DÉBonsFilms:A place beyond the sapins

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher
 Retrouvez les autres critiques Bons Films :
 
Aplacebeyondthesapins.jpg


Synopsis – Un honnête bûcheron, clown triste à ses heures perdues pour les malades du dispensaire de son village, découvre qu'il a eu un fils avec une femme mariée qui vit aujourd'hui heureuse et a beaucoup d'enfants. Il se livre alors à des braquages.


Gllaum4.pngGllaum4.pngGllaum4.pngGllaum4.pngGllaum4.png – Note de la rédaction de Bons Films
Gllaum4.pngGllaum4.pngGllaum4.pngGllaum4.pngGllaum4.png – Note du public


L'avis Bons Films – On attend toujours des films avec Ryan Gosling qu'ils nous fassent littéralement mourir de rire. Cela n'a jamais été plus vrai qu'avec A place beyond the sapins, comédie romantique psychologique policière de l'étoile filante du cinéma cianfrançais Derek Cianfrance.
Décortiquons cette œuvre magistrale par de légers spoilers indispensables.

Aplacebeyondthesapins2.jpg

Le premier plan du film est un rapide clin d’œil à Taxi Driver. Le spectateur est immédiatement immergé et sait immédiatement qu'il talkin' to Ryan Gosling.


Au moment où Gosling meurt, vers la moitié du film, l'on est pris par des sentiments contradictoires : faut-il quitter la salle de projection, ou continuer de se marrer dans son fauteuil ? Car le film n'est pas terminé, et seuls les spectateurs ayant comme votre serviteur opté pour la seconde alternative s'en aperçoivent.

La seconde partie du film, nettement moins intéressante sur le plan des acteurs, continue de développer l'intrigue : Ryan est décédé dans un braquage, tenté en désespoir de cause pour récupérer le fils caché qu'il n'a jamais connu, Billy, et c'est ce dernier qui tentera finalement d'assassiner le fils du meurtrier de son père. Il ne le fera pas, et nous n'en dirons pas plus pour ne pas gâcher la surprise du générique de fin à notre public.

Aplacebeyondthesapins3.jpg

Nous avons tout de même pris une photo, discrètement.


C'est donc une comédie, avec dedans tout ce que compte de grands classiques les comédies américaines : Ryan Gosling (ou Leslie Nielsen), des répliques funs et bien placées donnant au film un entrain jovial, et tout un arsenal de situations loufoques (braquage au pistolet à eau, poursuite sur mini-vélo, enquête policière piétinant sur une paire de chaussure taille 72 etc.).

Aplacebeyondthesapins4.jpg

On regrette que la scène où Gosling sort d'une austin mini avec 44 autres clowns soit légèrement plombée par le choix du réalisateur d'échanger cette dernière pour une moto. Mais dans l'ensemble, les faux-raccords comiques sont rapidement gommés par la romance tragique qui étreint tous les personnages, comme ce passage formidable où l'agent des PTT qui a tué Ryan Gosling devient Président des États-Unis (on croit alors rêver, et si ce n'est pas de la romance c'est tout de même un passage formidable). On notera la finesse du jeu des acteurs pendant cette seconde partie (qui compense d'une certaine manière l'absence de Ryan Gosling), qui vivent certes une romance mais doivent également vivre leur vie quotidienne (à un moment cette femme, aux prises avec ce secret qu'elle cache à son fils et les affres de l'absence de celui qu'elle a rejeté et est mort, se dirige vers les toilettes dans une suggestion qui ramène à la juste réalité). Une toile de fond grandiose sur laquelle se tisse ensuite d'autres surcouches.

L'aspect psychologique, par exemple, revêt une extrême importance. Les personnages sont complexes et fouillés, et l'obsession de Gosling pour sa moustache de bûcheron est un bon exemple de trait de caractère qui nous fait immédiatement épouser la personnalité des protagonistes. Il en résulte une atmosphère confinie et intime qui empêtre le spectateur dans la juste mesure de ses 8,50€.
Le passage d'une voiture de patrouille en arrière-plan, à 56min07s, achève de donner à l'ensemble un caractère policier. Une pirouette très maline de la part du scénariste, lorsque l'on sait que cela n'était au départ pas prévu par le script original.

Fort de tout cela, le film possède quelques faiblesses. Mais le rythme y est, la musique soutient la tension palpable jusqu'à l'entrée dans la salle de projection, Ryan Gosling y est aussi, tout y est : et ce cocktail se boit à volonté.
Il devrait, également, aider à relancer l'industrie du sapin, mise à mal depuis les fêtes de fin d'année.

Un film que Bons Films vous conseille donc vivement !

Logo Dé bons films v2.png
Des fois on se fait tout un film,
pour rien - 2016 ™


48px-Video-x-generic.svg.png  Portail du Cinéma


Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
Partage sur...
wikia