce que lui-même n’y a jamais rien compris. Il n’y a qu’à voir le nombre de fois où il a hurlé à tort et à cri au hors-jeu quand la France prenait un but ou au contraire s’est exclamé « Mais non putain y a pas hors-jeu là c’est quoi ce bougnoule d’arbitre qu’on nous a foutu dans les pattes bordel » quand le juge de touche signalait légitimement un hors-jeu contre la France pour s’en rendre compte.

Mise à jour : En regardant Ukraine-France lors de l'Euro 2012, il semble que Thierry Roland ait pris le risque d'expliquer la règle du hors jeu à son infirmière en pleine séance de coloscopie. Il est mort dans la nuit qui a suivi.

Comprendre le hors-jeu

Voilà, cette entrée en matière était une fois n’est pas coutume un peu longue, mesdames, mais sans doute nécessaire pour que vous compreniez bien les enjeux du hors-jeu et la position délicate dans laquelle je me trouve en vous révélant la vérité sur cette règle. Il est en tout cas temps après cette introduction d’entrer dans le vif du sujet.

Ce que dit la Loi

L'Islam est bâtie sur 5 piliers, les religions chrétienne et judaïque sont fondées sur 10 lois (ex : tu ne tueras point). La législation française est pour sa part composée d’environ 11 000 lois et 130 000 décrets (ex : Projet de loi sur l'octroi de mer, tu ne feras point caca dans la rue…) Le football, avec au total 17 lois, se situe donc à mi-chemin entre les religions et les institutions. Celle régissant strictement les règles applicatives du hors-jeu est la Loi 11.

Elle énonce que : « Un joueur se trouve en position de hors-jeu quand il est plus près de la ligne de but adverse qu’à la fois le ballon et l’avant-dernier adversaire. »

Voilà, merci de votre attention et à bientôt pour une prochaine enquête.

Blue girl-1.png
La nana aux cheveux bleus dit :
Quoi ?!



Blue girl-1.png
La nana aux cheveux bleus dit :
Ohé mais dis-donc ça va pas non ? Tu nous parles pendant des heures de mecs morts sous prétexte de nous expliquer un truc plus ou moins intéressant et tu t’arrêtes là ? Tu te fous de nos gueules ?


Franchement je ne vois pas ce qu’il vous faut de plus. La loi 11 me semble d’une clarté limpide et il serait superflu de donner des détails supplémentaires.

Blue girl-1.png
La nana aux cheveux bleus dit :
Mais si tu vas nous en donner des détails et tout de suite encore. C’est complètement imbitable cette histoire de ligne de but et d’avant-dernier adversaire. Tu crois vraiment qu’on peut comprendre avec cette phrase laconique ?



Explications de ce que dit la Loi

Ok bon tant qu’à m'être déplacé, autant aller au bout du truc. Donc en fait, il faut d’abord visualiser l’action sur un terrain.

Ceci est un terrain de football vide. C’est la base à partir de laquelle je vais poursuivre mon explication des règles du hors-jeu.

HJterrain00.png
Blue girl-1.png
La nana aux cheveux bleus dit :
Ah ben il était temps. Mais c’est pas plus grand quand même un terrain de football ?


Ceci est la REPRÉSENTATION SCHÉMATIQUE d’un terrain de football vide. C’est la base à partir de laquelle je vais poursuivre mon explication des règles du hors-jeu.

HJterrain00.png
Blue girl-1.png
La nana aux cheveux bleus dit :
Ok. Et allez les bleus !!!


Voilà (schématiquement) comment se positionnent les deux équipes au moment du coup d’envoi. À droite l’équipe rouge qui doit marquer dans le but à gauche, à gauche l’équipe bleue qui doit marquer dans le but à droite. En jaune il y a l’arbitre central et les deux arbitres assistants (anciennement appelés juges de touche ou juges de ligne) et en noir il y a le ballon.

HJterrain01.png
Blue girl-1.png
La nana aux cheveux bleus dit :
Hi hi hi !


Quoi ?

HJterrain01.png
Blue girl-1.png
La nana aux cheveux bleus dit :
Non mais désolée mais c’est juste que le gros rond au milieu, on dirait une tête d’un bonhomme couché avec deux yeux rouges un nez noir et une bouche bleue ! Par contre il a qu’une oreille jaune et elle est un peu trop en bas.


Dans ce premier exemple, le joueur A de l’équipe rouge s’apprête à passer le ballon à son coéquipier B. Au moment où le ballon est envoyé, il n’y a qu’un seul adversaire entre B et la ligne de but (D). B est donc hors-jeu et sera signalé comme tel par l’arbitre assistant qui doit rester aligné dans l’axe latéral de la position de l’avant-dernier défenseur.

HJterrain02.png

Dans ce deuxième exemple, le joueur A de l’équipe rouge s’apprête à passer le ballon à son coéquipier B. Au moment où le ballon est envoyé, il y a deux adversaires entre B et la ligne de but (C et D). B n’est donc pas hors-jeu et le match peut se poursuivre

HJterrain03.png
Blue girl-1.png
La nana aux cheveux bleus dit :
Hé mais dis donc c’est super simple en fait j’ai carrément tout compris. Je ne vois pas pourquoi on en fait tout un plat de cette règle du hors-jeu ; quand c’est bien expliqué c’est...


C’est loin d’être fini hélas.

HJterrain00.png

Cette fois A envoie le ballon à B mais quand B va le recevoir, il sera en B’, c’est-à-dire qu’il n’y aura qu’un seul adversaire entre lui et la ligne de but (D).

HJterrain04.png
Blue girl-1.png
La nana aux cheveux bleus dit :
Hors-jeu ! Y a hors-jeu bordel ! Mais qu’est-ce qu’il fout l’arbitre ?! Enculé !


Eh non, B n’est pas hors-jeu. Ce qui compte, c’est sa position au moment du départ du ballon des pieds du joueur A et non pas sa position à la réception de la balle. Ici par contre B est entre C et D au moment où part le ballon mais C étant en train de se replier en C’, il y a deux adversaires entre B et la ligne de but quand B reçoit le ballon. B est donc hors-jeu.

HJterrain05.png
Blue girl-1.png
La nana aux cheveux bleus dit :
Hein ?! Mais non c’est le contraire !



Eh si c'est comme ça. Si le joueur B est dans sa propre moitié de terrain quand le ballon lui est envoyé, il n’est pas hors-jeu.

HJterrain06.png
Blue girl-1.png
La nana aux cheveux bleus dit :
Mais pourquoi ?


Il n’y a pas de « pourquoi ». C’est comme ça. De même si B semble en position de hors-jeu mais que le ballon lui vient depuis la ligne de but adverse vers sa ligne (cas N°1), il n’est pas hors-jeu. S’il est sur la même ligne que l’avant-dernier défenseur au départ du ballon (cas N°2), il n’est pas hors-jeu. Si le ballon lui est envoyé par un adversaire alors qu’il est en position de hors-jeu (cas N°3), il n’est pas hors-jeu, sauf si la passe d’origine provient d’un de ses coéquipiers et que le ballon a juste été dévié par l’adversaire en question (cas N°4 et 4bis). Et il n’y a pas de hors-jeu sur une touche (cas N°5), un corner (cas N°6) ou un renvoi des 5,5 mètres (cas N°7). Un joueur peut en outre être en position de hors-jeu mais ne pas être sifflé hors-jeu par l’arbitre s’il ne fait pas action de jeu (cas N°8).

HJterrain07.png
Blue girl-1.png
La nana aux cheveux bleus dit :
Arrête ! Pitié ! Tu veux que je te suce la bite ?



BoiteZahia.jpg La spécialiste du football et des footballeurs a une déclaration à faire :
Laisse tomber ma chérie ça ne t'aidera pas à comprendre.
Blue girl-1.png
La nana aux cheveux bleus dit :
Non mais c'est pas possible c'est complètement débile comme règle ! Comment tu veux qu'on s'y retrouve ?



Eh oui, je sais bien. C'est bien là tout le nœud du problème que j'exprimais en introduction. Quelle que soit la méthode utilisée, il vous est totalement impossible de comprendre le hors-jeu. Et encore, à la limite ce n'est pas trop grave que les femmes ne comprennent pas le hors-jeu puisque après tout elles ne regardent pas le foot. Par contre ce qui est navrant, c'est que même les footballeurs, les arbitres, les spectateurs, les téléspectateurs et les commentateurs sportifs, tout en comprenant les règles, sont incapables de les appliquer correctement pour la bonne et simple raison que c'est strictement impossible.

Le hors-jeu, chimère footballistique

Fondé sur une précision législative chirurgicale, le hors-jeu est au niveau applicatif aussi laxiste qu'un hippie sous LSD.

L'arbitre assistant, cet incompris incompréhensible

L'application de la règle du hors-jeu est entre les mains de deux hommes gérant chacun une moitié de terrain, les arbitres assistants. En une fraction de seconde, ils doivent décider si un joueur est hors-jeu et doivent pour cela regarder simultanément : la position exacte du joueur qui fait la passe et le moment exact où il envoie le ballon, la position exacte du joueur à qui se destine le ballon, sachant que ce dernier ne pourra parfois être identifié qu'au moment de la réception dudit ballon (à cause de la règle du hors-jeu passif) alors que l'arbitrage doit se faire au départ du ballon et la position de l'avant-dernier défenseur par rapport au joueur destinataire du ballon. Ils doivent donc surveiller 3 actions/positions généralement distantes les uns des autres de plusieurs dizaines de mètres et pouvant mettre en jeu parfois 10 joueurs ou plus. Et en outre c'est généralement un abruti pas assez intelligent pour être arbitre central et même trop con pour être footballeur.

Comme si ça ne suffisait pas, on a établi il y a quelques années qu'un joueur situé sur « la même ligne » que l'avant-dernier défenseur au moment où on lui envoie le ballon ne serait pas considéré comme hors-jeu. Un amendement sur le papier plutôt simplificateur mais qui dans le détail complique encore plus la chose. Les positions comparées des deux adversaires doit se faire en effet au niveau de la tête, des pieds, du buste mais pas des bras. En gros pour qu'un arbitre assistant ait une petite chance d'avoir raison, il faudrait qu'il possède trois yeux, deux cerveaux, une chaîne d'arpenteur et un fil à plomb.

Au final, un consensus a été trouvé. L'arbitre assistant lève son drapeau signalant le hors-jeu quand il le sent.

L'arbitre central, rien à péter

Averti du hors-jeu par son assistant ayant levé son drapeau, l'arbitre central n'aura d'autre choix que de siffler l'interruption du match, le hors-jeu étant sanctionné d'un coup franc indirect joué par l'équipe défensive.

Autour du hors-jeu

HJreaction1.jpg

« Cher monsieur l'arbitre, j'ai l'impression mais peut être me trompé-je que votre assistant a brandi son drapeau de façon très légèrement inopinée et il serait peut-être judicieux de voir s'il ne serait pas possible de revenir sur votre décision bien que vous soyez bien entendu le seul juge de la situation et qu'au final nous ne vous en voudrions pas si vous restez sur votre position. »

Bien que sortant du cadre du règlement de cette fameuse Loi 11, certains éléments sont systématiquement présents pendant et après l'action liée à un hors-jeu, et ce que ce dernier soit réel ou imaginaire et sifflé ou pas sifflé.

  • Au moment où le joueur de l'équipe attaquante s'apprête à passer le ballon à son partenaire, tous les joueurs de l'équipe défendante lèvent le bras pour signaler la position de hors-jeu, y compris les remplaçants et les blessés. Il s'agit là d'un geste réflexe comparable à celui de l'excuse au tennis, geste auquel un éminent confrère a consacré dans cette encyclopédie une étude complète que je vous recommande.
  • Si l'arbitre a sifflé le hors-jeu signalé par son assistant (ce qu'il est bien sûr tenu de faire), il sera pris à partie par l'équipe attaquante qui lui dira « Mais ça va pas jamais y a hors-jeu là putain à chaque fois c'est pareil ! »
  • Si l'arbitre assistant n'a pas signalé le hors-jeu (qu'il y ait hors-jeu ou non est sans objet en l'espèce), il sera pris à partie par l'équipe défendante qui lui dira « Mais ça va pas y a hors-jeu là putain à chaque fois c'est pareil ! »
  • Les spectateurs présents dans le stade réagiront à l'unisson de l'équipe qu'ils supportent, quelle que soit la place qu'ils occupent dans les tribunes et qu'ils aient vu l'action ou pas.
  • Pareil pour les téléspectateurs, y compris ceux qui était partis pisser.
  • Jean-Michel Aulas va dire que si Lyon a perdu c'est à cause d'un complot majeur organisé par la FFF, la Ligue Nationale de football, le Grand-Orient de France, les Francs-Maçons, les arbitres et l'association amicale des adorateurs de l'andouillette authentique.
  • Une fois le hors-jeu sifflé ou pas, l'arbitre ne changera jamais d'avis.

Retour sur les commentateurs sportifs

Si comme nous l'avons vu le commentateur sportif a payé un lourd tribut au hors-jeu, c'est aussi parce qu'en retour, comme s'il avait signé un pacte avec le diable, il est le seul à en détenir les clés. La technologie audiovisuelle l'a en effet doté deux deux accessoires indispensables pour savoir à coup sûr s'il y avait bien hors-jeu ou pas : le révélateur et Philippe Doucet. Le révélateur permet d'incruster sur l'écran l'alignement de l'avant-dernier défenseur au moment exact où le ballon quitte le pied du joueur faisant la passe, trahissant sans coup férir la position du destinataire du ballon. Philippe Doucet de son côté ajoute des ronds en couleur pour faire joli.

HJdoucet.jpg

Et en plus c'est bien payé.

Après coup, le commentateur sportif peut analyser à froid les erreurs des arbitres et s'en gausser, assis sur sa suffisance et son séant démesuré.

HJmenes.jpg

Et en plus c'est TRÈS TRÈS bien payé.

Conclusion

« Je est un autre » disait Rimbaud et « Hors-je est un sacré bordel » lui répliquait Verlaine. Je pense que ces deux-là ne pourront qu'être d'accord avec tout ce qui a été écrit ici.

Blue girl-1.png
La nana aux cheveux bleus dit :
C'est possible mais en attendant, moi j'ai toujours rien compris au hors-jeu !



Tu sais nana aux cheveux bleus, ce n'est pas bien grave. Cette lacune n'est qu'une gouttelette dans l'océan de ton ignorance. Bien sûr j'ai ici évoqué le hors-jeu au football car c'est le sport le plus populaire, mais sache qu'il en existe des déclinaisons infinies et toutes différentes au rugby, au hockey sur glace, au football américain, et dans beaucoup d'autres disciplines encore.

Blue girl-1.png
La nana aux cheveux bleus dit :
Ouais ben en fait j'en ai rien à foutre de ces conneries. Après tout j'ai rien demandé moi. Allez je me casse. Salut



AAAAAAAAAAAAAAAAARRRRRRRRRRRRRRGGGGGGHHHHHHH........

HJdead.jpg


Zidane Coup de boule.jpg  Portail du Foot

Tacle.png
Comediadellarte.png


Tout sur le monde du Ballon Rond !
Équipes & Joueurs Tout sur votre club préféré, vos joueurs préférés, et les autres dans le portail football.
Compétitions Coupe du Monde de Football : en 2054, par exemple - Coupe des Coupes
Stades Parc des Princes - Stade Gerland - Stade Vélodrome
Le reste FIFA - Footballeur - Arbitre - Supporter - Footix - Mercatix - Dans les coulisses d'un match de foot - Dix commandements du football
On refait le match ! (sans Eugène Saccomano, ouf !) France Telecom - Dans les coulisses d'un match de foot - Captain Tsubasa - Pierre Ménès - Hors-jeu


Qu'avez-vous pensé de cet essai sur le hors-jeu expliqué aux femmes ?
 
398
 
146
 
22
 
6
 
11
 
15
 
38
 

Ce sondage a été créé le mars 23, 2012 16:09 et 636 personnes ont déjà voté.

Notes

  1. Si vraiment vous êtes trop jeune, Antenne 2 était l’ancien nom de France 2
  2. Cette information est totalement véridique mais hélas difficilement vérifiable, on n’en trouve quasiment pas trace sur Google
  3. Oui, c’est le même gars qui nous fait chier avec le gaz à effet de serre et qui marie les PD à Bègles, ça aussi c’est vrai vous pouvez vérifier


PtitMonkee.jpg Article cradopoulo ma kif kif maousse costo
Cet article a sa place au soleil du Top 10 des articles de 2012.
Bestof v1.png
Meilleurde.jpg
Cet article a été élu dans le Best Of de la Désencyclopédie !
Partage sur...
wikia