FANDOM


Rappel : (Anciennement) nouveau projet sur le portail sinformation : le bdo. Le nom en jette, mais pas seulement. Y'a un concept aussi.

Un constat : Il est facile de se prendre pour un humoriste et/ou un journaliste sur Internet.

Les règles : ...J'ai honte de ma blague du mois précédent

L'idée n'est pas de viser la quantité et de faire dans la top qualité, genre poules de luxe (je mettrai les liens vers les désinfos de la semaine concernée). Donc grosse poilade en quelques lignes, comme dans 20 minutes. Et que ça ne vous (nous) empêche pas d'écrire des vraies désinfos si vous avez l'inspiration alcocaïnée pour.

Prière de placer vos textes en sous-partie de la partie News.

Nuvola apps important Faites attention !
Pour les éditeurs : Une version poche et une version grand format, c'est le bon plan pour vos livres.



Numéro 87 : 07/07/2015Modifier

RemarquesModifier

Pas là mardi et mercredi pour cause de placement en cellule de dégrisement. --Psychoparten,  Combattant sanguinaire, mais humaniste juillet 4, 2015 à 19:26 (UTC)

Lien vers le débdoModifier

Rétrospective des désinfos des années précédentes à mettre à la fin du débdo Modifier

{{Débdo désinfos|1 juillet|2 juillet|3 juillet|4 juillet|5 juillet|6 juillet|7 juillet}}

InfosModifier

NewsModifier

PsychopartenModifier

Les livres de ma reineModifier

  • Départ du Tour de France : Pour mettre en avant les couleurs de France, seront-ils trop rouillés, nos champions fébriles, hésitants dans les bordures ? Seuls les forts pourront faire face aux pires pentes, quand nos Français sont tendus pour virer et quand rentrer dans les meilleurs groupes est trop coûteux pour eux. Qu'en pensent ceux qui sont bien dopés, et pas que pour le tennis ?
Solution


Numéro 88 : 14/07/2015Modifier

RemarquesModifier

Du coup, on le saute ? --Psychoparten,  Combattant sanguinaire, mais humaniste juillet 13, 2015 à 16:44 (UTC)

Je me suis encore jamais occupé du débdo, mais je veux bien dépanner ce coup-ci. Kagg90 (discussion) juillet 13, 2015 à 17:18 (UTC)
Si tu veux, mais j'ai aussi des disponibilités demain (matin au moins). C'est juste que le bdo du 7 devrait vraisemblablement paraître le 14. --Psychoparten,  Combattant sanguinaire, mais humaniste juillet 13, 2015 à 18:19 (UTC)

Lien vers le débdoModifier

Rétrospective des désinfos des années précédentes à mettre à la fin du débdo Modifier

{{Débdo désinfos|8 juillet|9 juillet|10 juillet|11 juillet|12 juillet|13 juillet|14 juillet}}

InfosModifier

NewsModifier

PsychopartenModifier

Les livres de ma reine (si besoin)Modifier

  • Accord sur la Grèce : Ce compromis ne permettra pas de desserrer l'étau : on verra les rues d'Hellènes se couvrir de mines qui semblent prêtes à pourrir. Trop cédé, le pâlot Tsipras ? Il a viré Varoufakis, qui faisait tâche mais qui savait financer avec l'Hellas.
Solution


Numéro 89 : 21/07/2015Modifier

RemarquesModifier

Sûrement présent --Psychoparten,  Combattant sanguinaire, mais humaniste juillet 21, 2015 à 16:11 (UTC)

Lien vers le débdoModifier

Rétrospective des désinfos des années précédentes à mettre à la fin du débdo Modifier

{{Débdo désinfos|15 juillet|16 juillet|17 juillet|18 juillet|19 juillet|20 juillet|21 juillet}}

InfosModifier

NewsModifier

PsychopartenModifier

Les livres de ma reine Modifier

  • Rumeurs de dopage sur le Tour : Parmi ces cyclistes partants, y avait-il des adeptes des piquouses ? Les journalistes sont débectés devant un Froome à l'aise, et ces amateurs de crus raffinés le couvrent de soupçons : a-t-il triché lorsqu'il sentait un petit manque ? Contador, lui, n'avait pas été propre lorsqu'on l'avait fait bouter ; s'il s'attaquait à Froome, ce coureur de Saxo ne manquerait pas de sel !
Solution


Numéro 90 : 28/07/2015Modifier

RemarquesModifier

Lien vers le débdoModifier

Rétrospective des désinfos des années précédentes à mettre à la fin du débdo Modifier

{{Débdo désinfos|22 juillet|23 juillet|24 juillet|25 juillet|26 juillet|27 juillet|28 juillet}}

InfosModifier

NewsModifier

PsychopartenModifier

Les livres de ma reine Modifier

  • Une exoplanète habitable ? : On découvre des "bips" proches d'étoiles ! Jusqu'alors, la NASA ne fournissait que des infos bonnes pour la benne. Mais cette belle Kepler incite au bachotage, car avec elle, si peu stimulent la vie. On cherche maintenant des mares d’œufs, et des sels. Trouvera-t-on de l'air pur jusque sur la plus proche Cérès ?
Solution


Revendications des agriculteurs frustréesModifier

« Le gouvernement prend des mesures de court terme, évidemment bienvenues, mais qui ne résolvent rien ! », a déclaré Xavier Beulin, président de la FNSEA. « Nous demandons des actions réelles et ciblées ! »

Pour rappel, les demandes des agriculteurs incluent l'abolition des feux de forêts, l'instauration du crachin breton au niveau national, le goûter obligatoire dans les maisons de retraite et le remplacement des islamistes-méchants-méchants de l'État Islamique par des islamistes-gentils-gentils vendant le pétrole à bas coût.

« Quel mépris des petites gens ! Une fois encore, François Hollande se refuse à écouter les revendications légitimes de la France d'en bas, là où il pourrait utiliser ses pouvoirs présidentiels pour stimuler les précipitations ! », s'est écrié Nadine Morano au micro de RMC. Même son de cloche de la part de Marion Maréchal-Le Pen : « Incompétent ! Le retour à la terre, y a que ça de vrai ! »

Pourtant, le Président a abordé ce sujet avec ses petits camarades de l'Union Européenne. Un projet ambitieux a été imaginé : priver Jean-Claude Juncker de l'eau nécessaire à la dilution de ses pastis, afin de satisfaire les besoins d'irrigation de nos paysans. Une stratégie mise en échec par le président de la Grosse Commission : « Le pastis ? Je le bois déjà sec. »

Bazoumboy DeluxeModifier

Mes vacances à Moncert-sur-PouillacModifier

[C'est pour le desencyclotron mais je vais diffuser ici ce que je commence à écrire. A tronçonner en fonction de la place dans une colonne du débdo.]

Grand lecteur du bdo et de ses chroniques de Moncert-sur-Pouillac, je fus bien atterré qu’elles se soient arrêtées au bout d’un an. Depuis la disparition fin décembre 2014 du rédacteur en chef de la Gazette de Moncert dans des circonstances mystérieuses, plus aucune nouvelle de ce charmant village aux mœurs pittoresques. C’était trop pour moi de ne pas savoir ce qui s’y passait. J’ai donc décidé de prendre quelques jours de vacances pour m’y rendre et profiter du bon air et de la chaleur de ses habitants. En plus, j’aurai peut-être l’occasion de découvrir ce qui est arrivé à ce rédacteur en chef si sympathique.

Jour 1 :

Pour parvenir à Moncert, une seule solution : d’abord me rendre à Pécoisse et ensuite suivre les indications données lors de la 3e chronique. Mais après relecture, je n’étais pas vraiment sûr de la route. J’ai donc essayé de la demander à quelques Pécoissiens croisés dans la rue mais je n’ai eu que des réponses non verbales. Soit la personne s’évanouissait, soit elle partait en hurlant. Soudain, j’ai eu une illumination : demander carrément à une Moncertoise. Je me souviens des multiples déboires de Mme Michu, qui avait fait plusieurs séjours à l’hôpital de Pécoisse. Aux dernières nouvelles, certes fort anciennes, elle y était retournée. Je me rend donc à cet établissement et demande à l’accueil si Mme Michu est toujours là. Mon interlocutrice tombe de sa chaise et reste assise par terre sous son bureau en me demandant d’une petite voix : « Vous êtes de la famille ? » Je lui réponds négativement. Comme elle reste cachée, je lui explique que je suis journaliste (même si ce n’est pas vrai) et que j’ai besoin de lui demander quelques renseignements. Elle sort sa tête de dessous le bureau et me répond que Mme Michu n’est pas dans un état qui lui permet d’être interviouvée. Je lui explique qu’en fait je suis un agent secret du FBI et que mon statut de journaliste n’est qu’une couverture (en fait, je mens encore). Elle ne comprend pas pourquoi elle devrait répondre à un agent du FBI car c’est une agence qui ne s’occupe que de la sécurité intérieure des Etats-unis. Oui mais en fait, je lui précise que je suis un agent de la CIA qui a infiltré le FBI pour des raisons compliquées que je lui expliquerai quand j’aurai eu le temps d’y réfléchir un peu. Cela ne lui suffit pas car elle ne voit pas pourquoi elle aiderait un yankee à trahir son pays. Ok, je m’étais trompé d’agence car à la TV les gars de la CIA et du FBI parlent français donc ça m’avait échappé. Et comme je ne regarde jamais les séries françaises sauf « Plus belle la vie », je ne connais pas le nom de l’agence d’espionnage française qui combat les terroristes et qui, lorsqu’on dit qu’on en est, fait que les gens accèdent tout de suite à nos demandes. Du coup, j’ai dit qu’en réalité j’étais le frère de Mme Michu mais que je n’avais pas voulu le dire parce que j’avais eu l’intuition qu’elle n’aurait pas été en état émotionnel de me répondre. Elle a remis sa tête sous le bureau, sa main est apparue et a tatonné jusqu’à trouver le combiné du téléphone, qui a disparu à son tour. Au bout de quelques secondes, elle a dû se rendre compte qu’elle ne pourrait pas faire grand chose sans taper le numéro de celui qu’elle souhaitait joindre. Sa main est réapparu et a appuyé un peu au hasard sur le cadran du téléphone. Je ne sais pas qui elle a eu au début, ni la dizaine de fois suivante, mais toujours est-il qu’elle a fini par avoir de la chance et obtenu son interlocuteur, un médecin qui est venu me voir, entouré par deux personnes de la sécurité. Il s’est arrêté à quelques mètres de moi et m’a demandé : « Vous êtes de la famille de Mme Michu ? » Je lui ai répondu que j’étais son frère et que je désirais la voir. Il m’a demandé si j’avais une pièce d’identité pour le prouver. J’allais encore tenter le coup du FBI quand je me suis rendu compte que ce ne serait pas la peine. J’ai sorti ma carte d’identité et lui ai montré en tendant le bras. Vu la distance qui nous séparait et qu’il n’osait pas franchir, c’est à peine s’il pouvait vérifier que ce n’était pas ma carte de réduction à Monoprix. Il a demandé à ses gorilles de bien vouloir contrôler mais ils ont dit que non, c’était bon. Il y a eu un moment de flottement et le docteur a déclaré « Veuillez nous suivre, M. Michu. »

En avançant, ils faisaient attention à garder une distance respectable entre eux et moi. Ca a été l’occasion d’une péripétie assez cocasse quand il s’est agi de prendre l’ascenseur pour aller jusqu’au 4e étage. Ils ont commencé par entrer, appuyer sur le bouton 4 puis à s'aviser de l’espace confiné où ils se trouveraient en ma compagnie. Ils se sont donc extrait de leur cage dans une grande précipitation quand ils ont vu que j’arrivais. Le docteur m’a dit que la capacité de l’ascenseur n’était pas assez élevée et qu’il allait prendre les escaliers et qu’on allait se rejoindre là-haut. Quand les portes de l'ascenseur se sont ouvertes au 4e, ils n'étaient pas là. Je les ai vu arriver en courant depuis le bout du couloir et s'arrêter net quand ils m'ont repéré. Voici le dialogue qui s'en est suivi :

Le docteur : C'est la chambre 429 tout au bout à droite.
Moi : Vous ne venez pas avec moi ?
Le docteur : Non, j'ai beaucoup de patients qui m'attendent depuis longtemps.
Moi : Vous ne m'avez pas dit comment elle allait. Est-elle consciente ?
Le docteur : Euh, je ne sais pas. Nul ne saurait vous le dire. Mais vous allez vous en rendre compte vous même.
Moi : Ah bon ? Vous ne l'avez pas examiné récemment ?
Le docteur : Oh non. Jamais. Nous, docteurs, devons préserver notre santé si nous voulons soigner les autres.
Moi : Êtes-vous en train de m'expliquer que personne ne s'est occupé d'elle depuis qu'elle est là ?
Le docteur : Les rares Moncertois à venir encore dans notre établissement sont systématiquement mis en quarantaine dans cette chambre jusqu'à ce qu'ils guérissent tout seul ou qu'ils se décomposent. C'est le protocole que nous avons mis en place depuis les problèmes que nous avons eu dernièrement.
Moi : Des problèmes ?
Le docteur : Ben oui, les problèmes. Les difficultés.
Moi : Je ne vois pas de quels problèmes vous voulez parler.
Le docteur : Vous êtes sûr que vous êtes Moncertois ?
Moi : Ah non, pas du tout. Je suis le frère de Mme Michu, mais un frère éloigné. Ouais, c'est compliqué à expliquer voire impossible car je ne pense pas avoir assez d'imagination.
Le docteur : En tout cas, vous ne ressemblez pas du tout à votre sœur.
Moi : Voila ! Éloigné comme ça ! En tout cas, merci pour le compliment. Enfin, je crois. Bon, j'y vais maintenant. J'ai vraiment hâte de la voir, ça fait tellement longtemps que je ne l'ai pas vu. Depuis au moins ma naissance, ou bien la sienne, ça dépend qui est né le premier. Bon, j'y vais.

J'ai ouvert la porte et juste au moment où elle allait se refermer derrière moi, j'ai eu cette intuition, ce sixième sens auquel je dois encore d'être en vie après tous ces périples que je vous raconterai un jour si j'en ai l'occasion. Comment se faisait-il que la porte ne soit pas verrouillée de l'extérieur si les pensionnaires de la chambre étaient en quarantaine ? Tout simplement parce que l'important était qu'ils ne puissent pas sortir. J'ai donc juste eu le temps de mettre mon pied dans l'encadrement de la porte avant qu'elle ne se scelle automatiquement. J'ai bien regardé la porte et j'ai pu vérifié qu'elle était blindée et qu'il n'y avait pas de poignée pour sortir. J'ai retiré le pied de ma chaussure, que j'ai laissée pour caler la porte. Enfin, j'ai jeté un œil alentour.

Je n'ai pas trouvé Mme Michu. Il y avait plusieurs corps, certains masculins, d'autres féminins, d'autres indéterminables. Normalement, ils auraient dû être qualifiés de cadavres dont certains dans un état de décomposition avancée. Mais avec les Moncertois, il faut toujours s'attendre a des surprises. Effectivement, au bout de quelques secondes, j'ai vu un corps remuer et entendu sa bouche émettre des sons. Je l'ai interrogé. À chaque fois, la réponse était "grmfrt". Au départ, j'ai cru que ça voulait dire "oui", vu que je lui avais demandé si ça allait puis s'il acceptait de répondre à quelques questions. Mais quand je lui ai demandé le chemin le plus court pour aller à Moncert sans passer par un péage, il m'a fallu admettre que "grmfrt" n'était une réponse ni à mes premières question, ni à la dernière. D'autant plus qu'il a continué tout seul avec ses "grmfrt", si bien que j'ai compris qu'il ronflait, en fait. Je n'avais plus rien à faire ici. Avant de quitter la pièce, j'ai voulu embrasser ma sœur une dernière fois avant de me souvenir que j'avais dit que j'étais plutôt un agent de la CIA, je crois. Du coup, j'ai décidé de poser un micro espion mais je n'en avais pas alors je suis sorti.

Certains esprits négatifs pourraient considérer que j'avais échoué sur toute la ligne. Mais en fait, pas du tout, j'avais appris qu'il s'était passé quelque chose de grave à Moncert qui avait causé des problèmes de santé à un certains nombre de villageois. Ces informations devraient sans doute m'être utiles durant mon séjour. Oui, on n'a qu'à dire ça. Bon, j'ai repris mon 4x4 et relu ce qu'écrivait le rédacteur en chef de la gazette sur la façon dont on pouvait se rendre à Moncert :

« A partir de Pécoisse, il faut sortir par le chemin de Va-au-diable, continuer tout droit pendant 7 km jusqu'au croisement des Sept Pendus (c'est facile à reconnaître grâce au squelette de vache à côté du tracteur calciné dans le champ que l'on voit vers la droite juste avant d'arriver au croisement). Ensuite, tourner à gauche et traverser la forêt (mais pas la nuit) en faisant bien attention de ne pas sortir du sentier pour des raisons évidentes de sécurité. Au sortir de la forêt, prendre la première à droite et continuer par le chemin de terre qui descend jusqu'au pont qui enjambe la Pouillac, rivière qui traverse notre village. Arrivé au pont, rouler assez vite car les planches sont branlantes et il y a un grand trou. Si tout se passe bien, vous tomberez dans le trou et vous fracasserez 10 mètres plus bas sur les rochers. »
~ {{{2}}}

Ok, c'est parti. Chemin de Va-au-diable : ok. Croisement des sept pendus : ok (tiens, l'arbre a été utilisé récemment). Traversée de la forêt : ok. Le pont : ok. Le trou : ok. Le fracassage sur les rochers : ok (sauf pour mon véhicule devenu inutilisable). Je suis remonté et j'ai terminé à pied.

J'ai donc continué sur le chemin et suis parvenu rapidement aux abords des premières maisons. Un homme m'a vu, a lâché sa faux et est parti en courant et criant vers le centre du village. Ça commençait à devenir vexant tous ces gens qui s'enfuyait en me voyant depuis ce matin. Quand je suis arrivé sur la place du village, un comité d'accueil m'attendait. Ils se sont mis à me lancer des cailloux de bienvenue, tous plus beaux les uns que les autres. Je les attrapais au vol comme je pouvais afin d'être poli. Mais certains villageois étaient maladroits et les jetaient trop loin de moi, si bien que j'étais obligé de les ramasser par terre.

Comment veux-tu que l'on puisse avoir une chance de remporter le désencyclothon, ou même juste d'avoir un espoir vain de gagner, si on affronte un spin-off/suite/ou autre truc dans le genre d'une saga culte ? Pff, j'arrive même pas à te traiter de connard tellement j'attends la suite avec impatience... Kagg90 (discussion) juillet 22, 2015 à 12:34 (UTC)
Ben moi aussi j'attends la suite avec impatience. Vu que ce sera encore de l'improvisation totale, vous découvrirez ce qui va se passer à peu près en même temps que moi. --Bazoumboy Deluxe (discussion) juillet 22, 2015 à 22:42 (UTC)
Sinon, j'ai juste une suggestion. Ce serait pas mieux de faire une bande-annonce du retour de tes chroniques dans le debdo 90, et de commencer à y republier dans le 91 ? On pourrait à la limite reutiliser mon plagiat du debdo 88 (du genre "les chinois, qui ont racheté les droits de nos chroniques de moncert-sur-pouillac, non contents de les avoir déjà adaptées entièrement en chinois (voir un extrait sur le debdo 88), ont décidé de créer une suite. Celle-ci sera diffusée en version française dans le prochain numéro"). Kagg90 (discussion) juillet 23, 2015 à 08:36 (UTC)
Il faut faire attention que ce ne sont plus des chroniques hebdomadaires. Je ne sais même pas combien de jours il va survivre, ni même s'il atteindra le village ou si le village ne sera pas détruit par lui ou si Sarkozy va se présenter aux prochaines élections présidentielles (il peut avoir un accident avant ou décider de devenir directement Maître du Monde). Je voudrais les intégrer au débdo pour me forcer à en écrire suffisamment chaque semaine mais ça ne relatera pas ce qui s'est passé lors de la semaine écoulé. Ça sera juste un nouvel extrait de l'article qui va gagner le désencyclotron. Du coup, ça peut être le feuilleton des vacances. --Bazoumboy Deluxe (discussion) juillet 24, 2015 à 08:34 (UTC)

BrèveModifier

L'édition 2016 du Tour de France aura lieu au Qatar. Afin de ne pas abîmer les dunes, les vélos seront remplacés par des chameaux.