Désinformation:La maison-Blanche a tranché: Sarko must go!

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

La maison-Blanche a tranché: Sarko must go!

De notre envoyé spécial  Marsattaque - ‎le 22 mai 2008

Washingtonétats-unis — "Quoiqu'il arrive et quoiqu'il dise, Sarko doit partir !" Cette sobre déclaration de Condoleeza Rice ne laisse aucun espoir à l'actuel président français considéré aujourd'hui par l'administration Bush et une large part de l'opinion américaine comme une tête de pont du Hamas et de Ben Laden en Europe. Plusieurs journaux américains de référence comme le Washington Post ou Time ont depuis des mois mené une campagne très violente contre le Président français "élu par les arabes, les pauv' cons et les trotskystes et qui fait la politique étrangère de l'extrême droite".

Exil dans une île "perdue"

La presse britannique, on le sait, n'est pas en reste et le Sun, tabloïd bien connu, vient de faire sa une avec un photo montage montrant Nicolas Sarkozy nu, assis sur un rocher au milieu de la mer et coiffé du bicorne de Napoléon avec ce commentaire : "Hey Niko, there's a tiny island left for you" ("Hé, Nicolas, il y a une petite île prévue pour toi").

Or il semble qu'à Washington on ait eu la même idée quant à l'avenir du président français : dans l'entourage de Condoleeza Rice on ne fait pas mystère d'un projet "d'éloignement définitif" de Sarkozy dans une île fort éloignée ("Lost"), et qui ne serait pas forcément très "touristique". Le nom de Clipperton, îlot désert appartenant à la France et situé à l'Ouest de la côte pacifique du Mexique, paraît avoir la faveur des milieux dirigeants américains. En effet, la "solution Clipperton" aurait l'avantage de garder le président français à une "portée de missile des Etats-Unis" pour reprendre l'expression du général américain quatre étoiles Chuck Norris.

Les américains préparent l'après Sarkozy

Le projet n'a pas encore un caractère officiel mais serait dejà "fort avancé" si l'on en croit un reponsable du département d'état américain, Sylvester Bastone. "Après la chute du gouvernement français pro-arabe" l'administration Bush installera un gouvernement de transition, le TRANSFREEGO - TRANSFROC en français - qui obéirait "dans un premier temps" au général en chef américain Tommy Freaks, mais qui aurait un premier ministre "officiellement" français et se composerait de "personnalités politiques, militaires et techniciennes françaises de haut niveau".

Des noms circulent déjà, le plus cité est celui de Tony Parker qui est incontestablement pour l'administration Bush "our man in France", d'autres noms sont pressentis pour faire partie du nouveau paysage politique de l'après Sarkozy : Le Pen au ministère des affaires étrangères, Bernard Tapie au ministère de l'économie et des Finances, Sami Nacery à la justice, Bernard Henry Levy à la défense, Luc Besson à la culture. Tony Parker s'est d'ores et déjà dit prêt à assurer ses nouvelles fonctions sous reserve de garanties "très fermes" sur la place de la France dans la nouvelle fédération américano-européenne qui remplacerait l'union européenne jugée "obsolète et vieille de toutes façons" par Bush.

Dans un entretien téléphonique dramatique, Carla Bruni a tenté - en vain - de fléchir Georges Bush qui aurait fini par éteindre son portable.

François Fillon aurait en outre discrètement sondé Washington sur une "option d'élimination moins radicale" du Président français, cette solution, jugée "juste et impartiale" par le sénateur américain Bud Schwarzenneger consiste à faire juger Nicolas Sarkozy par un tribunal en Turquie pour crimes contre l'humanité.

Le leader lybien Moammar Kaddafi s'est par ailleurs déclaré prêt à accueillir le président français et sa famille dans le cas où il accepterait une abdication "sans effusion de sang" mais pas sa femme, jugée impure. Il aurait même proposé d'offrir comme cadeau de bienvenue au fils du Président français un scooter tout terrain.


Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
Partage sur...
wikia