Football

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher
« Tu vas voir, je vais te la mettre bien profond entre les poteaux ! »
~ Rocco Siffredi à propos du principe du football ou alors j'ai mal compris
« On n'a pas le même maillot, mais on a la même passion. »
~ Oncle Picsou à propos des footballeurs
« On n'a pas le même maillot, mais on a le même patron. »
~ Un arbitre à propos de Jean-Michel Aulas
« Le football est le sport qui permet aux peuples européens d'atteindre le niveau culturel des américains. »
~ 1998 - Jacques C.
« Le football est un produit avant d'être un jeu. Le football est un marché avant d'être un sport. Le football est un business avant d'être un spectacle. »
~ Michel Platini
« Jeu de mollets rend les gens bêtes. Mouhahaha ! »
Afrique Sud Flag
N'empêche que le ballon, il en a marre de recevoir des coups de pieds !

Le Football ou Foot est un sport joué avec deux pieds, un ballon, un carré de pelouse et deux buts. Les deux pieds sont généralement reliés à un corps, et plus rarement à une tête et, encore plus rarement, à une cervelle. Cet ensemble est appelé un footballeur. Quand le football est joué de façon amateur cela se passe au Stade Vélodrome et quand il est de très haut niveau, à la téloche. Le football est un sport où il y a plus d'action dans les tribunes que sur le terrain.

Contrairement à une rumeur, il n'existe pas de football féminin. Imaginez bien qu'on en parlerait dans l’Équipe au sinon.

[modifier] Origines

Le football a été inventé par les Anglais, qui avaient un peu pompé sur les Italiens, qui eux-même avaient un peu repompé les grecs. D'ailleurs, le nom foot vient du mot Grec fiotte, utilisé pour désigner les personnes ayant pour habitude de prendre les futilités très au sérieux.

Le football prend son origine à la préhistoire. Les homo sapiens pratiquaient un sport réunissant les deux opposants dans de grands gradins où ils se mettaient alors à crier, taper du pied, boire de la bière, faire exploser des pétards (et parfois en fumer) lancer des fumigènes, s'insulter entre eux et agiter des banderoles (comme des ravis de la crèche). L'équipe gagnante était la première à faire assez de bruit pour que les adversaires soient obligés de communiquer entre eux avec des signaux de fumée, tache rendue bien plus ardue par les fumigènes et en général de couleur rouge.

Souvent, des curieux venaient voir au milieu. La plupart s'ennuyait et patientait en se faisant des passes (d'abord avec un ballon puis avec des prostituées quand-ils avaient fini). Ils prenaient un rocher relativement lourd et dur, ce qui avait un grand impact sur leur santé. Cette activité étant plus facile à commenter à la radio, elle fut de plus en plus diffusée. Mais la plupart des joueurs arrêtaient définitivement leur carrière après leur premier amorti de la tête. Le plus grand joueur de foot de l'époque était Goliath, mais cet âne s'est stupidement fait dribbler par un nain du nom de David.

[modifier] Participants

Le football se joue à 23, répartis en trois équipes : deux groupes de 11, appelés joueurs, et un groupe de 1, appelé de tas de noms d’oiseaux que les règles wiki empêchent de citer ici, par exemple « mais va t’acheter des putains de lunettes ou quoi, bordel, non mais qui c’est qui m’a foutu un imbécile pareil », « l'arbitre ta femme est devant nous, et elle nous suce le bout », « arbitre: t'a de la merde dans les yeux », ou encore « arbitre, arbitre, enculé ! ». On pourrait en citer encore beaucoup d'autres ! Parfois, l'arbitre sort un bout de carton et si les joueurs n’arrivent pas à dire de quel couleur il est, ils doivent sortir. La plupart se disputent avec l'arbitre, car ils sont daltoniens cela peut dévier vers un autre sport un peu plus violent.

Au bord du terrain se placent un entraîneur par équipe (sauf pour l’arbitre qui lui ne s'entraîne pas). Sa tâche est d’aider ses joueurs en leur gueulant dessus. Souvent, il se laisse emporter par sa fougue et aide aussi l’arbitre, les joueurs adverses, dieu et la maman de l’arbitre. L’entraîneur est entouré de remplaçants, dont le rôle est de courir le long du terrain en survêtement pour faire diversion, et de regarder les joueurs pour empêcher qu'ils soient gagnés par un triste sentiment de solitude, de vanité ou d'abandon.

Plus loin au bord du terrain se placent les spectateurs, dont le rôle est de se plaindre de l’arbitrage, de l’adversaire qui triche et de la qualité du jeu, « c’était mieux l’année passée », et les supporters, dont le rôle est de boire des bières.

Beaucoup plus loin autour du terrain se placent les téléspectateurs dont le rôle est de critiquer le commentateur de la télé en buvant de la bière, pendant que leur épouse drague des parapentistes sur MSN.

[modifier] But du jeu

Le but du jeu est de niquer son adversaire en marquant le plus de but possible. Mais parfois, les footballeurs ne marquent pas de but. À la place, ils courent avec le maillot sur la tête, font des acrobaties ou jouent avec le ballon. C'est un peu comme un spectacle d'otaries mais sans nécessiter de LSD.

On assiste parfois plus à un entraînement combiné de saut d'obstacles et en longueur. En effet, lorsqu'un joueur essaie de bloquer le passage à un autre avec l'aide d'une jambe, ce dernier percevant celle-ci se fixera comme objectif de devoir passer à travers. Mais au dernier moment il s'aperçoit qu'il a commis une erreur, et ne cherche pas à sauter par dessus mais à courir plus vite. Entrant en contact avec celle-ci, il va chercher à voler le plus loin possible, ce qui constitue des records que les plus grands athlètes tentent de dépasser, en vain. L'arbitre approchant, le nouveau Mike Powell va chercher à faire en sorte que son adversaire écope d'un carton, remis par l'arbitre en personne. Pour cela, il va se tenir la jambe en hurlant comme un loup agonisant. L'adversaire revenu aux vestiaires après s'être fait " niquer " et insulté de sodomisé par les supporters, manquera d'assister aux deux buts marqués par le loup, ayant oublié la blessure provoquée deux minutes avant. Le loup est un peu un rambo, sauf que rambo était un génie.

Mais outre marquer des buts, il existe néanmoins d'autres manières de niquer son adversaire, comme balancer son siège dans la gueule d'un père de famille avec ses enfants et/ou crier « Arbitre enculé ! ». À ce propos, l'adversaire est bien plus souvent l'arbitre que l'équipe adverse. À ce titre, l'arbitre sert de bouc émissaire et/ou de punching-ball.

Lorsque deux équipes sont à égalité, une prolongation est exigée pour désigner un vainqueur. Les joueurs doivent botter le ballon dans le but à environ 17 nains de distance, tandis que le gardien adverse tentera de dominer l'esprit du botteur en infiltrant ses pensées afin de prédire l'intention de son adversaire. Une fois le botteur élancé, le gardien doit se projeter violemment du côté inverse où le ballon se dirige. Si le ballon touche le gardien, un point ira à l'équipe du botteur. Cette pratique est répétée jusqu'à ce qu'une équipe ressorte vainqueur ou que le gardien réussisse à s'éclater la tête sur une barre latérale du but lorsqu'il essaie d'échapper au ballon. Dans cette situation exceptionnelle, un carton est attribué au botteur et la partie est terminée si celui-ci est incapable d'exprimer la couleur de ce dernier.

[modifier] Terrain

Le carré de pelouse est comme son nom l'indique composé de gazon fraîchement taillé. Le but est une sorte de porte en fer, dotée de filet chez les riches, remplacée par de simples vêtements chez les pauvres.

Comme il n'y a qu'un seul ballon pour 23 personnes — 2 fois 11 cinglés courants de façon désordonnée dans tous les sens et un seul type en noir doté d'un sifflet essayant par force gestes de se faire remarquer des 22 autres qui s'en foutent totalement — forcément ça engendre des conflits.

[modifier] Déroulement

Le jeu se déroule en trois mi-temps, deux sur le terrain, et la troisième à la sortie et dans les transports en commun, entre les supporters des deux équipes, ou éventuellement par la chasse aux arbitres. À ce moment la télévision a rendu l'antenne depuis longtemps, ces différents spectacles n'ayant pas encore été sponsorisés.

[modifier] Ballon

« Pfff... Les footballeurs n'ont aucun mérite. C'est le ballon qui fait tout. »
~ Michael Schumacher à propos de l'évolution de l'équipement dans le football.

Le ballon est généralement fabriqué par des enfants pakistanais. Il est en cuir, ou en plastique lorsqu'il s'agit d'un ballon corner. Des études ont montré que sa qualité est considérablement améliorée s'il est cousu par des jeunes vierges asiatiques mutilées et composé de peau de chaton domestique. Dans l'antiquité, une tête fraîchement coupée servait de ballon, pratique qui fut reprise durant la Révolution française. Lorsqu'un but était marqué, on disait alors : « il a marqué de la tête ». Sauf le gardien qui disait : « je suis niqué de la tête ». Expressions qui sont venues jusqu'à nous. Sport en perpétuelle évolution, de nouvelles techniques et expressions apparaissent chaque année. On pourrait citer le « Coup de boule de Zidane ». L'efficacité de ce coup reste cependant limitée, surtout pour se faire comprendre d'un arbitre, le sport étant d'abord axé sur le coup de tatane.

[modifier] La couleur des maillots et le jeu en équipe

Petit préambule nécessaire sur la physiologie humaine : Les vaisseaux sanguins se dilatent ou se ressèrent à certains endroits du corps selon les besoins locaux en dioxygène (pardon désencyclopédie, car ceci n'est pas une connerie avérée). Ainsi, lors d'une course à pieds, les muscles des jambes sont plus sollicités, exigent un flux sanguin plus élevé et cela au détriment du reste du corps. Mais revenons à nos chers footballeurs. Ceux-ci apprennent à courir de plus en plus vite derrière le ballon, et le principe est là : plus ils courent, plus le sang coule vers les jambes et moins leur matière grise est irriguée, en clair, plus ils sont cons. À tel point qu'il arrive un moment où ils ne savent plus pourquoi ils poursuivent ce truc tout rond. C'est là qu'interviennent les réflexes acquis lors des entrainements et la couleur des maillots : Ils passent la babale à un bipède de la même couleur !

[modifier] Supporter

En dessous de ces deux paragraphes, se trouve un document qui est assez gros (je parle en vraie taille et non en taille de geek genre 182 ko) ; ainsi, je n'aurais pas à écrire beaucoup de choses pour rendre la rubrique raisonnablement volumineuse. N'empêche, rien que ça, ça prend de la place (mais ce n'est pas une mauvaise chose, enfin je ne pense pas).

Le graphique ci-dessous met en évidence l'évolution du QI d'un supporter de foot. Vous pouvez voir, accompagnant la courbe, des commentaires judicieux sur les moments-clé de sa vie. Cette étude, réalisée par d'éminents scientifiques, est alarmante : plus de la moitié de la population aurait un quotient intellectuel inférieur à 80 ! Mais ne nous affolons pas, amis singes, il existe tout de même, pour rétablir la justice et la vérité dans la galaxie, une solution.

QI foot

[modifier] Variantes

Il existe des variantes, comme le bitch-soccer, qui se joue avec des femmes aux mœurs légères, le football américain, qui se joue avec des américains, et le baby-foot, qui concerne les joueurs de moins de 24 mois. Pour le bitch-soccer ce sont des ballons en forme de.... , pour le football américain en forme de ballon de football américain et pour la baby foot des baby-ballons.

En 1492, Christophe Colomb avait découvert en Amérique du Sud une autre variante : le futebol, « Foutchebaol ». Selon des parchemins retrouvés, le principe du futebol reste identique au fooball mais les joueurs doivent avoir des cheveux longs, frisés et gras, des dents d'1m20 et jouer pieds nus sur une étendue de sable bordée d'un côté par une eau surpeuplée de touristes (sexuels) et de trans (sexuels), et de l'autre côté par un bidonville. Les joueurs de cette nation baptisée Brésil, « Brazzziaooo » ont tous un nom qui commence par R: Ronaldo, Ronaldinho, Rai (Uno), Ricardo, Ramasselababao, etc...

Aux États Unis d'Amérique, les indigènes continuent d'appeler Football une version du Rugby pour douillets en armures, plus chiante qu'un concert de Francis Lalanne et dont les règles, simplifiées à l'extrême, restent incompréhensibles.

Enfin une nouvelle variante, destinée à rendre le jeu moins agressif : le multifootball. Il y a autant de ballons que de joueurs. Elle constitue pour beaucoup l'avenir de ce sport.

[modifier] Voir aussi

Tacle
Comediadellarte


Tout sur le monde du Ballon Rond !
Équipes & Joueurs Tout sur votre club préféré, vos joueurs préférés, et les autres dans le portail football.
Compétitions Coupe du Monde de Football : en 2054, par exemple - Coupe des Coupes
Stades Parc des Princes - Stade Gerland - Stade Vélodrome
Le reste FIFA - Footballeur - Arbitre - Supporter - Footix - Mercatix - Dans les coulisses d'un match de foot
On refait le match ! (sans Eugène Saccomano, ouf !) France Telecom - Dans les coulisses d'un match de foot - Captain Tsubasa - Pierre Ménès


Zidane Coup de boule  Portail du Foot


Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
wikia