DÉBonsFilms:Les Nouvelles aventures d'Aladin

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

Synopsis

Affiche Aladin Kev Adams.jpg

AU SECOURS !

Director: Arthur Benzaquen

Writers: Daive Cohen

Stars: Kev' Adams (Non ! Pas lui !)


En temps normal, à la rédaction de la Dé, tout le monde se bat pour être l'élu : CELUI qui aura le droit d'aller voir un film, pour faire une critique dessus. Entre nous, on est tellement mieux dans une salle de cinéma que sur les chaises pourries de la salle de rédaction...


En temps normal, tout le monde se porte candidat pour voir le film. Ceux qui veulent aller le voir doivent mettre un papier avec leur nom dessus dans une urne, et l'un de nous tire ensuite l'un de ces papiers au hasard pour désigner l'heureux élu. Nous avons donc chacun créé nos petites combines : Mettre le plus gros bout de papier dans l'urne (pour avoir une surface de contact plus grande, et plus de chance d'être tiré), mettre notre papier dans les derniers pour qu'il soit au-dessus du tas (ce qui amène des situations cocasses, où tout le monde met son papier en même temps dans les cinq dernières minutes imparties), chiffonner son papier pour le reconnaître si on est celui qui effectue le tirage, ...


En temps normal, il se passe ça. Mais cette fois-ci, ce n'était pas un tirage normal.


Le rédacteur en chef s'est porté volontaire pour effectuer le tirage. Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu'il s’aperçut, après avoir frénétiquement bougé sa main dans tous les sens à l'intérieur de l'urne, que celle-ci ne contenait aucun papier. Aucun de nous n'avait envie de sortir de la rédaction pour regarder un film avec Kev' Adams dedans, qui est de plus, si l'on en croît les notes des autres magazines, un bon gros navet invisionnable.


Le rédacteur en chef se mit alors en colère, et nous dit que même si on avait sûrement tous un a priori négatif sur le film, il fallait aller le voir, parce que bon, ce serait la honte pour la Dé de ne pas dézinguer ce film alors que tout le monde le fait. Il nous obligea alors tous à mettre un papier dans l'urne. Il se chargea du tirage. Sur le papier tiré était inscrit le nom du rédacteur en chef lui-même. Il nous dit alors que, normalement, c'est une grande chance d'être tiré en premier au hasard, et donc que c'est pas normal si le fait d'être tiré au hasard en premier apporte quelque chose de négatif à quelqu'un. On tira donc à la suite plusieurs noms, le rédacteur en chef ayant décidé que le dernier à voir son nom tiré devrait aller voir le film. Et c'est tombé sur moi, évidement...


C'est donc par devoir, mais aussi et surtout par contrainte, que je suis allé voir ce film. Mais bon, trêve de bavardage, je sais que vous êtes ici pour connaitre mon avis d'expert sur ce film. Allez, on commence par l’attribution des étoiles :


L'avis Bons Films

Gllaum4.pngGllaum3.pngGllaum3.pngGllaum3.pngGllaum3.png – Note des téléspectateurs
Gllaum4.pngGllaum4.pngGllaum4.pngGllaum4.pngGllaum4.png – Note de la rédaction de Bons Films


Journaliste.gif
Le rédacteur en chef dit :
Non mais ça va pas de mettre cinq étoiles à cette bouse !!!!! On va avoir l'air de quoi, après ça ????



Alors là, je t'arrête tout de suite, mon très cher honorable patron ! J'ai parfaitement le droit d'exprimer librement mon opinion, sans avoir à me conformer au ressenti majoritaire. Je l'avoue, j'avais de forts a priori sur ce film, qui au final s'est révélé être, selon moi, un bon divertissement. Et si tu n'es pas content, tu n'as qu'à aller voir le film toi-même pour faire la critique à ma place !


Journaliste.gif
Le rédacteur en chef dit :
NON !!!! Tout mais pas ça !!!!! Je retire ce que j'ai dit, continue donc à t'occuper de ce travail comme bon te semble...



Parfait ! Revenons-en donc au film. Celui-ci commence par une scène assez simple. Aladin, un jeune SDF, n'arrivait pas à récolter assez d'argent pour se nourrir. En effet, les passants passant près de lui ne faisaient que passer, sans même s'arrêter. Il alla donc fouiller dans les poubelles de son quartier, à la recherche de restes de nourriture, pour essayer de survivre encore un jour de plus, ou même une semaine, qui sait.


Mais un jour, alors qu'il crevait de froid et de faim, et qu'il ne pensait pas pouvoir résister longtemps à cet environnement hostile, il découvrit une lampe à huile dans une poubelle. Il y avait en lui une sorte d'espoir bizarre et vain : il espérait trouver de la nourriture dans cette lampe. La nourriture était sa seule obsession. La seule chose qui comptait encore vraiment dans sa pauvre vie. Cherchant un moyen d'ouvrir la lampe, il frotta ses mains contre celle-ci.


Un génie apparut alors, d'une manière totalement inattendue. Ce dernier, pour récompenser Aladin de l'avoir délivré de sa cage, lui proposa, par pure bonté, trois vœux. Aladin, guidé par son instinct de survie, demanda en premier lieu la richesse. Il fut exaucé, et reçut une carte bancaire. Heureux d'enfin sortir du triste sort qui semblait lui être réservé, il regarda son libérateur, puis la lampe d'où est sorti ce dernier. Il vit son reflet dans la lampe : il en fut terrifié, et comprit que la dure vie qu'il a mené depuis son licenciement a laissé des traces inaltérables sur son visage. Il demanda donc au génie la beauté.


Il réfléchit alors au troisième vœux qu'il devait formuler. Il se sentait déjà comblé par le fait de sortir de sa vie de misère, et ne voyait pas ce qui pouvait lui manquer. Mais il fut soudain saisi par la honte. Il a pris deux vœux égoïstes pour lui tout seul, alors qu'il aurait pu les utiliser pour le bien-être universel. Il se mit à penser que c'est parce que des gens agissent seulement pour eux-mêmes que la violence et la misère existent. Parce que des gens ont agi comme lui.


Il faut avouer que le film commence fort. Voir que celui qui tient le plus aux autres est celui qui s'est fait mépriser par ceux-ci est une belle leçon d'humilité. Et c'est d'ailleurs un rôle à contre-courant pour Kev' Adams, qui va pouvoir relancer sa carrière sur de bonnes bases.


Aladin décida donc de demander au génie, après une intense réflexion, que les hommes cessent de se chercher querelle entre eux. Le génie, semblant surpris par le vœux formulé par notre cher SDF, lui jeta une AK-47 dans les bras, et lui répondit, avec la voix de Stallone : « C'est toi qui devras t'en charger ! »


Aladin partit alors en Ukraine, voulant à tout prix pacifier le pays. Il prit position entre les deux armées, bien décider à leur proposer un pacte de paix. Quelle ne fut pas sa déception lorsqu'il s’aperçut que les deux armées firent toutes deux une trêve... pour s'acharner sur lui. Il fut contraint de prendre une cachette pendant un petit moment. Puis, par une manœuvre astucieuse, il s'introduisit dans un char russe en décapitant son conducteur avec la voix de Stallone, montrant implicitement et malicieusement que le Génie est avec Aladin dans sa quête, afin de l'aider à exaucer son vœu.


Grâce à cette astuce, il parvint à entrer dans le territoire russe. Selon lui, la clé pour résoudre le conflit était que la proposition de paix vienne des russes. Mais Poutine était un homme de fer, qu'il ne pouvait influencer. Et c'est là que le film devient véritablement intelligent : Aladin décida d'utiliser son patrimoine, nouvellement acquis, pour investir. Il commença, pour ne pas éveiller les soupçons, à investir dans les bouchons en plastique. Puis dans les gaz ménagers. Puis dans les gaz de combat. Puis il racheta Disney. Ses placements étaient fructueux, et il eut au final suffisamment d'argent pour racheter l'armée russe. Il y introduisit une idéologie de paix, suffisamment forte pour que les soldats placent la paix avant la volonté de Poutine sur une échelle de priorité, graduée de un à dix. Poutine, dans un geste humanitaire pour ne pas perdre son pouvoir, décida lui aussi de placer la paix au rang de valeur primordiale.


Mais le processus de paix n'avançait pas comme prévu : les États-Unis refusaient les propositions russes, car ils s'en méfiaient. C'est alors qu'Aladin décida de partir en direction des États-Unis. Il fit tout d'abord une escale en Angleterre. Mais dans ce pays, il fit la une des journaux, qui étaient subjugués par son physique extraordinaire. Aladin était triste que les Anglais ne l'aiment que pour son enveloppe charnelle, et non pas pour ce qu'il est vraiment. Mais le buzz qu'il provoqua fut tellement énorme que la Reine d'Angleterre lui déclara son amour. Comme il se battait pour la paix et l'amour entre les hommes, il ne put pas refuser. Il apprit alors de la bouche de la Reine qu'elle est l'amante secrète de Barack Obama et de Donald Trump. Il lui demanda alors de lui rendre un service, en persuadant ces deux hommes de reprendre contact avec les russes. La Reine le fit, et la paix s'installa en Ukraine.


Et c'est à ce moment que l'on s'aperçoit que le film est très bien construit. Les scènes présentant les deux premiers vœux d'Aladin semblaient inutiles pour la suite de l'histoire, mais elles constituent en fait un point central du récit. L'histoire nous invite donc à prendre considération de la détresse de notre prochain, tout en ne négligeant pas sa propre vie, car on peut aussi faire d'elle un cadeau pour l'humanité.


Aladin alla donc aux États-Unis, pour constater le changement qu'il a provoqué. Et c'était très bon. Mais il y a une chose qu'il ne pouvait pas supporter : Il ne pouvait pas lire un seul journal sans entendre de terribles faits racistes : Policiers qui tuent des noirs, politiques s'acharnant sur les musulmans, ... Il ne pouvait pas y rester insensible. Il décida donc une chose terrible pour lui-même : il allait porter le costume du méchant pour faire le bien. Un peu comme Rogue dans Harry Potter (même si je dois avouer que Rogue ne vaut rien face à notre cher Aladin). Il fabriqua une fausse bombe inoffensive, s'habilla en terroriste, et alla déposer son paquet dans le hall de la bourse de New York. Puis il enleva son costume, et demanda à un groupe de personnes d'origine congolaise "ce que pouvait être cette chose" en montrant son paquet du doigt, qu'il avait bien caché dans un coin. Les congolais prévinrent alors la sécurité, et devinrent des héros nationaux, ce qui fit reculer le racisme aux États-Unis.


Mais notre héros fut évidemment pris au sérieux par le FBI, qui le pourchassa pour tentative d'acte terroriste. Aladin fut donc obligé de rejoindre Daech en Syrie. C'était là la dernière mission qu'il se donnait : répandre la paix sur les territoires actuellement sous le joug des (vrais) terroristes. Aladin réussit alors un coup de maître : lorsqu'il rencontra Abou Bakr al-Baghdadi, celui-ci fut subjugué par sa beauté, et devint homosexuel. Le chef de Daech décida alors de réformer sa politique, en lui insufflant le souffle de la tolérance. Il ne restait alors plus qu'une haine dans le monde des hommes : la haine contre Aladin à cause de son prétendu attentat. Aladin décida alors de rembourser la dette de tous les États, ce qui lui valut un pardon international, et ce qui effaça la haine du cœur des hommes.


Aladin, après avoir usé de son charme et de son argent, décida de jeter loin de lui son AK-47, et rejoignit Abou Bakr dans son lit pour...


Journaliste.gif
Le rédacteur en chef dit :
Non mais tu racontes n'importe quoi, là !



Ben euh... Non, pas du tout, je...


Journaliste.gif
Le rédacteur en chef dit :
Tu n'es pas allé le voir, ce film, c'est ça ?



Oui, bon OK, je ne suis pas allé le voir. Tu croyais vraiment que j'allais perdre mon temps à regarder cette daube ? J'ai déjà failli me suicider quand j'ai vu la bande-annonce !!!! Tu l'as vu la bande-annonce !!!! Moi je l'ai vu ! Putain, à chaque fois que je me souviens de ça, j'ai l'impression de devenir fou !!!! « Rejoins-moi du côté obscur. », « C'est où ? », « C'est juste à côté, là ! »... AHHHHHHHHHHHHHHH !!!!! Non, je ne veux pas me rappeler de cette bande-annonce ! Elle est horrible ! Je suis en train de devenir zinzin... Gnnnnnnnn... AHHHHHHHHHHHHHHHHH ! Et la bande originale ! Ils ont pris Black M. Feat Kev' Adams. ARRRRRRRRRRGGGGGGGGGGGGGGGGG !!!! « Si Jean-Michel il vend des jarres, Aladin il vend du rêve » J'ARRIVE PAS A M'ENLEVER CETTE MERDE DE LA TETE !!!!!! Aladin arrive, vous né vous nétes pas de taille. Mais putain, je suis contaminé, MA VIE EST FOUTUE, foutue, foutue, foutue... TUEZ-MOI, PATRON, TUEZ-MOI !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


Donc du coup, je me suis pas fais chier, j'ai pris votre argent, et je suis allé voir Star Wars VII en avant première.


Journaliste.gif
Le rédacteur en chef dit :
Bon, d'accord, je comprends. Mais voilà, tu comprendras qu'on ne peut pas publier ce que tu as écrit. C'est de l'aléatoire à deux balles improvisé en cinq minutes, ça ne rentre pas dans les critères de qualité du site.



Au pire, vous n'avez qu'à aller le voir, si vous voulez faire une critique normale dessus.


Journaliste.gif
Le rédacteur en chef dit :
Bon, euh... J'ai changé d'avis : C'est du bon boulot ! Je te paye un café ?





48px-Video-x-generic.svg.png  Portail du Cinéma

Quand je dis Aladin...
 
3
 
18
 
19
 

Ce sondage a été créé le janvier 16, 2016 15:57 et 40 personnes ont déjà voté.
Logo Dé bons films v2.png
Pas besoin de s'en faire un cinéma - 2016 ™


GoodJob.gif
Cet article a failli être élu au Best Of de la Désencyclopédie.
Si vous l'avez adoré, vous pouvez encore relancer le débat.
Partage sur...
wikia