Forum:VBO/Contrat de travail

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher
Grade : BO

Le nominé | Retaper dessus

Votes Best Of

Pour

  1. Je ne sais pas par où commencer. Je dis : attention chef d'œuvre. XySmith, dont je soupçonnais certes le potentiel mais sans doute pas aussi rapidement et pas à ce point livre ici une production que je n'ai pas peur de qualifier de parfaite. Tout en établissant et en développant un manifeste social de première bourre et remplis d'arguments intéressants et qui font réfléchir, il parvient à conserver un ton empreint de joyeux cynisme qui fait mouche à tous les coups. Dès la première phrase on est happé et on ne lâche plus la démonstration qui tient la route de bout en bout. Et que dire du style d'écriture ? Il correspond parfaitement à mes goûts. Châtié, un peu recherché mais pas trop, avec quelques phrases qu'il faut lire deux fois pour en apprécier le sel et des formules pas du tout à l'emporte-pièce. Merci à XySmith de nous avoir livré cet article et merci à Tolosa de lui avoir imposé ce sujet. Quant à toi, Syndicamembert, si tu pouvais par chance lire ce texte et comparer sa richesse intellectuelle et humoristique à la vacuité de tes propos qui traitent pourtant de sujets parallèles, ça te rendrait sûrement un grand service, et à nous aussi d'ailleurs. Sancto BO Subito ! WiiKend - Ceci était une signature avril 7, 2010 à 20:02 (UTC)
  2. Marie Irène bourrée aurait posé le panneau {{Assommant}} sur cet article. Moi, j'aime. --Psychoparten,  Combattant sanguinaire, mais humaniste avril 7, 2010 à 21:10 (UTC)
  3. Amen ...Haïdi Lomkipenzeu avril 7, 2010 à 22:18 (UTC)
  4. Tout a été dit, donc je me contenterai de dire oui Syl£¥$ avril 8, 2010 à 06:28 (UTC)
  5. (Psychoparten me connaît super bien. Depuis combien de temps ne nous a-t-il pas régalé d'un article au fait ? Six mois ? Un an ? Heureusement qu'il lui reste le VBO pour faire de l'humour sur notre site à vocation communautaire !) Très bon article, l'auteur ne semble pas être un nouveau sur le site, ça pourrait venir d'un ancien avec un faux-compte tellement c'est bien fichu. --Marie Irène - Une question ? avril 8, 2010 à 13:08 (UTC)
  6. C'est très bon, mais pas parfait non plus. Le cynisme fait la différence mais attention à ne pas trop se répéter. FdshasoCoin ! avril 11, 2010 à 08:17 (UTC)
  7. Bon cet article est génial. L'épisode de l'expérience sur les rats est exceptionnel. C'est un truc que j'aimerais bien savoir faire ça, dire des conneries avec une vraie réflexion derrière. Enfin bref bravo vieux ! ChevalierJedite avril 11, 2010 à 10:24 (UTC)
  8. J'aime beaucoup, Ail l'ail kit, ich kiffe sehr, C dla balle GG l'oteur ;) - ¶.Pa0|i You tokin tou mi ? avril 15, 2010 à 07:50 (UTC)

Contre

  1. Je me suis un peu fait chier... Sorte de texte aux mots bien tournés et aux petites blagues et images (pas au sens physique du terme), qui finalement ne semble être qu'une sorte d'analyse critique légère à l'humour tout aussi léger, complétée par quelques jeux de mots et vannes ajoutées là d'une belle manière... en tout cas jusqu'au moment du rat musqué, où j'ai enfin trouvé une comparaison et un concept intéressant, mais finalement avec un peu de déception, ça manque franchement de profondeur dans le délire pour moi. Quand je lis un article de la Dé, je le lis dans un contexte encyclopédique et donc si l'article ne pose pas la connerie par elle-même, j'ai du mal à vraiment la voir et à en rire. Pour moi cet article reste quelque-chose de trop classique, mais qui s'améliore (d'accord) à partir du passage sur le rat musqué. Bon... _ le tresillustre YOSH卐ILL ! -- que la paie soi sur vous mais amiz avril 8, 2010 à 10:08 (UTC)
    ça, c'est la consécration ultime mon cher XySmith ! WiiKend - Ceci était une signature avril 8, 2010 à 10:33 (UTC)
    Je sais pas trop ce que t'as voulu dire... Est-ce que je suis un espèce de connard qui donne une valeur positive à un texte quand il dit ne pas l'aimer, ou est-ce que tu veux dire que je m'investit énormément dans ma critique et que donc ce texte me fait de l'effet ? Est-ce que tu préfères les sardines ou bien le jambon ? De toute façon ce texte ira au Best-Of vite-fait car il remplit très bien sa place d'article ressemblant à un article du Best-Of donc je ne vote que pour faire chier. _ le tresillustre YOSH卐ILL ! -- que la paie soi sur vous mais amiz avril 8, 2010 à 10:55 (UTC)
    Oui je vois ce que tu veux dire Yosh et ne t'inquiète pas, je ne peux pas prendre mal une critique constructive ! D'autant que comme tu le sais je débute ici et je capte l'esprit peu à peu. Après, tout le monde n'a pas le même sens de l'humour ici non plus, il faut de tout je crois. Par exemple, je suis incapable d'écrire avec trop de vulgarité (même si des fois ça passe quand même les mailles de ma morale judéo-chrétienne) et j'aime beaucoup certains articles qui en sont plein. Même si je t'avoue, je suis plutôt dans le délire de Bathing ape : un essai d'analyse ou ce genre de texte ! En tout cas sois sûr que je penserai aussi à toi la prochaine fois. Respect et robustesse, χλςmith ΤrismégistΞ Pendu or.png avril 8, 2010 à 11:14 (UTC)
    Ah oui, pour un début c'est assez excellent de faire un article qui parait parfait aux yeux de WiiKend, ce que tu as fait représente forcément quelque-chose de très bon (mais pas pour moi), mon avis reste un avis bien sur. _ le tresillustre YOSH卐ILL ! -- que la paie soi sur vous mais amiz avril 8, 2010 à 12:54 (UTC)

Blanc + commentaires


Critiques constructives

Chapô

ContratBang.jpg
Tantôt perçu comme la chaîne de l'esclavagisme moderne, tantôt réclamé par les oubliés du droit du travail dans des pays avec généralement des chinois dedans, le fameux Contrat de travail a endormi et continue aujourd'hui de bercer les générations.



On entend son nom tous les jours, sous-jacent dans les notions abstruses de CDI, de CDD ou d'intérim, qui réveillent notre animosité et font tomber nos pantalons... Soulever un coin confucéen du voile sur ce phénomène paradoxal inexplicable, c'est investir la chaste place de la servilité dans le dévouement, de l'amour continental dans la séquestration. Mais alors, qu'en est-il de ce Graal moderne du prolétariat, décliné sous toutes les formes ? Quid de ce lien étrange unissant le boss et l'employé, que pourtant tout oppose ? D'aucuns diront que c'est une quenelle grande comme ça dans le fondement du système capitaliste. Ceux-ci n'auront pas tout à fait raison...

L'origine des temps sociaux reste inconnue. On peut supposer qu'un jour Jean-Pierre, le premier homme, rencontra Michel, le deuxième homme, et que par un 'bonjour monsieur' historique naquit la première communauté.

Mais quand Jean-Pierre et Michel se reproduisirent (ça ne colle pas tout à fait, mais il faut imaginer avec les moyens de l'époque...), il fallut commencer par choisir un chef de troupeau, et décider de ses attributions. Bien des guerres et des hauts faits historiques suscités par des prouesses de l'intelligence guerrière de mâles d'1m62 en érection ne permirent pas de départager les clans que la peuplade cunicole des hommes avait formés.

La nébuleuse disparate qu'était le saint empire de Michel et Jean-Pierre subit alors le Big Bang social tant attendu, le Jésus de c'est-naze-arrête, un ébranlement historique de l'égalité dans la bêtise. Comme chacun le sait, c'est de la fusion éminente du Jean-Jacques et du Rousseau qu'émergea un concept aujourd'hui presque bi-centenaire et demi : le Contrat Social. Ancré fermement dans les mémoires tels les premiers pas de Napoléon sur la Lune ou la couleur du cheval blanc d'Henri IV, cette évidence est constitutive en grande partie de notre passivité à l'égard d'un pouvoir qui protège notre liberté en échange de sa souveraineté.

L'idée a reçu tout le soutien franc et maçon de la nouvelle administration de l'époque. Et soyons heureux car aujourd'hui, de par cette théorie, nous sommes gouvernés par des gens biens et pas corrompus qui ne pensent qu'au peuple.

Partage sur...
wikia