Désinformation:Denis Balbir encore dégouté par un personnage de fiction

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

Denis Balbir encore dégouté par un personnage de fiction

De notre envoyé spécial  Lemarionnetiste - ‎le 9 2009

MetzFrance — 

Suite à l'appel qu'il a formulé dans l'affaire l'opposant au site des cahiers du football, denis balbir, a encore reçu une belle leçon de savoir vivre, en étant et débouté et dégouté de son action envers un personnage de fiction le dénommé Jean-Patrick Sacdefiel. Mais le plus étonnant est l'annonce du verdict. La sentence du président a été des plus... hilarantes. Outre le fait, je cite que monsieur Balbir peut s'asseaoir encore une fois sur sa demande de dommages et intérets et devra payer en plus les frais d'avocats engagés par les caheirs du football, il a été condamné à faire 200 pompes devant la webcam d'Europe1 tout en disant ; "je suis une buse". Son avocat, maître grolard a aussitôt sauté sur tous les micros à sa porté pour parler de parodie de justice, ce à quoi le l'avocat général passant par là, en sortant de la porte des latrines lui a rétorqué, que c'était lui la parodie de justice, ce à quoi, voulant bretter de sa plus bêlle voix, maître Grolard lui répondit : c'est celui qui le dit qu'il y est na ! S'en ai suivie une bataille d'eau, arrêter par les artilleurs de la ville de Metz qui arrivaient en garnison. En ce qui concerne Denis Balbir, il prit le sacdefiel et la poudre d'escampette pour ne pas passer pour plus tanche qu'il n'est, ces paroles étant laissé sur un morceau de papier à en-tête de France 2 foot.

Jean peuplus (de rire) en direct du palais de justice de Metz pour l'agence poilade presse

Partage sur...
wikia