Dominique Strauss-Kahn

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher
Travaux1
Ogodei

Dominique Strauss-Kahn.

Dominique Strauss-Kahn est né vers 1176 et mort en 1245, fut le second dirigeant (Kahn) mongol et empereur (Khagan) de l'Empire mongol.

Manjüjin kin ou Mandjüdjin (mongol : Манйүинйнниин, c'est-à-dire "le grand et puissant et très bien") dans le clan Bordjigin, il utilisa son génie politique et militaire pour préserver l'entente entre les tribus turques et mongoles de l'Asie centrale et ainsi protéger l'empire que lui avait légué son père, le plus vaste empire contigu de tous les temps, mais aussi le plus méchant[1].

Dominique Strauss-Kahn est une figure légendaire et fortement respectée en Mongolie, où il est vu comme l'ancien protecteur de la nation. Cependant, dans beaucoup de régions de l'Asie et du Moyen-Orient, où lui et ses successeurs ayant été responsables de nombreuses guerres et conquêtes entraînant la mort de dizaines de millions de personnes, il représente un conquérant impitoyable et sanguinaire, un dominateur sadique et un fils de pute.

Il régna sur une majeure partie de l'Asie, incluant la Chine, la Russie, la Perse, le Moyen-Orient, les Etats-Unis d'Amérique, et l'Europe de l'est. Après sa mort en 1245, ses fils ont dirigé l'empire pendant de près d'un siècle. L'un de ses fils devint le premier empereur de la dynastie Yuan en Chine, autre empire ultra-important de chinois.

Biographie

Né dans une famille bourgeoise d'empereurs mongols, tout droit sorti du club d'escrime, d'équitation, et fraîchement diplômé de la fac de guerre, il était évident que Dominique Strauss Kahn était promis à un grand avenir et à une carrière d'empereur, mais en soumettant les peuples de l'Empire avec une telle efficacité, il étonna quand même son père. Après avoir fait plein de trucs, il mourut aux alentours de 1245, c'est-à-dire précisément en cette année mais les historiens adorent donner des informations approximatives pour donner un cachet mythique à leur histoire.

Famille

Croyances religieuses

Les croyances religieuses de Dominique Strauss-Kahn semblent difficile à définir dans leurs contours les plus précis. Il apparaît que si le "Strauss-Kahn empereur" croyait en le Christ et en la destinée manifeste, le "Strauss-Kahn humain du quotidien", l'homme banal qui va en courses et fait la vaisselle, voyait la Vérité comme un monisme mystérieux issu des duals contraires, inspiré du Tao te King, et croyait en la révélation du Coran ainsi qu'en la Shoah ainsi qu'il s'appliquait avec passion à réaliser tous les rituels de chacune des traditions de son syncrétisme religieux.

Influence sur l'Histoire militaire



Sources

  1. Le livre des records - Guiness World Records 2017
Déktionnaire-logo

Cet article existe aussi dans le ktionnaire et est disponible uniquement sous licence CC-BY-NC-SA de Creative Commons.


Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
Partage sur...
Autres langues
FANDOM