Dieudonné

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher
DDintro.jpg

Une enfance perturbée par ses origines bretonnes

Dieudonné est un homme politique comique français et sociologue de renommée. Il est né en 1966, ce qui lui fait un point commun avec Fabrice Bénichou, Olivia Adriaco et Édouard Baer. Il travaille beaucoup avec Robert, une grosse mouche à merde.

[modifier] La jeunesse

Peu d’informations fiables ont filtré sur l’enfance de Dieudonné. On sait toutefois qu’il est né dans une maternité, qu’il est allé à l’école maternelle puis en primaire, au collège et enfin au lycée, ce qui explique pas mal de choses, mais davantage sur le cursus scolaire français que sur la personnalité de Dieudonné.

Non, ce qui en fait un être "différent", un marginal ayant du mal à s’adapter, un exclu malgré lui de la sphère sociale, ce sont ses origines. Il a la malchance de naître à Fontenay-aux-Roses (Hauts de Seine), à mille lieues de ses origines ethniques, sa mère étant de pure souche bretonne. Tout au long de son enfance, il subira les railleries de ses camarades qui le surnomment péjorativement "Ker Dieudo" et qui lorsqu’il s’en va le torturent en lui lançant des "kenavo" en veux-tu en voilà. Il doit plusieurs fois changer d’établissement mais il ne parvient jamais à dissimuler très longtemps sa bretonnitude et les brimades recommencent de plus belle.

Naturellement, la plupart des gens ont une méfiance innée envers les Bretons. Les plus virulents dans ce domaine restent tout de même les Normands et Dieudonné en fera l’amère expérience à moult reprises. À 13 ans il déménage de Fontenay-aux-Roses pour Villejuif, la ville voisine. Comme son nom l’indique, cette commune est hélas pour lui dominée par une très forte communauté normande. Autant dire que son adaptation est difficile et malgré ses efforts pour tenter d’accepter cette antipathie compréhensible envers ses origines bretonnes, Dieudonné va au fil des années développer une haine farouche envers Villejuif et tous ses représentants.

C’est cette haine qui lui permettra de tenir jusqu’à ses 18 ans, époque où il décide de quitter le foyer familial pour voler de ses propres ailes. Le ticket de RER qu’il achète alors pour fuir Villejuif et voguer vers la Capitale sera la pierre fondatrice de sa nouvelle vie. Comme quoi il a toujours eu des ambitions assez modestes.

[modifier] Entrée en politique

DDmanifeste.jpg

Le manifeste du parti E&D sera commodément vendu à la Fnac en DVD

Sa jeunesse difficile lui aura au moins servi à une chose : Dieudonné sait désormais qu’il faut changer la société. Il n’est pas normal qu’un Français comme lui soit mal jugé par ses compatriotes uniquement parce qu’il a eu la malchance d’avoir une mère bretonne. Il décide donc de fonder un parti politique. Et comme un symbole, il trouve pour ce projet ambitieux l’appui d’un homme qui sur le papier aurait tout pour être son pire ennemi : Elie Semoun. Ce dernier est en effet un Normand originaire de Villejuif, de parents eux-mêmes issus de Villejuif. Mais il a dû emménager très jeune dans une région noyautée par la communauté bretonne et a donc connu les mêmes difficultés que son compère. Aussi malgré quelques divergences idéologiques engendrant de fortes disputes qu’on ne saurait blâmer, nos deux héros vont finir par trouver un terrain d’entente et formeront le parti E&D.

Ils multiplient les meetings, dans des lieux minuscules d’abord puis, le bouche à oreille fonctionnant à merveille, commencent à remplir des salles de plus grande envergure, jusqu’au Zénith de Paris en 1997 qui marqua aussi le zénith de leur carrière politique.

Leur message est clair : le monde doit vivre en harmonie sans devoir subir les conséquences d’une origine géographique ridicule. Ils le résument d’ailleurs parfaitement bien dans ce qui sera l’hymne du E&D, un air que Julien Lepers n’hésitera pas à comparer au "Chant des partisans" ou à "l’Internationale" et dont voici le début :

   
Dieudonné
Personne dans le monde

Ne marche du même pas Et même si la Terre est ronde On ne se rencontre pas Les apparences et les préférences Ont trop d'importance Acceptons les différences C'est vrai, faut de tout tu sais Faut de tout c'est vrai Faut de tout pour faire un monde Personne dans la vie ne choisit sa région d’origine L'important c'est d'écouter son cœur Si celui qui te paraît différent Très bien, c'est le sien le tiens, le mien et tiens le biiieeeeeeeennnnnnnn ! Alors serres le bien fort dans ta main

   
Dieudonné

Le succès est phénoménal. Les deux chefs du parti E&D sont les invités privilégiés de la plupart des émission politiques télévisées où ils n'hésitent pas à déclamer des discours provocateurs et très en avance sur leur époque prônant la mixité multirégionale « à part les dauphinois car il ne faut quand même pas déconner », précisera Dieudonné.

Seule ombre au tableau, l'engouement populaire suscité par le duo ne se concrétise pas dans l'urne. Ainsi en 1999 Dieudonné décide de tenter sa chance au nom du parti E&D au scrutin municipal de Dreux, en plein cœur de la Normandie, ce qui dénote un courage rare en politique. Il fera un score mitigé de 1,6%. De quoi décourager nos deux amis et leur prouver qu'il y a encore bien du chemin à faire pour réussir à gommer les clivages régionaux (hors Dauphiné).

[modifier] Le clash

Hélas, le parti E&D ne se remettra jamais de cet échec. Chacun des deux ténors politiques rejettera la faute sur l'autre et l'inévitable se produit en 2000 : le E&D scissionne. Élie Semoun tente l'aventure politique en solo mais devant l'ampleur de la tâche, il décidera rapidement de passer une série de petites annonces pour tenter de recruter un nouveau comparse. Nous lui souhaitons bonne chance. Quant à Dieudonné, sans doute dépité par un tel retournement de situation, il décide purement et simplement d'abandonner la politique et de se lancer contre toute attente dans le monde des paillettes et du strass : le show-business. A ce jour, Dieudonné à pas mal progressé dans l'humour et remplit plein de zéniths (même quand on essaie de l’empêcher). Par contre Elie a voulu faire une chanson dernièrement et tout le monde s'est foutu de lui.

[modifier] Entrée de l'artiste

DDfamine.jpg

M. et Mme. Dieudonné, ses parents et premiers supporters.

C'est en 2003, alors qu'il est l'invité vedette de l'émission d'analyse politique de Marc-Olivier Fogiel "On ne peut pas plaire à tout le monde", que Dieudonné fera son coming-out d'artiste. Alors qu'on lui demande pour la Nième fois de s'exprimer sur son programme et son avenir politique, il prend tout le monde à rebrousse-poil et se lance dans la déclamation d'un sketch inédit et totalement hilarant. Montrant un sens aigu du déguisement et du non-sens qu'on ne lui connaissait pas, il arrive sur le plateau affublé en Juif orthodoxe qui fait semblant de ne pas aimer les Musulmans. Pour conclure ce sketch mémorable, il trouve une idée de génie  : il effectue le salut fasciste tout en criant "Isra-heil !", un habile jeu de mots.

Le public est écroulé de rire, à la fois devant la drôlerie du texte, mais aussi parce que cette sortie était totalement inattendue. Quelques associations mal embouchées comme la Licra ou le Crif protesteront en arguant qu'une émission politique ne devrait pas laisser la place à la gaudriole (le CSA ira jusqu'à punir France 3 d'un blâme) mais Dieudonné n'en a cure.

Fort de ce succès, il est persuadé qu'il a trouvé sa voie. Il n'écrira plus désormais des discours politiques mais des one-man-shows. C'est beaucoup plus gratifiant et ça le rapproche du peuple. Beaucoup s'indignent de le voir abandonner une carrière politique prometteuse pour se lancer dans un métier de saltimbanque mais Dieudonné n'est pas du genre à se laisser dicter sa conduite.

De plus il a trouvé son créneau. Dans tous ses spectacles il campe un personnage totalement paranoïaque qui imagine des complots et qui tente de les déjouer. Après avoir joué les Juifs orthodoxes, il devient tantôt Arabe, tantôt Noir, tantôt Palestinien, toujours avec le même bonheur. Seul regret, il ne pousse jamais l'auto-dérision jusqu'à camper un Breton mais c'est sans doute à cause des traumatismes vécus pendant son enfance et on ne peut pas trop lui en vouloir.

[modifier] Un clin d'œil au passé

DDlepen.jpg

"The chauve must go on", dira joliment son producteur.

N'allez pas croire cependant que Dieudonné a renié ses combats politiques d'antan. Certes, il est passé de l'autre côté du miroir mais au fond de lui, il restera toujours un militant de l'égalité des chances. En 2009, il nous a d'ailleurs réservé une belle surprise. Alors que tout le monde attend avec impatience son prochain spectacle prometteur intitulé "Ce sont les Juifs qui ont détruit le World Trade Center", il fera comme Coluche et Bernard Ménez un retour surprise en politique, le temps du scrutin des Européennes.

Mais c'était trop beau pour être vrai et il s'agissait là d'un ultime pied-de-nez à ceux qui réclament un véritable engagement de sa part puisque sa liste sera affublée du nom ridicule de "liste anti-communautariste et anti-sioniste". Quel talent. Certains y ont tout de même cru jusqu'au bout, Dieudonné ayant eu la surprise de récolter près de 1% des suffrages rien que sur son nom ! Le canular a même pris une telle ampleur que le producteur des spectacles de Dieudonné, Jean-Marie Le Pen, a dû faire une annonce officielle pour préciser que c'était juste pour déconner. Ah décidément, succès quand tu nous tiens !


ClownPolitique.png  Portail du Gouvernement  •  Photo Bio.png  Portail des Gens

Qu'avez-vous pensé de l'histoire de Dieudonné ?
 
132
 
325
 
116
 
60
 
89
 
203
 
75
 

Ce sondage a été créé le juillet 13, 2009 13:55 et 1000 personnes ont déjà voté.
Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
Partage sur...
wikia