Confédération paysanne

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher
« Un paysan c'est un tronc d'arbre qui se déplace. »
~ Jules Renard
« Le paysan Zhang pisse, épuisant, sur l'épi puissant qui pousse puisant au firmament du pays Zen. »
~ Confucius à propos de la riziculture chinoise
Paysan2.jpg

Le paysan type

Le paysan

Paysancervo.png

Fonctions des différentes aires corticales d'un paysan

Âme de nos campagnes, sans qui la terre ne serait qu'une luxuriante forêt vierge foisonnante de vie, où les espèces animales vivraient en paix, le dodo avec le tigre de Tasmanie, le grizzly mexicain avec la regrettée truite argentée... Le paysan est plus qu'un homme, c'est un outil, une machine. Il a su défricher, semer, récolter, élever bétail et céréales, et a permis à l'humanité de devenir ce qu'elle est aujourd'hui.

Un paysan est un automate sophistiqué capable d'accomplir 7 actions différentes, qu'il enchaîne selon une séquence prédéfinie et invariable.

  1. petit-déjeuner → travailler la terre → déjeuner → travailler la terre → dîner → travailler la terre → dormir
  2. ⇒RESTART sequence: /goto1

La femelle paysan, à l'instar des vaches est couramment prénommée Margot, Margotton, Marguerite, Chloé , Rosalie, Berthe,... tout comme son mari, elle est douée de tâches pré-programmées, qu'elle fait tourner en boucle tout au long de la semaine.

  1. prendre le petit-déjeuner → laver → déjeuner → laver → diner → laver → dormir
  2. ⇒RESTART sequence: /goto1

Ainsi donc, le quotidien d'un couple du paysans est tel le roc, immuable, éternel, duquel émerge un colossal fermier, fourche en main, prêt à creuser, labourer, moissonner, pendant que sa fidèle croquante lave sans relâche. Et la sueur qui sourd de leur front est sacrée car elle est le fruit d'un perpétuel présent. L'agriculteur ne façonne pas la terre, il est la terre. Il naît d'elle, vit par elle, et retournera à elle.

Question.png
Saviez-vous que...
la femelle paysan se marie en blanc afin d'être assortie aux autres rares appareils ménagers qui meublent la cuisine de l'homme de la terre.

En fin de semaine, ces héros que sont les Gens De La Terre, s'octroient quelques écarts à leurs habitudes :

  • Le samedi soir le paysan honore sa Femme.
  • Le dimanche matin sa femme va honorer Dieu.

Pendant que sa femme prie, le paysan s'ennuie, c'est pourquoi il a créé la confédération paysanne.

CCCPaysan.png

Collectivité Communautaire de la Confédération Paysanne

Confédération paysanne

Assemblée secrète où les femmes n'ont pas droit de cité, affiliée à céréal-qualida, la confédération paysanne est née d'une faille dans la routine du paysan : le dimanche, il doit attendre que sa femme finisse ses prières pour la raccompagner dans leur humble foyer. Il arrive donc un moment où tous les paysans sont réunis ensemble devant l'église, et se tournent les pouces, puisqu'ils n'ont pas de terre à travailler. Or que fait un paysan sans travail ?... NON... il ne pense pas !... Il s'ennuie !

Or il advint qu'un jour, une kermesse étant organisée devant l'église, celle-ci donna aux paysans l'idée d'organiser des concours pour voir comme ça, qui serait le meilleur travailleur-de-la-terre. Depuis lors, à l'insu de leur conjointe, ils se réunissent en secret dans la salle des fêtes et commencent leurs petits jeux païens.

Concours de la plus grosse courge

Le premier concours de la plus grosse courge vit le jour pendant la Seconde Guerre Mondiale. En effet, nombre de parachutistes venaient s'échouer dans les champs, et étaient recueillis par les paysannes qui profitaient de l'occasion pour se faire honorer par autre chose que leur bouc de mari. Les cocus essayèrent de regagner les faveurs de leur belle, en se montrant romantiques comme dans les feuilletons qu'on voit dans la boite à images. Ils passèrent toutes leurs nuits à contempler les étoiles en écrivant des poèmes, firent des bouquets de tournesol et de blé, leur récitèrent du Shakespeare, mais rien n'y fit : celles-ci se dérobaient constamment en prétextant une quelconque maladie vénérienne. Les agriculteurs, qui se retrouvèrent avec un jardin de moins à travailler, profitèrent des pauses du dimanche pour essayer de mettre la main sur un moyen de reconquérir leur génisse favorite.

« La Guenaele, eul m'a dit comme ça, ben qu'ma courge, eul s'rait trop ptiotte pour eul, alors ben surl'coup j'avions pas compris, mais ptet ben qu'eul voulions qu'jlui offrions une grosse courge comme ça qu'eul verrait à queul point queuj suis enamoureux d'eul, que jl'aimions presque autant que j'aimions mon tracteur... »
~ Le Vébo (José) dit le Fougueux Faucheur

Ainsi débuta le premier concours de courge : les paysans se réunirent en cachette pour élire chaque semaine la plus grosse courge et l'offrir à leur bien-aimée. Il va de soi que celles-ci ne comprenaient pas pourquoi leur rustaud d'époux leur offrait d'énormes courges, dont la longueur et la puissance auraient fait hennir d'envie la plus gourmande des juments. Les paysans déçus de leur manque de succès décidèrent de tondre toutes leurs épouses après la guerre, et les rendirent si laides, qu'ils furent les seuls à daigner les honorer.

Cependant, la tradition perdura, et depuis lors, le concours de la plus grosse courge reste une animation phare de la confédération paysanne, le vainqueur recevant en prix, la courge d'or et ses deux potirons.

Concours de veau à l'élastique

Principe

Le veau à l'élastique a été inventé par les éleveurs lors de la transhumance. Ils s'aperçurent que les génisses avaient l'étonnante capacité de mettre bas tout en marchant, alors que le veau décrivait en choyant des figures d'une incroyable complexité, qu'il répétait à l'infini jusqu'à ce que le cordon ombilical cède à force de cahots. L'idée est donc d'aligner au bord d'une estrade des génisses ayant, comme le veut l'expression consacrée : le veau aux lèvres, et de les faire marcher en crabe, de telle sorte que leur rejeton sera projeté en dehors de l'esplanade, et décrira dans le vide d'incroyables mouvements, qu'il répètera tant qu'il sera maintenu par le cordon ombilical.

Le sauté de veau en double loop
Sauté de veau

Splendide figure réalisée à Ploucboürg le 11 novembre 1928, également dit saut du 10ème anniversaire de la libération (le village se trouvait en Alsace). Elle fut réalisée par Marguerite, une génisse qui suite à cet exploit, devint l'emblème rieur d'une célèbre marque de fromages. Elle connut un succès fou, fit le tour du monde, devint multimilliardaire, connut de nombreux taureaux de toutes origines, et acheva ses jours dans un pré fleuri, à l'ombre des cocotiers, sur une île du pacifique. Son rejeton n'eut pas cette chance, abandonné de tous, orphelin, dépressif, il finit en pâté en croûte chez Marcel, boucher-charcutier.

Le triple salt'veau arrière

Admirable. Jamais une telle prouesse n'avait été réalisée de mémoire de paysan. Celle-ci fût réalisée juste après le salon de l'agriculture précédant la campagne électorale de 2007 : Chloé avait gagné le prix de la plus belle génisse, et s'est donc faite caresser successivement par tous les candidats, ceux-ci ont induit à force de mamours, un flux intra-amniotique qui a provoqué un enroulement du veau autour du cordon ombilical. Lorsque la vache a mis bas, le veau s'est déroulé le long de son cordon, puis est remonté comme un yoyo jusqu'au postérieur de sa mère, et a répété ce mouvement une bonne dizaine de fois avant que le cordon ne cède.

Concours de longueur de jet carotidien porcin

Que seraient les réunions de la confédération paysanne sans le traditionnel concours de longueur de jet carotidien porcin?

Règlement

Cette épreuve est la plus ancienne, et la plus fameuse de toutes, elle est née en même temps que la religion catholique qui a instauré la consommation de porc. Elle se pratique sur une piste homologuée, sous l'œil d'un arbitre expérimenté, qui juge de la conformité du jet. Vous l'avez compris, le but de cette épreuve, est de trancher la tête d'un suidé le plus vite possible, puis de mesurer la distance que parcourt le jet de sang expulsé par le cou de la brave bête. Pour de faire, il faut poser l'animal sur le porte-porc® officiel recommandé par la FFCLJCP (Fédération Française de Concours de Longueur de Jet Carotidien Porcin) et abattre sa hache d'un coup sec en visant entre deux vertèbres cervicales, pour une coupure nette et propre.

JCP.png

Coupé Carotidien Porcin traditionnel

Le jet carotidien porcin dans l'Histoire

De tout temps, le concours de jet carotidien porcin a été l'attraction dominicale par excellence du monde rural, et les paysans ont toujours cherché à améliorer leurs lancers, faisant foi d'une ingéniosité surprenante de la part de personnes passant leur temps à dormir ou à travailler la terre. Avec l'évolution des techniques, il devint vite évident que le simple coup de hache entre deux vertèbres était le facteur prépondérant dans l'amorçage du jet : une artère mal coupée, déchirée, écrasée par le fil de la cognée perturbe le flux sanguin qui perd ses propriétés laminaires, et le jet va incontestablement moins loin.

Aussi, Tobias Schmidt, un fabricant de clavecins, fut enrôlé par les paysans à la fin du 18e siècle pour mettre au point une machine destinée à couper net et sans bavure le cou des suidés. Problème: à cette époque la France mourait de faim, et on n'avait plus assez de Porcs pour organiser des concours dignes de ce nom, et tester la nouvelle machine. La colère gronda chez les rustauds, qui se voyaient privés de leur activité favorite. Peu à peu elle gagna Paris, et une rumeur commença à circuler, comme quoi le Roy avait caché tout un élevage de Porcs dans une ancienne forteresse : la Bastides, qui était censée fabriquer des Saucisses sèches pour les aristocrates. Le 14 juillet 1789, un commando de la CCCP investit la bastide. La colère des paysans explosa lorsqu'ils se rendirent compte que la rumeur était fausse, et comme il n'y avait plus de porc à manger, ils décrétèrent la fin de l'Ancien Régime.

Ce fut le départ de la Révolution Française, qu'il est inutile de relater ici. Notons tout de même que les paysans avaient réussi à renverser le pouvoir, et étaient parvenus à des fonctions exigeant les mêmes compétences intellectuelles que le travail de la terre. C'est ainsi qu'un certain Guillotin devint député.

« Moi j'souhaiterions ben que comme les Bourgeois c'eye tous des cochons, et qu'on doive les tuer, ben comme ça, que "tout condamné à mort aura la tête tranchée", que j'trouve que c'eye une bonne idée. »
~ Guillotin à l'Assemblée Nationale à propos du rétablissement du concours de longueur de jet carotidien.

C'est ainsi que la machine inventée par Tobias devint en 1792 l'instrument officiel d'une nouvelle discipline : le concours de longueur de jet carotidien humain, mais ceci est une autre histoire...

Bestof v1.png
Meilleurde.jpg
Cet article a été élu dans le Best Of de la Désencyclopédie !
Qu'avez-vous pensé de l'article "Confédération paysanne" ?
 
65
 
39
 
24
 
10
 
10
 
8
 

Ce sondage a été créé le novembre 12, 2007 19:10 et 156 personnes ont déjà voté.
Partage sur...
wikia