Brest

Un article de la désencyclopédie.

Aller à : Navigation, chercher

Brest est une ville située à l'extrême-ouest de la Bretagne, dans le département du Finistère. Brest est reconnaissable à ses bâtiments gris, assortis avec le temps.

Marché Brestois
Jour de marché à Brest

[modifier] Histoire

Petite chronologie historique de la ville de Brest.

  • 32 avant J.C. : Astérix et Obélix, qui doivent aller à Lutèce, confondent droite et gauche, et découvrent un terrain peuplé de gens d'origine anglaise parlant breton. Bienvenue à Beg Ar Rest (en language local ivre: Begue? ah j'reste!) devenant ensuite Brest.
  • 17 avant J.C. : le fils d'Astérix, Ririx, entend son père parler de son voyage vers l'ouest et décide de partir seul la-bas. Il y parvient, tombe amoureux d'une autochtone, la culbute, et devient père de jumeaux. Il décide de rester là-bas pour élever ses enfants.
  • 1564 : l'ouverture des voies maritimes vers l'Amérique permet à la ville de Brest de se développer. Très vite, la population de la ville, composée des descendants de Ririx (il y a d'ailleurs un très fort taux de consanguinité), augmente. Il y a 23 000 habitants en 1623.
  • 1943 : c'est la guerre, la ville est frappée de plein fouet par les bombardements mais tout le monde s'en fout.
  • 1954 : année où le taux d'alcoolisme commence à augmenter fortement. 23 % de la population est alcoolique, ce taux passera à 67 % en 1967.
  • 2003 : grosse canicule sur toute la France, Brest n'est pas épargnée. Les températures atteignent 21 °C, c'est un record.
  • 2010 : jour historique pour la ville de Brest, enfin reconnue pour son taux d'alcoolémie au m² inégalé grâce au concours des "Apéros géants". Brest a ainsi battu toutes les autres villes de France, non seulement en nombre de personnes présentes (7 000 à Brest contre 5 000 à Rennes) mais aussi par le nombre de personnes malades de l'alcool, 1 seul coma éthylique contre 50 pour Rennes (héhéhéhé !!!). On signale que c'est un étudiant chinois à l'origine du coma. Il ne supportait pas le Ricard. Jaune sur jaune, ça fait ton sur ton c'est pas bon !

[modifier] Économie

Le PIB de la ville est de 6 534 francs bretons. Le PIB par habitant est de 0,34 francs, soit presque autant qu'au Malawi. Les habitants ne se plaignent pas trop, de toute façon l'alcool n'est pas cher. Cependant, il se peut que le PIB soit bien plus élevé en raison des trafics de drogue et d'alcool, qui ne sont bien sûr pas déclarés sauf par quelques junkies défoncés à l'héro.

[modifier] Climat

Le climat est de type océanique, comme partout en Bretagne de toute façon. En hiver, les températures sont élevées par rapport à la moyenne française, merci au Gulf Stream. Cependant, à cause du réchauffement climatique, le Gulf Stream est amené à disparaître et les températures risquent alors de ressembler à celles de la Sibérie. En été, les températures augmentent un petit peu, elles peuvent alors atteindre 16 °C, voire 18 °C, et les Brestois crèvent de chaud. Le record absolu de température à Brest a été enregistré le 12 août 2003 : les températures ont atteint 21 °C pendant 12 minutes et 37 secondes. Côté temps, ce n'est pas fameux. Les nuages noirâtres sont devenus l'emblème de la ville, la pluie est devenue l'amie des Brestois et le soleil préfère la Côte d'Azur.

[modifier] Tourisme

La ville est un centre touristique important. Chaque année, des millions d'alcooliques viennent pour des festivals divers et variés, qui se terminent le plus souvent en bains de vomi collectifs. Cela a un effet positif, la mairie doit en effet engager des centaines de personnes pour nettoyer les rues de la ville. La ville ne bénéficiant pas d'un climat agréable, le tourisme estival ne marche pas très bien. Les seuls touristes sont des Écossais voulant gagner un degré de plus et recherchant un rayon de soleil, qui n'apparaît qu'entre 18 h et 19 h, et ce tous les 36 du mois.

[modifier] Culture

Faute de toute manifestation, activité, parade, exhibition, musée ou lieu qui puisse, de près ou de loin, relever de cette rubrique culturelle, nous sommes en peine d'approfondir.

[modifier] Architecture

Classée hors catégorie au concours Faute de gout architectural, la ville de Brest n'en est pas moins fière de ses églises. Celle de Saint-Louis est une ancienne usine de zeppelins réhabilitée tandis que celle du boulevard Montaigne (Saint-Luc) sert à l'occasion de stand d'entrainement aux pompiers. Enfin, édifiée et conçue par des disciples de Philippe Stark, l'église de Bellevue défie quiconque, même Dieu, de s'asseoir dessus. Un peu de sérieux, le Finistère est le département Français le plus riche en associations de toutes obédiences. Brest, comme beaucoup de villes bretonnes, concentre une myriade de manifestations culturelles très variées, allant de l'opéra (et oui, au quartz !), au théâtre , en passant par les festou noz, les chorales, les activités nautiques et les arts champêtres. Quelques écoles de peinture prestigieuses locales vouées aux marines contredisent la réputation de grisaille des paysages, surtout colportées par des personnes qui ne connaissent pas les tonnerres de Brest et son soleil froid certes, mais aveuglant (le Ponant "culmine" ici). Brest, anciennement "la Ville Blanche" a été reconstruite sur une architecture à l'américaine et non pas à la stalinienne, comme le disent certains.

[modifier] 5 bonnes raisons de ne pas aller à Brest

  • Vous risquez de ne jamais voir le soleil.
  • Vous risquez d'attraper une maladie grave, la peste et le choléra sont très répandues.
  • Vous risquez de devenir dépressif, puis de vous suicider.
  • Vous risquez de devenir alcoolique.
  • Vous risquez de passer votre temps à vous demander ce que vous êtes venus faire dans cette ville.

Si vous prenez au sérieux mes conseils, vous n'irez pas à Brest car vous aurez pris conscience de la gravité d'un tel acte. Mais au contraire, si vous décidez d'y aller quand même, tant pis pour vous, je vous aurai prévenus. Cependant, j'ai ouï dire que certaines personnes étaient revenues indemnes de Brest, comme quoi... Mais bon, vaut mieux éviter de prendre des risques et rester chez soi.

[modifier] Personnalités d'origine Brestoise

  • Sylvester Stallone aurait eu un arrière-grand-père brestois, qui décida de fuir vers les USA.
  • Yann Tiersen (voilà un nom bien Breton).
  • Yvan Le Bolloch (encore un putain de nom bien Breton).
  • Miossec (la vanne est visible)
  • Guerrier Massaï, baroudeur des nuits brestoises, écume les bars de la ville et agresse les chauffeurs de bus en les mordant, interdit de séjour à Brest par la justice suite à un procès en 2012.
  • Cricri, femme célèbre pour son lever de jupe et son appartement à Recouvrance, lieu de ravitaillement en alcool et cigarettes prisé des noctambules. Lorsqu'on sonne à sa porte, une voix répond à l'interphone : "C'est pour une p*** ou des clopes ?"
  • Jean-Yf', chanteur brittophone exerçant son talent le long de l'axe Jaurès-Siam.
  • Béatrice Dalle (Elle fuit ensuite pour Paris au moment où elle eu dévoré tous les fœtus durant la période du Baby-Boom à Brest).
  • Oui-Oui, homme qui se balade dans tout Brest en inclinant sa tête de façon a dire Oui-Oui, cet homme à inspiré l'histoire de Oui-oui pour les enfants.
  • Brigitte Place Guérin, ancienne institutrice célèbre dans toutes les soirées brestoises pour son "Eh m'yon !" (traduction brestoise de "Eh, mignon !"). Disparue en 2005, le célèbre groupe brestois Electric Bazar Cie lui dédie une chanson, "La guérinoise" (http://www.deezer.com/fr/artist/74544), en 2007.

[modifier] Lieux remarquable

  • Le Super U de Recouvrance, souvent appelé "La Cour des Miracles", voir le Mordor, épicentre de la dérépressionnite et de l'alcoolisme brestois. Sa réouverture début 2014 après des travaux de modernisation et la mise en place de caisses automatiques a conduit à des manifestations qui ont embrasé le quartier jusqu'à l'ouverture du Bar le Litoral à 17h.
  • Le Supermarché E. Leclerc centre ville (Chez Edouard), le before des soirées brestoises pour sa cave à vin et ses rayons boissons. La totalité du fond de ce magasin est consacrée à l'amitié de la bouteille.
  • Les Halles Saint-Martin, saint lieu de débauche et d'ivresse du jeudi soir pour les étudiants brestois. Desservis par de nombreux bars et kebabs, c'est l'endroit idéal pour procéder à de folles rencontres autour d'une bouteille en plastique dite "mélange" voir même des bières pas cher dites "strong". A Brest, on ne dit pas "alcool" mais "liche" (la liche quoi !)- de la même façon "Nous pourrions surement se retrouver autour d'un verre ce soir" donne "On va s'prendre une tasse dans la gueule au Triskell"

[modifier] Quelques citations à propos de Brest

  • "Brest is ... how can I say that? ... a tacky city". G.W Bush, ancien dicta... président des États-Unis.
  • "Brest, c'est de la merde, tellement qu'il y a de clochards, tellement qu'il y a d'alcooliques, tellement que Brest est jumelée avec un sac poubelle". Nicolas Sarkozy, empereur français.
  • "Brest, ouaich c'est même pas une cité ça, c'est de la merde, putain de merde". Booba, taulard, et rappeur avant tout.
  • "Brest, tu pleures deux fois, quand t'arrives et quand t'y restes plus de cinq jours". Un brestois parlant francais.
  • "Aujourd'hui nous allons dans la ville de Brest, où Yannick Le Bihan exerce le curieux métier de laveur de trottoirs ravagés par le vomi" (avec l'intonation de voix chère à notre PPDA du 13 h). Jean-Pierre Pernault, journaliste.
  • "O Brest Porte d'Orient / Phare de l'Océan / Belle suprêmement / Ville de ma maman / Jamais je ne te quitter pourrai / Tellement qu'ici c'est pourri". Max-Goulven Le Crocduff, poète et érudit local (1921-1973).
  • "Brest is the best!" Rip, anglais aviné, événements nautiques 2012
  • "A Brest, on aime tellement la picole, que même la neige elle tombe liquèd' (liquide)
  • "A Brest, quand il ne pleut pas c'est que ça va pas tarder". Et quand il pleut : "C'est en train de se lever".


On peut encore faire quelque chose de cet article. Vous pouvez suivre les conseils du chirurgien sur la page de vote.
Autres langues
wikia