Culture classique

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher
Déktionnaire-logo.png

Cet article existe aussi dans le ktionnaire et est disponible uniquement sous licence CC-BY-NC-SA de Creative Commons.

« Dans le mot "culture", on voit que le cul domine mais la ture lutte. »
~ Sacha Guitry à propos du thème de cet article

La culture classique est l'ensemble des connaissances inutiles que l'on apprend pour humilier sa boulangère qui ne sait pas qui a gagné la guerre des Deux-Roses. En général on l'apprend à coup de lattes dans un collège de jésuites.

Éléments de culture classique

De quoi est constituée une culture digne de ce nom ? En premier lieu, de choses sans intérêt : des langues mortes, de la connaissance de bidules disparus depuis plusieurs siècles, des blagues de gens morts. De façon générale, de choses obscures. En tout cas suffisamment pour que votre interlocuteur ne sache pas de quoi vous parlez.

Le latin

Quand on a une culture classique, on a fait plusieurs années de latin. C'est un élément indispensable. On peut donc facilement briller en société avec des aphorismes qui en jettent. Il y a en tout et pour tout trois auteurs de langue latine.

Jules César

Jules César n'a écrit à ma connaissance qu'un seul livre. Ah je vous vois venir, vous croyez que c'est Astérix. Mais non, inculte que vous êtes. Jules César a écrit les pages roses du dictionnaire. Par chance, c'est une édition bilingue. Il vous sera donc facile d'y puiser quelques phrases bien senties qui feront se pâmer d'admiration votre voisine que vous regardez avec votre téléobjectif le soir. Ça lui apprendra à mettre des rideaux à la fenêtre de sa salle de bains.

Un exemple : Partibus factis leo verba fecit. Se dit quand, une fois les parts faites, le lion parle. Rare mais pratique quand l'occasion se présente.

Sénèque

Sénèque, auteur du dimanche, a gagné sa gloire en composant toutes les inscriptions qui ornent les fontaines et les cadrans solaires. En général c'est plutôt tristou. Le bonhomme devait être un grand dépressif.

Exemple : Ultima necat (Sénèque), autrement dit : la dernière n'est pas un chat tue. En parlant de n'importe quoi. Si un de vos invités mange la dernière mini-quiche lorraine par exemple.

Sénèque avait la détestable habitude d'écrire son nom partout.

Cicéron

Cicéron a écrit tout le reste du latin. Il est à noter qu'il était avocat, et que donc les parasites ont survécu à l'antiquité.

Mythologie

La mythologie, c'est un peu comme le latin, à part qu'au lieu d'être une vieille langue, c'est des vieilles histoires. En général c'est des histoires de sexe, alors c'est rigolo. Mais les gens ont des noms à coucher dehors. À éviter si vous avez des problèmes d'élocution.

Anecdotes à la con

Le meilleur morceau pour faire le malin, ça reste les anecdotes historiques. On prend des gens crevés depuis au moins 200 ans (sauf dérogation pour les écrivains qui ne doivent être crevés que depuis une centaine d'années) et on raconte une histoire invérifiable, mais vraisemblable, qui aurait pu leur arriver. Il est assez bien vu d'y mettre du sexe.

Un générateur aléatoire d'anecdotes historiques vous est proposé ici :

Gengis Khan avait une fois cru voir une cigogne, mais en fait non, c'en était pas une, à tel point qu'on l'appela l'assassin pédéraste.

Ça alors comme c'est vraisemblable.

Pourquoi acquérir une culture classique ?

Livre Vingt-Trois.png

♥♥♥♥ « Personnellement je ne l'ai pas lu, mais son éditeur m'a dit qu'il valait le coup ». Télérama

Mais à quoi bon tout ça ? On pourrait penser que toute cette culture va vous permettre de vous sentir mieux. De vous élever spirituellement. En fait pas du tout. Mais ça peut vous aider à rabaisser les autres. C'est déjà pas mal.

Briller en société

L'autre grand avantage est la possibilité de profiter de vous mettre en valeur lors des soirées que vous fréquentez. À quoi bon, demanderez-vous peut-être. Mais à raconter à votre ami l'ambassadeur de Hongrie que vous avez cloué le bec à Hélène Carrère d'Encausse. On sait tous les deux que c'est une situation hypothétique. Ne cherchez pas à devenir ami avec l'ambassadeur de Hongrie. Je le connais. Il n'attend que ça pour nous déclarer la guerre. Vous ne voudriez pas qu'on soit bombardé avec de la saucisse au paprika ? Alors tenez-vous tranquille.

Mettons, par exemple, que vous soyez invité à une soirée d'ouverture pour l'exposition Averroès : un penseur moderne à l'Institut du Monde Arabe. En général, la conversation ressemble à ça.

Noam Chomsky : ...et quand il revint deux mois plus tard, le minaret était intact. C'est pour ça qu'on l'appelait là-bas la rose immarcescible.
Umberto Eco : Fascinant !
Vous : Euh... oui, ahah... incroyable !
Umberto Eco : Tiens ça me fait penser à cette histoire du Khan de Samarcande...

À ce stade là, sans culture classique, déboussolé et seul, vous essaierez sans doute de quitter la conversation par tous les moyens, y compris en utilisant les excuses les plus invraisemblables.

Vous : Euh... Excusez-moi, j'ai cru voir Bernard-Henri Lévy là-bas, j'avais très envie de discuter avec lui.

Ce qui vous ferait rater les meilleurs moments de la discussion.

Livre Ormesson.png

17/20 « Le type de la fnac m'a dit que c'était un bon livre. ». Le Figaro Magazine

Umberto Eco : ... qui avait engrossé douze jeunes filles nubiles en une nuit. Bam ! Bam ! Il paraît qu'il souffrait de priapisme, à tel point que quand il était en voyage, il devait se taper les chamelles de la caravane. C'est pour ça qu'on l'appelait le piquet de tente. Il était raide en permanence.
Jürgen Habermas : Salut les gars ! Vous connaissez celle du shogun du clan Takagi qui en avait une toute petite ?

Quel dommage ! Alors que si vous étiez venu avec votre bagage culturel, la conversation aurait pu tourner à votre avantage :

Noam Chomsky : ...et quand il revint deux mois plus tard, le minaret était intact. C'est pour ça qu'on l'appelait là-bas la rose immarcescible.
Umberto Eco : Fascinant !
Vous : Bravo, mon cher ! Ça me fait penser à cette réponse d'Avicenne au prince de Boukhara...

Bien joué, vous avez pris la conversation à votre compte. Umberto Eco devrait vous inviter à passer prendre le thé vendredi prochain. Il y aura peut-être José Saramago et Paul Krugman. Une bonne soirée en perspective. Mais prenez quand même de l'aspirine.

Avoir des amis improbables

Comme avantage, il y a aussi la possibilité de se faire des amis dans l'élite culturelle. Ce sont des gens seuls. Impossible pour eux d'avoir un entretien avec une personne comme vous et moi. Enfin pas moi, parce que je suis cultivé. Comme vous surtout. Et arrêtez de croire que Charles Quint portait un costume fait de losanges multicolores.

Pas étonnant qu'ils soient seuls, si l'on en croit ce dialogue recueilli lors du cocktail d'ouverture de l'exposition Osamu Dazai : un penseur moderne.

Daniel Barenboïm : Mais je trouve qu'Itzhak Perlman est devenu encore meilleur après que Menuhin lui eut donné son Stradivarius. Qu'en pensez-vous ?
Vous : Euh... oui ?
Daniel Barenboïm : Mais de toute façon, ces derniers temps, il a un emploi du temps comparable à celui de Mithridate le Grand. Huhuhu.
Vous : Quoi ?
Daniel Barenboïm : Je veux dire qu'il est aussi occupé que Cicéron pendant le procès de Catilina.
Vous : Hein ?
Daniel Barenboïm : Enfin, merde, il est actif comme un castor !
Vous : Euh... Bon écoutez. À votre avis qui est-ce qui gagne entre Batman et un grizzli ?
Daniel Barenboïm : Excusez-moi, je vais reprendre un peu de champagne.

Quel dommage ! Vous avez laissé passer une occasion en or de vous lier à un grand de ce monde. Mais bon, vous saviez même pas qui c'est, alors c'est pas si grave.

Prendre votre revanche sur des années de brimade

Livre Lévi-Strauss.png

♣♣♣ « Je l'ai vu en couverture du Magazine Littéraire, c'est que ça doit être un bon ouvrage ». Lire

Excellente raison d'acquérir une culture classique, la vengeance. Vous êtes devant cette alternative :

  1. Vous devenez un terroriste fou qui menace de tuer 50 otages sauf si votre instituteur qui vous brimait en primaire résout votre série d'énigmes diaboliques. Bon c'est quand même une option assez délicate. Sans compter qu'un mauvais coup est vite arrivé. On sait jamais. Vous êtes sûr d'être bien couvert par votre assurance ? Juste au cas où. Mais je veux pas vous décourager. Ça peut être une idée. Cela dit, vu que vous vous enrhumez en allant à la piscine, il faudrait peut-être pas tenter le diable. Voilà, il faut dire ce qui est, vous êtes une lavette. Et même à vrai dire, j'ai jamais vu une merde comme vous. Allez, oubliez cette idée et passez à la deuxième option.
  2. Vous devenez sémiologue fou. Ça demande un peu de préparation. En général on commence par une licence de lettres modernes, mention étudiant fou, puis dirigez-vous vers un master de linguistique pour les fous, et terminez par un doctorat de sémiologie (choisissez-bien votre directeur de thèse, qu'il ait au moins été professeur 5 ans dans une université connue et 3 ans dans un asile haute-sécurité). Ça devrait vous avoir pris environ 8 ans. Puis, débrouillez-vous pour organiser une exposition quelconque, par exempe à l'Institut Catholique, sur le thème Thomas d'Aquin : un penseur moderne. Vous y êtes presque. Invitez votre ancien insituteur. Ça y est.
Vous : Tiens M. Besson, quel plaisir de vous rencontrer !
M. Besson : Bonjour Monsieur. Est-ce que j'ai eu le plaisir de vous rencontrer auparavant ?
Vous : Oui oui. La dictée sur la Chèvre de M. Seguin... Ça ne vous dit rien ?
M. Besson : Euh non. Ça devrait ?
Vous : « La chèvre blanche, à moitié soûle » ? Non ? Vous m'aviez compté une faute. Vous disiez qu'il fallait écrire saoûle. Alors ?
M. Besson : Désolé si j'ai fait une erreur, je le regrette...
Vous : AH TU AS FAIT UNE ERREUR ?
M. Besson : Oui, ça peut arriver.
Vous : C'est vrai, mais cela me fait penser que la frise de la chèvre bleue est l'un des seuls éléments de décoration qui nout soit parvenu des palais assyriens du VIIIe siècle av. J.-C. On se demande d'ailleurs si ces palais étaient richement ornés, même si le contraire serait étonnant, quand on pense à l'opulence du royaume. D'ailleurs dans un texte retrouvé sur une tablette en cunéiforme... Saviez-vous que les symboles cunéiformes étaient tracés avec des calames. Attention, pas calane, calame. Ne pas confondre avec Calanus l'Indien, dont Lucrèce disait qu'il avait une grande résitance à la douleur. Mais Pline, quant à lui parle d'« Anaxarque, qui se coupa la langue avec les dents, et, la crachant au visage du tyran, lui ôta tout espoir d'avoir des révélations. ». Ahaha. Et saviez-vous aussi que chez les masaïs
M. Besson : JE VOUS DEMANDE PARDON ! PAR PITIÉ ! ARRÊTEZ !

Et voilà le travail.

Éviter le ridicule

Autre situation incroyablement plausible, vous vous retrouvez au centre Georges Pompidou pour le cocktail d'ouverture de l'exposition Les sculpteurs post-modernes : des penseurs modernes. La conversation bat son plein entre Jorge Luis Borges et Elisabeth Schwarzkopf, sur l'héritage du Don Juan de Molière dans Rigoletto.

Elisabeth Schwarzkopf : De toute façon, Callas massacrait Puccini.
Jorge Luis Borges : Cela dit, je me souviens de l'avoir contemplée dans la Tosca de Monteverdi à la Fenice de Turin. C'était divin. Je n'avais jamais rien vu de pareil. Je n'en croyais pas mes yeux. On ne pouvait détacher son regard. C'était littéralement hypnotique. Enfin, vous voyez ce que je veux dire.
Vous : C'est exact.

Vous venez de tomber dans le piège grossier qui vous était tendu. On n'a pas fini de rire de vous dans le microcosme de la culture. Vous auriez dû savoir que :

  1. La Callas n'a jamais chanté la Tosca à la Fenice
  2. On ne dit pas la Tosca mais Tosca tout court
  3. Tosca, c'est de Puccini
  4. La Callas n'a jamais chanté de Monteverdi à Turin
  5. La Fenice, c'est à Venise
  6. La Callas n'a jamais chanté la Tosca de Monteverdi
  7. Il n'y a jamais eu de représentation de la Tosca de Monteverdi à Turin
  8. La Callas n'a jamais chanté de Monteverdi à la Fenice de Turin
  9. Il n'y a jamais eu de représentation de la Tosca de Monteverdi à la Fenice
  10. La Callas n'a jamais jamais chanté à la Fenice de Turin
  11. La conversation est complètement hors-sujet
  12. Borges et Schwarzkopf sont morts et vous êtes en train de discuter avec une sculpture de Jeff Koons. Vous avez l'air bien con.

Tout le monde s'en fout, en fait, de ce que je raconte ?

Je crois comprendre qu'à ce stade de ce guide, la plupart de mes lecteurs sont morts d'hypersomnie. Tiens à propos d'hypersomnie, je crois que c'était Xénophon qui racontait...

Et merde.


Livre adca.png

« 19/20 - Excellent. Il faudra que je le lise ». Le Monde des Livres

Livres-bibliografia francesco 01.svg  Portail de l'Illittérature


Bestof v1.png
Meilleurde.jpg
Cet article a été élu dans le Best Of de la Désencyclopédie !
Partage sur...
wikia