Contrat de travail

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

Tantôt perçu comme la chaîne de l'esclavagisme moderne, tantôt réclamé par les oubliés du droit du travail dans des pays avec généralement des Chinois dedans, le fameux Contrat de Travail a endormi et continue aujourd'hui de bercer les générations.

On entend son nom tous les jours, sous-jacent dans les notions abstruses de CDI, de CDD ou d'intérim, qui réveillent notre animosité et font tomber nos pantalons... Soulever un coin confucéen du voile sur ce phénomène paradoxal inexplicable, c'est investir la chaste place de la servilité dans le dévouement, de l'amour continental dans la séquestration.

Mais alors, qu'en est-il de ce Graal moderne du prolétariat, décliné sous toutes les formes ? Quid de ce lien étrange unissant le boss et l'employé, que pourtant tout oppose ?

D'aucuns diront que c'est une quenelle grande comme ça dans le fondement du système capitaliste. Ceux-ci n'auront pas tout à fait raison...



De la théorie du Contrat Social à celle du Contrat de Travail

L'origine des temps sociaux reste inconnue. On peut supposer qu'un jour Jean-Pierre, le premier homme, rencontra Michel, le deuxième homme, et que par un 'bonjour monsieur' historique naquit la première communauté.

Mais quand Jean-Pierre et Michel se reproduisirent (ça ne colle pas tout à fait, mais il faut imaginer avec les moyens de l'époque...), il fallut commencer par choisir un chef de troupeau, et décider de ses attributions. Bien des guerres et des hauts faits historiques suscités par des prouesses de l'intelligence guerrière de mâles d'1m62 en érection ne permirent pas de départager les clans que la peuplade cunicole des hommes avait formés.

ContratBang

« Apparut alors une lumière dans le ciel, et l'Entreprise-qui-n'eût-jamais-d'exemple déversa sur la Terre sa mélopée charlatanesque », St Jeannot, épître aux éthiopiens

La nébuleuse disparate qu'était le saint empire de Michel et Jean-Pierre subit alors le Big Bang social tant attendu, le Jésus de c'est-naze-arrête, un ébranlement historique de l'égalité dans la bêtise. Comme chacun le sait, c'est de la fusion éminente du Jean-Jacques et du Rousseau qu'émergea un concept aujourd'hui presque bi-centenaire et demi : le Contrat Social.

Ancré fermement dans les mémoires tels les premiers pas de Napoléon sur la Lune ou la couleur du cheval blanc d'Henri IV, cette évidence est constitutive en grande partie de notre passivité à l'égard d'un pouvoir qui protège notre liberté en échange de sa souveraineté.

Saviez-vous que...
L'auteur de cet article est d'un bord politique, sauras-tu reconnaître lequel?

L'idée a reçu tout le soutien franc et maçon de la nouvelle administration de l'époque. Et soyons heureux car aujourd'hui, de par cette théorie, nous sommes gouvernés par des gens biens et pas corrompus qui ne pensent qu'au peuple.

Fort de cette base de société idéale qu'est le Contrat Social, dans cette utopie enfin réalisée que devint la France, il fallut réorganiser la Vie. Et de par la théorie des cordages, les gens avec les plus gros cerveaux du monde décidèrent d'appliquer aux petites communautés ce qui allait si sereinement, sans guerres mondiales et sans génocides du tout, à la grande humanité. Germèrent alors des milliards de micro-contrats sociaux de par le globe : le Contrat de Travail était né.

Principes régissant la théorie du Contrat de Travail

Principe de base

ContratSatan

Exemple de Contrat de Travail conclu entre M. Martin, le directeur des usines Guillemette, et un de ses employés.

Très simplement, le Contrat de Travail doit être compris comme un acte (habituellement fait sur du papier, quelques fois de manière électronique, mais rarement rédigé sur du papier-toilette), unissant un homme à un autre homme et permettant à l'un de tirer les bénéfices du travail de l'autre sans qu'il n'y ait pour autant de connotations sexuelles.

Évidemment, dit comme ça, on voit mal qui voudrait être du côté de celui qui cède les bénéfices de son travail, c'est pourquoi très logiquement il existe un second principe étendu qui justifie le sous-titre suivant dans le sommaire.

Principe étendu

Selon ce principe étendu qui mouille la corde à linge sur laquelle est assise tout travailleur lessivé, il existe dans la vie des grands et des glands destinés pour les uns à diriger, pour d'autres à l'être. Nul ne sait si ce principe découle d'un codage génétique ou d'une triste constatation mais il semble bien, de façon toute transcendante, que ces deux catégories de personnes existent bel et bien.

Et sereinement, sans une once de violence et par le paradoxe de Rousseau, les glands signent avec les grands un acte de servitude prolongeant la grande chaîne du Contrat de Travail.

Mais pourquoi les premiers se décident-ils à imposer leur signature au bas du document honni ? Ce sera l'objet de l'expérience qui va suivre.


Vérification de la théorie sur la société très fermée des rats musqués

Pourquoi les rats musqués vous alarmerez-vous ? Tout bonnement pour plusieurs raisons écologiques :

  • Nous n'en manquons pas sur la planète.
  • Personne ne les regrettera en cas d'échec de l'expérience.
  • Leur visage ne communique que très difficilement la douleur.

Ils ont donc exactement les mêmes propriétés que ces Chinois de laboratoire sans lesquels aucune expérimentation humaine à grande échelle ne serait possible.

Résumons l'objectif de l'expérience simplement : faire signer à un rat musqué un acte symbolisant le Contrat de Travail en simulant des conditions réelles et en stimulant sa volonté.

préparation de l'expérience

Pour exécuter l'expérience, il est nécessaire de se munir :

  • d'un rat musqué (sans quoi cela n'aurait aucun sens)
  • d'un Contrat de Travail véritable (pour éviter les pinailleries des mauvaises langues)
  • d'un tube en carton type rouleau de papier-toilette
  • d'une source de chaleur, qui représentera la pression sociale et la lâcheté de ne pas arriver à se suicider


Il nous faudra exécuter deux expériences parallèlement.

ExpRat0

Cette première expérience témoin, notée expérience 0, consiste à faire entrer le spécimen dans le tube en carton, orienté vers l'endroit où il doit apposer sa patte sur le Contrat de Travail.

ExpRat1

Cette expérience-ci est notre objet d'étude. Là encore le spécimen doit apposer sa patte à l'endroit indiqué par le tube mais la pression sociale et la lâcheté de ne pas arriver à se suicider (représentées ici par une source de chaleur bloquant l'autre extrémité du tube) lui barrent le chemin inverse.

À présent, observons les résultats inattendus que donnent respectivement chacune des expériences réalisées.

ExpRat3

Le résultat des deux expériences concorde avec notre postulat : l'expérience 0, dont le résultat figure en 1, démontre que sans pression, le gland n'essaie pas de signer un contrat qui spolie ses droits ; tandis qu'en 2, l'expérience met en évidence le fait que ne pouvant lutter contre la dure réalité, le spécimen appose docilement sa patte sur le document jusqu'à traverser le précieux papier, dans un élan vital indescriptible.

Cette expérience, dite du Citoyen de Panurge[1], est la façon classique de prouver la réalité du paradoxe incompréhensible de Rousseau.

Paradoxe de Rousseau

Le paradoxe de Rousseau, ce n'est pas qu'un auteur indigent d'esprit et égocentrique soit resté aussi longtemps à la mode à l'éducation nationale. Non, le paradoxe de Rousseau, transversal dans les notions de Contrat de Travail, pêche à la crevette ou sortie 3D d'Avatar, est un phénomène inexplicable insidieux.

On apprend l'existence de ce paradoxe en constatant que peu importe le niveau de dégoût ou le danger qu'une chose évoque pour son destinataire, celui-ci succombe à son attraction par un phénomène de mode massif.

Des lunettes 3D, un filet de pêche tendu droit devant ou l'asservissement à vie semblent attirer irrémédiablement les petites crevettes, dans un élan de stupidité que frise pourtant à peine Eric Zemmour. Et c'est dire.

Là encore une expérience s'impose, qui ne demandera pas une mise en place très élaborée. Posez à ras le sol, devant notre rat musqué, un morceau de Contrat de Travail au cheddar relié au déclencheur d'un piège à souris (qui représente une clause de préconstitution de motif de licenciement ou une clause de modification unilatérale du Contrat de Travail sans l'accord du salarié – clauses certes illicites mais tout de même tentantes pour les grands il faut l'avouer). Posez ensuite, en hauteur cette fois, un autre morceau du même Contrat de Travail au cheddar plus important et surtout beaucoup plus sécuritaire puisqu'il n'est relié à aucun piège à souris (il peut même être relié à des stocks-options).

Est-ce la flemme ? Est-ce le manque d'ambition ? Inévitablement notre petite crevette expérimentale qu'est notre rat musqué se jette dans le premier piège, faisant là encore preuve d'une connerie sans nom.

Le paradoxe de Rousseau appliqué au Contrat de Travail peut ainsi s'énoncer : c'est la propension à rendre les armes et l'âme pour un morceau de Contrat de Travail au cheddar piégé, mais facile à obtenir.

Des différents types de Contrats de Travail

Comme nous l'avons vu plus haut, le Contrat de Travail se décline aujourd'hui sous plusieurs formes, plus ou moins délétères. Si l'importance du choix de ces formes laisse pantois à l'heure où il ne nous reste qu'un seul trou pour subir des outrages que la morale réprouve, il s'avère que cela est compensé par la rareté des unes et la pléthore des autres. En voici un semblant de typologie, classée de la plus rare à la plus commune.

le CDI

TOFCDI

Un CDI vu de trois quart.

C'est la Roll's Royce du Contrat de Travail. Des légendes disent qu'en Écosse ou dans certains pays du sud des gens tuent et sont tués pour cette insaisissable lampe magique pouvant exaucer tous les désirs. Sur le mur d'une pyramide égyptienne ont même été retrouvés ces mots, datés de 4000 ans avant notre ère et traduits de façon approximative par Pierre de Rosette :

« Ainsi le grand Sédéïi nous donne la stabilité dans la servilité, remplissant chaque jour notre gamelle et commandant le respect contre seulement un tiers de l'existence. Le peuple, guidé par Néfertito et Toutankastro vers la lumière de ce nouveau dieu omnipotent, tend désormais les deux joues dans un sourire béat. »

Depuis l'apparition du CDI, ce sceptre d'Ottokar tant poursuivi, cette toison d'or si recherchée, personne ne souffre plus d'aucun manque. C'est la Version officielle.

le CDD

CDDBanane

Le CDD, à bien renouveler tous les matins pour une protection optimum.

Enfant illégitime d'un CDI et d'un papillon éphémère, le CDD se présente comme un CDI, mais avec une date de péremption dessus. Si l'occasion est belle de se laisser tenter par ses airs mutins, il faut savoir que non seulement il n'est pas une forme si répandue de Contrat de Travail, mais surtout il demande un entretien compliqué et une vidange sérieuse des testicules patronaux pour être renouvelé. Légalement il ne peut avoir pour objet un travail sur une trop longue durée sans être requalifié en CDI, mais la toute dernière technique de management au top, la parade du c'est ça ou tu manges tes morts, tue dans l'œuf toute poursuite.

L'intérim

L' intérim, c'est un mot latin qui signifie pendant ce temps-là. Propulsé en hit des charts des mots à la mode depuis une trentaine d'années, il est le remède miracle pour qui veut boucher ses trous à la demande sans subir le vit du réveil-matin. L'inconvénient majeur de ce système est que sous des prétextes aux noms vagues, techniques et vaguement techniques (inventaire, manutention, opérateur) il permet de faire lever à 4h du matin des pauvres hères pour les créditer de ce qui est à peine suffisant pour payer le bus retour.

Ainsi donc en deux mille vingt-douze, pendant ce temps-là ont bossé plus de 8 millions de personnes pour un total de 13 jours de travail (minutes d'intérim de chacun mises bout-à-bout).

L'emploi-jeune

Comme les bureaucrates se demandaient à quoi pourraient bien servir tous ces nouveaux arrivants sur la criée du travail, l'un d'eux eut une idée lumineuse pour employer les jeunes : l'emploi-jeune.

CEService

Trois carnets de chèque emploi jeune.

Une fois le terme trouvé, qui sonnait bien avec ses trois syllabes optimistes, il fallut lui trouver un sens pour pouvoir le placer dans la bouche des politiciens. Cela prit moins de temps qu'il n'en faut pour avoir une idée de merde : le principe serait de kleenexer des jeunes diplômés (terme technique sous-tendant une consommation rapide et soudaine) en leur offrant, pour des sommes modiques fournies par l'État sous forme de chèque emploi-jeune, de parfaire leurs compétences techniques en lecture pour vieux et en courses à la supérette du coin. Grâce à cette solidarité nationale, remplissant le triple rôle de former et d'embaucher les jeunes tout en prolongeant la vie des vieux, la boucle fut bouclée et l'ensemble de la population active put enfin trouver moon-boot à son pied.

Le Contrat de Travail, pour quoi c'est faire ?

Tout d'abord parce que c'est l'unique moyen, a priori à la portée du premier crétin venu désireux de rester dans la légalité, pour faire de l'argent. Car il faut de l'argent pour tout aujourd'hui. Pour acheter un toit, un mois, une voiture, des pommes, des poires, des scoubidou bidou-wa[2], bref... tout ce qui existe en ce Monde.


Ensuite et d'après la rumeur[3], parce que l'on s'ennuierait sinon. Libres, sans travail ni patron pour leur dire quoi faire, les hommes commenceraient très vite à tourner en rond et à ne produire oisivement que des incivilités intolérables.

MarianneLiberte

La liberté guidant le peuple ? Delacroix et la bannière.

Image honteusement piquée, et l'auteur en est tout rouge mais soutient que cela était nécessaire pour illustrer le propos[4]


Enfin, et c'est une mode intéressante pour qui pêche en étant un tantinet lucide, paraît-il que le Contrat de Travail apporte avec lui le feng-shuiser de dedans en interagissant du dehors avec les ondes positives de l'autosatisfaction de l'amour de la joie. Nous vous laissons le soin d'apprécier une telle philosophie trépaniocentriste.

Perspectives du Contrat de Travail

Si beaucoup de gens ont bâti des montagnes autour de ce concept insurmontable, c'est sans doute qu'ils n'avaient pas assez mûri la réflexion. En effet, personne n'aurait prédit une once d'avenir à ce concept moyenâgeux si la conférence pour la Grande Réécriture de l'Histoire de 2001 ne lui avait pas donné un nouveau souffle. Avancé comme l'épanouissement ultime et l'accomplissement de soi, le travail procuré par le tant convoité Contrat de Travail doit dorénavant faire jouir dans son slip le salarié reconnaissant de ne pas avoir subi la crise.

Si ce renouvellement inattendu a permis au Contrat de Travail de revenir en force auprès des jeunes, notons que dans son sillage se sont engouffrés bon nombre d'organismes très futés : l'Armée de terre, l'ANPE, McDonald's...

Enfin, et comme un malheur n'arrive jamais avec sa bite et son couteau, soulignons encore quelques futures avancées technologiques envisagées par la conférence de 2001 :

  • l' emploi-vieux : si les jeunes diplômés peuvent encore servir à effectuer de menus travaux, les vieux quant à eux ne peuvent plus se mouvoir d'un façon souple et détendue. L' emploi-vieux permettra à ces respectables séniors de redécouvrir l'ambiance du bureau en servant de cale si ce dernier est bancal.
Hyperstars

Hyperstars fut un show télévisé où six femmes devaient lutter devant les téléspectateurs pour devenir la caissière de l'année. Une tentative de la télévision grolandaise restée sans succès.

  • Contrat Academy : un show de télé réalité basé sur un concept novateur. Des jeunes femmes sont mises en compétition et dévoilent tous leurs charmes pour obtenir un CDI. Si cette idée n'a très certainement pas oublié d'effleurer les bulbes de nos endémoleurs attentifs, les dures contraintes de la morale et de la dignité les empêchent pour le moment de donner vie à ce grand chantier culturel.


Nous ne présentons ici que deux des points sur le millier de ceux présentés alors, mais pour plus d'information veuillez vous reporter à l'article sur la conférence pour la Grande Réécriture de l'Histoire de 2001.

Pour finir, achevons cette analyse par une légère critique. Si le Contrat de Travail est comme nous l'avons vu inévitable, attractif, épanouissant, facteur de cohésion sociale et de bonheur imbécile, respectueux de l'environnement, des vieux et des grands, comment se fait-il qu'il faille une feuille de papier pour bien expliquer le rôle de chacun sans entourloupette ? Ne sommes-nous pas tous frères ? Grands et glands, patrons et esclaves ?

Mystère et grave les boules...

CartmanBU2

Références

  1. réalisée par G. Palshwa en 2007 à l'institut des sciences politiques de Paris
  2. ébauche de crachat échafaudée par un Sacha savant.
  3. Nous devons invoquer ici la rumeur car aucun membre de la sencyclopédie n'a été manifesté le désir d'apporter volontairement son soutien à cette information
  4. sur le blog de Tonton Hubert, pour ceux qui aiment Marianne à poil.


Articles connexes

Voir aussi :


Logoemploi   Portail de la recherche d'emploi  •  Couteau-suisse   Portail de la Vie Quotidienne  •  Argent   Portail de Picsou


Bestof v1
Cet article a été élu dans le Best Of de la Désencyclopédie !
wikia