Désinformation:Affaire Bettencourt : Eric Woerth blanchi

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

Affaire Bettencourt : Eric Woerth blanchi

De notre envoyé spécial  Marie Irène - Une question ? - ‎le 7 août 2010

ParisFrance — Nouveau rebondissement dans la sordide affaire politico-financière qui secoue la classe politique depuis quelques semaines : Eric Woerth, le ministre français du Budget et de l’Argent, ne serait pas coupable d’abus de faiblesse et d’escroquerie sur la personne de la milliardaire sénile Liliane Bettencourt, mais bien totalement innocent. L’hypothèse d’un « troisième homme » fait surface.

Rappel des faits

EWB1.jpg

Mme Liliane Bettencourt, également appelée "la vieille dame pleine de pognon". Elle vend des produits de beauté testés sur les rats. On leur met du rouge à lèvres, et si ils ne meurent pas, on met le rouge à lèvres en vente.

Suite au témoignage de l’ex-comptable de la milliardaire Liliane Bettencourt (héritière des produits de beauté L’Oréal qui a fait fortune en attendant que ses parents meurent), Eric Woerth a été traîné dans la boue par des médias trotskistes à la solde de l’extrême-droite et du parti socialiste : il est soupçonné d’avoir volé des enveloppes de sous à Liliane Bettencourt, pour financer l’UMP (le parti politique de droite du gouvernement français), avec la complicité d’un gestionnaire de fortune (quelqu’un qui trouve des combines pour payer moins d’impôts (taxe qu’on paie à l’État (monarchie temporaire parlementaire basée sur la démocratie représentative (concept qui donne à un élu le droit de faire et dire ce qu’il veut et de toucher un salaire pour cela (pronom démonstratif))))).

Une affaire très grave, car le vol de sous est un crime puni par la loi. Selon l’ex-comptable, les sous auraient servi à financer des campagnes présidentielles et l’achat des tongs UMP distribuées sur les plages par les Jeunes Populaires (ce sont les militants UMP âgés de moins de cinquante ans qui vont de plage en plage distribuer des tongs et des stylos qui chantent La Marseillaise – à ne pas confondre avec les Jeunes Socialistes qui distribuent des charentaises et des pin’s qui chantent Saga Africa, ni avec les Jeunes Communistes qui distribuent des rangers et des porte-clés de Pif le chien qui chantent l’Internationale, et encore moins avec les militants du Front National de la Jeunesse, qui distribuent des coups de matraque aux immigrés et qui chantent Maréchal Nous Voilà).

Depuis quelques semaines, alors que l’affaire prenait de l’ampleur, il apparaissait qu’Eric Woerth avait vraiment des choses à se reprocher. Il allait manger chez Liliane Bettencourt et ensuite il repartait de chez elle avec des grosses enveloppes (format A4) pleines de pognon. Ensuite comme par hasard on livrait douze tonnes de tongs UMP au siège des Jeunes Populaires de Chantilly (la station balnéaire où il y a Eric Woerth comme maire). Une affaire très grave impliquant des personnes haut placées au gouvernement dont le président lui-même.

Un rebondissement inattendu

EWB2.jpg

Un homme au dessus de tout soupçon, sali par le FNPS et par des médias sensationnalistes en mal de pub, les bâtards. On voit bien qu'il n'a pas le profil d'un voleur (il n'a pas de roulotte, si vous voyez ce que je veux dire).

Entendu par la police, Eric Woerth se défend d’avoir volé des sous à Liliane Bettencourt pour financer le parti politique UMP. Ci-dessous un compte-rendu de l’audition de monsieur Woerth, ministre des Sous, auprès de la police. Ce compte-rendu est totalement confidentiel et nous l’avons acheté à un policier soixante euros (soit 1/13 ème de son salaire brut).

L’inspecteur de la police : Bonjour Monsieur Woerth.
Eric Woerth : Bonjour monsieur l’inspecteur de la police. Je suis bien content d’être ici parce que je n’ai rien à voir du tout avec l’affaire qu’on a dit et je peux le prouver.
L’inspecteur de la police : Ah bon. Bon alors on va revenir aux faits. Il y a pas longtemps, votre femme a été embauchée par la milliardaire Liliane Bettencourt avec un salaire mirobolant pour s’occuper de ranger ses enveloppes A4 pleines de fric. Peu après vous avez remis la Légion d’Honneur à Mme Bettencourt. Y’a-t-il un lien de cause à effet ?
Eric Woerth : Non bien sûr absolument aucun monsieur l’inspecteur.
L’inspecteur de la police : Ouf tant mieux parce que pendant un moment j’ai quand même eu un doute. Bon alors reprenons. Après ça, la comptable de Mme Bettencourt est venue nous voir pour nous dire qu’avec la complicité de votre épouse – je peux dire : avec la complicité de ta gonzesse ? Ca fait plus « flic », je préfère. Lino Ventura power.
Eric Woerth : Non je préfère que vous dites « votre épouse ». Sans rancune hein.
L’inspecteur de la police : Tant pis j’aurais quand même essayé. Bon alors avec la complicité de votre épouse, il paraîtrait, je dis bien « il paraîtrait », que vous auriez volé des enveloppes de pognon pleines de blé pour financer le parti politique de l’UMP. J’ai dit « il paraîtrait » entre guillemets OK. Je ne suis sûr de rien.
Eric Woerth : Quoi pas possible mon Dieu mais c’est un véritable scandale ! Calomnie ! Affaire Dreyfus ! J’accuse ! Peste !
L’inspecteur de la police : Holà tout doux mon brave ! Tout doux !.
Eric Woerth  : Je n’ai rien à voir avec ces fadaises. Je suis innocent. J’ai rien fait du tout et ce jour-là d’ailleurs j’y étais pas.
L’inspecteur de la police : Oui bon d’accord vous êtes innocent. N’empêche que vous allez pas vous en tirer comme ça, il me faut un suspect moi. Sans suspect, hein, pas d’affaire. Pas d’affaire pas de coupable, pas de coupable pas de crime, pas de crime pas d’assurance, pas d’assurance pas d’agent d’assurance, pas d’agent pas d’agence, pas d’agence pas d’agence tous-risques, et pas d’agence tous-risques pas de Barracuda. J’espère que je me suis bien fait comprendre.
Eric Woerth : Un suspect… Maintenant que vous le dites oui je me rappelle bien de quelqu’un…
L’inspecteur de la police : Ah ouais ?
Eric Woerth : Oui c’est quelqu’un qui traînait dans l’entourage de Mme Bettencourt. Mais je ne connais pas son nom.
L’inspecteur de la police : On a quelque chose là petit ! Continue !
Eric Woerth : Hmm eh bien c’est un Arabe. Il a des baskets de type Nike Adidas Reebok, une casquette Lacoste et un survêtement. Il a entre 20 et 30 ans. Je crois qu’il s’appelle Momo mais je n’en suis pas certain. C’est tout ce que je sais de lui… Mais si il y a eu du vol d’enveloppes de sous, alors assurément ça ne peut être que lui !
L’inspecteur de la police : Bon Dieu mais c’est bien sûr ! Encore lui !
Eric Woerth : Ah vous le connaissez ?
L’inspecteur de la police : Oh oui ! Et croyez-moi ça fait un bon bout de temps qu’on essaie de le coincer ce salopard ! Ah le fumier, c’était donc lui !
Eric Woerth : Euh et moi je peux partir ?
L’inspecteur de la police : Oui bien sûr , et encore désolé pour le dérangement. Sincèrement navré, franchement, je vous fais mes plus plates excuses. Je suis indigne.
Eric Woerth : Bah t’inquiète c’est pas grave. Allez salut !

Le troisième homme

Ayant pu laver son honneur, Eric Woerth sort donc du commissariat blanchi par la fiabilité de son témoignage. Cependant, l’affaire Bettencourt n’est pas finie, car il faut maintenant retrouver le voleur d’argent, un certain Momo.

Selon la police, cet homme serait responsable de plusieurs milliers de crimes commis à travers la France, et tous restent impunis. Pour majorité, il s’agit de vente de cannabis à la gare des grandes villes, de vol de téléphone mobile, de dégradation de véhicules… Et à chaque fois, cet individu est passé entre les mailles du filet de la justice.

L’inspecteur de la police : Tenez regardez j’ai sous les yeux un procès-verbal de la semaine dernière où on parle encore de lui. C’est moi-même qui ai tapé ce compte-rendu après avoir entendu un suspect.
COMPTE RENDU D’INFRACTION INITIAL
PROCES VERBAL

L ‘an deux mille dix,

Le premier août à dix-sept heures cinquante huit

Nous, Inspecteur DE LA POLICE

Inspecteur

Agent de Police Judiciaire

En fonction 123456

En résidence Paris

Etant en service,

Agissant conformément aux instructions données par le chef de la police Monsieur Brice Hortefeux,

--Faisont l’audicion de François-Xavier Lagardère, de nacionaliter franssaise, étudiant en école d’architectur, née le 14 juillet 1989, arrêter pour Détentions de Cannabisse—

--SUR LES FAITS—

--Le suspait, interpelé pour usaje et détentions de stupéfient, a témouanié :--

--« J’ai été arrêter par la polisse alort que je me trouvai présentement dans la rue en trin de cosommé une cigarette que péalablement j’avais enduite dedans de raisine de cannabis qui provoque un état de forie. »--

--« Je fumai ma cigarette de canabisse quand le policié Gardien de la paix en fonction 367845 Monsieur Yvon DUBOIS, de nacionalitér francèse, m’a interpelé dans la rue. Apré on ma fait fère dix minute de gardavu qui s’ait très bien passé et je salut le couraj et le mérite des policiés de cette grandes nacion qu’ait la France. »--

--« Je confirme que lé 500 grame de cannabisse que j’avé sur moua n’été pa du tout destiner a la vente mé juste pour ma consommacion personnel. Je ne fume jamé de cannabisse mé la c’est un arabe qui ma forcer a lui acheté. Il ma prit tout mon arjant et ma donné le cannabisse. Il ma vendu le cannabisse à la garre. » --

--« En sinialement, l’individu ait un arabe de taille mouaillenne, il a des basquettes Nike Adidasse Riboque, un surveteman et une casket Lacoste. Il doit s’appelé Momo je crois. Il a entre 20 é 30 ans et il circule pédestrement. Je n’y suit pour rien tout est de sa faute je referai pu. Mersi de me pardonné sa n’arrivera plu. »--

--Après lecture faite personnellement, M. Lagardère persiste et signe avec nous le procès verbal—-

L’inspecteur de la police.
L’inspecteur de la police : Bien entendu nous avons relâché le neveu d’Arnaud Lagardère, puisque son audition prouve qu’il était totalement innocent. Et pas plus tard que la semaine précédente, c’est le cousin de Vincent Bolloré lui-même qui était victime de cet indiviu malfaisant…
COMPTE RENDU D’INFRACTION INITIAL
PROCES VERBAL

L ‘an deux mille dix,

Le vingt quatre juillet à douze heures sept

Nous, Inspecteur DE LA POLICE

Inspecteur

Agent de Police Judiciaire

En fonction 123456

En résidence Paris

Etant en service,

Agissant conformément aux instructions données par le chef de la police Monsieur Brice Hortefeux,

--Constatont que se présante au comisariat la personne suivante : Jean-Yves Bolloré, professeure de droie et d’économy à lécole dite Achecé, né le 31 octobre 1958 et de naciolité francèse, qui nous déclare :--

--SUR LES FAITS—

--« Je me présante a vos service pour les faits suivantes : »--

--« Alor que je roulai bien trankilman hier soire sur la routte avec ma voiture qui est une porche cayenne, un individu me rentra dedans avec sa voiturre. »--

--« Il m’enboutit le parchoc et cassa les fars de devant ainsi que l’aile gauche. D’ailleurs s’est curieu parce que s’est exactemant comme si je m’étais endormi et que j’était rentré dans un arbre avec ma porche cayenne. Mais ce n’est pas sa du tout qui s’ait passer. Heuresement car sinont l’açurance ne marcherais pas. »--

--« Se qui s’est passer, s’est la voiture qui m’a rentré dedans. La voiture est une mercedes ou bien une bmw. Le conducteur est un arabe de vint a trente an, qui est habillé en survaitement avec des basquette de tipe nike adidas ribok et une casket lacoste. Il est reparti justaprès. Je ne me suit rendu conte des dégats que aujourdui parce que hier j’étais fatiguer. »--

--« Il y a délis de fuite et accident et pa du tout de négligence de ma part. S’est surman un psicopate qui se promène en liberter. »--

--Après lecture faite personnellement, M. Bolloré persiste et signe avec nous le procès verbal—-

L’inspecteur de la police.
L’inspecteur de la police : Une fois de plus, c’est encore le même Arabe ! Un jour nous le coincerons, soyez-en sûrs ! Et c’en sera fini des calomnies sur les hommes politiques et les grands patrons, enfin, la démocratie triomphera !


EWB3.jpg

Financement occulte des campagnes de Sarkozy, Balladur, Chirac ou encore électeurs fantômes de Tibéri, scandale de la Mnef, frégates de Taïwan, sang contaminé, Clearstream, vaccins H1N1, évasion fiscale... ah, tu nous fais bien courir, enfoiré de Momo, mais un jour tu paieras pour tous tes crimes !


Bestof v1.png
Meilleurde.jpg
Cet article a été élu dans le Best Of de la Désencyclopédie !
Partage sur...
wikia