Désinformation:Dopage : Tous sur Armstrong !

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

Dopage : Tous sur Armstrong !

De notre envoyé spécial  χλςmith ΤrismégistΞ Pendu or.png - ‎le 23 octobre 2012

GrenobleÉtats-Unis — Le rapport mettant en cause l’ancien champion et rendu public la semaine passée par l’Usada, l’agence américaine anti-dopage, vient d’être entériné par l’Union du Cyclisme International dont la condamnation est sans appel : Lance Armstrong s’est dopé toute sa vie.

Ce que dit le rapport

Le rapport est accablant et fait toute la lumière sur le sournois « système Armstrong », une toile compliquée de complicités et de fraudes organisées dans le seul but de pouvoir se doper à tout instant.
Des Miel Pops à haute teneur en THG, du pain ultra-complet développé par un laboratoire pharmaceutique indonésien, le régime strict suivi par Armstrong tout au long de sa carrière (cf.encadré) n’aurait comme équivalent que celui imposé à Madonna, qui garde selon les propres mots de son attaché de presse, « la peau des voiles bien tendue même après 70 ans ».


Searchtool.jpg Selon les prescriptions de l’UCI, il est désormais interdit d’utiliser le mot carrière pour parler du palmarès déchu de celui qu’on ne peut plus appeler coureur cycliste, mais que l’on est désormais obligé de désigner par l’expression le gars qui fait du vélo.


L’ensemble de ses coupes et médailles lui a été retiré, puis restitué aux respectifs seconds de chacune des courses gagnées indûment. Les anciens quatrièmes de chacune de ces épreuves ont tenu à saluer le dénouement de cette affaire, qui leur permettra de devenir 3e, « ce que je n’ai jamais douté être au fond de moi » a expliqué le suisse Laurent Dufaux. Lance Armstrong ne conserve quant à lui que sa place de 146ième obtenu sur le Tour de Mozambique en 1991.


Quelques passages du rapport choisis pour leur éloquence :

« Le gars qui fait du vélo mis en cause par le présent rapport avait donc fait du dopage son activité principale. Nos conclusions permettent même d’affirmer que c’est entre la mise-en-place de deux mécanismes frauduleux que, pour se détendre, l’homme se décidait à monter sur une bicyclette afin de faire quelques centaines de kilomètres. Les roues de son vélo avait été astucieusement préparées en centrifugeuses, et parfois pendant une course en profitait-il pour synthétiser lui-même ses cocktails personnels. »

« Concernant l’aspect psychologique : les experts s’accordent à dire que le sujet semble avoir une soif inextinguible de se doper à tour de seringues dans le bras ; sans son médicament, il pense manifestement qu’il ne peut faire quoi que ce soit et ça le rend très irritable. Pour les besoins de sa surveillance, le temps de l’enquête, un petit podium a été assemblé dans sa cellule de manière à ce qu’il puisse en faire l’ascension tous les matins, pour le désaccoutumer progressivement. Ce n’est qu’engoncé dans sa camisole jaune qu’il reprend ses esprits et peut en général se confier aux enquêteurs. »

« Une fois j’ai mangé chez Lance, j’avais tellement d’énergie en repartant que j’ai dit au chauffeur de rentrer avec l’avion et que je ferai le reste à pied » affirme l’un des soixante-sept témoins interrogés par la commission d’enquête.


Une décision sans appel

« Je sais qu’il y a plus grave, comme le viol de nouveau-nés, le massacre des dauphins par les Japonais ou la fraude aux marchés publics. Nous pouvons supporter la vue du sang et le bruit des cris, mais pas la perte des sous ! C’est proprement scandaleux », a affirmé hier Pat McQuaid, président de l’UCI dont le sang n’a fait qu’un tour (légal, ndlr) à l’annonce de la décision. Cela lui a ensuite pris trois minutes pour se défaire d’une crotte de nez récalcitrante, mais il l’a finalement mangée et a ajouté : « je ne reconnais plus mon sport, pourtant si beau en maillot de bain ; ni l'UCI, que j’ai noyautée jusqu’à ce que tous mes potes soient au conseil d’administration ; ni le vélo, qui pourtant a certaines particularités comme deux roues et pas de moteur. Toute cette histoire est dramatique et je pense que le cyclisme va avoir besoin d’un petit extra pour se redresser. »

Pat McQuaid a également tenu à marquer le coup en déclarant l’ancien sportif lanterne rouge de tous les tours de France depuis 1903 et en révélant que c’était bel et bien Armstrong qui, en 1998, portait le costume tout pourri de Footix lors de la coupe du monde.


Les conséquences de la sanction ne seront pas sans conséquence

Les conséquences sont dramatiques pour Lance Armstrong, qui doit rembourser à peu près 10% de ce qu’il a gagné et tomber ainsi sous le seuil de pauvreté qatari. Catastrophiques même, car au moment de l'énoncé du verdict, des agents assermentés de l’UCI, qui attendaient derrière la porte de l’ancien dopeur cycliste, ont enfoncé cette dernière avec des masses et entrepris de saisir, dans sa pièce d’honneur, les trophées et distinctions gagnés par lui et le cocktail d’huile d’olive-testostérone durant toute leur carrière. Les deux coéquipiers n’ont pas souhaité s’exprimer, le second oignant le dos du premier se réfugiant lui-même derrière la présomption d’innocence, depuis longtemps partie dans le soleil couchant.


Il avait vaincu le cancer

Sa victoire sur le cancer est aujourd’hui aussi remise en cause. Le directoire de l’Agence de Recherche contre le Cancer s’est prononcé unanimement pour une réintégration du cancer dans ses testicules. L’opération pouvant s’avérer délicate avec les moyens actuels dont dispose la recherche, il est envisagé de lui rendre progressivement l’infirmité en le faisant manger 350g de revêtement de poêles Téfal par jour. Lance Armstrong n’a pas encore dit publiquement s’il était favorable à un tel retour des choses.


Il avait eu son bac avec mention

Avec mention passable, certes, mais avec mention quand même. Mais là encore, le diplôme du baccalauréat n’est plus qu’un douloureux souvenir pour Lance, obligé de restituer l’attestation encadrée depuis deux décennies sur le mur de Fernand et Marie-Thérèse Armstrong, ses parents eux-aussi infiniment déçus. Sa mère a d’ailleurs indiqué qu’elle considérait d’ores-et-déjà son accouchement comme échoué, sommant son fils de se reconstituer en embryon.


Il avait grimpé un escalier le 30 mai 2002

Enfin, puisque durant cette période l’enquête a pu démontrer qu’il était sous anabolisants, trois témoins de son ascension de l’escalier du hall nord du Sheraton le 30 mai 2002 ont été choisis par l’UCI afin de lui briser trois côtes, le coccyx et les deux jambes et ainsi rétablir la chute qu’il aurait dû normalement faire ce jour-là.


La réaction de l’intéressé

« Fais pas ci, fais pas ça, dur dur d’être un athlète ! » En reprenant les mots du sociologue Jordy, Lance Armstrong tente une dernière fois de faire valoir ses droits. « C’est ma parole contre celle de l’Usada ! Qui vous allez croire ? Un beau gosse qui est champion de vélo ou un tas de gros sacs avec des rapports et des analyses ? Allons bon ! Qui c’est qui a gagné le Tour de France moult fois, c’est moi ou c’est ces connards ? »

Il se défend enfin d’être le précurseur de l’utilisation de produits dopants, citant notamment Jésus, qui marchait sur l’eau, ou la grande longévité de Mathusalem qui n’a jamais été inquiété.

Lance Armstrong a conclu sa conférence de presse en expliquant qu’il s’en battait ses couilles fraîchement soignées, qu’hier il avait racheté un vélo à Décathlon™ et qu’on ne l’arrêterait de toute manière jamais.

Il a été flashé tôt ce matin à 190 km/h sur l’autoroute A85 en direction de Vierzon.


Bestof v1.png
Meilleurde.jpg
Cet article a été élu dans le Best Of de la Désencyclopédie !
Partage sur...
wikia