Désinformation:Le Parti Socialiste suisse à son tour éclaboussé par le scandale Julien Dray

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

Le Parti Socialiste suisse à son tour éclaboussé par le scandale Julien Dray

De notre envoyé spécial  Pattalong Nuculaire - ‎le 29 juillet 2009

BerneSuisse — Après la France, le scandale Julien Dray touche la Suisse où la conseillère fédérale Micheline Calmy-Rey est dans le collimateur de la justice.

Micheline-calmy-rey.jpg

La conseillère fédérale avec sa montre Gros Minet. C'est un autre type de bracelet qu'elle pourrait bientôt essayer.

Stupeur au Parti Socialiste suisse : une enquête vient d'être ouverte sur les agissements de la conseillère fédérale aux Affaires Étrangères, trempée dans une affaire qui n'est pas sans rappeler le scandale récent dans lequel est impliqué Julien Dray en France.

[modifier] Des parallèles à gogo

Comme en France, la conseillère fédérale semble avoir mené un train de vie complètement en décalage avec ses émoluments, et pire encore avec la charte éthique affichée par le Parti Socialiste suisse.

Les détails de l'affaire, que la sencyclopédie a pu se procurer en échange d'une bouteille de vodka premier prix de chez Migros, révèlent que Mme Calmy-Rey a dépensé régulièrement certaines sommes pour se constituer une collection de montres.

Ces dépenses, apparemment sans commune mesure avec les revenus de la conseillère provoquent l'émoi aussi bien dans la classe politique que dans l'opinion publique.

[modifier] Des transferts d'argent en-veux-tu-en-voilà

Tout semble avoir commencé en mars 2007. Micheline Calmy-Rey est en train de chercher sur eBay une yaourtière pour préparer un dessert original à l'occasion de la prochaine réunion du conseil fédéral. Son attention est alors attirée par une enchère concernant une montre flik-flak Batman. Elle met le doigt dans ce qui semble être un engrenage diabolique.

Elle remporte cette première enchère au prix de 28 francs suisses et repart immédiatement à la recherche de nouveaux objets pour sa collection. Comme l'attestent les relevés de son compte eBay, elle tombe alors dans un cercle vicieux.

24/07/2007     22,50 CHF     montre flik-flak Mon Petit Poney
12/10/2007     31,00 CHF     montre flik-flak Gros Minet
14/03/2008     24,65 CHF     montre flik-flak Bob l'Éponge

[modifier] Des associations et des particuliers impliqués à tire-larigot

Flik-flak-Batman-2008.jpg

Tout cela est déjà très étrange, mais ce qui l'est plus encore, c'est que ces achats ont été faits avec la complicité apparente d'associations dont la conseillère est également membre.

Le secrétaire de l'association des amateurs de fromage du Valais a ainsi révélé avoir prêté 5 francs suisses à Mme Calmy-Rey pour finaliser l'achat d'une des fameuses montres. « La conseillère m'a demandé si je n'avais pas une pièce de 5 francs. J'en avais une. Alors je lui ai prêtée. »

L'enquête devra faire la lumière sur ces réseaux de connivence dont la conseillère semble avoir largement profiter pour se procurer la petite monnaie nécessaire au paiement de ces montres. Car il fallait connaître les réseaux nécessaires capables de débloquer rapidement ces sommes spécifiques. « Les particuliers ne prennent pas toujours la Visa Gold, figurez-vous. »

[modifier] Des réactions outrées à-la-va-comme-je-te-pisse

Du côté de la classe politique, la révélation de l'enquête suscite un certain embarras. Le public quant à lui crie au scandale. « C'est toute l'image de la Suisse qui en prend un coup » déclare Michel, retraité, à ce sujet. « Si nécessaire, il faut que tous les citoyens mettent la main à la poche et augmentent le salaire des conseillers fédéraux pour qu'il se paient des tocantes qui ont de la gueule. On a notre amour-propre. »


Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
Partage sur...
wikia