Désinformation:L'affaire Polanski : la polémique prend de l'ampleur

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

L'affaire Polanski : la polémique prend de l'ampleur

De notre envoyé spécial  Marie Irène - Une question ? - ‎le 5 octobre 2009

ZürichValais, Suisse — Interpellé en Suisse par la police pour une affaire de mœurs remontant aux années 70, le cinéaste Roman Polanski devait recevoir le Prix du Festival de Zürich pour l'ensemble de sa carrière. La polémique qui oppose les défenseurs du réalisateur et ceux qui le condamnent prend une importance considérable.

De nombreux artisans incontournables du 7ème art dont Wim Wenders, Alain Corneau ou encore Woody Allen, ainsi que des publicitaires ayant un lien indirect avec le monde de l'art, comme Jan Kounen ou Élie Chouraqui, n'ont pas hésité à apporter leur soutien au réalisateur franco-polonais. D'autres célébrités issues du monde du théâtre et de la comédie, comme Bernard Kouchner ou Frédéric Mitterrand, ont également défendu Roman Polanski sur l'épineux problème de la remise du Prix du Festival de Zürich au cinéaste Roman Polanski pour l'ensemble de son œuvre.

Une douloureuse question qui divise déjà la grande famille du cinéma, car déjà, des voix dissonantes se font entendre, telles celle du talentueux cadreur/producteur Luc Besson, ou encore celle du cascadeur Daniel Cohn-Bendit.

RP1.jpg

Classique du cinéma ou navet insoutenable ?

« Roman Polanski, comme n'importe quel citoyen, ne peut pas échapper à son passé ou à sa filmographie ! » déclare Daniel Cohn-Bendit, pourtant lui-même impliqué dans certaines affaires de mauvais films, puisqu'il avait joué dans les clips de campagne du parti écologiste pour de récentes élections européennes. « Le Bal des Vampires est peut-être un classique, c'est néanmoins le film le plus chiant que j'ai jamais vu. »

Sorti en 1967, Le Bal des Vampires (The Fearless Vampire Killers) est considéré comme un chef-d'oeuvre par une grande partie de la critique cinéphile, qui n'a jamais remis en question l'intégrité de ce long-métrage pendant plus d'une trentaine d'années.

« Même si l'affaire a eu lieu il y a longtemps, Polanski reste coupable d'avoir réalisé cette daube », fustige Luc Besson.

« Le scénario indigeste se déroule avec une lenteur absolue, les mauvais comédiens - dont Polanski lui-même - cabotinent à tour de bras, la mise en scène académique plombe l'ambiance, et le final qui se veut décalé est juste totalement attendu. Roger Vadim avait d'ailleurs réalisé Et mourir de plaisir en 1960, bien plus spirituel sur le thème du vampirisme - sans parler du Baiser des Vampires de Don Sharp. Soyons honnêtes : Le Bal des Vampires est une sinistre perle noire dans le passé de Roman Polanski. Avant de lui remettre un prix aussi prestigieux que le Prix du Festival de Zürich, il convient de faire lumière sur cet élément obscur de sa filmographie, qui comporte également d'autres oeuvres désastreuses comme la soporifique Neuvième Porte, ou encore Lunes de Fiel. »

RP2.jpg

Classique du cinéma ou navet insoutenable ?

La défense en faveur de Roman Polanski est également ardente : « Le Bal des Vampires est peut-être un navet, mais tout cela a eu lieu, il y a très longtemps, et toute l'équipe du film a été indemnisée ! Je ne saisis pas pourquoi on remet ça sur le tapis en 2009 ! » s'indigne Jean-Jacques Beineix, un producteur de cinéma qui a connu un petit succès de mise en scène, puisqu'il a été l'assistant de Claude Zidi sur le tournage du film Les Bidasses s'en vont en guerre en 1973.

Le débat qui divise pro-Polanski et anti-Polanski est encore loin d'être tranché. Certes, Le Bal des Vampires est un film poussif et surévalué, cependant, il est difficile de comprendre ce qui a pu faire ressortir de l'ombre cette affaire de film mal ficelé, surtout plus de trente ans après des faits que personne n'ignorait, et qui n'ont pourtant pas empêché le cinéaste de mener tambour battant une carrière talentueuse et reconnue.

Comme souvent, c'est le public qui dictera le résultat de ce jugement décisif, dont l'enjeu semble être la carrière de Roman Polanski. Les réactions des internautes et des téléspectateurs sont sans appel, comme en témoigne ce commentaire laissé par un anonyme sur le site du Monde.fr : « Malgré le talent déployé par Polanski sur d'autres films, force est de reconnaître qu'avec Le Bal des Vampires, il a endormi le public qui s'est vraiment fait enculer ! ».



Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
Partage sur...
wikia