FANDOM


Le dahu est une sorte de chèvre handicapée, même si la différence est une force et pas une faiblesse comme les gens veulent toujours nous le faire croire, même qu'il y a eu un film avec Tom Hanks sur un pêcheur de crevette débile qui va au Viet-Nam ou quelque chose comme ça...

Habitat naturel Modifier

Le dahu vit, selon Jean-Marc, tenancier du snack-café "Le Cabri jovial", où la barquette de frites avoisine les six euros, dans les hautes montagnes de France, où la croûte continentale est considérablement raccourcie, ce qui témoigne d'une convergence lithosphérique notable, bien que Jean-Marc estime que "ça ne va pas être très pertinent pour l'article, vous voulez qu'on parle dahu, oui ou merde ?!".
A0cb6d4a

Fig. 1 : De la cire malhabilement déguisée en dahu.

Population Modifier

Alors, euh... Ils sont dans les montagnes, ça c'est sûr. Il doit y en avoir... cinquante... dans les Alpes, pas mal dans le Massif Central, genre, vingt, pourquoi pas. Jean-Marc dit plus. Trente, qu'il dit. A ce qu'il paraît, y'en a plus dans le Jura : y'a un, une... *c'est quoi le sigle?* Ah, une ONG qui en relève une centaine, mais bon, les associations, hein, euh, voilà, quoi... Ça vaut ce que ça vaut.

Régime alimentaire Modifier

Ses habitudes alimentaires sont proches de tout animal sauvage herbivore, vivant dans une gaie et riante nature : emballages de chips, barquettes en carton, M&M's, boue, sachet de burger, paille, restes de victimes de Bernard, fils du prêtre, crétin consanguin reclus dans une cabane en bâche plastique, génépi bon marché... C'est con, avec quelques sacs plastiques ingérés, on aurait pu les appeler "baleines des pics".

Anatomie Modifier

ut également noter que le dahu correspond à un stade d'évolution ultime, à la crème de la crème du grand gâteau de la théorie darwinienne, aux élites génétiques de ce monde. Enaiffé, ce bouquetin trisomique est doté d'une particularité inouïe, d'autant plus que vous n'êtes pas en train d'ouïr : les pattes de gauche de cette brave bête sont plus courtes que les pattes droites. Ah non, au temps pour moi, ce sont les pattes droites les plus courtes. Ce qui aurait pu être l'équivalent d'un guépard sans pattes ou d'un panda sans anus dans une plaine s'est révélé être un atout majeur dans ce monde hostile qu'est le massif du Jura. Son asymétrie patente lui permet de gambader gaiement sur les arpents montagneux, sauf dans les Pyrénées, parce que voyez-vous, en cette saison, ce n'est pas très interessant. Alors, oui il y a bien la vallée du Bureau qui vaut le détour, mais c'est trop fréquenté, ça détruit un peu la magie du bled...