Comment coucher avec moi

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher
   
Comment coucher avec moi

Au détour d’une ruelle où vous avez croisé mon regard...

À bord d’une caravelle, touchée par mon charisme, mes égards...

Tout devient beau et merveilleux, par ma simple présence...

Et mon sourire radieux, vous séduit par inadvertance.

Si beau, si pur... me vouloir...

Si loin, si dur... de m’avoir...

   
Comment coucher avec moi


CAMfleur.gif

Ô atmosphère poétique...


Enfin bref, vous avez envie de coucher avec moi, ça se voit. Eh oui.

À vrai dire, je vous comprends très bien. Moi-même, si par la grâce de la nature j’avais été une femme, j’aurais sûrement eu le même souhait – que dis-je – le même rêve !

Je sais ce que vous vous dites en cet instant : « Mais quel manque flagrant de modestie ! Pour qui se prend-il, ce Narcisse des temps modernes ? » Ce à quoi je répondrai simplement que si vous êtes arrivée sur cette page, ce n’est certainement pas par hasard... Non, non. Vos intentions sont claires, vous êtes démasquée : vous voulez coucher avec moi.

Ne vous y méprenez pas : je ne suis pas là pour vous jeter la première pierre, ni la seconde, ou vous couvrir de quolibets et vous juger pour ceci. Non. Rassurez-vous mademoiselle, mon côté « gentleman » m’en défend.

Le but de ce guide sera donc avant tout de vous inculquer les meilleurs moyens de parvenir à vos fins, à savoir m’attirer dans votre lit pour une folle nuit d’amour.

Certaines de mes lectrices pourront s'offusquer et renâcler à l'idée de se lancer dans une telle aventure exaltante. Je pense notamment aux lectrices naturellement nouées, coincées, emmanchées par un balai dans le rectum ou du comité Miss France qui me lisent par milliers. À celles-là je conseillerai de fermer cette page aussi vite qu’elles le peuvent.

Préparation en amont

Bien entendu, vous lancer dans une entreprise de ce type ne peut se faire sans organisation préalable. Vous devez resplendir, que diable, rayonner ! Les médias vous serinent à longueur de temps que seule la beauté intérieure compte ? Que vous êtes nécessairement une femme fatale ? Que vous le valez bien ?

Et bien, sachez qu’il n’y a rien de plus faux (à part peut-être les lèvres de Meg Ryan, mais ceci est une autre histoire).


Soignez votre look

Pour bien vous le prouver, commençons par le look, et faisons un petit test : imaginez que vous avez faim, un petit creux, et que se présente devant vous une échoppe de traiteur. Vous entrez, et constatez que les mets, en plus d’avoir visiblement été préparés par une espèce animale perdant abondamment ses poils, sont emballés dans un sac poubelle usagé. Aurez-vous envie de consommer ? La réponse est non, à moins que vous ne soyez une sorte de clocharde ou Valérie Damidot.

Ma métaphore le prouve donc, votre apparence est primordiale. Je le dis en priorité pour ces jeunes filles hippies qui m’abordent souvent quand je marche dans la rue, pour signer une pétition contre la chasse au pangolin ou des trucs du genre. En réalité, vous n’en avez rien à foutre de l’écologie, et faites ceci uniquement dans le but de me draguer. Mais vous n’avez aucune chance, avec vos foulards dissimulant maladroitement vos dreadlocks d’une saleté à faire pâlir mes toilettes un lendemain de cuite à la vodka RedBull où j’aurais mangé un kilo de pruneaux, et votre inqualifiable accoutrement « Made in favelas roumaines lugubres ». Bande de crasseuses.

CAMhippie.PNG

Aurai-je envie de consommer ? La réponse sera non. Sans façon. Que nenni. Pas question. Voire : je ne mange pas de ce pain-là.

Mais rassurez-vous. En matière vestimentaire, rien n’est irrémédiable. Ce n’est pas parce que vous avez le standing d’un épouvantail malgache aujourd’hui que vous ne pourrez pas avoir un minimum d’élégance demain. Regardez Miss Dominique par exemple, elle est beaucoup plus séduisante maintenant que quand elle pesait 3 quintaux et se drapait de peaux de bêtes ! CQFD.

Il s’agit alors de trouver les tenues qui vous mettront au maximum en valeur, tout en restant dans les limites du bon goût et de la décence. Voire même du respect d’autrui dans certains cas. Ci-dessous un petit exercice pour évaluer vos connaissances en matière de mode.

Laquelle de ces femmes est habillée convenablement ? (Indice : la n°4)
CAMGagaviande.jpg
Sujet n°1
CAMgendarme.jpeg
Sujet n°2
CAMsoubrette.jpg
Sujet n°3
CAMlook.PNG
Sujet n°4

Évidemment, il s’agit du sujet n°4 : sa silhouette élancée est idéalement mise en valeur par son haut vaporeux, et les nombreux accessoires (lunettes de soleil, téléphone portable, bracelet) qui prouvent bien que cette femme est au soleil, téléphone parfois, et a un bracelet, ce qui est plutôt cool. La veste ajoute un côté vintage pas déplaisant. Pas piqué des hannetons non plus, puisque ça n’aurait aucun sens dans cette phrase. Bref, c’est parfait !

Au sujet des autres pouilleuses...

  • Le sujet n°1 a manifestement pris ma remarque sur le « bon goût » aux pieds de la lettre, puisqu’elle s’est confectionné une robe en viande. Bof. C’est quand même relativement dégueulasse et répugnant, je trouve. Et puis je vous raconte pas l’horreur en rentrant de soirée, en la déshabillant, j’aurais l’impression de rouler une pelle à un carpaccio assaisonné à la bave et à la transpi. Pas très ragoûtant...
  • Le sujet n°2 a su rester plus sobre dans son choix – disons moins extravagant (« sobre » en parlant de la gendarmerie, quelle ironie tout de même ah ah ;-) ). La chemise symbolise l’élégance et les tons se marient convenablement, mais son chapeau évoque trop celui de Geneviève de Fontenay pour éviter l’inéluctable appellation de « tue-l’amour ».
  • Le sujet n°3 porte une tenue qualifiée de « grave atteinte à la pudeur édénique de la féminité corporelle » par l’Église Catholique, ce qui ne veut strictement rien dire, excepté qu’il est délicat de porter cela en public, à part en Bavière.
CAMbavarois.jpg

En Bavière, tous les gens s’habillent comme ça traditionnellement, n’est-ce pas adorable ?

CAMbavarois.jpg

Ou pathétique, ridicule et con, c’est selon.


L’hygiène

« L’amour est aveugle certes, mais il lui reste quand même l’odorat. »
~ Moi à propos de l’hygiène

Certains animaux, à l’instar du berger allemand et du porc, ont un odorat extrêmement développé leur permettant de débusquer respectivement des criminels puants et des truffes. C’est également le cas de la femme. Eh oui. Vous êtes capables, d’après de récentes études, de déterminer si un t-shirt est propre ou s’il a servi pour un tournoi de rugby rien qu’en le reniflant ! Véridique. Vu dans « C’est pas sorcier ».

Vous allez donc utiliser ce formidable don afin d’avoir une hygiène irréprochable. Gardez bien en tête que votre objectif final est de me plaire, et que ce dessein louable ne s’accommode que très peu avec une odeur corporelle de chimpanzé en plein marathon.

« Désolé, mais vous n’êtes pas mon type : je n’aime pas les femmes insalubres. »
~ Moi à propos de l’hygiène (si vous ne suivez pas mes conseils)


Hygiène personnelle

Une bonne hygiène personnelle commence par une douche au moins une fois par jour. Avec de l’eau bien entendu. Du savon aussi, si possible. Et du shampoing, dans les cas les plus extrêmes.

Savonnez-vous bien de la tête au pied Pour répondre à vos interrogations : oui, vos bras sont entre votre tête et vos pieds, même si vous les levez vachement haut. Pour choisir votre savon, privilégiez ceux qui sentent bon. Fraise, vanille, coco des îles, ok ; exit les parfums flatulences, béret d’agriculteur ou roquefort. Je sais, ça a l’air débile dit comme ça, mais vous êtes bien capables de vous frictionner avec du foutre de sanglier si la télévision a dit que cela rendrait votre peau plus douce, d’où ma précision.

CAMmojito.jpg

« Hihihi ! Mince je venais juste de me foutre un yaourt au mojito sur la gueule pour faire disparaître mes rides comme ils ont dit dans Télématin ! »

En sortant de la douche, prenez le temps de vous sécher avec une serviette, pour éviter de mouiller vos vêtements. La plupart d’entre vous oublient cette étape, qui est pourtant cruciale. Elles déambulent alors dans la rue trempée jusqu’aux os, au risque d’attraper une bronchite, une pneumonie, une colique néphrétique, ou pire : elles peuvent avoir froid.


Les aisselles

L'hygiène des aisselles est particulièrement importante. La leçon sera imagée pour que vous compreniez bien.

CAMaiss2.PNG

Alors premièrement, le pelage de loutre apparent sous vos bras, c’est vraiment rébarbatif, si j’ose dire... ;-)

CAMdeo.jpg

L’utilisation du déodorant est en revanche vivement souhaitée et conseillée. Astuce : enlevez le bouchon avant l’application, les effets seront décuplés !

CAMaiss1.jpg

Voilà. Ça, c’est très bien.

CAMaiss3.jpg

Vous complaisez-vous réellement dans votre état de vétusté actuel, vous condamnant à oublier toute idée de relation sexuelle avec moi ?


Haleine

Si vous avez mauvaise haleine, il est fort improbable que vous vous en rendiez compte par vous-même, quand bien même votre souffle serait aussi chargé que peut l’être celui de Yolande Moreau – et dieu sait qu’il s’agit d’une sacrée pocharde consommatrice de Rachmaninov.

L'odorat ne détecte pas réellement les odeurs en elles-mêmes mais plutôt leurs variations ; votre nez étant perpétuellement baigné par cette odeur nauséabonde s'y sera habitué et ne la remarquera plus. Vous pouvez donc parfaitement empester tous vos collègues de bureau avec votre fumet oral de cowboy atteint de gingivite adepte de l’omelette oignon-ail-cheddar, sans que votre nez ne détecte quoi que ce soit d'anormal.

Afin d’éviter tout malentendu lorsque nous nous verrons, sachez qu’étant gentleman avant tout, je ne pourrai pas vous signifier mon mécontentement quant à votre haleine. Cela ne se fait pas. Donc si je tourne la tête avec un air dégoûté en vous disant « Mon dieu, ce que ça peut chlinguer le chacal ammoniaqué lorsque tu ouvres ton clape-merde, chérie ! » quand vous me parlez, c’est qu’en fait, votre souffle est fétide. Je sais, c’est habilement sous-entendu (cf. « gentleman » ;-) ).

CAMgasmask.jpg

Si je sors une cagoule de ce type en pleine discussion, c’est également mauvais signe.

Bon, pour nous épargner à tous les deux une telle situation, la brosse à dents est votre amie. Pas votre amie genre vous discutez avec, lui confiez vos secrets et tout, ne soyez pas stupide. Vous allez juste devoir l’utiliser assidûment, et notamment avant de sortir dans des endroits susceptibles d’accueillir ma présence (les endroits de type cools).

Brossez-vous les dents méticuleusement, et même celles qui vous semblent peu utilisées. Vos canines par exemple. Ah, et puis vos molaires aussi, qui accumulent les restes de nourriture du fait de leur forme creuse.

La rencontre

Voilà. Vous ressemblez désormais à une personne un peu plus digne d’intérêt... À ce stade, vous êtes belle, bien habillée, vos cheveux brillent et vous sentez admirablement bon.

C’est très bien, vous avez suivi la bonne voie : la route du bonheur sans modération, qui est comme chacun le sait pavée de bonnes intentions et avec des Ferrari dessus. Eh oui mademoiselle.

Laisser la magie opérer

Au-delà de l’évocation d’Harry Potter – David Coperfield, Merlin l’enchanteur ou que sais-je d’autre – que vous procurera la seule lecture de ce titre, il s’agit d’un enjeu plus que primordial ! En effet, la première impression est très importante puisqu’elle formatera l’ensemble de notre interaction à venir, et comme le dit la célèbre maxime, « on ne fait qu’une seule première impression ». Stupide, mais vrai !

Il est des rencontres qui ont un caractère magique par la qualité de ce qu’elles révèlent en vous. Elles peuvent éclairer votre vie d’une lumière féconde, vous paraître décisives, car elles impriment un sens nouveau à votre existence. Ce sera le cas lorsque vous me croiserez.

CAMpotter.jpg

La magie du premier regard... (ouais je sais, bof, j’ai pas eu le temps de trouver une nouvelle blague à faire dessus)

Pour vous, il sera surtout question de savourer l’instant. Faites durer la période de mystère, le jeu des regards, et tout ce protocole implicite ô combien important.

Globlament, voici une liste de conseils à suivre quelles que soient les circonstances de notre rencontre :

  • N’arrivez pas à mes côtés en sprintant ou en provoquant en pugilat les filles en chemin ;
  • Ne vous accrochez pas à mes chevilles en rampant ou en pleurant ;
  • Ne collez pas votre tête sur ma poitrine pour sentir mon parfum ;
  • N’essayez pas d’enlever mes vêtements ;
  • Ne tentez pas de m’assommer pour me transporter chez vous à l’aide d’un transpalette ou d’un chariot de supermarché ;
  • N’essayez pas de tatouer votre nom sur mon bras par surprise.


Faire le premier pas

Comment m’aborder ? Pourquoi aborder un homme ? C’est ce que vous vous dites.

En fait, il y a qu’un seul cas où il est approprié d'aborder un homme lambda. C'est pour lui demander s’il ne connaît pas mon adresse, mon numéro de mobile ou mon nom de jeune fille. C'est tout ce qu'il y a à dire sur ce sujet.

Question.png
Saviez-vous que...
Je suis tellement viril qu’on a appelé Bruce Willis « madame » un jour où il marchait à côté de moi. Eh oui.

Me concernant, s’il vous plaît, essayez d’éviter les lieux communs de la drague, et bannissez les phrases toutes faites de chasseuses de gibier impénitentes, allant de : « Vous habitez chez vos parents ? » à : « Vous venez souvent ici ? » en passant par : « Ton père doit travailler dans une quincaillerie : t'as les yeux pleins de vice... »

CAMvis.jpg

Les yeux pleins de vice... de vis... Mouais, bof...

Bien sûr, il est toujours gratifiant d’être alpagué par une personne du sexe opposé aux intentions lubriques ; cela dit, il est préférable que vous soyez plus conventionnelle pour m’accoster, afin de respecter les règles de décence, et de préserver votre dignité. Tiens, ça me rappelle une anecdote justement, je vais vous la raconter. Attendez, je trouve un joli cadre.


1fleyur0608.jpg
1fleyur0608.jpg

JE présente :
MON anecdote à MOI à propos de MOI, que VOUS allez lire :

Sclupthermes.jpg
Sclupthermes.jpg


Voilà, ça a quand même plus de gueule, ça ressemble à vos romans pourris là. Bon, je commence.

Attablé au troquet de mon quartier, en train de lire une œuvre philosophique de haut vol, genre de Nietzsche ou BHL, je sirotais paisiblement mon Cosmopolitan. La partie d’échecs que je disputais en parallèle sur mon iPhone avec un russe nommé Kasparov se passait admirablement puisqu’il était déjà mat en deux coups. Bref, une après-midi classique. C’est alors que fit irruption une jeune femme magnifique, marchant dans ma direction. Non contente de posséder de longues jambes et des seins démesurés, elle en avait deux de chaque, ce qui ne gâchait rien.

Remarquant instantanément mon air intrigué par sa présence, elle s’assit près de moi, et murmura : « Bonjour, je m’appelle Zahia. Pour 2000 euros, je te fais la totale. »

« Désolé mademoiselle, lui rétorquai-je, je ne suis pas de ces hommes que l’on achète ! Gardez votre argent, je ne sacrifierai pas ma mission de chevalier de l’Amour, quand bien même vous me donneriez 10000 euros ! », et je quittai la table furibard, devant sa mine déconfite.

FIN



Moralité : tout flatteur vit aux dépens de celui qui l'écoute.

Pour vous, cela signifie que vous allez devoir non pas être drôle, mais me faire rire ; pas être belle, mais me plaire. Vous saisissez la nuance ? Ah, quand je dis « pas être belle », il faut relativiser, je ne fais pas dans le bas-de-gamme, le discount. Je ne suis pas le Kiloutou du sexe, qu’on se le dise.

Autre exemple : un homme vous aborde avec une phrase qui le fait éclater de rire lui-même, mais vous plonge dans l’embarras le plus total, comme « J'peux t'y de suite peloter tes tétons ? » ou « Bonjour, tu es franchement hideuse, mais tu m'intrigues. Je peux t’appeler maman ? » Vous l’admettrez, il y a peu de chances qu’il parvienne à vous séduire, à moins que vous soyez désespérée, ou mieux : sourde.


   
Comment coucher avec moi
Sourde comme un pot, va s’faire malmener le clito.
   
Comment coucher avec moi
Proverbe français d’en-bas à ce sujet

En rendez-vous

« Je me draguerais bien, mais j’ai peur d’être trop bien pour moi. »
~ Moi à propos de moi
Question.png
Saviez-vous que...
Je suis tellement une bombe sexuelle que l’on m’interdit de prendre l’avion et de rester immobile dans les gares et stations de métro. Eh oui.

Bon, désormais, on a parlé, on se connait, on se tutoie. Lors de notre rencontre, tu as sans doute respecté tous mes conseils à la lettre, puisque j’ai accepté de te revoir. Sacrée veinarde ! ;-)

Mais bon, restons sérieux : rien n’est acquis, et pour le moment tu n’as pas exaucé ton vœu, à savoir m’effleurer tendrement la zigounette. Eh non ! Désormais est venu le temps du marivaudage.

Les trucs à faire... et ne pas faire !

J’aime bien ce titre. Franchement, il est génial. JE SUIS génial ! Allez, continuons.


À ce stade, autant te le dire tout de suite, on est en bonne voie. Pour peu que tu réutilises les conseils d’hygiène du début, il n’y a pas grand risque que tu fasses tout foirer. Je te fais également confiance pour ne pas arriver fagotée comme une souillon. Please...

Au niveau de ce qu’il faut faire, ça reste assez classique : sois juste agréable, souriante, polie, courtoise, intéressée, charmante, gentille, amène, captivante, gracieuse, attrayante, sympathique, enivrante, mignonne, élégante, cordiale, amicale, chaleureuse, intéressante, folâtre, sensuelle, délicate et suave. Ah, et puis aussi : évite d’utiliser l’expression populaire « sa mère la pute », surtout complétée de « wallah vas-y elle m’a trop véner la tepu ». Ce n’est pas ma tasse de thé. It isn’t my cup of tea.

AMintro.jpg

Leçon Aubade – n°122 : « Ne soyez pas trop vindicative. »

Voilà, c’est le strict minimum. Easy, isn’t it ? (je parle anglais de temps en temps parce que je suis vraiment très cultivé : j’ai de la culture quoi, I have culturism ;-) )

Question.png
Saviez-vous que...
Je suis tellement cultivé que je reçois autant de subventions de la PAC que tous les agriculteurs des Yvelines réunis. Eh oui.

Au rayon de ce que je vous déconseille vigoureusement, cinq points sont à retenir :

  1. Tomber en admiration : j’ai souvenir d’un rendez-vous avec une jeune femme fort charmante, où celle-ci avait rapidement perdu toute chance de conclure avec moi : posée en face de moi à la terrasse d’un café, elle n’avait pas dit un mot et était restée pendant une heure et demi la bouche entrouverte, laissant s’écouler un filet de salive qui devint rapidement une réelle stalactite en bave solidifiée, à la manière des bouledogues en voiture en plein été. Grave erreur !
  2. Faire des projets de mariage : « Quand on se mariera, je veux une robe en fleur de lys et des pétales de roses dans les cheveux, et aussi des petits oiseaux sur notre gâteau comme dans Cendrillon, ou Bambi je sais plus. » Eh bien, je te conseille d’éviter ce genre d’allusions de très mauvais goût si tu ne veux pas que je m’enfuie en courant comme Pocahontas poursuivie par un bison, ou Bambi je sais plus. ;-)
  3. Se faire passer pour quelqu’un d’autre : d’accord, je le reconnais volontiers, Angelina Jolie est une jeune femme très séduisante. Elle a acquis un statut de sex-symbol planétaire, et fait rêver tous les hommes par son physique, son charisme. MAIS ce n’est pas une raison pour arriver au rendez-vous avec un « Hello darling, I’m Angelina Jolie. What’s up ? ». Quand bien même tu lui ressemblerais légèrement, ça resterait cruellement pathétique.
  4. Forcer sur le maquillage : certaines femmes compensent leur manque d’assurance par une augmentation dramatique de leur couche de fond de teint. En plus de les faire ressembler à une véritable statue du musée Grévin, elles me « contaminent » dès la bise, à l’instar des pédés qui se refilent le SIDA en douce, à la moindre sodomie. Et non, pour la petite info, je ne souhaite pas être aussi recouvert de poudre fine que le bureau de Tony Montana. Retiens bien.
  5. Poser trop de questions : alors là, je t’arrête tout de suite, on n’est pas à un interrogatoire façon PJ, ou à un entretien d’embauche. Tes « Où étais-tu hier soir vers 20h43 ? », « Tu préfèrerais manger un pneu Michelin, ou faire du parapente tout nu ? », voire « À quel âge, ta première fois ? C’est quoi la première lettre de son prénom, les neufs premiers chiffres de son numéro de mobile et son adresse À CETTE PUTAIN DE GROSSE SALOPE DE TRUIE SYPHILITIQUE MONGOLIENNE ? » J’ai dit « intéressée », certes, mais le temps de l’Inquisition est fini depuis quelques siècles... ;-)
CAMadire.gif

À cela je répondrais : ok, mais pas trop non plus.

La conversation

Bien entendu, il est acquis que nous parlerons lors de ce rendez-vous.

Tu as beau être intimidée par ma présence, et moi peu intéressé par tes commérages, cela fait partie du protocole. On est en plein flirt là, dois-je le rappeler ? Concrètement, il s’agit d’un moment où tu dois me montrer combien tu peux être agréable et sympathique, lorsque tu t'en donnes la peine.

Il vaut donc mieux proscrire de ton discours tout long monologue sur toi, ta dernière acquisition en matière de chaussure, ton sac à main où tu « perds vraiment tout hihi », les récents ragots de ta coiffeuse, et surtout : tes exs. Oui, surtout. Je ne veux vraiment pas savoir quels tocards communistes mi-dégénérés mi-vilains tu as bien pu fréquenter avant moi. Quand on touche du doigt le top du top, comme ce sera le cas en rendez-vous avec moi, on ne se met pas à parler de périodes peu glorieuses. Un homme venant d’acheter une Ferrari va-t-il parler sans cesse de sa vieille Lada merdique qu’il avait à 18 ans ? Un sans-abri invité au Fouquet’s va-t-il commander des vieux chips humides ? TF1 va-t-elle arrêter de diffuser des télé-réalités ? Allons...

CAMtelerea.jpg

Alors que franchement, c’est EXCELLENT ! ;-)

Fais également attention à ton niveau de langage. Trop souvent il arrive que de jeunes filles tout à fait plaisantes commettent des erreurs de français, notamment au niveau de la concordance des temps (« Si j’aurais su qu’il fusse là, je suis pas venue ! »). Elles passent ainsi pour de complètes écervelées, ce qui n’est pas terrible, enfin je trouve.

Essaie donc de peser tes mots, de choisir tes verbes avec soin. Tu ne diras pas : « Je suis été aux Seychelles », mais : « Je suis allée aux Seychelles » ; exemple : « Je suis avocate et je suis allée aux Seychelles. »

Et non pas : « Je serions pute transsexuelle gratuite. Je suis été à Marnes-la-Quiquette. »


La technique fourbe qui marche !

Tu l’as sans doute remarqué, pour l’instant, tous les conseils que je te donne exigent de respecter une règle d’or : la patience. Eh oui, je ne suis pas un mec facile. Désolé.

Question.png
Saviez-vous que...
Je suis tellement un bon coup que le septième ciel m’arrive à peine à la cheville. Eh oui.

Alors d’accord, le recours au GHB peut être tentant, mais il subsiste deux obstacles majeurs à cette regrettable alternative : premièrement, un acte sexuel non consenti est considéré comme viol, ce qui est bizarrement considéré comme répréhensible par la justice française ; deuxièmement, l’inconvénient de cette drogue réside dans le fait qu’elle va m’endormir complètement, ce qui compliquerait l’accomplissement de ton funeste et non moins machiavélique dessein.

Une alternative non criminelle plus efficace existe pourtant : l’alcool. Célèbre pour ses effets euphoriques et désinhibiteurs, il pourra t’aider à faire tomber les dernières barrières nous séparant de ton lit. N’hésite donc pas à me payer des verres, c’est même vivement encouragé ! Voici une liste de cocktails et boissons que j’aime bien, ça pourrait t’aider : Vodka-Redbull, Cosmopolitan, Ti’ Punch, Blue Lagoon, Margarita, ainsi que le Sex on the beach, bien entendu. ;-)

« Désolé, je ne couche jamais le premier soir, et il fait nuit. »
~ Moi à propos de vos pulsions libertines
« Bon, d’accord ! Lol ... Hips ! »
~ Moi à propos de vos pulsions libertines

Autre facette de cette technique : être directe. Les femmes expriment leur désir par des moyens détournés, genre passer sa main dans les cheveux, faire un regard en coin, ou se mordiller et lécher les lèvres de façon perverse. Ces signes sont souvent complètement ignorés, parce que trop discrets, ce qui provoque des ressentiments, voire de la colère. « Mais quel connard ! Il ne m’a même pas embrassé alors que j’avais levé un sourcil en circonflexe, regardé son reflet dans la table et fait une croix occitane avec mes doigts... Pff. »

Une façon de se prémunir de tels malentendus est d’être directe, franche et explicite. Dis clairement ce que tu attends de moi, sans fioriture ni sous-entendu.

CAMom.jpg

Regarde ce schéma : avec l’homme, il faut aller droit au but.


Et alors, qui sait...


tu pourrais bien coucher avec moi !


FAQ

Comment postule-t-on à pareille opportunité ? Où me rencontrer précisément ? Posez toutes vos questions sur la page de discussion de cet article.

Les questions revenant le plus souvent seront traitées ci-après :


Qu'as-tu pensé de cet article ?
 
1870
 

Ce sondage a été créé le mars 29, 2011 08:12 et 1870 personnes ont déjà voté.
Question.png
Saviez-vous que...
Je suis tellement drôle que vous avez adoré cet article. Eh oui.



Des guides illustrés, sympas, pas chers et aux couleurs chatoyantes
 L'École de la vie dÉsencyclopédique
 Une source essentielle de fiches pratiques pour tous les singes lettrés dans tous les domaines, notamment la fiche toi-de-ma-gueule.

 Voir aussi : Guide zoologique



Nul logo.png  Portail pour les nuls


Bestof v1.png
Meilleurde.jpg
Cet article a été élu dans le Best Of de la Désencyclopédie !
Partage sur...
wikia