Désinformation:Nestlé relance Chocapic

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

Nestlé relance Chocapic

De notre envoyé spécial  Thaumasnot - ‎le 6 août 2007

France — 
Chocapic1tr.png

Chocapic® à nouveau sous les feux des projecteurs.

Nestlé s'apprête à lancer une campagne promotionnelle d'une envergure sans précédent (environ 60,3 m) pour son produit phare, Chocapic®, les fameuses céréales au chocolat. L'opération serait d'inclure un avion Airbus A330 aux paquets de 375g de la marque. « Nous voulons donner un nouvel élan à Chocapic®, et montrer que Nestlé s'active en permanence pour innover son approche du besoin client satisfait », déclare le porte-parole du groupe agroalimentaire.

Le prix de vente des paquets devrait connaître un léger sursaut d'environ quelques centaines de millions d'euros par unité qui devrait, en toute logique, les rendre inaccessibles au budget d'une partie des ménages. Conscient de cet inconvénient, Nestlé a communiqué l'avis suivant : « Nous pensons que la tendance des ménages sera au contraire de consentir un sacrifice financier ponctuel pour une offre somme toute exceptionnelle pour leurs enfants, tout en sachant qu'ils bénéficieront toujours des 30% supplémentaires de cérérales gratuites qui a fait le succès du segment des 375g sur le marché céréalier. De plus, il est logique de pousser notre offre vers sa conclusion logique, après avoir offert des CDs collector du jeu PC Flight Simulator, puis des modèles d'avions en carton prédécoupé dans le dos des paquets. » À cette plaidoirie s'ajoute l'argument vendeur que les enfants ne voudront pas être en reste par rapport à leurs copains et à la hype du moment, et qu'ils feront tout pour que leurs parents accèdent à leurs suppliques de damnés. Le docteur Fuentes, expert ès pédiatrie, cite leur capacité à « pleurer à la demande », « faire la grève de la faim » ou « se faire traîner par terre en s'agrippant au genou de la mère en pleurant ».

Contacté à son domicile pour savoir s'il a mesuré l'éventuel écornement de l'image de marque d'Airbus par rapport à la braderie impliquant son avion civil long-courrier, Thomas Enders, le PDG d'Airbus, a vivement réagi : « Je ne suis pas d'accord, c'est très bien Chocapic® ! Mes enfants en prennent tous les matins. » Selon lui, il apparaît même inconcevable de ne pas complémentariser les offres produits. « Il est évident qu'avant de faire décoller un Airbus, un bon bol de Chocapic@ accompagné d'un grand verre de jus d'oranges au réveil s'impose », dit-il.

A priori, Nestlé a pondéré tous les pros et cons d'une telle mise sur le marché. Il importait bien sûr de "faire un coup" et d'"assommer Kellog's", de préférence dans le cadre d'un partenariat européen. Les premières idées du département marketing de Nestlé portaient sur la distribution de titres de propriété sur les astéroïdes de la ceinture principale entre Mars et Jupiter, en tournant à droite au coin de la rue Galileo. Mais malheureusement ces titres sont déjà aux enchères sur eBay. Il fut ensuite envisagé d'offrir des hélicoptères, mais une telle offre aurait tout à fait été orthogonale au concept initial d'une offre d'envergure, puisque la dimension caractéristique d'un hélicoptère est plus sa longueur hors tout (mesure linéaire entre l'avant et l'arrière de l'appareil) que son envergure. La seule réelle difficulté posée par un avion serait, selon les analystes de Nestlé, le SAV : « Il faut comprendre que pour maintenir les coûts relativement bas, on ne peut pas assurer un niveau de service exceptionnel pour une opération promotionnelle de juste 1 mois. »

L'initiative commerciale, malgré son ampleur apoplexique, n'est pas la première de son genre. Le concurrent historique de Nestlé, Kellog's, avait en effet déjà marqué l'Histoire dès 1912 en offrant avec chaque paquet de céréales Kellog's Corn Flakes un navire insubmersible. La médiatisation de cet évènement avait alors été partiellement étouffée suite à la mauvaise publicité du naufrage du Titanic. (Il faut noter à ce sujet que Edward John Smith avait trouvé son poste de commandant de bord du Titanic dans un paquet Kit Kat® dans son goûter du 4h, le 4 février 1912. Sa femme et sa fille, qui le lui avaient préparé avec amour, le regrettent encore. Certains experts du complotisme ont cyniquement soulevé le fait que Kit Kat® appartenait déjà à l'époque à Nestlé. Alors méfiez-vous si vous trouvez par hasard un diplôme de pilote d'Airbus A330 dans votre Kellog's Special K...)

La surenchère dans la folie des grandeurs est donc toujours de mise, même de nos jours. Mais déjà Nestlé s'est de toute évidence engagé à inverser la tendance en s'associant avec Renault pour la promotion de sa nouvelle 4x4 (projet H45) prévue pour 2009. Le projet serait d'« offrir un paquet de Chocapic pour chaque Renault achetée », déclare le responsable des relations commerciales de Nestlé.

Bestof v1.png
Meilleurde.jpg
Cet article a été élu dans le Best Of de la Désencyclopédie !
Qu'avez-vous pensé de l'article "Nestlé relance Chocapic" ?
 
108
 
54
 
21
 
13
 
13
 
24
 

Ce sondage a été créé le août 6, 2007 16:03 et 233 personnes ont déjà voté.
Partage sur...
wikia