Gratin Dauphinois

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

Le Gratin Dauphinois (du latin Gratineus Daufinicum) est le plat constituant la base alimentaire des Isérois. A noter qu'en latin Grenoble se dit Gratianopolis, soit "la ville au gratin". Il est principalement constitué de pommes de terre, féculent Dauphinois lui aussi. Le vrai gratin Dauphinois n'a pas de fromage.

Un gratin Dauphinois est réussi lorsque les rondelles de patates sur le dessus sont bien grillées et croustillantes. Dès que l'enfant Isérois fait ses premiers pas, ses parents l'initient aux joies du gratin Dauphinois. On estime qu'un Isérois moyen pour une durée de vie moyenne de 80 ans consomme en moyenne 50 à 60 tonnes moyennes de gratin Dauphinois moyens.

Gratindauphinois-full.jpg

Appétissant, non ? Et garanti sans fromage !



Le gratin Dauphinois mode d'emploi pour les nuls (les non-Isérois)

Qu'est-ce qu'il y faut quoi pour le faire ?

La gratin Dauphinois originel, le pur le seul le vrai, ne prend pas de fromage. On y met, pour une famille de 4 Isérois lambda :


  • 800 g de patates (de bonnes patates ! C'est le plus important. Si t'as pas ça, c'est foutu !)
  • 25 cl de lait entier (fais gaffe de pas en oublier une partie)
  • 30 cl de crème fraîche (c'est mieux si elle est fraîche, parce que la crème verte avec des champignons dessus dénature le plat... tout comme le fromage d'ailleurs !)
  • sel (ou bicarbonate de soude, ou lessive Le Chat)
  • poivre (blanc ou noir, en moulin ou en poudre, enfin tu te démerdes quoi)
  • noix de muscade (je suis sûr que tu sais même pas ce que c'est !)
  • 1 grosse noix de beurre (mais tu peux aussi mettre une énorme noisette de beurre, ça correspond)
  • Trois gousses d'ail (oui, ça pue !)
  • 0 g de fromage


Et une fois que j'ai tout ça, qu'est-ce que je fais quoi ?

Déjà, oublie le fromage, puisque dans le vrai gratin Dauphinois, il n'y en a pas.

Ensuite (les termes compliqués seront expliqués avec précision):

  1. Laver (c'est plus propre), éplucher (c'est plus digeste) et émincer (ça veut dire couper en tranches) les pommes de terre (c'est-à-dire les patates). Il faut des tranches fines, pas trop épaisses, fines, comme ça c'est meilleur.
  2. Ne pas les laver après la coupe, ça sert à rien sauf si tu t'es pas lavé les mains quand t'es allé au chiottes avant de le faire.
  3. Les disposer (c'est-à-dire les mettre) dans une casserole avec 25 cl de lait (entier c'est mieux), une grosse noix de beurre (ou énorme noisette), sel, poivre, ail et muscade (et là tu paniques, tu ne sais toujours pas de quoi il s'agit !) Allez, je t'aide, ça ressemble à ça:180px-Muscade.jpg
  4. Porter à ébullition (non, repose ça ! Ca veut dire met à chauffer jusqu'à ce que ça bouille !) puis baisser le feu légèrement et poursuivre la cuisson 8 minutes et 2 secondes, montre à gousset en main.
  5. Remuer de temps en temps avec une spatule (il s'agit d'un ustensile de cuisine en bois) pour éviter que la préparation attache, sinon t'es dans la mouise.
  6. Les pommes de terre vont s'enrober d'une crème (oui ça se fait tout seul, laisses-y faire !).
  7. Verser à ce moment précis (loupe pas le timing) 30 cl de crème.
  8. Laisser cuire à petit feu pendant une cinquaine (c'est-à-dire une demi-dizaine) de minutes environ approximativement, grosso modo.
  9. Retirer du feu, mais gaffe à pas te cramer les pattes, couillon !
  10. Disposer délicatement, j'ai bien dit délicatement les pommes de terre dans un plat à gratin (puisque, tout cela reste et demeure, n'est-ce pas, ton but de faire un gratin, autant le faire dans un plat approprié !).
  11. Aplanir (c'est comme aplatir, mais en plus sophistiqué ! Hé, j'ai jamais dit que c'était facile !) la surface et laisser refroidir pour que les goûts se mélangent.
  12. Enfourner (mettre dans le four) à 180° (c'est très très chaud !) et laisser cuire environ 15/20 minutes, le temps de te mater un bon épisode des Simpson. Ni 30, ni 10. Encore moins 180 ou 42,36.
  13. Servir dans le plat de cuisson, puisque c'est fait pour ça !


Question.png
Saviez-vous que...
dans le VRAI gratin Dauphinois il n'y a PAS DE FROMAGE !?

A taaable ! Tu peux être un vrai Isérois dans l'âme (c'est-à-dire l'esprit ; l'expression signifie avoir l'esprit Isérois sans l'être de naissance) !

  • NB (c'est-à-dire Nota Bene, c'est de l'anglais) : si ton gratin Dauphinois ressemble à ceci, c'est que tu t'es planté quelque part.


Un peu d'Histoire, Edouard !

Le gratin Dauphinois ne date pas d'hier, Jean-Pierre ! Voici, retracée pour vous, l'histoire de ce plat tant aimé.

Antikité

Historiquement, la naissance officielle du gratin Dauphinois remonte à 4523 avant le mec qui sert de point Zéro, selon les restes trouvés par erreur lors du chantier de la rocade sud de Grenoble. Hannibal, lorsqu'il traversa les Alpes avec la patrouille des éléphants, s'arrêta dans un relai pour y manger un gratin Dauphinois. Quelques siècle plus tard, Alaric, roi des Goths, ayant réussi là où Hannibal avait échoué, mange à son tour un gratin Dauphinois après le sac de Rome. Il en fait l'éloge dans une lettre qui sera retrouvée encore plus tard, sous Charlemagne.

Moyennage

Charlemagne — Charlie pour les intimes — lui, en fait un de ses plats favoris. Lorsqu'il par en campagne contre les Vasse-cons du Pays basque, son pote Roland, qui connaît Charlie par coeur[1], emporte avec lui un gratin Dauphinois qu'il lui offre une fois arrivés dans les Pyrénées. Quand les Vasse-cons déferlent sur Roland et ses hommes, Charlemagne ne peut lui venir en aide : il mange son gratin Dauphinois. Roland, malgré son épée Dure-en-Dalle, meurt à en perdre la vie[2].


  1. Il y a là un subtil jeu de mots. Le trouveras-tu ?
  2. Ceci est un évènement tragique

Et poc moderne

Le gratin Dauphinois sera donc interdit jusqu'à la fin du XVème siècle, seuls quelques villages reculés du Dauphiné osent braver l'interdiction. C'est avec la Réforme protestante que le gratin Dauphinois revient. Bayard, le Chuck Norris de l'époque, s'en nourrit exclusivement puisqu'il est Dauphinois.

Mais le véritable essor vient du duc de Lesdiguières, qui l'imposa un peu partout en France dans la seconde moitié du XIVème siècle et au début du XVIIème notamment lorsqu'il défend le Dauphiné du Duc de Savoie et de ses infâmes fondues savoyardes. Lorsqu'il meurt à Valence en 1626, le dernier connétable de France se fait enterrer avec un gratin Dauphinois.

Louis XIV, par la suite, mangera son premier gratin Dauphinois avant de prendre son premier bain.

Après

Par la suite, avec le XVIIème siècle puis la Révolution, le gratin Dauphinois connaîtra une baisse de popularité en dehors du Dauphiné. C'est Louis-Philippe, au XIXème siècle qui lui donnera une nouvelle jeunesse en faisant du gratin la nourriture de base des ouvriers spécialisés dans le cuir de singe.

Il faut aussi rappeler que Gambetta lors de sa fuite de Paris en ballon en 1870 avait payé son ballon en gratin Dauphinois.

Au vingtième siècle, la popularité du gratin Dauphinois va crescendo, y compris pendant les heures sombres de la France. En 1942, Philippe Pétain (coup, ça ira mieux) conseille à Adolf Hitler de manger un gratin Dauphinois. Hitler accepte, mais le cuisinier se trompe et met du fromage dans son gratin. Apprenant qu'il avait été possédé et n'avait pas mangé un vrai gratin Dauphinois, le Führer en fureur décide d'envahir la zone sud de la France et multiplie les rafles contre les Juifs. On vous l'avait dit, le vrai gratin Dauphinois, il n'y a pas de fromage.

Aujourd'hui, malgré la Vème république et ses présidents minables, le gratin Dauphinois se porte bien, et a encore de beaux jours devant lui.

« Vous n'avez pas le monopole du coeur, mais les Dauphinois ont le monopole du gratin ! »
~ Valéry Giscard d'Estaing à propos des Dauphinois et du gratin.

Historiographie du gratin Dauphinois

Les historiens se sont déjà penchés sur la question du gratin Dauphinois, qui est une grande page de l'histoire sociale. On trouve des travaux historiques sur la question dès la Renaissance. Plus récents, ces ouvrages vous sont conseillés par l'auteur de cet article :

  • Alexis de TOCQUEVILLE, Histoire du gratin Dauphinois, Paris, 1832. L'auteur de la Démocrassie en Amère-Hic nous offre l'ouvrage de base sur ce gratin. A posséder absolument.
  • Lucien BELY, Le gratin Dauphinois et les Dauphinois sous l'Absolutisme, 1661-1789, Paris, 1960. Un vrai must ! Excellent ouvrage sur ce plat pendant plus d'un siècle de régime absolutiste.
  • Luc-Jean BOLEYLAM, Dictionnaire de la cuisine Antique, PUG, Grenoble, 2000. Un article de 200 pages sur le gratin Dauphinois sous l'Antiquité, par un type vraiment chouette !
  • Pierre GOUBERT et Jean-Pierre COFFE, Ca ne se bouffait pas, ça se mangeait ! , La bouffe française sous Louis XIV, Paris, 1971. Tout un chapitre est consacré au gratin Dauphinois.
  • Marc BLOCH, Les grands interdits au Moyen-Âge, Paris, 1955. L'interdiction des gratins Dauphinois au Moyen-âge comme si vous y étiez !


D'autres choses

  • Michel Destot, maire de Grenoble, aime le gratin dauphinois.
  • Calogero, Dauphinois dont le Dauphiné se passe fort bien, met du fromage dans son gratin Dauphinois, quel naze ! Dans le vrai gratin Dauphinois y'a pas de fromage !
  • Les chinois ont essayé de plagier le gratin Dauphinois en faisant le Ghanh-Ting-Do Chinois en mettant des rondelles de chien à la place des patates. L'échec commercial qui s'en suivit fut un vrai tsunami. En plus ils se sont payé Brigitte Bardot au cul, les cons !
  • L'ensemble des personnes importantes du Dauphiné (Michel Destot, Olivier Ihl, Kamel et son poste radio, Papagalli...) forme aussi un gratin Dauphinois.
  • Ta mère en mange si souvent qu'elle chie de la purée Mousseline.
  • Le gratin Dauphinois est le symbole des indépendantistes Dauphinois.
  • Contrairement à d'autres plats des Alpes, il n'a jamais été pris par une grande chaine de fast food. Jamais de "Mac Dauphinois" ou de "McDo Finnois".

Citation

« La GEG est à Grenoble ce que la patate est au gratin ! Eh voui ! Eh voui ! Essaye de faire un gratin sans patate ! Mais allez, tais-toi, tais-toi ! »
~ Serge Papagalli

On voit donc que le gratin, c'est ceux qui en mangent le plus qui en parlent le mieux !

Notre conseil

Votre gratin dauphinois sera encore plus appétissant si vous remplacez le fromage par des pommes de terre ou un dauphinois.


Voir aussi:

Et rapellez-vousse

  • (fr) Pas de fromage dans le gratin dauphinois !
  • (en) No cheese in the Daufinese grating
  • (es) No hay queso en el gratiño daufìño
  • (de) Es gibt keinen Käse in Ihrer Mutter
  • (it) Non vi è alcuna formaggio perché non si tratta di spaghetti, Don Corleone !
  • (gr) τυρι δεν υπαρχει εκει μεσα, πρωτοι !
  • (jp) chiizu ga nai, zenzen nai !
  • (hu) nincs sajt a dauphinéi gratinon !
Alors, comment que t'as trouvé ce "Gratin Dauphinois" ?
 
100
 
20
 
2
 
2
 
7
 
45
 
10
 

Ce sondage a été créé le février 18, 2009 21:12 et 186 personnes ont déjà voté.


Logo fines herbes.png  Portail de la Grande Cuisine

GoodJob.gif
Cet article a failli être élu au Best Of de la Désencyclopédie.
Si vous l'avez adoré, vous pouvez encore relancer le débat.


Iconerestaurant.jpg Des bons plats à découvrir sur la sencyclopédie.Iconerestaurant.jpg
Obesekid.png

Big MacBœuf bourguignonBoulettes de rizCassouletChoucrouteCrêpe au NutellaFondueFricadelleFricassée de légumesFritesGoulaschGratin DauphinoisHamburgerHot dogKebabLasagneOmelette brayaudePizzaPoisson panéPoutineRacletteSalade césarSoupe au canard à la Pol MartinSushiSzlaszeck au champignonTarte au maroillesTartifletteWindows 7 Whopper

Pour vos petits bourrelets, rien n'est jamais trop gras, trop salé, trop sucré
Logoetat.png Communiqué du Ministère de la Santé qui t'aime et prend soin de ton look

Partage sur...
wikia