Désinformation:Mort de la jeune Carla : un professeur mis en examen à son tour

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

Mort de la jeune Carla : un professeur mis en examen à son tour

De notre envoyé spécial  WiiKend - Ceci était une signature - ‎le 23 juin 2011

Florensac, France — Coup de théâtre dans la terrible tragédie de Florensac (Hérault) où pour une sombre histoire de jalousie, la jeune Carla est morte sous les coups du frère d’une de ses rivales. Après la mise en examen de ce dernier pour « coups et blessures ayant entraîné la mort sans intention de la donner », c’est au tour du professeur de français de Carla, Mme Jambert, de devoir répondre à la justice de ses actes. De nombreux parents se sont en effet émus du terrible niveau en orthographe des amis de la victime, dénonçant une « totale démission de l’enseignant face aux nécessités basiques de maîtrise du langage qui devrait être inculquée à nos enfants ».

L’élément qui a mis le feu aux poudres est l’affiche de soutien à Carla et à sa famille placardée sur les grilles de l’école au lendemain de la tragédie. « C’est un véritable condensé de fautes, erreurs, pataquès, bourdes, et j’en passe et des meilleurs », a dénoncé Maître Carmonetti, l’avocat des familles. Les faits sont là et il est vrai qu’il sera difficile à la défense de se justifier.

MG01.jpg

L'objet du scandale

Juste à côté de la photo de la jeune fille, que ne voit-on pas : le mot « penssée » avec deux « s » ! Tout le monde sait qu’un « s » entre une consonne et une voyelle se prononce [s] et il est donc parfaitement inutile et totalement redondant de doubler cette consonne. Une faute d’autant plus évitable que l’auteur a écrit juste avant le mot « grosse » qui illustre justement à merveille cette règle basique. Tout en haut à gauche, légèrement caché par le pli de l’affiche (peut-être l’auteur espérait-il que nous ne le vissions pas ?), il est clairement écrit : « nos cœur ». Cette fois c'est le comble, il en manque un, de « s » !

Prenons maintenant le texte le plus long situé à gauche en bleu clair (couleur peu lisible sur du blanc mais bon passons…). Ça démarre plutôt bien puisqu’il n’y a aucune faute dans la première phrase, même si on ne comprend pas bien ce que représente le signe à la fin de « ressentir » – un simple point aurait suffi. Après, ça se gâte. L’accord de la deuxième personne du singulier sur « tu était » est passé à la trappe. Je rappelle qu’on apprend ça dès le CE2. Ensuite, la faute classique : « poura » avec un seul « r ». Mais ce n’est rien à côté du fameux « t’est partie trop tot ma vie ». Là c’est du grand n’importe quoi. En premier lieu, si on peut tolérer l’élision « t’es » à l’oral, à l’écrit il faudrait écrire intégralement « tu es ». De plus, il manque un accent circonflexe sur le « o » de « tot », même si ça ne vaut qu’un demi-point, ce n’est pas négligeable. Mais le pire est le sens de la phrase. Même mise en bon français : « Tu es partie trop tôt ma vie », ça ne veut strictement rien dire. Ce n’est pas la vie de l’auteur qui est partie mais celle de la victime. Enfin cette diatribe bancale s’achève en apothéose avec trois fautes dont deux dans le même mot : « Je pourais jamais ». Déjà, pas de première négation et encore une fois un seul « r ». Et surtout, il s’agit ici du futur et non du conditionnel, il ne faut donc pas mettre de « s ». À moins bien sûr que les points de suspension à la fin de la phrase ne laissent entendre une contrepartie sous-jacente à la condition du genre « Je ne pourrais jamais t’oublier, si j’étais un peu moins stupide ». Mais ne laissons pas le bénéfice du doute à cette Léa qui a tout de même eu le cran de signer.

Juste au-dessous, à peine est-on enfin rassuré de voir un « On te vengera quoi qu’il arrive » tout à fait correct et à-propos, nous voilà avec « un ange partit trop tot » pour le moins ambigu. Doutant de la probabilité que l'élève fût apte à maîtriser le passé simple, nous avons pu lui demander s'il avait voulu dire en réalité « Un ange qui est parti trop tôt ». Et au lieu de saisir la balle au bond et de nous faire croire qu'il pensait bien en réalité au verbe « partir » à la troisième personne du singulier du passé simple, il nous confirma qu'il souhaitait bien utiliser l'épithète « parti », qui n'aurait donc pas dû se terminer par un « t ». Dommage.

On peut continuer ce réquisitoire en nous penchant sur les textes à droite de la photo. Preuve accablante que c’est la méthode d’enseignement de Mme Jambert qui est défaillante, on retrouve des fautes déjà vues dont deux fois « je t’oublirais jamais » (absence de négation et emploi erroné du conditionnel auxquels vient s’ajouter l’oblitération du « e » muet nécessaire, car il s’agit d’un verbe du premier groupe) et le « penssée » avec deux « s ». Mais cette section a aussi son propre lot d’incohérences d’accords : « les meilleures partent les premiers », ça ne va pas du tout. Soit on met les deux adjectifs au féminin pluriel, soit on les met au masculin pluriel mais le mélange des deux est aberrant. Il faut savoir choisir ! Moins grave mais tout de même un peu cynique, les énergumènes qui ont cru bon de se vanter de leur existence en écrivant un sibyllin « je t’aime ma vie ». Certes pas de faute, mais sur une affiche ayant pour but de rendre hommage à une personne décédée, c'est totalement hors sujet, ce qui ne vaut guère mieux.

Enfin on finira ce triste étalage de fautes par un indice qui trouble les enquêteurs. Un des amis de Carla a écrit en anglais « I will always love you ». Et là pour le coup, il n’y a aucune faute. La police se demande donc si l’affiche entière ne serait pas plutôt un coup monté par le professeur d’anglais, M. Kaminski, qui d’après plusieurs témoins aurait tenté en vain de séduire Mme Jambert. Interrogée par nos soins, cette dernière s’est toutefois refusée à tout commentaire, se contentant d’un message laconique transmis via son avocat : « Ces dé conerie tout sa, ma cliante elle a rien fais du tous ».

En attendant des éclaircissements, une cellule psychologique a été mise en place pour Bernard Pivot.


Étron.png  Portail du mauvais goût


Quelle insulte voulez-vous délivrer à l'auteur de ce machin ?
 
113
 
30
 
113
 
545
 
121
 
57
 

Ce sondage a été créé le juin 23, 2011 19:56 et 979 personnes ont déjà voté.


Bestof v1.png
Meilleurde.jpg
Cet article a été élu dans le Best Of de la Désencyclopédie !
Partage sur...
wikia