Geekémon

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher
Geek party.jpg

Attrapez-les tous !

Le Geekémon est un sport ressemblant légèrement à la chasse aux papillons, voire à la chasse tout court, dont l'objectif est la traque et la capture de geeks, en vue d'exhibitions, voire d'entraînement puis de combats. Sport millénaire, il est pratiqué dans une centaine de pays, et est fort apprécié des foules qui remplissent régulièrement les galeries de geeks capturés des grands dresseurs.

Parfois critiqués, souvent adulés, les championnats de combat de geeks attirent chaque année plusieurs millions de téléspectateurs, dont le prestigieux Geekémon du Monde, titre ultime du dresseur de geeks.


Histoire du Geekémon

Origines

On pense que la pratique du Geekémon remonte jusqu'à l'époque de Platon. Son maître, Socrate, aurait été capturé par des spartiates en mal d'amusement, qui le montraient à leurs potes pour les faire marrer. Platon rapporte d'ailleurs :

Je revois mon maître, ce grand penseur, Socrate, enfermé dans une cage, et ces monstres de muscles scintillants et de sueur moite, riant de son érudition. Ils le traitent de tous les noms, "pédéraste", "puceau", "boutonneux", "repoussoir à gonzesses"... Ces sots ! Je me gausse de leurs exactions.

Suite à cela, Platon se fera tirer le slip par les spartiates.

Socrate.jpg

Mais J'AI des amis ! Regardez ! En voilà un qui m'apporte un verre !

Situation de nos jours

Les geeks ne devinrent vraiment nombreux qu'avec l'avènement des jeux de rôles et de la littérature de SF, l'influence de la culture nippone, puis, et surtout, d'Internet. Les spécimens engendrés par cette technologie sont les plus intéressants et les plus prisés par les collectionneurs, fascinés par leur habilité à vivre sans aucun contact humain, coincés chez eux, comme des rats dans une cage (avec l'adsl).

La plus grande exposition ayant eu lieu fut celle de Munich en 1999. Plus de trois cent spécimens étaient présentés, dont un qui fit fureur, très rare, nommé le "Geekus Dupontus Maximus" (du nom de celui qui l'a découvert), qui semblait n'avoir absolument pas conscience des spectateurs qui l'observaient. Il jouait à World Of Warcraft continuellement, ne se nourrissant que des chips que l'on passait à sa portée, et s'était fabriqué un système de poulies pour ne se fatiguer aucun muscle en jouant : l'une soutenant son bras gauche, servant à appuyer sur les touches, trois autres pour les doigts qu'il utilisait pour cliquer, et enfin une pour lever sa jambe lorsqu'il avait besoin d'émettre une flatulence. En appuyant sur l'un des boutons à portée de sa main droite, cette dernière poulie s'actionnait et soulevait les cinquante kilos composant sa jambe.

Différentes espèces de geeks

Les dresseurs de geeks définissent leurs proies selon plusieurs catégories et sous-catégories :

Le genre Geekus "basique"

Star-wars-geek.jpg

Un tel amour est pourtant impossible.

  • Le Geekus Minor, ou Pseudo-geek est une sous-espèce pas tout à fait geek. Il utilise beaucoup l'ordinateur et internet, a un léger intérêt pour les mangas et les jeux de rôle, peut savoir coder, mais a encore trop de vie sociale pour intéresser les collectionneurs.
  • Le Geekus Vulgaris, ou Geek commun est l'espèce la plus répandue chez les initiés. Première marche de l'échelle, il a souscrit un abonnement à un MMORPG et passe son temps libre dessus, ou joue à Counter Strike plus de dix heures par semaine. Il n'a que de très rares interactions avec le sexe opposé, jamais concluantes d'une perspective sexuelle. Cette espèce inclue le Geek libraire(Geekus Pratchettus), fan de littérature SF ou fantastique, son proche cousin, le Geek Vador (Geekus Spokus), qui se croit dans Star Trek ou Star Wars, le Geek Nippon (Geekus Arigatus), obsédé par la culture japonaise, le Geek info (Geekus Billgatus), capable de manier divers systèmes informatiques et le Geek Rôliste (Geekus Donjonus) qui ne vit que de jeux de rôle.
  • Le Geekus Imperialis ou Geek Royal est la branche la plus évoluée de la taxonomie Geekus. Ce sont les plus résistants face à l'absence de vie sociale, et les plus investis dans leurs activités propres à leur genre. Ils descendent directement de la branche vulgaris, et ont les même sous-genres, mais leurs caractéristiques sont encore plus prononcées. Par exemple, le Geek Royal nippon (Geekus Imperialis Godzaimus) apprend le japonais, écoute de la j-pop, et collectionne les figurines de différents "animes". Le Geek Royal libraire (Geekus Imperialis C'thulhus), lui, peut réciter par cœur l'œuvre d'Isaac Asimov, et écrit mille pages par mois sur des thèmes correspondant à ses passions.


Les espèces rares

Sonic-he-she-cosplay.jpg

Un Nolife capturé dans son cosplay fait lui-même coûte beaucoup plus cher.

Étant donnée la nouveauté relative de la discipline du Geekémon, peu d'espèces rares ont encore été découvertes. Parmi celles aujourd'hui classées, l'on peut citer :

  • Le Nolife (Geekus Cadavrus Rex) est une race extrêmement évoluée de geeks. Les Nolife sont capables de vivre des semaines entières sans bouger une seule seconde. Le plus effrayant est qu'ils croient avoir de véritables interactions sociales par le biais des "avatars" rencontrés via internet, que cela soit sur des plateformes comme IRC ou par des MMORPG. Un spécimen a d'ailleurs été découvert une fois dans le noir complet, il semblait avoir vu le jour dans sa chambre et ne jamais l'avoir quittée ni s'être lavé. Personne n'a malheureusement pu l'étudier vivant, le choc de la rencontre avec un autre être humain lui ayant provoqué une crise cardiaque. Trop peu de ces spécimens furent d'ailleurs capturés pour que l'on se permette de les classer en sous-branches.
  • La Geekette (Geekus Uterus) est une anomalie du genre geek. Le fait que le geek soit incapable de se reproduire tend à pousser le genre Uterus vers la branche Homo sapiens, néanmoins son comportement et son mode de vie et de fonctionnement se rapproche à cent pour cent du geek commun. Une étude aurait prouvé que les membres féminin du genre Homo sapiens trop laids pour séduire ou ignorant comment prendre soin de soi-même finissent par tomber de ce côté-ci de l'arbre généalogique de l'évolution des mammifères. Information à prendre au conditionnel.

Nous espérons découvrir très bientôt nombre d'autres espèces et de sous-branches.


Le Geekémon

Le Geekémon est un art à part entière qui se construit au fil de plusieurs étapes : La traque, la capture, et, si son dresseur veut le faire combattre, l'entraînement.

La traque

La traque est la partie la plus intéressante et la plus longue du Geekémon. Le dresseur doit savoir repérer sa cible. Il dispose pour cela de deux terrains : le monde réel et Internet.

Dans le monde réel

Ubergeek.jpg

Et puis, honnêtement, qui voudrait croiser ça dans la rue ?

Dans la rue, il serait facile de repérer une proie intéressante pour sa collection. Mais les chances d'en trouver une dans un tel endroit sont quasiment nulles. Même chose pour les lieux communs : bars, boîtes de nuit, clubs de sport... Il convient alors de se rendre dans un endroit où le geek n'a pas choisi d'aller, où il est forcé d'aller.

Les transports en commun sont une bonne solution. Pour repérer le geek, il suffit de regarder celui qui a l'air le plus centré sur lui-même, dans le bus ou le métro. Un air renfrogné, les épaules rentrées, qui fuit les regards ? Des cheveux longs et gras, des lunettes et pas de muscles ? Des fringues moches et ringardes, avec un sac à dos ? Vous pouvez être sûr que c'est ce que vous cherchez.

Le cyber café : traquez le geek à sa source ! Là, vous n'avez qu'à piocher parmi ceux qui semblent être là depuis le plus longtemps. Vous pouvez même soudoyer le tenancier pour vous renseigner davantage sur les personnes présentes.

L'université : risqué. On pourrait vous prendre pour un pédophile, ou autre. Le meilleur moyen est d'obtenir un poste de professeur dans une fac d'informatique, de façon à avoir une source disponible et inépuisable.

Sur Internet

Le geek est méfiant, surtout s'il se sait traqué. Cependant, vous pouvez toujours tenter d'en trouver sur les chans IRC, mais la procédure est longue et pointilleuse. N'espérez pas trouver un spécimen puis remonter à la source en traquant son adresse IP : la plupart des véritables geekus utilisent des moyens de filtrage et de détournement d'adresses. Le mieux est de vous lier d'amitié avec eux.

Rejoignez des forums consacrés à leurs passions, et inventez-vous une personnalité. Faites en sorte d'écrire avec une orthographe impeccable, renseignez-vous un maximum sur le sujet, et insultez subtilement les personnes appartenant au genre homo sapiens, afin de vous attirer un maximum de sympathie auprès de vos collègues. Votre but est d'obtenir l'adresse MSN de l'un d'eux.

À partir de là, il va falloir jouer finement et très vite. Ne perdez pas un instant de vue votre objectif, restez totalement concentré. Voici l'exemple d'une conversation qui a mal tourné (le dresseur s'appelle DarthTyranus et la proie s'appelle Thanaedril) :

DarthTyranus dit:
Tu sais, je pense que question jeux de rôles, les jeux vidéos n'ont jamais réussi à faire aussi bien.
Thanaedril dit:
Entièrement d'accord. Aucun rapport avec la sensation du dé qu'on tient dans la main.
DarthTyranus dit:
Même sur le concept, il y en a peu qui sont vraiment intéressants.
Thanaedril dit:
Certes, si on exclut les The Elder Scrolls.
DarthTyranus dit:
J'avoue. Les Baldur's Gate, aussi.
Thanaedril dit:
Tout à fait.
DarthTyranus dit:
Et bien sûr les Final Fantasy
Thanaedril dit:
Pardon ?
Darthtyranus dit:
Ah oui c'est vrai pardon, c'est pas un vrai jeu de rôle.
Thanaedril dit:
MERDE ! UN DRESSEUR ! J'AI ÉTÉ REPÉRÉ ! AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !
DarthTyranus dit:
Damnaide ! Raté !

Erreur grossière. Le but est que la cible vous révèle petit à petit des informations personnelles (le prénom et la ville sont souvent suffisants, il ne manque plus après qu'à se rendre sur place pour se renseigner auprès des Games Workshop ou des vendeurs de jeux vidéo).

La capture

Étape très délicate. Il faut auparavant disposer de l'adresse précise du Geek, ou réussir à le coincer dans un cul-de-sac pour qu'il ne puisse s'échapper en voyant votre filet. Si, à un moment ou à un autre, le geek s'est rendu compte qu'il est suivi, il n'hésitera pas à se défendre. Il est alors impératif de l'abattre. Bien que la SPG se plaigne du meurtre et de l'empaillement des geeks, il est parfois difficile d'éviter cette solution, à moins d'être muni de fléchettes hypodermiques.

Au domicile de la proie : Lorsque vous êtes arrivé au domicile du geek, mettez vos lunettes de vision thermique pour repérer tout autre être vivant peuplant la demeure. Évitez les parents s'il y en a, et s'il y a un chat, brisez-lui la nuque pendant qu'il dort. Approchez lentement de la chambre (que vous trouverez en vous guidant grâce aux bruits de mitraillette, de j-pop, ou simplement de ronflement d'ordinateur). Il est impératif de rester dans le noir sans faire de bruit. Une fois à portée de votre objectif, étranglez-le afin qu'il s'évanouisse, ou endormez-le avec du chloroforme. Vous pouvez le mettre ensuite dans votre sac et vous enfuir. Si le geek est émotif, vous pouvez sauter devant lui en allumant la lumière et en hurlant pour qu'il fasse une crise d'angoisse et perde ses facultés, ou mieux, s'évanouisse.

Geek1.JPG

BOUH !

Dans quelqu'autre lieu : Coincer le geek aux toilettes est très efficace. Il n'aura pas d'échappatoire, ni d'arme, et vous pourrez l'assommer avec votre matraque en aluminium. N'hésitez pas à en rajouter s'il reste debout.

L'entraînement

Les combats de geeks se déroulent en trois rounds. Les deux geeks se mettent des claques, ou se frappent comme il le peuvent, et celui qui fait le plus rire les personnes assistant au combat de par le grotesque de son combat fait gagner son dresseur.

L'important pour avoir un geek très rigolo est de l'engraisser comme pas possible. Évitez toute nourriture saine : une crise cardiaque en plein combat fait éclater de rire une assemblée de mille personnes. Le bruit que font les claques est aussi très important : elles doivent faire ressentir le choc de la graisse (ou des os s'il s'agit de geeks rachitiques) et émettre un bruit hilarant. Durant l'entraînement, n'oubliez pas de le nourrir de sa dose d'ordinateur ou autres. Un geek trop longtemps privé de ses passions peut se prendre au jeu du "sport" et changer du tout au tout. Vous ne voudriez pas perdre votre champion, tout de même ?

Carte Kevin.jpg

Kevin, Le pire ennemi du Geek lors des combats de cartes Geekémon

Foire aux geeks de Paris du 27 juin 2009

La foire aux Geeks du 27 juin fut un véritable succès. Les plus grands dresseurs du monde entier ont amené leurs pièces maîtresses afin que tout le monde se rende compte de la beauté de cet art. Voici un extrait de la visite guidée de l'organisateur, M. Jacques-Jean de Mormwalneux.


«Venez, venez, par ici. Vous pouvez admirer dans cette cage en verre un véritable Nolife à poil ras, jouant à Warhammer Online. Il est dans une cage en verre pour que l'odeur n'incommode pas les visiteurs du salon. Il a été capturé en Corée du Sud, et les traces laissées par son fessier sur son siège laissent suggérer qu'il y était depuis environ deux mois. Un spécimen extrêmement rare et précieux. Chut ! Ne faites pas de bruits, il pourrait se rendre compte de notre présence !

Ah, voilà l'une des attractions phares de ce rendez-vous. Michel-Marie a été trouvé dans le sud de la France. Il a étonné tous les scientifiques avec sa capacité à faire fuir les femmes du regard. Même si n'importe qui serait répugné en voyant ce tas mêlé de cheveux sales et de graisse, un tel pouvoir de répulsion, transmettant en un instant toute la misère humaine du personnage, c'est totalement inédit, du moins des observations que nous avons tirées.

Nous voilà au salon des peaux. Profitez-en, avec les actions de la SPG, c'est la dernière année que nous faisons ça. Donc, voici de belles peaux grasses et suintantes de geeks, pouvant servir de décoration, voire de doublure de couette pour tenir chaud l'hiver. N'oubliez pas de les frictionner avec de l'huile de pizza pour qu'elles gardent leur teneur en geeko-éléments.

Vous entendez ces rires ? C'est que nous approchons des rings de combat ! Venez, venez jeter un œil au spectacle de ces mastodontes, joutant pour la suprématie, la survie, l'apothéose de ce que l'on appelle le

Geekémon.jpg


Bienvenu dans le parc Safari
Pikapika.jpg
Pikapika2.jpg

Article principal : Pokémon (Version : CommunisteGeek)
Le pokédex : SalamècheTortankChrysacierPichuPikachu (Version : Agent secret) • PikasietRondoudouTaupiqueurChétiflorÉtoile argent.pngCanartichoÉtoile argent.pngGrotadmorvOnixOnix d'uranium enrichi‎KrabbyVoltorbeSmogoInsécateurMagicarpeÉtoile argent.pngRonflexÉtoile argent.pngMewtwoMewZarbiGardevoirDeoxysSimiabrazKeunotorLaporeilleSpiritombDarkraiÉtoile or.pngArceusMoustillonEmolgaPsystigriXerneas
Les dresseurs : Sacha KetchumOndinePierreSerenaTeam RocketAdolf HitlerFrançois HollandeInfirmière Joëlle
Divers : Ondine à PoilPokefritesRoute 1 dans Pokémon (Kanto)Gastronomie dans PokémonPokémon pétrole noir et dollar vertPokémon Or HeartGold et Argent SoulSilver
Merci de n'utiliser que les Safari Ball ! Modèle connexe : Nintendo


01.png  Portail de l'Informatique  •  Pikaicone.png  Portail Paukaimon

Qu'avez-vous pensé de Geekémon ?
 
360
 
609
 
32
 
20
 
22
 
42
 
35
 

Ce sondage a été créé le février 9, 2009 21:32 et 1120 personnes ont déjà voté.


Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
Partage sur...
wikia