Côtelette

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

Les côtes de porc ou de bœuf ont joué un rôle très important dans l’histoire de la France et l’influence encore aujourd’hui de manière très forte :

« C’est délicieux ! Rien ne me procure plus de plaisir que de m’enfiler quinze kilos de goret au salon de l’agriculture. »
« S’ils n’ont plus de pain qu’ils mangent des côtes de porc. »
~ Marie Antoinenette
« Je vais leur faire bouffer les côtelettes par la racine à ces enculés de bougnoules. »
« Malgré mon ouverture d’esprit, voyez-vous, il y a des choses, des choses qu’on ne peut pas se permettre si l’on veux rester autodidacte. C’est ce que je dis dans mes chansons, l’amour c’est quelque chose, vous savez… La côte de bœuf, c’est magnifique. En France on fait de belles choses, on aime lire, on aime se lever à moitié nu juste un peu maquillé. Toutes ces belles choses, c’est, (soupir orgasmique et susurre)… »

[modifier] La côtelette dans la médecine

La côtelette a joué un rôle important dans les dessins animés du début du siècle, notamment dans les cartoons et les Tex Avery. En effet, dans la plupart des scènes de combat on peut voir des personnages blessés plaquer un steak sur leurs hématomes dans le but d’apaiser les douleurs causées par celles-ci.

On ignora longtemps la vraie nature de ce morceau de viande, ayant la forme complexe d’une côte de porc, ce n’est qu’en 1950 avec la création de Technicolor, que ces fameuses cotes de porc prirent une coloration rouge, on découvrit que le morceau de viande qui avait le don de guérir était en réalité une côte de bœuf. La légende de la côte de bœuf pris une ampleur considérable, en effet, cette technique fut communément utilisée dans chaque foyer, l’avancée technologique que constituait cette révolution médicale provoqua un telle engouement qu’on ne demanda pas de preuves tangibles pouvant attester de l’efficacité de la côte de bœuf sur les blessures.

Ce n’est qu’en 1980 que Simone Veil, à l’époque sage femme à l’hôpital parisien de Paris, souleva un lièvre dans le monde de la médecine : était-il vraiment efficace de pratiquer la bovino-thérapie sur les patients atteints du cancer de la prostate ? La réponse à cette question tomba quelques semaines plus tard dans le rapport Veil ; des dossiers accablants et des statistiques sur la mort vinrent confirmer ses doutes : envelopper la tumeur cancéreuse dans une bavette l’aloyau pour en faire une sorte de paupiette ne ralentissait en rien la multiplication des cellules mortes.

Certaines rumeurs avançaient même l’hypothèse que cette technique aurait été dangereuse sur les patients les plus faibles, le président de l’époque prononça cette phrase poignante de vérité :

« Que ce serait il passé si on avait pratiqué la porcino-thérapie sur des malades musulmans ? »

En 1981 s’ouvrit à Hollywood le grand procès Tex Avery, jugé de crime contre l’humanité suite à la supercherie de la côte de bœuf, quand l’avocat de la partie adverse lui demanda comment il avait pu faire une chose pareille, il eut ces mots très durs : « Mes dessins animés ne sont que fictions, si des gens ont cru en certaines scènes, c’est parce que je n’engage que d’excellents acteurs, rien de plus. »

C’est suite à quinze jours de combat acharnés entre les deux partis que se termina ce procès dont le grand vainqueur fut Tex Avery, aidé par un grand médecin de l’époque qui avança cet argument étonnant :

« Si Alexander Mac Carlson (qui incarnait alors à l’époque Jerry dans Tom et Jerry), avait réellement tenté de soigner ses blessure avec une côte de bœuf, il se serait rasé au préalable la partie atteinte, dans chaque scène ce n’est pas le cas, la viande ne touche donc même pas les couches supérieures de l’épiderme, tout ceci n’est que pur fantaisie et il faut vraiment être bête pour croire à de telles sottises, je suis encore plus déprimé qu’en voyant la tête de ma femme en ouvrant les yeux le matin. »

[modifier] la côtelette et son usage

La côtelette est un morceau de viande qui peut être issu d’un porc, d’un bœuf ou d’un mouton, ou de tout autre Amat de molécules formant un mammifère assez gros pour que les morceaux de viandes collés à sa cage thoracique puissent entrer dans une assiette de manière raisonnablement admise par le sens commun du fan club d’un diner presque parfait.

Les côtelettes ne doivent pas être lavées avec du white spirit ni marinées dans un seau rempli d’eau de Javel, cela risquerait d’apporter des changements à sa saveur originelle.

Lors d’un rendez-vous important, du style, entretient d’embauche, examen du permis de conduire ou demande de crédit. Il est fortement déconseillé d’amener une côtelette et de s’en saisir avec les doigts pour rogner la viande autour de l’os, il se formera une plaque très hydratante composé de lipide autour de l’orifice buccale, ce qui provoquerai une gène sociale et un fort handicap pour l’obtention du bien souhaité.

Il est très difficile voir impossible (sauf négociation), de se procurer des côtelettes dans les magasins d’armes, les péages autoroutiers, les banques postales, les magasins de nourriture pour reptiles, les gynécologues (attention à ne pas confondre les déchets organiques retrouvés dans les poubelles de l’arrière boutique pour des côtelettes), les ateliers de haute joaillerie et les concerts de Motorhead (encore une fois attention aux faux amis aux abords des buvettes : un foie n’a pas le même gout qu’une côtelette !).

Toute fabrication artisanale de soutiens gorges à base de côtelette est réservé à lady gaga.

On ne peut pas manger une andouillette si on a que des côtelettes de porc, les côtelettes de porc ne sont pas modulables.

[modifier] La côtelette et ses répercutions psychologiques

Dans « les Simpson », Homer Simpson est surement le plus gros mangeur de côte de porc de la famille voir de la série entière, il en résulte une extrême sympathie du public à son égard et est le personnage le plus populaire de la série.

D'après le grand psychanalyste Bobby Mac Fly, les gens qui aiment les côtes de porc dégagent une aura particulière :

« Il y a dans le fait de manger des côtes de porc en public, un acte d’amour maternel, en effet le sujet est infantilisé par le cochon qui est un animal rond et rose. Sa symbolique de maternité est certaine, même s’il l’ignore celui qui mange une côte de porc tète sa mère de manière inconsciente. C’est pour cela que nous aimons les gens qui mangent des côtes de porc, cela nous rempli d’amour et d’empathie pour la personne, comme pour un nourrisson. »


Dans cette logique, Bobby Mac Fly, reviens sur un fait marquant de l’histoire :

« Les gens aiment ceux qui aiment les côtes de porc, c’est un fait. Mais qu’en est-il des gens qui ne mangent pas de côte de porc ? C’est très simple : les gens leur vouent une haine extrêmement virulente, l’inconscient collectif considère le non mangeur de côte de porc comme un monstre qui rêve secrètement de tuer sa mère, violer sa petite sœur et castrer son père. J’ai souvent vu passer dans mon cabinet des gens souffrant de graves phobies envers ces personnes. Ils n’osent même plus aller faire leur courses de peur de les croiser. Ils fascinent et sidèrent leur comptemporains par leur « non-amour » envers les cochons, ils font peur aux enfants, les animaux les aboient (même les animaux qui n’ont pas la capacité vocale d’aboyer tel que les chevaux se mettent à aboyer subitement). En effet tout cela est très étrange. Il faudrait demander à Freud, mais si je suis bien convaincu d’une chose, c’est bien celle-ci : Hitler n’est pas considéré comme le Mal en personne pour rien : il était végétarien ! »

Les porcs et les Nazis par Bobby Mac Fly aux éditions « fais moi peur », 4,50E

[modifier] La côtelette et la recette du porc au caramel

[modifier] Pour la sauce

  • Dans une cocotte, faites fondre un carambar dans le jus d’une côte de porc préalablement essorée dans une passoire à salade.
  • Couvrir avec 1 litre d’eau, et faire cuire à feu doux jusqu'à évaporation total du tout.

[modifier] Pour le porc

  • Dans une poêle, versez le contenu d’une cuillère à soupe d’huile de tournesol. (Vous pouvez vous aider d’une canette de bière 33cl vide pour le dosage)
  • Faites chauffer à feu vif sur le gros bruleur durant 20 minutes
  • (allumez la hotte aspirante et enlevez vos vêtements), sortez la côte de porc du congélateur. (Il est important de ne pas décongeler la viande)
  • Mettez-vous bien en haut de la poêle (pour bien viser), et jettez la côte de porc congelée dans l’huile brulante.


Le Marché de la - Rayon viandes
Coeur viande.png Canard · Côte de Porc · Côtelette · Dinde · Kebab · Lapin · Merguez · Perdreau · Pigeon · Pintade · Pot-au-feu · Poule · Poulet · Ris de veau · Saucisse · Steak · Steak haché · Steak tartare · Volaille · Whiskas
Autres rayons : Fruits et légumes · Alcool


Qu'avez-vous pensé de Spécial:CreatePage ?
 
37
 
10
 
0
 
12
 
28
 
9
 
3
 

Ce sondage a été créé le août 30, 2009 21:54 et 99 personnes ont déjà voté.


Cet article a une chance non nulle de figurer dans le Best Of ou de ne pas en être.
S'il vous a enthousiasmé, votez pour lui sur sa page de vote ! Ou pas.
Partage sur...
wikia