Front National

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

Le Front National, dit également Flan National, est une association française de gastronomes créée en 1973, et devenue un parti politique destiné à défendre la cuisine traditionnelle française, menacée par le développement des fast-foods et des restaurants de couscous. Son président à vie et au-delà, grand gourou et mamamouchi universel est Jean-Marie Le Pen (dit Marine Le Pen depuis son changement de sexe).

Le sympathisant moyen est jeune, sans diplôme, et a le QI d'une betterave. Il saura cependant vous étonner par sa capacité à argumenter du fait que le salut nazi est un acte de compassion envers la "bougnoulade youpiniste", ou encore que les chambres à gaz sont le fruit d'un complot des franc-maçons noyautant la CIA pour discréditer Hitler (qui n'avait pas que de mauvaises idées), autour d'un bon Ricard, chez Dédé. Mon caniche en est jaloux, lui à qui je n'ai enseigné qu'à faire le beau.

Historique du Front National

  • 1972 : fondation du Flan National par Jean-Marie Le Pen, boulanger-pâtissier de La-Trinité-Sur-Mer et président du Syndicat d'initiative des confiseurs bretons. Le FN a pour ambition de défendre la pâtisserie française face au développement des boulangeries arabes et leurs cochonneries de cornes de gazelle dégoulinantes de sucre. Slogan du FN : "Qu'un sucre impur abreuve nos sillons !"
  • 1973 : suite à une scission entre les tenants du flan pâtissier traditionnel et les sectateurs du pudding à l'anglaise, le FN est profondément divisé.
  • 1977 : grâce à l'entrée en son sein des défenseurs du coq au vin, des cochonnailles et du bœuf bourguignon, le FN - rebaptisé "Front National des gastronomes" aspire désormais à défendre la gastronomie française dans son ensemble. Nouveau slogan : "Vive la bonne bouffe à nouz'aut, dehors le couscous !"
  • 1978 : François Duprat, vice-président de l'Association nationale des fils et filles de criminels de guerre, surnommé "Aïe Hitler" par ses amis, devient le chef du mouvement de jeunesse du FN, et lui apporte ce que les esprits grincheux considèrent comme des références et des habitudes moyennement démocratiques. Mais, quelques mois plus tard, il meurt d'une crise de foie massive au cours du dîner hebdomadaire des dirigeants du FN au restaurant "La Tripaille de Gargantua", entre le septième plat de résistance, la troisième bouteille de Bourgogne, et le deuxième digestif. Jean-Marie Le Pen dénonce ce "lâche attentat commis par un cuisinier même pas français, qui a réussi à se faire admettre parmi le personnel de notre restaurant favori, afin d'empoisonner la bouffe !"
  • 1984 : revenant à ses revendications initiales de défense de la boulangerie-pâtisserie française, Jean-Marie Le Pen développe son argumentaire : les étrangers sont méchants, et viennent voler le pain des français. C'est la raison pour laquelle le FN propose la mise en place d'une dizaine de piège à loup dans chaque boulangerie française. Le FN développe également son discours économique, via une théorie selon laquelle les 5 % d'étrangers en France, dont enfants, sont responsables des 10 % du chômages en France à cause de leur double-nationalité. Grâce à ces analyses réalistes et modérées, et malgré l'excellence de la politique économique de François Mitterrand, le FN arrive enfin au succès électoral. Jean-Marie Le Pen est élu député européen, assurant que son programme sera appliqué intégralement s'il arrive au gouvernement : "Vous verrez que ce sera pas du travail d'arabes !" déclare le président du FN.
  • 1986 : développement du programme du FN. Concernant la politique sanitaire de la France, une attention toute particulière est apportée aux non-blancs : Les non blancs sont effectivement noirs ou verts, et l'alcool au volant tuant chaque années des milliers de bons français, on ne saurait tolérer des non-blancs. Et ceux qui ne sont pas noirs sont jaunes ou bleus, et devront donc soigner leur jaunisse avant d'entrer sur le territoire. L'avortement sera à nouveau interdit, afin de redonner du travail aux avorteurs illicites et aux fabricants d'aiguilles à tricoter, dignes représentants de l'artisanat traditionnel français. Jean-Claude Martinez, professeur d'escronomie rattaché à l'hôpital Sainte-Anne, développe le discours fiscal du FN  : il faut supprimer les impôts, qui font partie du complot gauchiste pour donner de l'argent aux pauvres, ce qui est anti-français. Salauds de pauvres.
  • 1998 : nouvelle scission du FN, provoquée par Bruno Mégret, semi-bougnoule franco-grec bizarrement bronzé et marié à une juive, dont on se demande par quelle gentillesse on a pu se laisser aller à lui permettre d'adhérer au parti. Enculé, va.
  • 2007 : ramené à 10% des suffrages à l'élection présidentielle, Jean-Marie Le Pen porte plainte contre Nicolas Sarkozy pour "vol d'électeurs". Sa plainte semble avoir été classée sans suite sur insistance du nouveau Président de la République. M. Le Pen annonce son intention de porter l'affaire devant la Cour Européenne des Droits de l'Homme.
  • 2011 : décidé à prendre toutes les positions pour séduire de nouveaux électeurs, Jean-Marie Le Pen passe sur le billard et devient Marine Le Pen, bombe sexuelle juvénile conjuguant énergie, nationalisme et sex-appeal. Un grand succès pour la chirurgie patriotique !
  • 2012: Malgré le complot Judéo-arabo-islamo-communo-maçonnique visant à ce qu'elle n'ait pas ses 500 signatures, Marine Le Pen parvient à 17,9% des voix et dans la même année enregistre l'adhésion du boulanger-pâtissier Jean-François Copé, mécontent que des jeunes de la mouvance Judéo-arabo-islamo-communo-maçonnique lui volent ses pains au chocolat.

Le complot contre le Front National



Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
Partage sur...
Autres langues
wikia