Horloge

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher
« Clocktower est, comme son nom l'indique, un jeu de survival horloge. »

L' horloge est un compas du temps qui perdrait tout le temps le nord. Ce ne serait pas tellement grave si l'horloge dite bio ne siégeait en nous en permanence.

[modifier] Concepts

[modifier] Le Temps

L'horloge accompagne la marche du Temps. Celui-ci jouit du don d'ubiquité : rien ne lui échappe, il survit à tout, il est éternel.

Clock-street2.png

Il se promène sur les chemins de promenade, parmi nous.

Clock-street1.png

Il passe sous les portes de garage.

Clock-street3.png

Il passe sous les bus.

Clock-street4.png

Il passe aussi sous les murs de toute façon.

Clock-street5.png

Il passe sous les roues des motos.

Clock-street6.png

Il marche sur la merde. Rien à foutre.

Mais finalement...

Clock-chevet.gif

... Et si tout ce manège c'était juste pour arriver à l'heure ?

Et pourtant, l'horloge ose vouloir nous faire accroire qu'elle représente totalement cette immanence parfaite. Il est dit que si le Temps disparaissait, les horloges seraient encore là pour nous faire croire qu'il existe encore. Heureusement pour nous, un phénomène signalera aux Hommes la supercherie. Car le Temps efface certes tout, sauf quand il s'efface lui-même.

Clock-time1.png

Cette pauvre horloge...

Clock-time2.png

... Elle ne sait pas...

Clock-time3.png

... Elle ne sait pas qu'...

Clock-time4.png

... qu'on ne se laissera pas...

Clock-time5.png

... jamais berner.

Clock-time6.png

Vieille salope.

[modifier] La ponctualité

La ponctualité est un point essentiel dès qu'on parle d'horloge. L'aproximation[1] ne pardonne pas, surtout lorsque des vies sont en jeu. Ce qu'apprirent les Nazis à leurs dépens en 1944, lorsque la chance commença à choisir le camp des Alliés.

Hitler était optimiste que le mauvais temps allait persister et inhiber le débarquement des Alliés sur les côtes françaises. Seul fait d'armes notable de l'ennemi : la prise du port de Cherbourg que les Allemands en retraite avaient saboté. Redoutant la perspective d'une guerre fatale sur deux fronts, le commandement allemand s'en remettait à un gel des conflits sur le front Est, puisque Staline allait sûrement attendre un dénouement sur le front occidental avant de lancer la grande offensive russe. Sur le théâtre des opérations aériennes, Hitler priait pour que le développement des armes de représailles contre les bombardements civils britanniques (les fusées V1 et V2) s'accélère. Soutenu par l'expérience des années de crise du Parti national-socialiste en 1933, il était mû d'une foi inébranlable en la victoire finale.

Une mince réécriture suffit à infirmer la réputation de tacticien du chancelier du IIIe Reich.

Hitler était optimiste que la bonne fortune serait toujours à l'heure sur les côtes françaises. Seul fait d'armes notable de l'ennemi : le passage à l'heure alliée. Redoutant la perspective d'une guerre fatale sur deux fronts, le commandement allemand s'en remettait au sens populaire selon lequel les Russes ne sont pas particulièrement connus pour leur ponctualité, au contraire des Thaïlandais par exemple. Dans le même temps, Hitler priait pour que le temps aille plus vite que d'habitude. Soutenu par l'expérience des années de crise du Parti national-socialiste en 1933, il se croyait toujours en 1933.

[modifier] L'horloge parlante

L'horloge parlante est le seul type d'horloge qui nous dise l'heure oralement. Rarement prise à défaut, elle nous a notamment enseigné qu'il faut

Clock-rotate.gif

dans sa bouche avant de dire n'importe quoi.

Clock-rotate.png
Horloge : « Il est midi. »
Badaud : « Qu'est-ce que tu dis l'horloge ? N'importe quoi, il est au moins 15h à ma montre. »
 
Clock-rotate.gif
Horloge : « Il est bien midi, heure DTC. »

[modifier] De l'horloge à l'horloge parlante

L'horloge a été humanisée par le don de la parole. Cependant elle ne saurait en tirer le moindre motif de satisfaction personnelle, puisqu'on l'a aussi fait avec des rats, des canards et des chiens.

Elle doit sa parole à l'intervention de deux génies humains : Einstein et Beethoven.

[modifier] Einstein

Les horloges classiques sont sourdes, muettes et aveugles. Ne demande-t-on pas en vain à l'horloge hellénique : « Keller est-il ? »

  1. Elles sont sourdes : aucune ne tique quand je lui crie soudainement dessus.
  2. Elles sont muettes : jamais j'en ai entendu me répondre. L'horloge est réglée comme un gros plutôt poli, qui mangerait tout le temps et saurait qu'on ne parle pas la bouche pleine.
  3. Elles sont aveugles : maintes fois me suis-je cogné le genou contre l'horloge du salon. Dotée d'une bonne vue, elle pourrait au moins s'écarter de mon chemin. Helen Keller aussi.

Ceci dit, les horloges, comme les chiens, sont des êtres sociaux, qui aiment communiquer, et en retour, se faire communiquer. Ce besoin de l'être communiquant est au cœur à la fois de l'art ─ citons en exemple la toile Pique-nique sur l'herbe d'Édouard Manet ─, et de la science dans un paradoxe auquel Albert Einstein a subsumé le problème de synchronisation des horloges. Car l'horloge se confronte constamment à la quadrature de l'être sourd, muet, aveugle et communiquant.

Clock-blind.png

Une horloge essaie de connaître l'heure courante pour pouvoir s'y synchroniser.

Grâce à la parole, une résonance a pu s'établir entre les horloges de toutes les parties du globe. Les horloges purent enfin solennellement chanter l'heure, la main sur le cadran. Cependant, Einstein mit expérimentalement en évidence la réalité de la notion de résonance relative.

   
Horloge
Mes essais devaient amener les horloges à s'entendre sur l'heure. Grosso modo, je me donnais pour objectif de leur faire dire "Nous sommes d'accord", et tout serait réglé là dessus. Les horloges se prêtèrent bien au jeu, mais les soucis se firent jour sous un angle inattendu, sous la forme d'une cacophonie aussi grinçante qu'une crisse de maudite craie.
   
Horloge

—Einstein, Traité du problème de synchronisation des horloges canadiennes

Clock-sync.png

L'harmonie einsteinienne est à la fois relative et restreinte.

[modifier] Beethoven

Dans un registre plus "héroïque", le maniaque du rythme Ludwig van Beethoven explora une méthode de synchronisation des horloges en impulsant un rythme frappé dit du monotono-rythmo-monomaniaque. Il inventa pour cela la baguette du chef d'orchestre, dont la fonction était de frapper l'horloge à intervalles réguliers, produisant le fameux tic tac, motif rythmique de base universel.

Clock-betho.png

Le chef d'orchestre fait parler les horloges en tapant dessus avec sa baguette.

Inspiré par la mouvance urbaine[2], Beethoven incorpora aussi des portes à son orchestre afin de jouer les parties solistes de sa 5e symphonie avec son fameux motif toc toc toc toc. Touche-à-tout, il tira bientôt des sonorités à partir de pots d'échappement et de pompes à chaleur primitives ancêtres des accordéons. Naturellement, Beethoven synthétisa ces acquis dans le métier de marchand de glaces ambulant. Son célèbre camion parcourra Vienne avec sa mélodie exaltant la joie des plus jeunes[3]. Au point que de de nos jours, Beethoven = camion du marchand de glaces ambulant, et c'est là un moindre mal.

[modifier] L'Audiotel : un dialogue de sourds

Les progrès de l'horloge parlante ont tous visé à surmonter les obstacles de la surdité, qu'elle soit auditive ou mentale.

  • Pour les sourds auditifs, l' horloge hurlante délivrait l'équivalent en décibels d'un décollage d'avion à réaction.
  • Pour les fans de Far East Movement, l' Audiotel surtaxé à la minute fut spécialement créé avec des textes en phase : « Il est 20 h 12, 20 comme "Vain voi', veu' t'mont'er que'qu'chose", heure comme "heure voir et à bientôt", 12 comme "doux zéjus". Je répète : il est 20 h 12, 20 comme "Vain voi', veu' t'mont'er que'qu'chose", heure comme "heure voir et à bientôt", 12 comme "doux zéjus". »

Relevons également le cas des sourds parfaitement entendants. Il y a deux catégories d'usagers de l'Audiotel : ceux qui demandent l'heure dans l'absolu, et ceux qui attendent une confirmation. Parfois le réseau commuté les met accidentellement en relation, et on assiste alors à un dialogue de sourds parfaitement entendants :

— Bonjour ! J'aimerais connaître l'heure !
— Coucou, il est 17h32 je crois, non ?
— Comment ?
— Il est bien 17h32 ?
— Si vous le disez[4].
— Si vous le disez quoi ?
— Qu'il est 17h32.
— Ah il est 17h32 ?
— Qu'est-ce que j'en sais moi ? C'est vous qui le disez.
— Ben non. Moi je dirais oui, mais en fait j'en sais rien.
— Vous ne savez pas s'il est 17h32 ?
— Non.
— Vous me faisez vraiment de la peine.
— Comment ?
— Vous avez très bien entendu.
— Quoi ?
— Il est midi à 14h connard.
— Que se passe-t-il ? Allô l'horloge parlante ?

[modifier] Techniques

Par souci d'efficacité, de nombreuses techniques ont été développées spécifiquement pour l'horloge parlante.

[modifier] Ancrage allocentrique

Depuis Cicéron et son sens de la formule[5], l'homme a raffiné son langage. Quand l'horloge s'est mise à parler, elle a naturellement hérité des progrès en rhétorique. Avant cela, l'horloge pouvait se tromper de minute, voire d'heure ("17h59" au lieu de "18h" par exemple).

L' ancrage allocentrique permet de déplacer le référentiel temporel de l'énoncé et de garantir formellement l'exactitude absolue d'assertions temporelles :

À 18h pile, il sera exactement 18h

Ou :

Il est 14h12 inch'Allah

Ou la toujours populaire (dans les milieux de fonctionnaires) :

Il est déjà 17h00, c'est bon, j'peux partir

Comme dans tout système de plus en plus complexe, des bugs se déclarent de temps à autres :

À 18h pile, il sera exactement 14h

Ou dans le suivant :

Il est 15h, c'est bon, j'peux partir inch'Allah

[modifier] Synthèse vocale

La simplicité de la grammaire de l'horloge parlante ne laisse pas soupçonner une certaine versatilité. L'horloge se réserve une belle marge de variabilité dans la seule construction grammaticale qu'elle connaisse, ici en milieu et fin de phrase :

Il est _____ heure _____

Chaque partie variable est prononcée dans un accent robotique trahissant l'automatisation. Mais plus qu'une technologie, la synthèse vocale permet à l'horloge de compléter son arsenal de vérité.

Il est 18 heure ou 19h ou 20h ou 21h proute

Mais plus encore, elle amplifie son répertoire oratoire. Voyons comment l'horloge s'en sort dans l'art de la description à la Balzac. Dans Le Père Goriot, un soin particulier est consacré aux portraits des personnages de la pension Vauquer. L'un des pensionnaires est Eugène de Rastignac, un personnage posé et réfléchi. Ambitieux, le jeune homme ne se laisse pas gagner tant par l'euphorie que par le calcul. L'horloge sait fort bien en exprimer le caractère :

Il est tât' heure de menton

M. Poiret est une figure pathétique de la pension. Homme usé par la vie, il n'est que le triste reflet d'un "âne de notre grand moulin social". Là aussi, l'horloge nous en fournit une description complète :

Il est bouff' heure de carottes

Balzac savait aussi écrire directement dans le langage d'horloge parlante. À propos de Madame Vauquer, il notait :

Il est des individus nés mercenaires que ne font aucun bien à leurs amis ou à leurs proches, parce qu'ils le doivent; tandis qu'en rendant service à des inconnus, ils en recueillent un gain d'amour propres : plus le cercle de l' heure affections est près d'eux, moins ils aiment; plus il s'étend, plus serviables ils sont. Madame Vauquer tenait sans doute des ces deux natures, essentiellement mesquines, fausses, exécrables

Balzac savait aussi sans doute que faire des négations en langage d'horloge parlante, c'est possible.

Il est pas 17 heure 40
Il est ni balad heure ni écouteur stéréo
Il est ni prim heure ni chou-fleur

[modifier] Une entrevue

Pour mieux connaître l'horloge parlante, un robot interviewer, ROB-S.4, a été spécialement mis en service par John Mesmerise, un stagiaire talentueux du Laboratoire de Recherche Acoustique Fondamentale Deaf & Mute. Rob-S.4 a la particularité d'être une machine parlante à la diction particulièrement lente.

— D'abord, bonjour.
— Il est 18h20
— Vous n'aimez pas l'ornementation. Vous lui préférez l'aplomb et la spontanéité en toute circonstance, désencombré du galimatias des dentelles emberlificotantes d'un concetti épanoui dans la douceur d'âme d'une nuit constellée de vastitudes vestes et fastueuses, longitude contemplatrice préférée à la capillarité brodée de doigts habiles et incrustateurs.
— Il est 19h35
— Votre métier reflète et rejoint cette ligne de pensée, si j'ose dire.
— Il est 20h57
— Vous ne vous morfondez jamais.
— Il est 22h55
— Vous êtes inflexible.
— Il est 23h55
— Ça vous dirait une choucroute belge accompagnée d'un verre de vin blanc ?
— Il est 2h05
— Vous avez accepté de nous accorder cette entrevue.
— Il est 5h14
— Je bugge. Ça vous gêne pas si je prends mon temps pour lancer ma routine d'auto-repair ? Merci de bien patienter.
— Il est 10h04
— La Terre est-elle une omelette ronde ou un œuf sur le plat ?
— Il est 13h45
— Avez-vous aimé le film Avatar ?
— Il est 14h44
— Merci pour cette entrevue de seulement 10 minutes.
— Il est 18h30

[modifier] Utilisations mnémotechniques

La mémoire de l'homme est faillible, du fait que les neurones et les nerfs restent paradoxalement toujours à la même place malgré un contenu mnésique changeant, contrairement à la position d'une aiguille dans un cadran.

— Putain Jeannine, j'ai oublié l'heure.
— Beh voilà. Putain. T'oublies l'heure, mais t'oublies jamais d'oublier. Va encore falloir se faire payer un appel à l'horloge chez les voisins.
— Hein ? T'as dit quoi déjà ?
— J'DIS : APPELLE L'HORLOGE PARLANTE CHEZ MR SMITH EN FACE !!!!
— AH ! OUI !

L'amnésique chronique prend alors le téléphone et pianote le numéro de l'horloge parlante.

tap tap tap Bonjour. Quelle heure est-il, s'il-vous-plaît ?
— Il est 17h55 clic bip bip
tap tap tap Bonjour. Quelle heure est-il, s'il-vous-plaît ?
— Il est 17h55 clic bip bip
tap tap tap Bonjour. Quelle heure est-il, s'il-vous-plaît ?
— Il est 17h55 clic bip bip
tap tap tap Bonjour. Quelle heure est-il, s'il-vous-plaît ?
— Il est 17h55 clic bip bip
tap tap tap Bonjour. Quelle heure est-il, s'il-vous-plaît ?
— Il est 17h55 clic bip bip

(...)

— Alors, Alfred ?
Clock-hypnose.png
Alfred : « Il est 17h55. »

[modifier] L'horloge voyante

L'horloge voyante est une horloge capable de prédire l'heure. Adaptant les dernières techniques de pointe de l'horloge parlante, elle s'est nimbée d'une autorité que seul rivalise la menace d'un gros poing sur la figure. Avec l'horloge voyante, l'affirmation suivante :

À 18h pile, il sera 18h

devient :

Dans 20 minutes... ben il va être 20 minutes plus tard

ce qui va au-delà de toute réfutation possible. Bien entendu, le système, complexe, a connu son lot de bugs.

Dans 40 minutes il sera 12h76

Mais l'horloge reste toujours égale dans ses prédictions, même devant l'infâme supplice chinois de la plume. Écoutez la subtile note d'inflexibilité dans le document sonore d'une horloge voyante soumise à la torture :

HA HAHA... Il.... sera... HOHO ! HIHI HIHI !!... Il sera... HAAAAAAAAA HAAAAAAAAAAAA.... H...! Il sera 7h38 ! YIII-HAAAHAHAAAHAHAHA !!......

Et malgré tout, il sera 7h38.

[modifier] Au cinéma

Dans Demain ne meurt jamais, James Bond confond le tic tac d'une horloge avec le tic d'une bombe à retardement. Or, une bombe ne fait pas tic tac mais a ses propres tiques et TOCs.

Clock-bond1.png

James Bond, toujours l'élégance même

La prémisse du film, c'est que l'horloge c'est à la fois un gros dur et un morceau difficile à avaler ─ i.e., a tough cookie, comme disent les Yankees. Alors comme ça tout le monde s'en fout de ses prédictions ? Croyez-vous pouvoir vous en sortir indemne à si bon compte ?

— Il sera 12h45
— Héhé... Et alors ?

Pauvre fou ! C'est alors que l'horloge saute sur vous, vous ligote et vous jette en bas la fosse à purin !

— Vous allez mourir à 15h30.
— Ouais... Et si je suis immortel ? Hein ? Tu l'as dans l'os.
— Je vais vous buter.

James Bond n'a pas de seconde pensée : il se lance corps et âme dans la confrontation.

— Que se passe-t-il dans 50 minutes ? Ça va exploser, c'est ça ?!
— Dans 20 minutes...
Clock-bond2.png
 
— J'ai dit dans 50 minutes !!
— Dans 20 minutes...
— Bordel de merde, j'ai dit dans 50 minutes !!
— Dans 20 minutes...
Clock-bond3.png
 

30 minutes plus tard...

— Alors, dans 50 minutes ?!... J'attends !
— Dans 20 minutes...
Clock-bond4.png
 
Clock-bond5.png

L'horloge désorientée après avoir pris les coups

Mais ce qui a vraiment ébloui dans ce film, c'est sa fin, une réflexion philosophique sur le non-retour éternel à l'intérieur d'une transcendance de la mort. Les derniers instants de l'horloge sont touchants, car ils tranchent avec le caractère d'acier dont le spectateur se faisait tout un cliché.

— Non tu peux pas mourir, petite horloge !
— Il sera 15h30
— Ne parle plus. Conserve ton énergie et repose-toi.
— Il sera 14h21
— Non il sera pas 14h21. Dis pas ça.
— Il sera 18h44
— Tu ne sais plus ce que tu dis. Tout le monde s'attend à te voir rétabli et parmi nous dans les plus brefs délais.
— Il sera 13h23
— Tu ne vois que le côté négatif des choses.
— Il sera 8h05
— Arrête ! C'est faux ! Archi-faux ! Il sera jamais plus 8h05 tu m'entends !! PLUS JAMAIS ! NON NE PARS PAS NOOOOOONNNNNNNN !!!!
— Il sera 7.... aarrghh
Clock-bond6.png

L'horloge monte aux cieux, mais Bond s'accroche à elle.

L'intervention divine ne manque pas de châtier la naïveté de James Bond au sujet des prédictions temporelles de l'absolu.

TheJeeMan.jpgJésus dit :
James, tu sais pourquoi tu dis tout ça ? Tu sais pourquoi ? Parce que tu es aveugle. Tu confonds cécité et nécessité. L'horloge a fait ce qu'elle a pu pour t'ouvrir les yeux. Tu sais quoi ? Sois donc un modèle. Fais comme les poissons, sois James Pond !
James pond.jpg

James Pond : le héros aux yeux toujours ouverts.

[modifier] Reconversions

[modifier] Marabout

Clock-predict.png
— Que dois-je faire pour résoudre mon problème, Mr l'horloge ?
— J'aurai besoin d'un tissu récemment imprégné de l'odeur de l'être aimé. Une pièce de lingerie. Un mouchoir.
— Pouvez-vous m'exposer le cours des évènements à venir ? Vous me prenez sans doute pour un incrédule typique, mais j'aimerais savoir comment vous procédez, afin d'avoir une meilleure visibilité sur les chances de ma démarche d'enquête. Je suis un scientifique dans l'âme, et le réflexe de la science, ça ne se perd pas, combien même je m'estime bon chrétien !
— Simple. Je suis un chien. Or, vous n'êtes pas sans savoir qu'en tant que chien, je suis doté d'un odorat surpuissant. Toutes les pistes olfactives me sont ouvertes, je n'hésite pas à en suivre une et aucune ne se dérobe à moi.
— Un chien ??
— Préféreriez-vous que je fus le coucou qui chantât irrévérencieusement "cocu, cocu, cocu" ?
Clock-sherlock.png
— Vous !... Mon ch... cher... Sherlock Holmes !! Mon cher Sher... Mon Dieu, je me dupais moi-même sur le haut point de laideur de cette redondance sonore.
— Ça sera plutôt "mon cher Sherclock Holmes" dorénavant.

(...)

— La reconversion n'était pas difficile en soi, peut-être encore moins que vous berner. Voyez-vous, mon cher Watson, les gens confondent déduction et prédiction avec une verve sans borne. Si je remarque à une femme sa grossesse, aussitôt elle va me répondre : "Oh vous voulez dire que je vais bientôt accoucher ? Comment faites-vous pour voir l'avenir ?" Inversement, si je prédis à un SDF qu'il va finir à la rue, ce n'est pas rare qu'il me loue pour mon faramineux don de déduction. Au fait, Watson. Vous êtes enceint.
— Comment, Holmes ? Vous savez déjà que je vais aller me faire changer le sexe à Middlebroughs et me faire inséminer naturellement du sperme in utero, gangbangé dans une ruelle de Brighton City par un groupe de mexicains clandestins ? Mais c'est invraisemblable !

[modifier] Téléphone rose

Un simple coup de fil donne l'heure courante : tel est le principe de l'horloge parlante par téléphone. Il n'en a pas fallu plus pour étendre son domaine d'activité au téléphone rose. Qui n'a jamais fantasmé de frotter la petite aiguille pour la faire grandir par effet de vasodilatation ? Voici un extrait de numéros contigus du bottin téléphonique :

  • 08 60 14 23 48 : Cul, bite et poil
  • 08 60 14 23 49 : La maison hentai
  • 08 60 14 23 50 : Horloge parlante
  • 08 60 14 23 51 : Bite-cul-poil au menton
  • 08 60 14 23 52 : Le point Gay
  • 08 60 14 23 53 : Les neveux Poipoil, Bibite, et Cucul

Grâce à ce positionnement marketing, il devient possible de couvrir ses activités lubriques en invoquant l'erreur humaine.

— Tu te caresses les nénés ? Tu aimes quand on t'attache des poids ?
— Oh oui ! Ohhh pince-moi le clito entre tes orteils ! Puh-leaaase.... !!
— TU FAIS QUOI AU TÉLÉPHONE SIMON ?? DANS LE TÉLÉPHONE D'EN BAS J'ENTENDS UNE FEMME DIRE DES GROSSES COCHONNERIES !!
— Euh... excuse maman, encore trompé de numéro, voulais l'horloge parlante !
— Mais d'où ça vient cette obsession pour l'heure exacte !

La réponse est simple, madame. C'est

L'ÉCLIPSE DE LA MINUTE

Notion recouvrant un phénomène paranormal induisant la perte d'une minute dans le tissu continu du temps. Par exemple, le passage de 17h15 à 17h17 directement sans passer par la case 17h16 témoigne de l'éclipse de la minute de 17h16. Un phénomène analogue vous est sans doute familier : l'éclipse horaire. À titre d'exemple, à l'occasion du passage à l'heure d'été, le passage de 21h59 à 22h au lieu de 21h60 se qualifie d'éclipse horaire. On perd une heure de sommeil. Je sais pas si je suis clair.

L'éclipse de la minute est censé se produire n'importe quand, d'où l'instauration justifiée d'un réseau collaboratif mondial composé en grande partie de jeunes adolescents boutonneux, dédié exclusivement à la veille du Temps. Chaque membre du réseau essaie, dans la mesure du possible, de suivre minute après minute l'écoulement du temps. En recoupant globalement les informations, il doit être possible de certifier si une minute a manqué à l'appel. On justifie cette méthodologie en évaluant à zéro la probabilité qu'une minute passe sans qu'aucun adolescent ne compose un numéro de téléphone rose. Ce qui nous amène à un phénomène tout aussi probable :

L'ÉCLIPSE DE LA SECONDE

[modifier] En littérature

Tout le monde connaît L'Étranger d'Albert Camus. Ce qu'on sait moins, c'est que l'auteur en avait jeté les bases lorsqu'il faisait ses gammes au lycée Bugeaud à Alger, où il lut la pré-version sur scène devant un parterre d'étudiants.

Clock-camus.png
 
Clock-camus2.png
 
Clock-jt.png
Présentateur du JT : « Albert Camus a sans le savoir sonné le tocsin et s'est fait ensevelir par une horde d'horloges acerbes. Le reporter du journal a été violé par cette élite horlogère. Son état très alarmant n'a pas empêché les violeurs de continuer à tourner. Le service de réanimation de l'hôpital a malheureusement confirmé que ce n'était plus qu'une question d'heures ou de minutes, voire de secondes. »
 
Clock-heap.png
Présentateur du JT : « Pour apporter des éclaircissements sur ce fait divers, nous avons invité sur notre plateau Papa Grande Aiguille et Fiston Petite Aiguille. »
 
Clock-grandeaiguille.png
Papa Grande Aiguille : « Voyez, il faut imputer la faute à Camus. Le mec s'est constitué en victime idéale dès le moment où il a suggéré un éloignement temporel largement supérieur à l'ordre de grandeur supporté par une horloge (en l'occurrence 12 heures tout rond). Le narrateur laisse amplement supposer qu'un souvenir hyper-traumatique retient la vivacité d'un souvenir d'un jour, tout en étant assez faiblard pour suggérer qu'il charrie un passé consommé depuis bien plus longtemps qu'hier. Les jeunes comme Camus — car c'est lui qui dit "je" au final — ne respectent plus le rythme du temps. Il faut leur réimposer ça. Leur montrer qu'ils violent des préceptes vieux comme l'organon d'Aristote. »
Présentateur du JT : « Mmmh mmh. »
 
Clock-heap.png
Présentateur du JT : « Pensez-vous qu'ils font ça juste pour se donner une apparence ? »
 
Clock-grandeaiguille.png
Papa Grande Aiguille : « Les jeunes jouent plus vite que la musique. »
Présentateur du JT : « Mmmh mmh. »
 
Clock-petiteaiguille.png
Papa Grande Aiguille : « Vous savez, Michel, les jeunes ils... Eh petit, c'est pas fini de jouer avec ces punaises, bordel de queue à piano ? Espèce d'âne bâté, la santé c'est toujours pas gratuit ! Ces petites aiguilles ! Toujours à traîner avec des punaises ! »
 
Clock-heap.png
Présentateur du JT : « Mmmh mmh. »
Papa Grande Aiguille : « Au fait, Michel, si je puis me le permettre, vous avez des aiguilles sur le visage. C'est dégueulasse. »
Présentateur du JT : « C'est la production. Mais vous avez raison de le souligner. Ça me donnera du levier lors du prochain débat maquillage. »
 
Clock-crybaby.png
Fiston Petite Aiguille : « Ouuiinnnnnn.....!!! »
Papa Grande Aiguille : « Hooo halte là, mon p'tit bonhomme ! T'es gentil mais tu fais le tour comme tout le monde, DANS LE SENS DES GENTILLES AIGUILLES D'UNE MONTRE ! »
 
Clock-overhead.png
— Georges, l'horloge fait un drôle de bruit.
— C'est rien Paula, il suffit de la remonter.

[modifier] Notes

  1. Genre mettre un p au lieu de deux.
  2. Du pontificat des Urbains, connu pour les sonorités de chantier de construction et de fortification de basilisques et autres châteaux.
  3. Parce qu'elle évoquait les crèmes glacées.
  4. Sic
  5. Par exemple, en parlant des cercles vertueux : « Cicéron, j'dis pas non ! »


GoodJob.gif
Cet article a failli être élu au Best Of de la Désencyclopédie.
Si vous l'avez adoré, vous pouvez encore relancer le débat.
Partage sur...
wikia