Escalade

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

L'escalade est une façon saugrenue, fatigante et dangereuse de franchir des montagnes (qu'il faut redescendre) alors qu'il est bien plus aisé de les contourner par la route. A ces fins, l'escalade nécessite un lourd et important matériel qui bien souvent ne reste qu'au pied des voies ou au fond du garage selon l'intensité de la pratique. Celui qui pratique l'escalade s'appelle le grimpeur. Celui qui ne pratique pas l'escalade ne s'appelle pas: surtout le dimanche après-midi pendant un grand Prix de Formule 1. En effet, pour faire de l'escalade, il faut être au moins deux et faire déjà de l'escalade. L'un est actif (il grimpe), l'autre est passif (il le regarde faire) mais vu que cette position ne satisfait que l'un des partenaires, ils inversent les rôles par la suite. Il est possible de faire cela tout seul à mains nues mais il semblerait que cela rende sourd.

« Hé, ça vous dirait pas de faire du no foot plutôt ? »
~ Christopher Reeve à propos de gravir l'Everest
« C'est trop cool! »
~ Un gars paumé à propos de la voie qu'il vient d'ouvrir

[modifier] Histoire

L'escalade a été inventée un Jeudi, en 0.5 après JC par Jésus lui même. Ce jeudi là, après avoir pas mal picolé, les apôtres et Jésus se firent une partie de Monopoly. À ce jeu là, Jésus fut le plus fort car il avait quatre temples sur l'avenue Ponce Pilate. La partie s'envenima lorsque Judas émis l'idée que Jean Claude trichait à la Banque Centrale. Ce furent les quolibets, les crachats puis les deux hommes en vinrent aux mains. Un chroniqueur de l'époque avide de bon mot employa, d'ailleurs pour la première fois, l'expression « Ce fut une véritable escalade » qui qualifie encore aujourd'hui cette pratique.

Jean chercha alors en Jésus un médiateur mais celui-ci refusa net. Alors ivre de colère et de Ricard, Jean hurla « Si ça t'emmerde de rester avec nous, t'as qu'à retourner chez ton père ! ». Jésus, blessé dans son orgueil, se leva et dit « Celle-là je me la fais en solo intégral » puis s'éleva dans les airs pour ne plus jamais réapparaître.

Encore aujourd'hui on commémore ce jeudi d'Escalade aussi connu sous le nom de Jeudi de la première ascension ou Jeudi de l'ascension.

[modifier] De nos jours

De nos jours, peu de gens se souviennent de la réelle signification de ce jour sombre. La littérature nous rapporte d'obscurs cas de confusion avec un certain Jeudi noir, voir avec un certain Retour du jeudi.

[modifier] Les pratiques

[modifier] La voie

Pratique la plus courante, consistant à trouver un gros caillou abondamment parsemé de clous en métal permettant d'en atteindre le sommet en tirant dessus. Avant d'atteindre le sommet de ce gros caillou, il faut atteindre le bas de ce gros caillou ce qui se révèle souvent plus ardu que l'escalade elle-même. Pour cela, il faut une voiture, une carte, un GPS, un téléphone portable, un partenaire qui soit à l'heure et pas trop de bouchons à cause de ces connards de citadins qui vont à la campagne le dimanche. Toute cette logistique explique que l'escalade est une pratique coûteuse, nécessitant d'importants investissements.

La voie se décompose en plusieurs parties ou niveaux. Le premier niveau est le parking: il s'agit d'un Tetris géant avec des voitures, assez peu ludique et très éprouvant pour les nerfs. Le second niveau est la marche d'approche: il faut progresser sur un sentier hostile rempli de brousailles épineuses, de cailloux glissants et d'autres divers objets destinés à gêner la progression (guêpes, hérissons, papiers gras, chiens de chasse, sangliers...). L'escalade commence au troisième niveau (d'ailleurs, l'escalade ne reconnait que les niveaux allant du 3 au 9). Les niveaux 4 et 5 consistent en une répétition des niveaux 1 et 2 mais dans le sens inverse (marche d'approche puis parking). Toutes ces difficultés expliquent pourquoi beaucoup de grimpeurs n'évoluent pas beaucoup plus haut que le 5. Pour évoluer dans les niveaux supérieurs, il faut recommencer toute la procédure plusieurs fois et payer toutes les contraventions pour mauvais stationnement. Le 9 est le degré ultime: la voiture du grimpeur est saisie par la fourrière et l'extrême performance est de réussir à s'en acheter une nouvelle, flambante neuve. Le grimpeur peut alors répondre à la question: "t'en est où?" - "dans le neuf"

[modifier] Le troisième niveau

Le grimpeur se pose alors au pied et déballe tout son gros sac en veillant à s'étaler le plus possible. Après son repas (saucisson, pâté, bière, rillettes de sa mémé, bière), il attaque sa voie de chauffe : toujours trop dure pour lui, pour montrer qu'il est très fort. Un steak et deux bouteilles plus tard, il se remet de ses émotions avec une bonne bière, en narrant à son assureur ses derniers exploits, et pestant contre cette foutue voie : « Ouais mais ça m'a saoulé c'était trop moche, j'avais la flemme. En plus le gars il sait pas coter, c'est pas réaliste ce qu'il a mis ! ».

Après ce repos bien mérité, notre ami échauffé et reposé se lance dans la super voie qu'il a vu dans le topo :

Grimpeur : Du mou !
Assureur : Ouais ouais...
Grimpeur : Rhhaaaa plus vite ! ppcchhhh rraayyaaaa !!!
Assureur : T'inquiète, là t'es 20cm au-dessus du point...

Deux mètres et une demi-heure après :

Grimpeur : Hoouuuuu putaiiinnnn rrhhaaaaa ça envoooiiiieeee !!!!
Assureur : Allez vas-y tu peux le faire !

Après une chute malencontreuse (« Putain fais chier la prise elle a cassé »), il renonce finalement. Sur le chemin, il va boire une bière pour fêter sa nouvelle croix (même s'il n'y en a pas d'ailleurs, ou alors elle était de fer (cf le lexique)).

[modifier] La structure artificielle

La structure artificielle est un bout de caillou en bois et en résine souvent plus facile d'accès pour les grimpeurs. Contrairement à la falaise naturelle qui n'est pas indiquée sur un GPS, la structure artificielle est bien marquée sur Google Maps et le plan de la ligne du tramway numéro 2. Le niveau du parking est beaucoup plus facile et la marche d'approche est beaucoup plus courte (ne pas oublier cependant d'essuyer ses pieds avant d'entrer). Du coup,on arrive directement au niveau 3, ce qui est très encourageant pour le néophyte. Mais cela est beaucoup moins intéressant pour l'expérimenté qui n'y atteindra jamais le niveau 9 puisque la fourrière ne lui prendra jamais sa voiture: le parking étant bien réservé aux usagers.

La structure artificielle est couramment utilisée par les enfants et les gens qui ne savent lire qu'avec les couleurs ou les formes d'animaux. Le but est d'arriver en haut d'un mur dont la hauteur dépasse rarement les 10m, il ne faudrait pas se faire peur non plus. Tout ceci se passe dans gymnase chauffé, le tout avec des prises vissées à l'arrache par un grimpeur blasé n'ayant pas de vraie montagne sous la main. Cette pratique est aussi utilisée par les plus flemmards et peureux, tout les points étant situés à 1m50 GRAND MAXIMUM d'écart !

Ces rochers en bois sont aussi très utilisés par des clubs d'escalade, clubs qui n'ont pour seul but de récolter de l'argent pour aller boire un coup en fin de séance (ou micro séance de 20 minutes). Tout ces clubs sont référencés par la fédération fédérale de la montagne montagneuse et de l'escalade.

Mais la structure artificielle possède néanmoins des avantages non négligeables pour le grimpeur. Il peut faire des rencontres intéressantes sous les douches collectives, se laver les mains après avoir uriné et pouvoir boire une bière fraîche sans avoir besoin de se trimbaler une glacière. Autre avantage, cela peut lui éviter de subir le Grand Prix de Formule 1 lors d'un dimanche après-midi pluvieux.

[modifier] Le bloc

Le bloc consiste à grimper sur des cailloux dépassant à peine de terre pour ceux qui sont frustrés de ne pouvoir avoir des falaises près de chez eux ou que les dizaines de mètres qui les séparent d'un relais sont autant d'occasions de montrer que le vertige pousse parfois à souiller un pantacourt hors de prix. Le bloqueur porte en permanence un matelas sur le dos, une particularité morphologique héritée de son passé d'escargot. On les reconnait à leur façon de lever les bras et de porter la veste duvet ou doudoune, pour ne pas partager l'odeur du matelas (cf. Profil du grimpeur) avec le camarade grimpant torse nu. On attribue aussi à cette veste un pouvoir amortisseur lors de chutes mal parées, provoquant une brutale mise en sandwich du pareur, entre le grimpeur et le crash pad (matelas pour se reposer entre deux blocs inaccessibles en voiture).

Nota : on suppose que cette pratique n'a rien à voir avec la Guerre froide.

[modifier] Profils des grimpeurs

Le grimpeur se reconnait aisément grâce à sa veste North Face, son pantalon Prana, ses baskets Salomon (ou Five Ten) et l'autocollant Petzl sur sa voiture. Ces parures leur servent à se reconnaître entre eux parmi toutes les espèces présentes (surfeurs, skateurs, footballeurs...). Les grimpeurs ont en effet besoin de nouer des interactions sociales avec ses congénères afin de préserver son existence. Cela lui permet en effet de trouver un partenaire pour pratiquer l'escalade, pour satisfaire ses pulsions sexuelles ou pour asseoir ses pulsions dominatrices. Un grimpeur ne peut exprimer son caractère sexuel alpha que vis-à-vis d'un autre grimpeur. Face à un autre sportif, ses mollets de coq et ses 50 kilos tout mouillés n'impressionnent pas et ont tendance à repousser les femelles. En revanche, face à un autre grimpeur, il peut plus facilement exprimer son caractère dominateur. Celui-ci est très complexe et difficile à déchiffrer pour un néophyte. Face aux autres mâles, il ne parade pas, ne pousse pas des cris et n'urine pas sur les arbres pour laisser son odeur. Il se contente surtout de rester le plus détendu possible, une bière à la main, le regard vague et de dire: "Je suis allé grimper hier mais tranquillou, j'étais pas trop en forme. Je me suis chauffé dans un petit 7C pour commencer...". La plupart des autres mâles grimpeurs adoptent dès lors une attitude résignée de soumission. En revanche, pour la plupart des espèces non grimpantes, cela leur en touche une sans faire bouger l'autre... au grand désarroi du grimpeur alpha.

La voiture du grimpeur sera en général équipée tout confort pour pioncer sur des matelas récupérés entre une corde et un tas de dégaines. Il garde toujours la coupe de cheveux et l'odeur que ce matelas lui aura donnée le matin au réveil. Son chien qui vous renifle à n'en plus finir, et qui sent à cent mètres une odeur nauséabonde lui permet aussi de garder son look hors-norme, ou de temps en temps garder sa voie entre deux runs dans son projet. Les grimpeurs se déplacent souvent en groupe sur une même falaise, ce qui explique les « Alllllllllllllllllllllez » ou autres « Vas-y tu peux l'faire » que l'on peut entendre lorsque l'un d'eux fait un run dans une ligne.

Lorsqu'un grimpeur finit une voie, il se sent obligé d'en faire un commentaire : lorsqu'il aura réussi intégralement la voie, il affirmera systématiquement que la voie est "Majeure", "Collector", "Mythique" ou "Ultime" mais lorsque celle-ci l'aura vu choir, cette voie sera une véritable "merde", une "bouse mal équipée" et il aura alors tendance à trouver les pires excuses en insultant à la fois l'équipeur, l'assureur ou la tendinite qui lui fait encore souffrir les doigts depuis 3 ans. Pour une voie torchée en 2 minutes, il ne se contentera que d'un "Rando" ou "C'est du deux" rappelant la cotation dans laquelle le grimpeur s'acharne à faire grimper sa copine qui s'en bat la race de grimper ces saloperies de murs.

Le bon grimpeur se caractérise par son grigri, qui n'est pas ici une patte de lapin, mais un système dit "auto-bloquant" qui lui permet d'assurer son compagnon de cordée comme un gros con et qui justifie un nombre assez important d'accident.

Le grimpeur soutient la cause de ces cons en toge et en tongs qui prient toute la journée, il milite aussi contre les JO de Pékin en oubliant que sans les Chinois il devrait se rendre à poil et sans matos sur les falaises. Mais tout ça le grimpeur s'en fout, du moment qu'il a la tête dans les nuages et une bière à la main.


[modifier] Et l'handigrimpeur dans tous cela

L'handigrimpeur est une variante du grimpeur "classique". Il a pour caractéristique supplémentaire de ne pas avoir compris que son corps n'était vraiment pas prévus pour la pratique de l'escalade.

Tant qu'il se cantonne aux voies considérées comme Mythiques, il est généralement respecté par ses pairs. Par contre, dès qu'il sort avec une facilité déconcertante des voies dites de merde, il se fait alors affublé de sobriqués divers et variés allant de "l'Handicapé" au très recherché "COTOREP".

[modifier] Lexique

  • Corde - Sert à donner le "AAAAAHHHHH" du grimpeur. Une corde en mauvais état donne le meilleur ton mais casse irrémédiablement l'instrument à vent qu'est le grimpeur.
  • Cake - Sorte de farine contenue dans un petit sac dans le dos du grimpeur avec laquelle on enrobe les steacks (Cf. voir "Steack")
  • Baudard - Particularité physiologique du grimpeur par rapport au commun des mortels et qui explique son succès avec la gente féminine (ou masculine d'ailleurs): le grimpeur a un "Baudard".
  • "Prends-moi sec!" - Type de phrase usitée entre deux grimpeurs qui ont un "baudard".
  • Assurer - Action de répondre « Ouaip c'est bon » lorsque que le/la collègue demande « Tu me tiens bien là ? » tout en se demandant où on a bien pu mettre ce p@$ !# de huit.
  • Sécher - C'est comme "Tu me tiens bien là ?" mais à un moment critique généralement quand on sent le plomb venir. Cri aigu, gros hurlement du fond des entrailles * SEEEEEEEEEEECC *
  • Croiter - Poser là sa croix : réussir son objectif (généralement une voie). S'utilise également avec une couleur lorsque l'activité est pratiquée en intérieur. Exemple "Hier, j'ai croité de la rouge en pagaille" ou encore "Moi c'était plutôt de la blonde en solde que j'ai croité".
  • But - Prendre un but : inverse de croiter, échouer plus ou moins lamentablement.
  • Croix de fer- Position particulière dans laquelle peut se retrouver le grimpeur suite à des évènements incroyables, les membres étirés dans toutes les directions. C'est paradoxalement ce qui peut l'empêcher de croiter. La réaction commune à un quelconque conseil est: « Mais t'es malade, si je respire, je plombe" ».
  • Yaniro- Inverse de la position précédente, tous les membres sont regroupés pour former un nœud auquel tout observateur extérieur ne comprend rien, généralement en dévers, suspendu par une seule main.« Mais non, ya pas moyen de passer autrement » dit le grimpeur qui essaye pour la 658ème fois, sans vouloir essayer autrement parce que c'est plus classe.
  • Morpho - Là c'est morpho : Excuse bidon généralement employée par les pratiquants mâles lorsque la voie demande un peu de souplesse.
  • Dülfer - Technique de progression consistant à tirer fort sur les bras et à pousser fort sur les jambes, mais plié et à l'horizontale, histoire de forcer deux fois plus qu'en grimpant normalement.
  • Plomber/Voler - Prendre un plomb : quitter sa position initiale contre son gré. Signifie aussi, accessoirement "se pendre" tout en sautant, histoire d'avoir un peu plus de dignité.
  • Poulie - Blessure au doigt qui a le bon goût d'être suffisamment bruyante lorsqu'elle se produit pour en faire bénéficier le/la collègue qui assure.
  • Vache - Animal ruminant sur lequel on s'attache en arrivant à un relais afin de s'auto-assurer. Seul le vachage à une vraie vache est considéré comme valide par la FFME (Fédération Française de Montagne et d'Escalade). Si le grimpeur s'arrime à autre chose (arbre, chaîne, hérisson, etc), la voie ne sera pas validée.
  • Dévers - Portion de la voie où le mur est anormalement retourné et où la tête est inexplicablement amenée a se cogner contre ce mur... Mr Isaac Newton n'a qu'à bien se tenir (le grimpeur aussi par la même occasion)
  • Steak - Jolie cicatrice à monter aux enfants, après un "jeté". Le faux plat pourri je vais le tenir ! (Dans deux jours histoire de soulager). En escalade, le steack est toujours tartare.
  • Bouteille - En plus de désigner un récipient bien connu de nos amis, c'est aussi la forme de leurs avant-bras après leur première voie de la journée. « C'est bon ch'ui chaud » qu'ils disent.
  • Glanpeur - Se dit d'un grimpeur qui prétend aller escalader mais se retrouve finalement seulement à glander autour d'un feu avec ses potes, à griller des saucisses et boire des canons au pied des voies, en prétextant que de toute façon, il est trop tard pour attaquer une nouvelle voie!
  • Jolie - se dit d'une voie super difficile mais que l'on a réussie (à l'opposé de foireuse, que l'on a pas réussie!) Le grimpeur préfère employer ce terme car ça fait classe !

[modifier] Matériel

  • Corde - Quand elle ne sert pas à se pendre après une défaite, elle sert à s'emmêler les pieds dedans, à enlever les nœuds dedans pendant que le grimpeur est dans un passage clé. On peut aussi faire des bonnes blagues, comme la rendre trop courte pour redescendre.
  • Chausson - Le ski du grimpeur ! Il est à prendre au moins 5 pointures en-dessous, « Pour qu'ça adhère mieux ». Pour débuter, mieux vaut prendre les plus chers du magasin, « C'est mieux pour faire des doubles crochets chauve-souris en carre externe dans les toits ! ». Pour savoir si un chausson est adapté à votre pied, il faut avoir l'impression d'être la belle-sœur de Cendrillon qui essaye le soulier de verre.
  • Magnésie - Surnommée "pof", elle est le meilleur ami du grimpeur. Cette poudre blanche est reconnue d'utilité publique lorsqu'on ne sait pas quoi faire en grimpant : ça a un style fou d'en remettre en se reposant au-dessus du point. Elle est très utilisée aussi pour couper sa coke.
  • Bonnet - Le bonnet fait partie intégrante du grimpeur. C'est un organe à part entière, qui lui permet de survivre dans les pires conditions (15⁰C). Il le porte pour assurer et grimper, à l'extérieur comme en salle, pour dormir, manger, boire des bières, se laver (eh si, ça lui arrive aussi !), draguer, boire des bières, dire des conneries... Il remplace avantageusement le casque.
  • Casque - Truc moche et inconfortable, mais recommandé par la fédération. Ce conseil est scrupuleusement suivi : le casque est très utile comme oreiller pour faire la sieste, après avoir mis une doudoune par dessus pour augmenter le moelleux. C'est d'ailleurs la seule utilité trouvée par les grimpeurs.
  • Crash-pad - Gros matelas, souvent confondu avec la carapace du grimpeur, il ne sert pas à grand chose sauf à dormir entre deux blocs ultra difficiles cotés entre 2 et 5b voir même dans les cas les plus extrêmes 5b+.


Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
Partage sur...
wikia