FANDOM


Ici se trouve la salle de rédaction du bdo de juin mai 2016. Comme vous pouvez le constater, le débdo est toujours bloqué dans l'ancienne temporalité.

Prière de placer vos textes en sous-partie de la partie News

Numéro 139 : 05/07/2016Modifier

RemarquesModifier

Le premier débdo de l'ère post-débdo 131 : il faudra y prendre en compte. KaggTéléphone juillet 1, 2016 à 13:39 (UTC)

En ce qui me concerne, je serai probablement indisponible pour cause de célébration de mon sixième anniversaire
J'ai déjà fait un peu, pas le temps d'en faire plus, mais je crois qu'on a un début solide. PdLCPdLC Pruster II : La Réponse juillet 5, 2016 à 15:49

NewsModifier

PsychopartenModifier

Les livres de ma reineModifier

  • Enfin les grandes vacances : Bonne nouvelle pour l'agaceur des profs ! On verra des garçons en maillot rallongés sur le sable, mettant en valeur le roux de leurs traits. Mais on peut leur préférer verdure et piverts, quitte à éviter les champs pleins de mâche.
Solution


Après l'Écosse, l'Irlande du Nord et Londres, d'autres composantes du Royaume-Uni considèrent une possible sécessionModifier

Gueule de bois depuis dix jours chez les Taylor. Ce couple de paisibles retraités vit très mal le Brexit, et d'autant plus au vu des arguments xénophobes utilisés par les acolytes de Nigel Farage. « Ces gens-là parlent de renvoyer chez eux les étrangers, eh bien nous, nous tenons à garder près de nous nos voisins belges et néerlandais ! », nous déclarent-ils depuis leur maison de campagne au fond de la Dordogne.

Même son de cloche chez les Griffey, dans la campagne charentaise. « Alors, comme ça, ils veulent nous éloigner de nos voisins européens et empêcher nos plombiers français de venir de la Vienne ? Eh bien, dans ce cas, je propose un referendum pour que la Charente rejoigne la France ! »

L'ambiance est bien à la grogne dans toutes les campagnes occupées par les rentiers et séniors de Grande-Bretagne. On aurait même vu le drapeau bleu-blanc-rouge (le français, pas le britannique) flotter devant la mairie de Guéret. Affaire à suivre, donc...

Cent ans du Canard Enchaîné : une interview (presque) imaginaire du couple MaréchalModifier

Jeanne, sous son chapeau cloche, et Maurice, loufoque avec son nœud papillon, détonnent entre les ordinateurs et la télévision allumée en permanence sur BFM TV. Pourtant, les fondateurs du Canard sont à leur aise dès qu'il s'agit d'évoquer le journal qu'ils ont créé et qui fête son siècle d'existence ce mardi :

DÉsencyclopédie : Maréchal, vous voilà. Êtes-vous surpris que votre caneton ait survécu et prospéré aussi longtemps ?
Maurice Maréchal : Pour être franc, oui. En 1916, il moquait la bêtise et l'hypocrisie des officiers militaires. La paix revenue, nous craignions pour le devenir de notre palmipède. Heureusement, les hommes politiques ont pensé à nous.
DÉsencyclopédie : Jeanne, il se dit que l'une des plus anciennes rubriques, Sur l'Album de la Comtesse, offensait votre pudeur naturelle. Vous confirmez ?
Jeanne Maréchal : Vous vous gourez, jeune fouine !
DÉsencyclopédie : En 1940, vous cessiez volontairement de paraître. Par dignité ?
Maurice Maréchal : Oui, on peut dire que l'Occupation a été pour nous un point d'orgue... de Barbarie
DÉsencyclopédie : Tout de même, il y a une face sombre dans le rôle de révélateur de scandales qui est le vôtre. Par exemple, si Robert Boulin s'est véritablement suicidé, c'est un peu votre faute. Vous ne pouviez pas vérifier qu'il n'était pas dépressif ?
Jeanne Maréchal : Que voulez-vous ? On ne peut pas être au four et au Boulin.
DÉsencyclopédie : Votre canard a contribué à forger l'image des hommes politiques, au point d'attacher des surnoms à leur personne : "l'Ex" pour Giscard, "Sa Suffisance" pour Balladur, aujourd'hui "Pépère" pour Hollande...
Maurice Maréchal : J'aime particulièrement "L'agité du Bocage" pour Philippe de Villiers.
DÉsencyclopédie : Mais, si le Front National passe en 2017, comment allez-vous faire ? Ils sont plus droits, plus honnêtes...
Jeanne Maréchal : Vous êtes diablement drôle ! Si un poste se libérait, promis, je soufflerais votre nom à nos successeurs.
DÉsencyclopédie : Justement, en matière de places malencontreusement libérées, je présume que la mort de Cabu vous a atterrés ?
Maurice Maréchal : Au contraire, son assassinat confirme le credo qui est au cœur du Canard Enchaîné : la connerie n'a pas de couleur ! Beaufs de tous les pays, unissez-vous !
DÉsencyclopédie : Avec vous des souhaits à formuler pour votre hebdomadaire lors du siècle à venir ?
Jeanne Maréchal : Même si la foule est aujourd'hui volatile, surtout, qu'il ne cane pas !

Numéro 140 : 12/07/2016Modifier

RemarquesModifier

Je serai sûrement là. --Psychoparten,  Combattant sanguinaire, mais humaniste juillet 10, 2016 à 08:47 (UTC)

Et vos brèves seront sûrement bienvenues. --Psychoparten,  Combattant sanguinaire, mais humaniste juillet 10, 2016 à 19:52 (UTC)
Un billet pour remplir la dernière colonne, quelqu'un ?

NewsModifier

PsychopartenModifier

Les livres de ma reineModifier

  • Euro : défaite des Bleus ! : Tage épanoui, mais douleur horrible pour les Français : quel malheur, l'échec ! Les gars du Porto nous ont sonnés, et leur public avait de jolis chants au bout du match. Dans les médias, Bleus, qu'on aime, et usage des coudes de Boateng font gémir des experts bien payés.
Solution


Ukraine : entre inquiétudes et fragiles espoirs, reportage de notre envoyé spécialModifier

Après la crise qui a secoué le pays, l'Ukraine vit depuis bientôt dix-huit mois dans un cessez-le-feu trompeur entre sécessionnistes et nationalistes. Nous retrouvons Corentin Dariot, notre envoyé spécial, à Tchernivtsi.

La rédaction : Corentin, vous vous trouvez à Tchernivtsi, au bord du Prout, c'est cela ?
Corentin Dariot : Tout à fait. À vrai dire, ici, dans le sud-ouest du pays, la situation a toujours été calme. Le conflit armé s'est cantonné à l'est de l'Ukraine.
La rédaction : Vous nous dites que les belligérants se tiennent aussi loin que possible du Prout ?
Corentin Dariot : Exactement. C'est dans le Donbass que s'est cristallisée la tension entre russophones et nationalistes.
La rédaction : Excusez-moi, Corentin, vous vous trouvez à quelle distance de la mer ?
Corentin Dariot : Je l'ignore absolument... Peut-être cinq cents kilomètres...
La rédaction : Vous êtes en train de nous dire que *rires* le Prout a encore une longue distance à parcourir ?
Corentin Dariot : Certes... Je propose que nous revenions aux questions de politique ukrainienne.
La rédaction : Si votre lieu de résidence n'a pas connu d'accrochages militaires, il est un foyer important de l'extrême-droite ukrainienne.
Corentin Dariot : En effet. De nombreux jeunes de l'ouest ukrainien se sont engagés dans les bataillons ultranationalistes, persuadés de la nécessité de mettre au pas l'agitation sécessionniste.
La rédaction : Pourtant, vous n'avez pas entendu de discours sur *rires* le bruit et les odeurs du Prout ?
Corentin Dariot : Mes parents avaient raison. J'aurais dû faire une école de commerce et pas de journalisme.
La rédaction : Roh, ça va ! Restez beau joueur !

La semaine prochaine, nous retrouverons Solène Arroyo qui nous parlera du trafic internationale de cocaïne sur les bords du lac Titicaca.

Numéro 141 : 19/07/2016Modifier

RemarquesModifier

NewsModifier

PsychopartenModifier

Les livres de ma reineModifier

  • Tour de France, Ventoux chaotique : Froome épique use des tennis et frôle à terre ces foules bien bêtes : sur ce sommet, conique, Froome tenace ! Devant lui, les deux-roues stoppent, donnant le ton : il y a de quoi déverser nos bouches sur cette course !
Solution


Avis aux jeunes (et moins jeunes) qui se cherchent !Modifier

Vous êtes sensible, généreux et extraverti ? Vous aimez le contact ? Vous avez un goût prononcé pour les activités artistiques, et en particulier pour la musique ? Vous souhaitez perfectionner votre anglais ?

Alors, vous aussi, quand vous avez "Oops!... I did it again" coincé dans la tête, même, et surtout, si vous êtes au milieu de la foule, chantez la chanson à haute voix !


Perplexe1


OOPS I DID IT AGAIN!


Perplexe2


I PLAYED WITH YOUR HEART!


Perplexe3


GOT LOST IN THE GAME OH BABY BABY !


Perplexe4


OOPS YOU THINK I'M IN LOVE THAT I'M SENT FROM ABOVE !


Perplexe5


I'M NOT THAT INNOCENT !

Attentat de Nice : quelques heures avant, un complice potentiel aperçu en train de fuir les forces de l'ordreModifier

Froomeàpied

Cet homme, porteur de signes ostentatoires, venait d'abandonner son véhicule devenu inutilisable. Plusieurs motards de la gendarmerie étaient lancés à sa poursuite.

Ha ha ! Bien vu. MF Je suis un pauvre Chinois et je n'aime pas mon gouvernement corrompu juillet 15, 2016 à 13:37

Don Gaspacho Modifier

Petites annonces Modifier

  • Premier ministe turc cherche nouvelle armée. Défavorables au régime s'abstenir.
  • Cycliste cherche produit dopant. Aisément repérables s'abstenir.
  • Émission télévisée culturelle cherche nouveau camion et nouveau chauffeur. Terroristes potentiels s'abstenir.

Bazoumboy Deluxe Modifier

C'est con, je ne vais pas avoir le temps de faire une désinfo complète donc :

Daesh décide de faire dorénavant payer sa franchise Modifier

La nouvelle marque de télé-attentat explique qu'elle doit faire face à un manque à gagner à cause de la baisse des prix du pétrole.

Il est fini le temps où un loser pouvait se revendiquer de Daesh et transformer gratuitement un acte lâche, bête et méchant menant normalement très directement en Enfer en un coup d'éclat héroïque récompensé par mille vierges. Désormais, il faudra payer (à l'avance) un droit sur l'utilisation de la marque Daesh Enculated si on veut sauver ses fesses du méchoui qui l'attend.

Du côté des petites frappes bas du front, c'est la stupeur. Mouloud Menthol, nous confie être consterné : "Wesh gros, zyva, wesh, allah akbar j'veux dire, c'est pas juste, nardinoumouk, paix sur toi mon frère, enculé. Ouais, chuis très concerné. J'ai plus un rond vu que j'avais déjà juste de quoi louer un velib pour tenter d'écraser un pigeon infidèle. Alors déjà qu'ils sponsorisent plus, mais là, si je dois en plus des ronds, je préfère changer de religion. J'ai le droit ?"

Le directeur de communication de Daesh dit qu'il comprend bien la déception de certains candidats mais qu'il faut prendre en compte les énormes investissements que représente le matériel de guerre. De plus, l'aura de terreur qu'a su créer la marque lui donne une valeur incontestable, à mille lieues de cet has-been d'Al-Qaeda.

À la sortie d'un consistoire d'intégristes modérés, la condamnation est unanime. L'assassinat aléatoire de chiens d'infidèles est un acte qui doit rester gratuit afin de rester accessible à tout un chacun, d'autant plus que les volontaires n'ont bien souvent rien à perdre et donc rien d'autre à donner que leur vie misérable. La réplique de Daesh Enculated ne s'est pas faite attendre. Lors d'un entretien vif et musclés, le représentant du néo-islamo-capitalisme naissant aurait déclaré : "Il faut être pragmatique. À cent morts tous les huit mois, on ne va pas pouvoir éradiquer la société française avant un demi-million d'années. D'ici là, elle aura déjà disparu toute seule et nous aurons eu le temps de changer trois fois de religion puis de devenir athée. Il faut anticiper. Nous croyons finalement que le capitalisme est l'aboutissement de toute civilisation, il est donc temps de s'y mettre sérieusement. Avec tout l'argent qu'on va ramasser, on va se faire un tas de putes, plus de mille peut-être. Donc tu compares aux mille vierges promises et le choix est vite fait. Parce que les mille vierges, ça m'étonnerait qu'elles soient bonnes au pieu. En plus, c'est pas clair que ce ne soit pas des laiderons vu qu'elles sont peut-être vierges car elles n'ont pas trouvé preneur, même avec un niqab pour tout dissimuler. Moi, Allah, je suis pour, je respecte, tout ça mais un dollar est un dollar, c'est concret. Donc, on maintient la franchise. Business is business."

Numéro 142 : 26/07/2016Modifier

RemarquesModifier

Pas forcément là. Je donnerai éventuellement un coup de main lundi. --Psychoparten,  Combattant sanguinaire, mais humaniste juillet 23, 2016 à 19:19 (UTC)

NewsModifier

PsychopartenModifier

Les livres de ma reineModifier

  • Victoire de Froome au Tour de France : Criant bras levé, grimpant aux cieux, Froome, bichon maître en matière de côtes, pas dopé, se aura pris plus de quatre minutes. Sans déconnade, Bardet, second, aura exalté notre nation même sans avoir conquis les pois.
Solution