Désinformation:Vague de privatisations : l’État français poursuit le mouvement

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

Vague de privatisations : l’État français poursuit le mouvement

De notre envoyé spécial  Zalibus - ‎le 30 novembre 2009

France — L’État français poursuit sa vague de privatisations.

Après les récents transferts dans le secteur privé de la Poste, de la SNCF, du Ministère de l’Éducation, de l'EDF et du Commissariat à l'Énergie Atomique, la vague de privatisations ne semble pas devoir s'arrêter en France. C’est ce que confirme encore aujourd’hui l'annonce, faite par le Ministre chargé des Cacahuètes et des Sports, de la récente décision du Conseil d'État de privatiser la Gendarmerie Nationale.

« Il ne s'agit pas du tout, comme certaines mauvaises langues veulent le faire croire, d'une déresponsabilisation de l'État vis-à-vis du citoyen français », précise le ministre. « Le gouvernement persiste et signe dans sa politique d'engagement durable et il continuera d'assurer ses missions de service public : le service des impôts sera maintenu et les divers représentants de l'État percevront normalement leur salaire. »

Depuis l'installation en 2003 des radars automatiques, la Gendarmerie Nationale est devenue un poste rentable. Aussi, malgré la configuration globalement baissière, la bonne orientation du titre (qui devrait faire son entrée sur le premier marché en début d'année prochaine) reste donc confirmée. La société Sagem Sécurité, déjà exploitante des radars automatiques, s’est portée preneuse et a signé le mois dernier un contrat pour le rachat de 70% des parts de l'État.

Ce jeudi, les futurs responsables du groupe se sont réunis autour du Conseil d'État pour détailler leur business plan sur 5 ans :

« Nous prévoyons de développer le secteur Contraventions. Si sa robotisation partielle en a fait un poste bénéficiaire, l'optimisation avant ouverture totale du marché à la concurrence reste nécessaire : les procédures de défauts d'assurance, d'usage de téléphone portable au volant et de non port de la ceinture de sécurité ne dégagent pas assez de chiffre d'affaires. Pour la rentabilité du numéro d'appel 17 Police Secours, il nous faudra mettre au point des modalités tarifaires mieux adaptées à la réalité des coûts. Nous prévoyons enfin d'émettre une très jolie série de timbres-amendes consacrés à Noël, qui devraient attirer autant les enfants que les collectionneurs et les chauffards. »

Appelé en tant qu'expert en démantèlement d'entreprises, l'ex-ministre et repris de justice Bernard Tapie a encore conseillé la délocalisation d'une partie des services en Inde et le recours à de la main d'œuvre intérimaire roumaine.

Confronté mercredi aux vives réactions de l'opposition lors d’une séance particulièrement houleuse, le Président de l'Assemblée Nationale s'est voulu rassurant : « Du calme ! Chaque député recevra ses actions. Messieurs les députés du PS n'ont pas à s'inquiéter, ils ne seront pas oubliés. »

Très satisfait du résultat des précédentes privatisations, le gouvernement français ne souhaite pas s'arrêter en si bon chemin :

« Le conseil d'administration de la France réfléchit déjà à la meilleure façon de privatiser les régions et les municipalités. Nous ne prévoyons pas de licenciement technique des citoyens français avant l'horizon fin 2011. Nous prendrons comme toujours en compte l'opinion des mécontents : ils recevront leur préavis tel que prévu par la législation et seront libres de demander la nationalité Nord-Coréenne. »

Qu'avez-vous pensé de l'article "Vague de privatisations : l’État français poursuit le mouvement" ?
 
4
 
10
 
3
 
1
 
1
 
0
 
1
 

Ce sondage a été créé le novembre 30, 2009 13:21 et 20 personnes ont déjà voté.


Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
Partage sur...
wikia