Désinformation:Le gouvernement Obama propose un amendement mineur à la constitution américaine

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

Le gouvernement Obama propose un amendement mineur à la constitution américaine

De notre envoyé spécial  Ralgamaziel-Frappez-moi! novembre 20, 2016 à 21:18 (UTC) - ‎le 19 novembre 2016

WashingtonÉtats-Unis d'Amérique — Le gouvernement d’Obama, voyant approcher à grands sabots la nouvelle présidence, tente de remédier à l'arriération d'un système.



Après l'incertitude dans laquelle est plongée le parti démocrate pour ce qui pourrait bien marquer une certaine atténuation de son influence sur les États-Unis d'Amérique et le monde, le camp du président Obama revient sur les événements advenus au cours de son mandat. Certes, ils le concèdent, il y a eu la crise, dont le monde entier a souffert. Certes, il y a eu les attentats, l'islamophobie, les tueries à l'arme à feu, la guerre en Lybie, en Irak et en Syrie.

Certes, il y a eu l'horrible et inéluctable ascension de ces misérables opportunistes sournois et veules de Chinois.

Certes, il y a eu les antagonismes latents et dangereusement attisés tout au long de ces huit ans, la menace d'un conflit planétaire voire nucléaire, les millions de réfugiés que les nationalismes de tout poil ont laissés sans patrie et sans terres, dans des conditions d'hygiène alarmantes. Mais cela doit-il pour autant réussir à ternir l'image désastreuse d'un président déjà décevant malgré ses deux mandats et, comble de tout, noir ? Le parti, en la personne d' Ashton Carter, secrétaire d'état à la défense, a accepté de répondre à nos questions, adoptant un ton qui se veut optimiste :


Ashton Carter, avec par ailleurs d’élégants effets de manche et de très jolis trémolos, bravo : Certes, nous le reconnaissons, il y a eu la crise, dans laquelle les banques américaines ont plus d'une responsabilité. Certes, il y a eu les attentats, les guerres de gang qui ont fait plus de victimes cette année qu'au cours de n'importe quelle autre, les tueries à l'arme à feu sur notre sol, la guerre au Yémen, au Mali et en Afghanistan
Drone

Les réserves de Coca-Cola sont à l'arrière de ce sous-marin blindé, censé apporter la "sérénité aux peuples". Pff. Nous sommes bien au-dessus de ça, nous.

. Certes, il y a eu la terrible, l'effrayante ascension de ces misérables opportunistes sournois et veules que sont les Chinois. Certes, il y a eu les antagonismes...


Désencyclopédie : Euh, pardonnez-moi de vous interrompre, mais on a déjà dit tout ça, et il ne faudrait pas qu’on se répète tout de même, on a un temps limité à l’antenne.


Ashton Carter : Ah ? Excusez-moi, alors. Mais pourquoi alors m'avoir laissé continuer si longtemps?


Désencyclopédie libre et fougueuse : J'aime bien le passage avec les Chinois.


Ashton Carter : Hum. Bon, voilà, tout ça pour dire qu'on ne se laissera pas abattre, comme les civils syriens, lol. Dans la continuité de la ligne politique que nous avons toujours défendue, nous allons poursuivre nos efforts pendant que nous en avons encore le temps, sans cesser de contribuer à la stabilité de la situation mondiale. Cependant, après avoir longtemps œuvré sans compter pour exporter notre démocratie 100% pur sucre chez des civilisations étrangères, voire du Maghreb (de canard, huhu, quel petit plaisantin je fais décidément), nous avons revu nos ambitions à la baisse et réfléchissons actuellement à un moyen de répandre la démocratie aux Etats-Unis.


Désencyclopédie (entreprise familiale depuis 1948) : Mais... Si je puis me permettre, il me semble que les Etats-Unis d'Amérique sont déjà une démocratie. D'ailleurs des élections se sont tenues, il me semble, et il paraît qu'un Donald Trump a été élu pour succéder à Barack Obama.


Ashton Carter : Excusez-moi,monsieur? Je pense que j'ai mal entendu. Le choix n'est pas encore fait, comme vous le savez. Un pays dont le résultat des élections est connu à l'avance avant même qu'elles ne se tiennent, vous appelleriez ça une démocratie?


L'équipe intègre, droite et courageuse de la désencyclopédie qui ne recule devant aucune rouerie des politiques visant à dissimuler la réalité du monde aux peuples : Pardon ? Ah, vous voulez peut-être parler...


Ashton Carter : Du système de vote par grands électeurs, parfaitement, dont l'utilité a déjà été contestée à plusieurs reprises. Le fait que l'on ne connaisse pas les intentions du votant fait partie intégrante du processus démocratique, tandis qu'eux-mêmes concourent explicitement pour le compte d’un candidat. C'est à se demander si nous avons la maturité nécessaire pour nous servir de la machinerie politique ! Aussi, nous avons proposé un petit changement à la constitution, qui permettra de respecter toutes les étapes nécessaires à un choix éclairé de nos citoyens. Dès à présent, chaque grand électeur devra se livrer à une campagne d'une semaine pour tenter de convaincre les autres de voter pour lui. Lorsque tous auront fait la promotion de leur candidature, une session se tiendra au cours de laquelle l'un d'entre eux sera désigné.


Désencyclopédie, source de calcium et de minéraux pour les jeunes enfants : Et celui-là élira ensuite le futur président.


Ashton Carter : Non, il sera éliminé et les autres répéterons l'intégralité de la procédure. Cela permettra aux indécis de se faire un avis clair, élaboré et justifié.


Désencyclopédie (favorise la perte de poids) : Je vois... Tout ça me semble un peu long, quand même. Et le dernier en lice sera celui qui désignera le président ?


Ashton Carter (qui lui ne favorise pas grand-chose, à part les sales traders de cacao illégal de Wall Street) : Absolument pas, voyons ! Un tel choix unilatéral serait parfaitement anti-démocratique. Il me semble que vous nous prenez tout de même un peu pour des amateurs, chez Obama&Friends. Non, rien d’aussi mesquin : lorsqu'il n'en restera plus que deux cent cinquante en lice, nous départagerons les votes en organisant une grande course en sac par étapes qui partira du portail de la Maison-Blanche, traversera joyeusement le parc au milieu des encouragements de la foule, et continuera ainsi dans la liesse générale jusqu'à ce que le premier coureur franchisse la ligne d’arrivée qui se trouve devant la fontaine de la grand-rue de San Antonio (Texas) que le gouverneur a gentiment mis à notre
Course

Bon, ça se voit quand même que celui-là n'ira pas bien loin.

disposition. Effectivement, vous faites bien de le faire remarquer, ce système pose quelques désagréments logistiques, mais nous sommes persuadés que nos citoyens comprendront que nous agissons ainsi pour le bien de l'Amérique.


Désencyclopédie, prodige du monde libre : Certes... Si mes calculs sons bons, le déroulement de l'élection s'étalerait donc sur cinq ans, trois mois et deux semaines, sans compter le temps que les voix mettront à traverser le territoire. Vous est-il venu à l'idée que ce délai outrepassait même la durée du mandat de Tru... du président qui sera élu ?


Ashton Carter : Ah oui, tiens. Tru... le candidat entrant aura donc à gouverner pour une durée négative de deux-cent dix-huit semaines (selon la forme physique des électeurs). Ma foi, je suis certain qu'il saura s'accommoder d'un petit retard, d'autant que l'élection finale a un effet rétroactif de quatre ans et donc qu'il aura été officiellement au pouvoir pendant toute cette durée. En attendant de connaître le nom du prochain président, bien sûr, le gouvernement précédent continuera à administrer le territoire.


Désencyclopédie, qui ne perd pas de vue les intérêts de son lectorat et reste fidèle à ses abonnés, pas comme d'autres journaux superficiels et sans intérêt que nous nommerons pas : Eh bien, je vous remercie de ce petit et néanmoins très instructif entretien. On m'annonce d'ailleurs que votre projet est bien accueilli outre-Atlantique : à l’approche des élections, plusieurs pays semblent déjà afficher leur admiration devant ce système aussi élégant qu'efficace, parmi lesquels la France, la Russie et l'Allemagne.


Ashton Carter, avec un clin d’œil malicieux à notre intention : Ce fut un plaisir. Et n'oubliez pas le proverbe chinois sud-sibérien : « Si vous voulez manger du poisson, invitez votre ennemi à pêcher. »


GoodJob
Cet article a failli être élu au Best Of de la Désencyclopédie.
Si vous l'avez adoré, vous pouvez encore relancer le débat.
Partage sur...
FANDOM