Grande Horlogère

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

La Grande Horlogère, ou Grande fonction corrélatrice temporelle, est l'être ultime de la théorie de la Vorticité temporelle. Elle incarne l'esprit du temps qui souffle de manière incongrue dans la nuque de toutes les personnes qui s'ennuient au boulot. Si l'on compare le temps à une tartine de brioche beurrée, la Grande Horlogère serait le couteau plastique qui l'a initiée. Les gens qui étudient la Grande Horlogère sont les vorticiens temporels

[modifier] La Grande Horlogère au service des opprimés

En réaction à toutes les critiques qui ont été émises à son sujet, la Grande Horlogère dans une célèbre bulle temporelle de la 34e régénération reconnait avoir agi pour appliquer les ordres qu'[elle] aurait reçus. L'existence d'un être encore supérieur à la Grande Horlogère étant encore à prouver, les vorticiens temporels s'accordent à dire que la Grande Horlogère aurait perdu un peu de son pouvoir, et par là même la mémoire de ses origines (vous seriez dans de beaux draps, si tout en étant l'image même de la construction du temps, et la garante de son écoulement, vous vous rappeliez comment vous êtes venus au monde) depuis cette déclaration.

Une autre interrogation profonde (et pour cause) au sujet de la Grande Horlogère réside dans son expérience sexuelle. Personne (vivant, mort ou en voie de réincarnation) n'a pu attester d'une telle expérience supracosmique (sauf Paco Rabane, mais il n'a jamais obtenu son diplôme de vorticien temporel, ce qui rend fallacieux tout propos émanant de sa personne). Pour alimenter le débat à ce sujet, rappelons que les relations sexuelles sont souvent tenues par la règles des trois fois hebdomadaires, et que les menstruations abîment ces habitudes temporelles, ce qui déréglerait (justement) la Grande Horlogère.

[modifier] Introduction (retardée) à la méthode d'investigation vorticienne

On place toujours l'introduction d'un concept après les faits généraux qui ne s'y rattachent pas, donc je place l'introduction aux idées vorticiennes où je veux, compris !

Bref, pour beaucoup d'humanoïdes débiles dont vous faite partie, le temps coule inexorablement. Ce que l'on sait être faux depuis les travaux pionniers de Mao Tsaitou, au cours du deuxième grand renversement de l'ordre du temps. Le temps peut en effet revenir sur lui même, régurgiter des phénomènes anciens, décider par lui même qu'une cause peut survenir longtemps après la conséquence ou encore que demain sera avant-hier sans se soucier éperdument de la compréhension que vous pouvez en avoir. Et le grand esprit régulateur du temps est la Grande Horlogère, qui n'existe que pour faire chier les êtres humains. Songez que sans elle (parce que c'est bien une femme qui est responsable de toute cette merde !), on pourrait arriver aux environs de hier en partant après demain, on pourrait toujours voir trois films télévisuels en même temps (ce qui n'a jamais été prouvé, tant la télévision, dans son utilisation sataniste par la Grande Horlogère, en a fait un objet du type rouleau à pâtisserie du temps, c'est-à-dire que la télévision étale le temps dans l'espace, et court-circuite ainsi la pensée vorticienne), ...

[modifier] Origine de la multi-vorticité sous-critique

Au tout début pourtant, tout se passait bien pour notre Grande Horlogère. Elle vivait des quasi-instants uniques alors que le temps ne s'écoulait pas. Puis elle fit la rencontre de la Singularité primordiale de la vorticité historique. Voilà comment cela se passa : Un beau non-jour (puisque le temps n'existe pas, il est difficile d'inventer la durée), alors qu'elle se promenait dans un parc temporel où l'on enferme les croûtons sous-intelligent bretons qui se nomme le Parc Astérix, elle s'effondra sur elle même dans ce que les vorticiens croient être une sorte de coït supracosmique d'où l'espace serait exclu, et où seul l'instant compte (d'où l'image humanoïde que l'on a de la Grande Horlogère, puisque les femmes peuvent prendre leurs pieds pour se lécher les orteils alors que les hommes préfèrent se masturber en regardant un film pornographique) et il en résulta la Singularité primordiale de la vorticité historique (on vous avait dit que le temps n'avait pas de mémoire, d'ailleurs c'est pour çà qu'il se répète dans certaines strates de la galaxie en des rouleaux infinis auto-similaires nommés bulles multi-valuées vorticiennes, et qui sont de plus en plus étudiés par les vorticiens temporels). On attribue à cette Singularité primordiale de la vorticité historique une propriété tout à fait unique dans l'histoire vorticienne : celle d'être unique. C'est un fait tout à fait intéressant dans les sous catégories multivaluées de la vorticité temporelle que de considérer un objet unique. En effet, on s'accorde à croire que si cette singularité temporelle reste unique, c'est qu'elle peut ne pas avoir d'antécédent, voire même de cause, ce qui n'est pas du tout le cas des objets plus courants de la vorticité temporelle, comme la pause café, qui se répète inlassablement tous les jours sauf le dimanche quand on boit une bière entre potes.

[modifier] Apercevoir la Grande Horlogère

Certains chamans des plaines de l'Amérique centrale (continent réputé pour ne correspondre à aucune règle d'écoulement normal du temps sous sa forme coulante) stipulent qu'après ingestion d'une quantité non-négligeable (mais malheureusement non-chiffrable) d'alcool et autre stupéfiants, on peut finir par apercevoir la Grande Horlogère. En effet, comme nous l'explique Harry Potter, le célèbre vorticien temporel encore en activité : l'alcool est un objet puissant de lutte contre l'ennui, apparu lors de la grande éclaboussure qui résulta de l'explosion d'une super vorticité critique dite d'ordre 4 lors de la quatorzième régénération de la fonction vitale de la Grande Horlogère (en gros, il faut bien qu'elle reprenne son souffle si elle veut insuffler quoi que ce soit !), qui permet de trouer les bas de contention de la Grande Horlogère (qui est une vieille dame plutôt pas mal foutue pour les critères de l'époque qui l'a vu naître) et d'apercevoir le fond de sa pensée. En effet, l'ennui, par sa fonction de contraction du temps et de stérilisation des instants (en ce sens qu'ils ne s'interconnectent plus : tout est chiant et chiant est tout) vise à nous faire regretter de le gâcher, ce qui est bien évidemment la plus mesquine fourberie de la Grande Horlogère.

Malheureusement, de telles expériences n'ont pu être reproduites en laboratoire, puisque ceux-ci ne sont pas soumis au temps qui coule (c'est un paradoxe que la commission des poids et mesure est en train de résoudre : on pense à un problème de plomberie dans l'écoulement du temps), et la Grande Horlogère est toujours une hypothèse pour beaucoup de vorticiens temporels.

Toutefois, les délires cosmiques et les dérèglements temporels dont est victime la Terre (qui, on ne le répétera pas assez, est coincée dans une bulle auto-contractée du temps, ce qui laisse croire à une forme purement coulante du temps à faible viscosité tempo-élastique pour les néophytes de la vorticité temporelle) tendent à prouver l'existence de la Grande Horlogère comme un être sensible et délicat, aimant respirer (pour insuffler donc) le doux parfum des instants fragiles et sagaces des couples qui s'embrassent le soir dans les bois mal-famés de l'ouest parisiens par exemple.


691px-Pi-CM.svg.png  Portail des Sciences sérieuses

Partage sur...
wikia