Héraldique

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

L'héraldique est une passe-temps à la con, utile surtout au Moyen-Âge et pendant les dîners en société où on peut étaler sa science sur le sujet. Un sujet de discussion qui vous fera passer pour un con sans intérêt, mais c'est toujours mieux que de passer pour un asocial sans conversation, non ?


Origines

Pour ceux qui ne le sauraient pas, l'héraldique est la science[1] des blasons, ou armoiries, ou armes, mais pas des armoires. L'héraldique se divise en fait en plusieurs parties incluant la conception et la création des blasons, mais la partie la plus amusante est ce qu'on appelle le blasonnement, qui consiste simplement à décrire ce qui apparait sur un blason en utilisant les termes les plus obscurs et les règles les plus complexes que possibles.

Pour retrouver les origines de ce hobby, il faut remonter au XIIe siècle : à l'époque les différents groupes utilisent leurs blasons pour se reconnaitre, habituellement peints sur leurs boucliers, ou à défaut sur tout autre objet personnel : tabard, bannière, jeton de caddie, armure, drapeau... La description était alors très simple et un blason comme celui-ci était alors dit :


Herald01.png


Charrette blanche sur fond vert


Entre 1154 et 1161, un groupe de jeunes chevaliers désœuvrés commence alors à terroriser les campagnes françaises. Ceux ci traversent les villages en pleine nuit en faisant du bruit avec leurs chevaux, boivent de la bière en plein milieu des ruelles et provoquent les serfs qu'ils croisent dans les tavernes. Cette bande était alors connue sous le nom des blasons noirs. Quand il entendit parler de ces voyous, le seigneur local les qualifia de "plein de sables". Malgré cette répartie totalement ridicule, le terme resta et les habitants se mirent à utiliser le terme de sable plain au lieu de noir.


Les troubles s'arrêtèrent quand la plupart des chevaliers entrèrent à l'université mais la nouvelle nomination resta et quelques écuyers s'ennuyant ferme décidèrent de partir de cette base et de codifier la description des blasons. Ainsi cet écu se dit aujourd'hui :


Herald01.png


De sinople à un chariot d'argent


On peut donc maintenant dire qu'on a un nom aussi pourri que le dessin qu'il décrit[2].


Couleurs

Les blasons ne peuvent être composés d'un nombre limité de couleurs, celles-ci divisées en plusieurs catégories.

  • Les métaux : le jaune et le blanc qui s'appellent respectivement l'or et l'argent.
  • Les principaux émaux : bleu, rouge, noir et vert, qui deviennent azur, gueules, sable et sinople.
  • Les fourrures, soit d'hermine, soit de vair, qui sont proscrites par la SPA et donc rarement utilisées.

La première règle à retenir pour concevoir un blason est de ne jamais placer un métal sur un métal, un émail sur un émail, ou une fourrure sur une fourrure. De toutes façons on n'utilise pas de fourrure.


Herald02.jpg
Exemple 1. Or sur sable : OK


Herald03.jpg
Exemple 2. Argent sur or : incorrect !

On voit tout de suite lequel de ces deux emblèmes a le plus de classe, grâce à la héraldique.


La deuxième règle est d'éviter de faire n'importe quoi, c'est déjà assez compliqué sans faire de l'art moderne.

Partition

Comme avoir un écu uniforme avec un seul motif dessus est un peu austère -même quand c'est un joli taureau- les blasons peuvent être découpés en parties égales (ou non) dans tous les sens possibles, chacun ayant un nom bien précis.

Herald04.png

Exemple de blason illustrant une partition dite à la con.

On a donc au plus simple un blason uni, dit plain.

Puis un blason séparé en deux parties par le milieu est dit parti si la division est verticale, coupé si elle est horizontale, tranché si elle est diagonale en partant du coin en haut à gauche et taillé si elle est diagonale en partant du coin en haut à droite.

Un blason coupé en quatre est dit écartelé si les coupures sont horizontales et verticales et écartelé en sautoir si les coupures sont diagonales.

Si un blason est coupé en huit on le dit parti, coupé, tranché, taillé. On peut aussi ne pas l'appeler du tout, c'est mieux pour tout le monde.

Ensuite, chaque zone du blason définie par ces séparations peut être redécoupée selon les mêmes règles.

Ah et on peut aussi couper en trois au lieu de deux, ça donne des tiercé en fasce, tiercé en pal, tiercé en bande, tiercé en barre, tiercé-quarté-quinté-plus, tiercé en pairle, coupé mi-parti en pointe, coupé mi-parti en chef, parti mi-coupé à dextre, parti mi-coupé à senestre. Ne me demandez pas à quoi tout ça correspond exactement, ce sera gentil.



Description

La règle veut qu'on donne d'abord le découpage principal, puis qu'on donne la couleur du fond et qu'on décrive enfin les motifs (ou meubles) en essayant de trouver des noms rigolos, pour chaque section du blason de haut en bas et de gauche à droite.

Voici quelques exemples, de difficulté croissante.

Herald05.png

De sable à une faux emmanchée d'or à lame d'argent


Herald06.png

D'azur à un coq chantant d'or surmonté de trois fleurs de lys de même rangées en chef


Herald07.png

D'azur à une partie de Tetris d'argent


Herald09.png

Coupé, au premier parti de gueules à l'échiquier d'or et de sable, au second parti d'argent au merle de sable


Herald10.png

De gueules, au chef rayé de gueule et d'argent, à la pointe d'ondées azur surmontée d'un trait de sable et d'un oiseau d'or qui se noie


Herald08.png

Coupé, en haut de sinople, en bas de gueules avec un très joli liseré argent ondulé entre les deux, à un demi-cheval qui rigole d'or et deux fleurs de lys de même rangées en chef et une espèce de fleur de narcisse ou peut être de perce-neige qui tombe en pointe, d'or également.


Herald11.png

Écartelé, au premier et au quatrième écartelé dont le premier et le quatrième sont d'azur aux trois fleurs de lys, les second et troisièmes de gueules aux trois lions, le second (du premier quart) d'azur à une harpe or foncé, le troisième d'or au lion de gueules et un cadre de même. Ensuite y'a des roses de gueule, de sinople et d'or et puis des têtes de sanglier d'or (avec les défenses en gueules) et des gueules de lion gueules sur fond d'or. Après il reste des croissants de gueule sur fond or et des shurikens d'or sur fond azur. Ça en jette, ça s'est sûr. Ah j'ai failli oublier les carrés argent/gueules et le plus petit blason au milieu des autres, de gueules à trois trucs ronds or.


Variantes

Comme on le voit, l'héraldique est une pratique amusante et à la portée de tous. Afin de rendre cet art plus difficile, les spécialistes à la recherche de nouveaux défis se sont tournés vers la chimie : ainsi non seulement il faut décrire la disposition de l'écu mais aussi reconnaître et donner le nom correct des molécules représentées sur le blason. Voici un exemple basique :

Herald12.png

Parti, au premier de sinople à un acétate d'argent d'argent, au second d'or à une molécule de tris(8-hydroxyquinolinato)aluminium[3] de sable


À vous maintenant : essayez de trouver le blasonnement correct de l'écu ci-dessous. Attention ! Pour éviter toute ambiguïté, il faut utiliser le nom standard IUPAC pour les molécules.

Question.png
Saviez-vous que...
ce blason est riche en vitamine C ?
Herald13.png



Notes en bas de page

  1. "Science"... pfffouhahaha !
  2. Mes amitiés aux habitants de Charroux. J'adore votre moutarde.
  3. Notez bien que la règle "pas de métal sur un métal" ne s'applique pas au composants des molécules elles même.


Guillotine2.png  Portayl de l'Histoyre


Qu'avez-vous pensé de Héraldique ?
 
140
 
26
 
7
 
20
 
9
 
13
 

Ce sondage a été créé le juillet 1, 2009 20:03 et 215 personnes ont déjà voté.


GoodJob.gif
Cet article a failli être élu au Best Of de la Désencyclopédie.
Si vous l'avez adoré, vous pouvez encore relancer le débat.
Partage sur...
wikia